Temps de parole FN/BFMTV : algarade entre Jean-Luc Mélenchon et Jean-Jacques Bourdin (RMC) (Màj vidéo : le CSA donne tort à Mélenchon)

Addendum du 23/04/2014 : Le CSA donne tort à Jean-Luc Mélenchon

Selon le CSA, lors de la campagne du 1er tour des municipales, BFM a accordé 10% de temps de parole au FN, loin des 33% du PS et 28% de l’UMP.


Jean-Luc Mélenchon s’en prend vivement à Jean-Jacques Bourdin et BFMTV, épinglés par le CSA. Le journaliste se défend.

Hebergeur d'image

« La parole qu’on a donnée au Front National, c’était une parole critique ! Les reportages qu’on a faits, c’était pour justement critiquer (le FN) ! C’était des enquêtes sur le Front National et son incapacité à trouver des candidats ! » – Jean-Jacques Bourdin



Mélenchon au tribunal pour avoir traité Marine Le Pen de « fasciste » (Màj : Mélenchon relaxé)

Addendum du 10/04/14 : Mélenchon relaxé

Jean-Luc Mélenchon a finalement été relaxé jeudi par le tribunal correctionnel de Paris.

A l’audience, le 6 mars dernier, Mélenchon s’était expliqué : « Je n’ai pas injurié Mme Le Pen, je l’ai caractérisée ». C’était « une opinion politique ». Pour l’avocat de la présidente du FN, Me Wallerand de Saint Just, il y avait bien volonté d’ »injurier, invectiver, rabaisser, mépriser et faire mépriser Marine Le Pen ».

« Le fait de vouloir interdire le terme de fasciste est typiquement fasciste », avait plaidé l’avocat de Mélenchon, Me Raquel Garrido. Le même Mélenchon qui, à la fin de l’audience, persistait et signait ainsi : « Vous ne cesserez jamais à nos yeux d’être des fascistes, même si on nous interdit de le dire. »

France Info


Le coprésident du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon a assuré aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Paris qu’en qualifiant Marine Le Pen de « fasciste », il avait livré une « opinion politique », une « caractérisation politique », mais pas une injure.

Hebergeur d'imageInvité à réagir sur un sondage qui donnait la présidente du Front national en tête au premier tour de la présidentielle de 2012, Jean-Luc Mélenchon avait déclaré, en marge d’une manifestation de défense des droits des femmes : « Tout ça est une guignolisation de la vie politique, absolument invraisemblable », « pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d’avoir un fasciste à sa tête ? » [...]

S’il y avait eu une volonté d’injurier, « j’aurais pu dire nazi », a-t-il poursuivi, s’en prenant à la stratégie de « dédiabolisation » du FN, car pour lui Mme Le Pen, « avec une peau de mouton », essaie « de faire oublier sa nature profonde, fasciste et cruelle ». [...]

Le Figaro

Marine Le Pen fait appel de sa condamnation dans le procès du « faux » tract (vidéo) (màj)

Mise à jour du 4 avril 2014 à 16H30 :

Condamnée mercredi 2 avril à 10.000 euros d’amende pour faux tract à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, la présidente du Front National, fait appel. Ce vendredi 4 avril, Marine Le Pen campe sur ses positions sur RTL en rejetant la condamnation pour “faux” tract :

Il ne s’agit évidemment pas d’un faux tract, il s’agit en réalité de la lâcheté de monsieur Mélenchon qui a refusé d’admettre et d’assumer un propos politique qu’il a tenu et qui consistait à considérer que l’immigration est une grande chance pour la France. On lui a rappelé cette phrase, mais évidemment, ça ne l’a pas aidé sur le plan électoral.

Le Lab

_________________________________________________________________________

Mise à jour du 4 avril 2014 à 13H30 :

La réaction de Raquel Garrido avocate du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon :

lien direct sur : VK
source : LCI


mise à jour du 4 avril 2014 à 12H30 :

source : extrait de Politique Matin – LCP – 04 04 201

Le « faux-tract » en question :

exemple d’un vrai tract du Front de Gauche pour les élections municipales de 2014 :


Maj: Verdict du tribunal correctionnel de Béthune (Pas-de-Calais)

La présidente du Front national, Marine Le Pen a été condamnée aujourd’hui à 10.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Béthune (Pas-de-Calais) dans le procès dit du « faux tract », à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon.

