Municipales : la droite a-t-elle séduit les électeurs musulmans ?

Des villes populaires, où la droite avait ciblé les électeurs musulmans, sont tombées dans son escarcelle lors des municipales, relançant l’hypothèse d’un « vote musulman » en train d’échapper à la gauche.

A Marseille, le candidat socialiste malheureux, Patrick Menucci, a imputé une partie de sa défaite à la perte d’électeurs musulmans après une campagne dure sur le mariage homosexuel. [...]

Hebergeur d'imageObservant cette crispation, le patron de l’UMP Jean-François Copé avait appelé ses troupes à partir à la conquête des électeurs musulmans, qui avaient voté à 85% pour François Hollande au second tour de la présidentielle.

Plusieurs candidats de Seine-Saint-Denis l’ont pris au mot. A Aulnay-sous-Bois, le représentant de l’UMP a distribué le livre « Mehdi met du rouge à lèvres »; au Blanc-Mesnil, le candidat UMP a adressé un courrier aux électeurs mettant en garde contre « la théorie du genre »…

Selon M’hammed Henniche, secrétaire général de l’Union des associations musulmanes du département (UAM93), la campagne de « séduction » s’est aussi traduite par des marques de « respect », destinés à faire oublier les polémiques sur le halal, la burqa ou les prières de rue qui avaient marquées la présidence de Nicolas Sarkozy.

« Il y a eu plein de petits signes destinés à dire +Sarko c’est fini, oubliez les folies islamophobes de sa fin de règne+ », dit-il, en citant la présence de femmes voilées sur les listes d’Aulnay-sous-Bois et d’Argenteuil (Val d’Oise) ou des visites dans des lieux de culte comme à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). [...]

Philippe Velilla, auteur de « la République ou les tribus », y voit la preuve de l’émergence d’un « vote musulman ». « En déplaçant au niveau national 20% de ce vote qui représente 5% des suffrages exprimés à son avantage, la droite gagnerait un point, les élections se jouent parfois à cela », dit-il. [...]

Vincent Tiberj, chercheur à Sciences Po, conteste l’idée même d’un vote lié à l’islam. Les musulmans sont souvent issus du Maghreb, d’Afrique ou de Turquie, souligne-t-il : « ce n’est pas leur religion mais leur origine, leur visibilité qui crée le vote à gauche ». [...]

Le Point

Quand iTélé confond Jean-François Copé avec un comédien…

Ce matin, à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé a réagi aux récentes informations du « Canard Enchaîné » concernant l’affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy . [...]

Hebergeur d'imageSeulement au moment des déclarations du président de l’UMP, iTélé a confondu Jean-François Copé avec… le comédien Kev Adams. [...]

Morandini

8 millions réglés par l’UMP à des amis de Copé ? Màj : Copé porte plainte contre le député UMP Tardy

Addendum : Jérôme Lavrilleux, le directeur de cabinet de Jean-François Copé, le président de l’UMP, a déclaré, jeudi sur RMC dans l’émission «Les Grandes Gueules», vouloir poursuivre en justice le député UMP Lionel Tardy. « Nous allons porter plainte contre lui. Les accusations qu’il porte sont extrêmement graves », a-t-il confié.

(…) Le Parisien

Rappel : Le tweet envoyé par Lionel Tardy, député UMP :

 

——————————————

Le Point révèle comment Jean-François Copé a sponsorisé avec l’argent de son parti la société de communication fondée par deux de ses proches.

Les militants UMP qui ont cotisé pour le Sarkothon ne diront pas merci à Bygmalion. Au moment où Copé leur demandait de renflouer les caisses du parti de 11 millions d’euros, l’agence de communication appartenant à deux de ses anciens collaborateurs venait d’empocher de l’UMP huit millions d’euros pour avoir organisé les meetings de la campagne 2012.

