Jean-Paul Gourévitch : « L’émigration en France » (Vidéo)

Jean-Paul Gourévitch était l’invité du Direct des Contribuables le 13 juin 2013, 285.000 Français, dont de nombreux jeunes diplômés, des cadres supérieurs et de plus en plus de chefs d’entreprise mais aussi des retraités quittent chaque année la France, et beaucoup d’entre eux ne reviendront pas.

Selon un sondage du cabinet Deloitte, 27 % de jeunes diplômés en recherche d’emploi estiment que leur avenir professionnel se situe hors de France contre 13 % il y a un an.

Parmi les arguments qui poussent les Français à partir, on retrouve le manque de perspectives d’avenir, le poids des taxes et un climat psychologique et social défavorable aux créateurs de richesse. Et cette émigration a un coût pour l’État et donc pour les contribuables !

Suite et commentaires sur Fortune

L’immigration, une chance pour la France ? (France 3 CSOJ)

France 3 Ce soir ou jamais
avec Jean Paul Gourévitch, Essayiste, Vincent Cespedes, Philosophe, Anne-Marie Le Pourhiet, Constitutionaliste, Eric Naulleau, Editeur et écrivain, Peggy Sastre, Philosophe, Catherine Corsini, Cinéaste,Benjamin Coriat, Economiste, Philippe Manière, Economiste


Jean Paul Gourevitch est consultant international sur l’Afrique et les migrations. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur les aspects sociaux et économiques de l’immigration en France, parmi lesquels « L’immigration, ca coûte ou ca rapporte (Larousse, 2009), ou encore « Combien nous coûte l’immigration irrégulière » (Contribuables associés, 2011).
Il vient de publier chez Contribuables Associés une monographie intitulée « L’immigration en France : Dépenses, recettes, investissements, rentabilité », qui actualise sa première étude sur le sujet publiée en 2008. Il estime que chaque année l’immigration coûte 17,412 milliards d’euros à la France, soit 0.9 point de PIB, et que ce déficit n’est pas tenable longtemps en temps de crise.
CSOJ

Jean-Paul Gourévitch sur le coût de l’immigration / Gilbert collard sur l’AME (Radio Courtoisie)

Radio Courtoisie  extrait du Libre Journal des contribuables de  Benoîte Taffin du 20/11/2012 : “Réflexion sur le coût de l’immigration »

invités :  Jean-Paul Gourévitch, expert international en ressources humaines, Gilbert Collard, avocat, député

Gilbert Collard pointe les aberrations juridiques que soulève encore aujourd’hui l’Aide Médicale d’État (AME)

Suite à cette émission, Radio Coutoisie publiait le communiqué suivant :

À Radio Courtoisie, le 20 novembre, le consultant international en ressources humaines Jean-Paul Gourévitch, auteur de nombreuses études sur le coût de l’immigration, a dénoncé les lacunes du dossier de L’Express du 14 novembre dernier sur « le vrai coût de l’immigration ».

« [L’étude présentée par L’Express] s’en tient à la définition officielle des immigrés,
c’est-à-dire des personnes nées à l’étranger de parents étrangers. [Elle] laisse donc
de côté tous les enfants d’immigrés qui jouent un rôle important dans les comptes »

À Radio Courtoisie, la radio libre du pays réel et de la francophonie, Benoîte Taffin, porte-parole de Contribuables associés, recevait le mardi 20 novembre 2012 dans le Libre Journal des contribuables Jean-Paul Gourévitch, auteur de nombreuses études sur le coût de l’immigration en France.

Il réagissait à la mise en cause de son travail par L’Express du 14 novembre 2012 dans son dossier sur le coût de l’immigration.

Pour Jean-Paul Gourévitch, il existe une différence majeure entre ses travaux et ceux du Pr Chojnicki, repris par L’Express : « M. Chojnicki s’en tient à la définition officielle des immigrés, c’est-à-dire des personnes nées à l’étranger de parents étrangers. Il laisse donc de côté tous les enfants d’immigrés, qui jouent un rôle important dans les comptes ». Il rappelle également que l’étude en question « ne tient pas compte de l’immigration irrégulière ».

