Hollande en campagne chez les « potes »

Un honneur que le candidat PS à la présidentielle réserve lundi soir au dîner annuel des parrains de SOS Racisme. Au menu : foie gras, suprême de volaille, filet de capitaine et cheese-cake en dessert.

La foule est éclectique. Il y a bien sûr Pierre Bergé, parrain historique de SOS Racisme, et Dominique Sopo, l’actuel président. Il y a Harlem Désir, qui présida l’association tout comme Malek Boutih, qui, lui, n’est pas présent. En revanche, Julien Dray, qui fonda SOS Racisme en 1983 et qui est très en froid avec son ancien ami Boutih, est lui bien présent.

Il y a leurs camarades du PS, David Assouline, Laurence Rossignol, Henri Weber. Il y a l’ex-candidat à la primaire, le président du PRG Jean-Michel Baylet, et puis l’essayiste Caroline Fourest et encore le médiatique psychanalyste Gérard Miller.

Geneviève de Fontenay et Anne Lauvergeon

À mille lieues de Dijon, où Hollande a passé la journée sur le thème de la sécurité, loin du théâtre Dejazet, où une heure plus tôt il dévoilait son programme justice, le candidat croise aussi ici Geneviève de Fontenay. En robe noire et blanche, coiffée d’un large chapeau assorti, mais sans Miss France (ni Miss Nationale) à ses côtés, elle fait des pieds et des mains pour atteindre Hollande, se glisser sur un cliché à ses côtés, et lui faire la bise. Dans un autre style, Hollande discute ensuite avec Anne Lauvergeon, ancienne patronne d’Areva, mais surtout ancienne sherpa de François Mitterrand, aujourd’hui membre du conseil de surveillance du quotidien Libération. (…)

Le Point

Primaire socialiste : Jean-Michel Baylet, candidat et mise en examen pour favoritisme


© F. PERRY / AFP

Le camp de Jean-Michel Baylet a confirmé mercredi qu’il avait été mis en examen en 2009, mais a assuré que cela n’avait aucune incidence sur sa candidature à la primaire socialiste pour la présidentielle.

Le camp du président du Parti radical de gauche et seul candidat non-socialiste à cette primaire a affirmé son innocence dans une affaire portant selon lui sur quelques centaines d’euros ou quelques milliers d’euros seulement, et a annoncé le dépôt immédiat d’une plainte pour diffamation contre Rue89.

Le site d’information écrivait mercredi que M. Baylet était mis en examen depuis 2009 pour prise illégale d’intérêt et favoritisme dans différentes affaires en sa qualité de président du conseil général de Tarn-et-Garonne.

Un porte-parole de M. Baylet, Harold Huwart, a contesté la qualification de prise illégale d’intérêt.

M. Baylet a bien été mis en examen en 2009, mais pour favoritisme, et dans une affaire qui est un « non-évènement », a dit M. Huwart.[...]

Un contrat avait été passé en 2000 pour la fabrication de 12 numéros de 2001 à 2005. Mais en 2004 est intervenue une réforme des marchés publics abaissant la barre au-dessus de laquelle les marchés devaient donner lieu à des appels d’offres. La justice reproche à M. Baylet de ne pas avoir, à partir de ce moment-là, mis en concurrence plusieurs entreprises pour le journal départemental, a dit son avocat.
Or il ne restait plus alors qu’un numéro à réaliser, a-t-il souligné, et les montants sont « dérisoires ».
Ce dernier numéro aurait coûté 4.500 euros hors taxe, dit-il. Selon M. Huwart, l’affaire aura coûté 800 euros au conseil général.

Elle n’a « rien à voir » avec le fait que M. Baylet, patron de la Dépêche du Midi, ait ensuite repris la société produisant le bulletin trimestriel puisque M. Baylet a alors immédiatement mis fin aux relations contractuelles entre cette société et le conseil général, a assuré Me Dupeux[...]

Source : AFP

Le Conseil d’Etat valide la construction d’une salle polyvalente utilisée comme mosquée et le financement public d’un abattoir halal

Addendum 20/07/11 :

Le président du Parti radical de gauche (PRG), Jean-Michel Baylet, candidat à la primaire socialiste pour 2012, a condamné mercredi les décisions rendues la veille par le Conseil d’Etat sur la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat.

« Je condamne fermement ces décisions et j’escompte que la gauche prenne des mesures en 2012 si elle revient au pouvoir pour réaffirmer tous les principes républicains », écrit dans un communiqué M. Baylet. [...] 20 Minutes

_____________________________________

Le Conseil d’Etat a pris mardi cinq décisions précisant les possibilités pour une commune de financer des équipements aussi divers qu’un orgue ou un abattoir halal, dans le respect de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat.

la salle polyvalente pourra donc servir à la pratique religieuse des musulmans

Un dossier concernait la construction par la ville de Montpellier d’une salle polyvalente utilisée, notamment, comme mosquée. Un projet qui avait été annulé par une cour administrative d’appel. Pour casser cette décision, la municipalité avait formé un pourvoi auprès du Conseil d’Etat. L’institution lui a donné raison, et la salle polyvalente pourra donc servir à la pratique religieuse des musulmans.

Deux autres pourvois étaient formés par des collectivités territoriales dont les décisions avaient été annulées par des cours administratives d’appel. Le Conseil d’Etat a donné raison aux collectivités dans tous les cas. Il s’agissait de l’achat par la commune de Trélazé (Maine-et-Loire) d’un orgue installé dans l’église, et de la participation de la communauté urbaine du Mans au financement d’un abattoir halal.

Deux autres dossiers concernaient l’octroi d’un bail emphytéotique pour l’édification d’une mosquée à Montreuil (Seine-Saint-Denis), et une subvention de la ville de Lyon pour l’installation d’un ascenseur à la basilique de Fourvière. Des pourvois avaient été formés contre ces décisions des municipalités. Le Conseil d’Etat les a rejetés. [...]

Le Midi Libre

Libération titre : « Le Conseil d’Etat dépoussière la loi de 1905″

Rappel : Loi de 1905 (article 2) : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucune culte »