Selon des documents dont Le Point a eu connaissance, Events et compagnie, la filiale événementielle de Bygmalion, a profité de la période faste de la présidentielle pour charger la mule sur certaines prestations facturées à l’UMP hors appels d’offres. Lors des meetings, les frais de traiteur, de retransmission vidéo et d’éclairage atteignaient parfois le double des tarifs habituels !

Le Point a enquêté sur ce que certains au sein du parti qualifient de véritable « hold-up » : entre 2010 et 2012, alors que les finances de l’UMP sombrent dans le rouge, la petite boîte de com’ connaît, elle, une santé florissante… (…)

Mais le plus troublant, c’est l’origine même de Bygmalion. En épluchant les statuts de la société, Le Point a découvert un montage financier particulièrement sophistiqué avec un actionnaire resté caché pendant trois ans : une SARL logée au Luxembourg…

Derrière cette mystérieuse société, se dissimule le holding familial d’Emmanuel Limido, un gestionnaire de fonds très lié au Qatar. Coïncidence : en 2006 et 2007, Jean-François Copé alors ministre du Budget avait donné son feu vert pour la vente au Qatar de deux joyaux immobiliers de l’Etat. (…)

Le Point

 

L’UMP prédit que le communautarisme du PS va se retourner contre la majorité

Pour Jean-François Copé, l’anti-sarkozysme de l’électorat musulman ne serait dû qu’à « une très grosse campagne d’intox de la gauche contre Nicolas Sarkozy et la droite en général.

Pas question de «cibler» l’électorat musulman, jurent en chœur Jean-François Copé et François Fillon. Le président de l’UMP comme l’ex-premier ministre sont parfaitement conscients de la faiblesse de la droite dans cette catégorie de la population, alors qu’elle est ultramajoritaire chez les catholiques et les juifs pratiquants. Ils voient bien l’impact des projets sociétaux du gouvernement sur les croyants, toutes religions confondues. Et pourtant, ils assurent ne pas en tenir compte dans leur stratégie pour les municipales. Pas seulement par conviction républicaine, mais parce que, comme l’affirme Jean-François Copé, ils pensent que «c’est l’approche communautariste du PS, théorisée par Terra Nova, qui est en train de couler la gauche» dans ces catégories de population.

Lors de sa visite en Israël, fin janvier, François Fillon a été interpellé sur le même sujet, mais en des termes différents, lors d’une conférence devant un public francophone.

Son interlocuteur lui a demandé si les «5 millions d’électeurs musulmans» n’étaient pas «maîtres du jeu» dans un pays où l’écart entre le vainqueur et le vaincu de la présidentielle n’excédait jamais 4 % des voix.

«La France est un pays laïc, lui a répondu François Fillon avec véhémence. On ne va pas se mettre à compter le nombre de musulmans, de juifs, de chrétiens, sinon on n’est plus dans la République!» (…)

Le Figaro

Roger Cukierman à propos des violences causées par les jeunes issus de l’immigration (vidéo)

Recevant Jean-François Copé, Roger Cukierman estime que les jeunes de banlieue issus de l’immigration commettent « plus de la moitié des violences homophobes, xénophobes, antisémites et racistes qui sont commises en France »

Polémiques et rapports sur l’intégration

Tribune de Caroline Fourest

L’ensemble de rapports commandés par le premier ministre en vue de refonder les politiques d’intégration méritent qu’on en débatte. Cinq volets en tout, souvent pilotés par des hauts fonctionnaires ou des membres de la société civile, qui citent parfois des auteurs universalistes, mais assez souvent des sociologues militants aux Indigènes de la République. Un mouvement clairement en guerre contre le modèle républicain. [...]

Hebergeur d'imageDécidément féru d’anglais, le rapport propose aussi de créer un délit de « harcèlement racial » et non raciste. Quitte à laisser penser que les races existent et donc à réactiver les catégories racistes au lieu de les déconstruire.