Jean-Paul Gourévitch reproche aussi à Xavier Chojnicki de considérer que « les coûts sécuritaires et culturels sont proportionnellement les mêmes pour les immigrés que pour les non-immigrés, [ce qui] voudrait dire par exemple que les immigrés ont une délinquance exactement semblable aux non-immigrés ».

« En ce qui concerne le travail illégal, il faut reconnaître qu’un certain nombre d’entreprises ne déclarent pas les immigrés qu’elles emploient et qu’un certain nombre d’immigrés en situation irrégulière ne payent pas de cotisations sociales », rappelle-t-il. De cette manière, « le coût du travail illégal est beaucoup plus fort en ce qui concerne les immigrés ».

Paramètre parmi d’autres dont le Pr Chojnicki n’a pas tenu compte.

Jean-Paul Gourévitch vient d’écrire une monographie, L’immigration en France – Dépenses, recettes, investissements, rentabilité, pour les Contribuables associés. Elle s’appuie sur des chiffres des 2010 et 2011 alors que le dossier de L’Express reprend des données de 2005. Selon Jean-Paul Gourévitch, l’immigration coûte au minimum 17 milliards d’euros par an à la France.

Source

 

Verbatims bienvenus

« Les immigrés contribuent à la protection des Français » (Hirsh/RMC) (màj)

Addendum

Un auditeur réagit aux propos de Martin Hirsh et s’étonne que l’on ne cite jamais les études de Yves-Marie Laulan et Jean-Paul Gourévitch sur le coût de l’immigration.

_______________________________

Martin Hirsh revient sur sa tribune qu’il signe dans Le Monde à propos de l’immigration.

Colloque sur les coûts de l’immigration et de l’intégration

« Peut-on raisonnablement estimer les coûts de l’immigration et de l’intégration ? » C’est la question à laquelle tenteront de répondre de nombreux experts à l’occasion du colloque de l’Institut de Géopolitique des Populations.

« Peut-on raisonnablement estimer les coûts de l’immigration et de l’intégration? »

Le 16 février 2012 de 9h à 18h à l’ASIEM, 6, rue Alfred de Lapparent, Paris 75007 (petit amphithéâtre). Participation aux frais : 10 euros – 5 euros pour les étudiants.

Inscription avant le 10 février 2012.

Parmi les intervenants, outre Gilbert Collard, Christian Vanneste, Jacques Bichot ou Jean-Yves Le Gallou, Jean-Paul Gourévitch, auteur de plusieurs études sur le coût de l’immigration et de l’émigration pour Contribuables Associés.

Jean-Paul Gourevitch chiffre le déficit dépenses/recettes de l’immigration à 30,4 milliards d’euros par an, soit près de 500 euros annuels par personne résidant en France, personnes non-imposables y compris. (…)

Le cri du contribuable

30 milliards d’euros : Les clandestins coûtent cher à la France (El Watan)

Environ 15% du déficit de toute l’immigration, plus de 30 milliards d’euros, sont imputables à l’immigration irrégulière : travail non déclaré, scolarisation, soins… C’est la conclusion à laquelle a abouti l’expert international sur l’Afrique et les migrations, Jean-Paul Gourévitch, au terme de sa récente étude, où est décortiqué le «prix de revient» de l’obsession du rêve européen.

Expulser ou apporter une aide au retour volontaire des migrants illégaux revient six fois moins cher que de les garder sur le territoire français.

L’embauche de migrants irréguliers est, d’emblée, l’un des meilleurs indicateurs des retombées de la présence étrangère illégale dans l’Hexagone, fait observer l’auteur. Ainsi, est-il indiqué dans cette étude dont El Watan a été destinataire d’une copie, 5% des 70 000 entreprises, contrôlées en 2010, utilisent une main-d’œuvre étrangère sans titre de travail pour un coût total s’élevant à 1,7 milliard d’euros.[…]

Pour mieux sensibiliser les politiques sur l’impact de l’immigration illégale sur l’économie française, M. Gourévitch mettra en exergue les dépenses publiques induites par la prise médicale des migrants irréguliers, considérant, à ce titre, l’aide médicale de l’Etat (AME) comme étant une exception à l’échelle européenne, car aux étrangers en situation irrégulière, elle consacre les mêmes droits que les titulaires de la Couverture maladie universelle (CMU).