Marine Le Pen était citée à comparaître pour « manoeuvre frauduleuse » et publication d’un montage sans le consentement de l’intéressé, délits passibles d’un an d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende, ainsi que d’une peine complémentaire de privation des droits civiques, autrement dit d’inéligibilité.

source : Le Figaro


(…)Les avocats de Jean-Luc Mélenchon, Erwan Lorvellec et Raquel Garrido ont réclamé une peine d’inéligibilité pour Marine Le Pen, et 29 000 euros de dommages et intérêts. La somme correspond au reste des frais engagés dans la campagne des législatives et qui ne lui a pas été remboursée parce qu’il n’a pas passé le premier tour. Marine Le Pen, elle, avait été battue de justesse par le socialiste Philippe Kemel, au second tour. Le procureur s’en est remis «à la sagesse du tribunal». Jugement le 3 avril.
source : Libération

Le pot de départ d’une journaliste de l’AFP

Le déplacement ne figurait pas à l’agenda officiel du chef de l’Etat, François Hollande. Ce jeudi 3 avril, dans la soirée, ainsi que l’ont raconté, sur twitter, de nombreux journalistes, le président de la République a fait un petit crochet … au pot de départ d’une journaliste de l’Agence France Presse. Plus précisément, celui de Sylvie Maligorne, la chef du service politique de l’agence. [...]

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Pierre Laurent (PCF) et Jean-Vincent Placé (EELV)

La présence de l’écologiste Jean-Vincent Placé, de l’UMP Valérie Pécresse, ou bien encore du président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, a également été rapportée par plusieurs participants.

Europe 1

Pas de Mélenchon sur les plateaux télé dimanche pour le second tour

Comme vous l’avait rapporté jeanmarcmorandini.com , dimanche soir, lors de la soirée électorale du premier tour des municipales, Jean-Luc Mélenchon , très en colère, avait quitté soudainement le plateau de TF1 .

Ce matin, sur France 2 , le coprésident du Parti de gauche a fait part de son mécontement, mais surtout, a annoncé qu’il va boycotter les plateaux télé ce dimanche, pour le second tour. [...]

Hebergeur d'image

Il a lâché : « Vous m’avez trop maltraité. Je ne viendrai pas, je veux marquer ma désapprobation sur le temps d’antenne qui a été le nôtre, c’est-à-dire égal à 0, pour parler des municipales sur le service public.  » [...]

Morandini

Élections européennes : Mélenchon ne sait pas s’il sera candidat

Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche, a déclaré vendredi 21 mars sur RTL qu’il ne savait pas s’il serait candidat aux élections européennes, se disant épuisé par « la façon dont se déroule la politique dans ce pays. »

Hebergeur d'imageComme RTL lui demandait dans quelle région il serait candidat aux européennes, Jean-Luc Mélenchon a répondu: « on ne le sait pas encore, je ne sais moi-même pas si je serais candidat aux élections européennes. » [...]

Le candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2012 venait de citer un rapport du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) selon lequel « avant le temps légal (période électorale d’égalité de temps de parole, NDLR), le Front de gauche a eu 0% d’antenne sur France 3, contre 29% pour le Front national. » « Le service public tout de même, c’est un comble, on peut dire qu’il y a une incitation permanente à appeler à voter Mme Le Pen« , a-t-il assuré. [...]

Huffington Post

Jean-Luc Mélenchon à un journaliste de Canal + : « Crétin, abruti, vermine »

De sortie à Paris pour soutenir Danielle Simonnet, la candidate aux municipales, le leader du Parti de Gauche s’est emporté auprès d’un journaliste de « La nouvelle édition », une émission diffusée sur Canal +.

« Abruti! Je t’ai rien demandé, tu n’es pas obligé de me péter mes fleurs », lance-t-il, après avoir été bousculé. Le journaliste lui indique qu’il ne l’a pas fait exprès. Réponse de Mélenchon: « Quel crétin alors, poussez-moi cette vermine! ».

Jean-Luc Mélenchon accuse Manuel Valls d’être « bidouilleur en chef des chiffres et élections »

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du parti de gauche (PG) qui a affirmé avoir consulté la nomenclature permettant d’établir les recensements des résultats du premier tour du scrutin des municipales, a accusé Manuel Valls d’être « bidouilleur en chef des chiffres et élections ».