En 2010, fait-il savoir, l’AME était de l’ordre de plus de 620 millions d’euros sur les 662 millions représentant le coût global des soins de santé, dont ont pu bénéficier les migrants irréguliers vivant sur le territoire français. Pour le spécialiste en migration, 2010 est l’année de tous les records, puisque de seulement 77 589 en 2000, le nombre de bénéficiaires est passé à 202 403, portant les dépenses de l’Etat de 75 à 623 millions d’euros.

Autre souci, autre dimension. Dans la même étude, l’accent est en outre mis sur la scolarisation des élèves et étudiants en situation irrégulière. [....]

El Watan

L’immigration clandestine nous coûte 4,6 milliards d’euros par an

Addendum : Une et page 6 de France Soir

Un rapport choc de Contribuables associés a calculé les “recettes” et “dépenses” engendrées par les 550 000 immigrés en situation irrégulière. Son auteur vient d’être auditionné par les députés UMP.
Lire la suite

France Ô : Islam, le débat de trop ? (vidéo)

France Ô, Toutes les France, 2/03/2011. Extraits

- Catherine KINTZLER, philosophe, spécialiste de la laïcité, professeur émérite des universités

- Eric BRUNET, journaliste essayiste

- Rokhaya DIALLO, chroniqueuse, et militante antiraciste

- Jean-Paul GOUREVITCH, consultant international spécialiste de l’Afrique et des migrations

Emission complète

L’immigration, ça coûte ou ça rapporte ?

Par Jean-Paul Gourévitch

Le remis par le laboratoire «l’Equippe» (Université de Lille) du professeur Xavier Chojnicki au Ministère des Affaires sociales en juillet 2010 concluait que «les immigrés sont une excellente affaire pour l’État français. Ils rapportent une grosse douzaine de millions par an et paient nos retraites», selon un article du journal Madrilène ABC, repris par Courrier International n° 1048 du 2 au 8 décembre 2010.

Ces résultats paraissent contredire les travaux de Jean-Paul Gourévitch, consultant international, spécialiste de l’Afrique et des migrations, auteur de L’immigration ça coûte ou ça rapporte ? (Larousse 2009) et des trois monographies publiées par l’association Contribuables Associés de 2008 à 2010 (téléchargeables sur le site www.contribuables.org) qui estime le déficit annuel de l’immigration à 30,4 milliards d’euros.

Les phénomènes migratoires sont des phénomènes historiques que nous ne pouvons ignorer ; aussi lui avons-nous demandé de réagir à ce rapport et d’expliquer les écarts constatés.

Tout d’abord, le rapport de l’équipe lilloise s’intitule : «Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court terme». Il ne traite pas de l’ensemble des coûts de l’immigration.

Les journalistes qui titrent sur «les bons comptes de l’immigration» (Direct matin du 2/12/2010) n’ont pas véritablement lu le document de 206 pages que j’ai sous les yeux… ou voudraient tellement que l’immigration soit positivée qu’ils prennent leur désir pour la réalité.

(Illustration de David Miège issue du blog Contribuables Associés)

Suite et commentaires sur Fortune

Immigration : un coût de 30,4 milliards par an !

Le coût de l’immigration en France est de 30,4 milliards d’euros.

Le coût de l’émigration : 7,9 milliards d’euros, qui ne rentrent pas dans les caisses de l’État du fait de l’expatriation annuelle des Français.

La politique migratoire de la France nous coûte au total 38,3 milliards, soit près de 2 points de PIB.

Dépenses d’immigration pour l’État : 79,4 milliards d’euros dont :

* Coûts sociaux : 58,64 milliards d’euros
* Coûts sociétaux : 13,65 milliards d’euros
* Coûts sécuritaires : 5,24 milliards d’euros
* Coûts éducatifs : 1,87 milliards d’euros

Contribution des immigrés aux recettes de l’État : 49 milliards d’euros dont :

* Cotisations sociales : 12,754 milliards d’euros
* Fiscalité État : 28,303 milliards d’euros
* Fiscalité locale : 7,794 milliards d’euros

Déficit annuel de la politique d’immigration : 30,4 milliards d’euros

Suite et commentaires sur Fortune