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé aujourd’hui les choix de Manuel Valls, l’homme qui voit avec « des jumelles à l’envers les manifs du Front de gauche et une loupe les défilés de l’extrême droite », lors d’une conférence de presse avant la réunion de soutien conduite par Muriel Ressiguier (Parti de gauche) à Montpellier.

Selon le coprésident du parti de gauche, cette nomenclature prévoit une « curieuse ratatouille » concernant la gauche. « Il y a une case pour le Front national et une autre pour l’extrême droite, dans laquelle n’est pas le FN. Il y a également une case pour l’UMP ainsi qu’une pour l’Union des centres », a expliqué Mélenchon. En revanche, selon lui, à gauche, les dénominations sont moins strictes. [...]

Dans de nombreuses villes, PCF et PG qui sont alliés au sein de Front de gauche ont choisi des stratégies différentes et ne seront pas sur les mêmes listes. [...]

Hebergeur d'imageMorandini

Jean-Luc Mélenchon accuse le journal « Le Monde » de faire le jeu du Front National

Hier soir, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de l’émission politique de BFM TV. Le leader du Front de gauche a notamment évoqué le sondage paru, mercredi dernier, en une du Monde. Ce dernier montrait que 34% des Français adhérent aux idées du Front National .

Hebergeur d'image« Le journal Le Monde s’est spécialisé dans cette opération. Ce sont des publi-reportages permanents sur Madame Le Pen. Madame Le Pen par-ci, Madame Le Pen par-là », a expliqué Jean-Luc Mélenchon, comme l’a rapporté le site Le Lab. [...]

Morandini

« Il faut réprimer d’une main de fer tous ceux qui sont des racistes ! » (Mélenchon/RMC)

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, Jean-Luc Mélenchon se défend d’être dans le creux de la vague et fustige la manifestation anti-Hollande.

« Je suis diabolisé à mort. » – Jean-Luc Mélenchon

« Il faut réprimer d’une main de fer tous ceux qui sont des racistes ! Que ce soit des racistes anti-musulmans -et il y en a beaucoup !, souvent !- que ce soit des racistes anti-juifs ou tout ce que l’on veut. » – Jean-Luc Mélenchon

Mélenchon : « Christophe Barbier est un militant politique très proche de l’extrême-droite »

Invité sur France 5, Jean-Luc Mélenchon a assimilé le directeur de la rédaction de L’Express, Christophe Barbier à un « militant politique très proche de l’extrême-droite ». [...]

Pour étayer son argumentation, le co-président du Parti de gauche rappelle une Une de l’hebdomadaire qui avait fait polémique en novembre dernier. [...]

Ce n’est pas la première fois que l’eurodéputé, adepte du parler « cru et dru » – selon son expression -,  s’en prend à Christophe Barbier ou même à un journaliste de l’Express. L’an dernier lors d’un déplacement dans le Pas-de-Calais, le leader du Front de gauche a verbalement agressé un rédacteur de l’hebdomadaire, le traitant de « sale espion » et l’accusant (lui aussi) d’être « lié personnellement à l’extrême droite ».

TF1 News

Mélenchon critique Valls

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche (PG) a renouvelé aujourd’hui ses critiques contre Manuel Valls l’accusant de reprendre « les mots infâmes de l’adversaire », lors du discours de clôture du « Remue méninges » de son parti à Saint-Martin-d’Hères (Isère).

Hebergeur d'image

« Le pire ce n’est pas de répandre de la résignation, pourvoyeur du Front national, (…) le pire c’est de reprendre les mots les plus infâmes de l’adversaire pour dire que le problème c’est l’immigré« , a dit devant environ 2000 militants, le coprésident du Parti de gauche.

« Le problème c’est pas l’immigré c’est le financier. Jamais nous ne permettrons que le réel soit renversé », a-t-il ajouté avant de qualifier le discours de Manuel Valls de « sécuritaire et démagogique ».

« Il faut cesser de traiter ceux de nos compatriotes du seul fait qu’ils soient musulmans comme des gens à part », a poursuivi l’ancien candidat à la présidentielle. [...]

Le Figaro