Pour être clair, ce rapport s’inscrit dans la ligne idéologique du droit à la différence plutôt qu’à l’indifférence, de la diversité plutôt que l’égalité, dans la ligne multiculturalisme plutôt que républicaine. Il se résume beaucoup à louer sur tous les tons les différences culturelles. Ce qui ne coûte pas cher, reste au mieux incantatoire et favorise au pire plutôt ce qui divise que ce qui rassemble. [...]

Le rapport « mobilité », piloté par Fabrice Dhume et Khalid Hamdani, est peut-être le plus intéressant, et en même temps celui qui sème la tempête en proposant de supprimer les lois sur les signes religieux, dont le voile, en la qualifiant de « discriminatoire ».

Ce qui condamne d’autres aspects plus intéressants du rapport. Comme une autre proposition, plus compréhensible, visant à permettre aux mères voilées d’accompagner les sorties scolaires. Ou encore la dénonciation, très juste, d’une orientation scolaire très inégale, qui cible et freine les enfants d’immigrés. Des constats justes gâchés par la démagogie contre la laïcité. [...]

Jean-François Copé est de mauvaise foi quand il feint d’attribuer à la gauche le monopole de la tentation électoraliste et communautariste, alors que ce n’est pas la ligne du gouvernement que Nicolas Sarkozy en a été le champion toutes catégories. Son Commissaire à la diversité, Yazid Sabeg, produisait des rapports ayant la même tonalité. [...]

Huffington Post

Le NPA à la recherche d’un million d’euros

Un million d’euros : c’est ce qu’espère récolter le NPA en lançant un appel aux dons pour faire face à ses problèmes financiers. Une initiative qui n’est pas sans rappeler celle de l’UMP lancée il y a quelques semaines. [...]

Hebergeur d'image

Le NPA, fauché comme les blés

« Nous, contrairement à l’UMP, nos comptes de 2012 ont été validés. On n’a pas triché, on n’a pas magouillé, on n’a pas beaucoup dépensé non plus puisqu’on a dépensé 800.000 euros à peu près », a déclaré Philippe Poutou. Mais « on a des problèmes financiers puisqu’on n’a plus le financement public, suite à nos petits scores aux législatives de l’année dernière », a relevé le militant d’extrême gauche.

Visant « un peu plus d’un million d’euros », le NPA « lance un appel au peuple de gauche », pour que « la voix anticapitaliste se fasse entendre ». [...]

Jean-François Copé, président de l’UMP a-t-il envoyé un chèque de solidarité ? « Non et il ne le fera pas », a répondu l’ex-candidat à l’Elysée et « on n’en veut pas, qu’il se démerde de son côté »… [...]

TF1 News

UMP : Quand les donateurs deviennent adhérents par défaut

UMP – Cela le « touche beaucoup ». La souscription nationale lancée par l’UMP le 4 juillet pour combler un « trou » de 11 millions d’euros, après le rejet des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, a pour l’heure permis de récolter près de sept millions d’euros, a indiqué Jean-François Copé lundi 22 juillet.

« Nous ne sommes plus très loin d’atteindre maintenant les sept millions d’euros », a déclaré le président de l’UMP sur Europe 1,  jugeant toutefois être « loin du compte » malgré la générosité des sympathisants du parti.

Outre cet afflux d’argent frais, Jean-François Copé s’est réjoui de l’arrivée de « près de 40.000 adhérents supplémentaires à l’UMP », ce qui selon lui « montre (…) que l’UMP va de mieux en mieux parce qu’elle incarne un chemin d’alternance pour les Français ».

Si le député-maire de Meaux n’a pas précisé depuis quand ces nouvelles adhésions ont été enregistrées, il s’est aussi gardé de rappeler que tout don égal ou supérieur à 35 euros entraînait une adhésion automatique à l’UMP.

Un détail que le parti précise sur son site, même s’il est possible de cocher une case discrètement mentionnée pour ne pas adhérer au mouvement [...]

Huffington Post

Copé lance une « grande souscription nationale » : plus de 4 millions d’euros déjà récoltés et un coût élevé pour l’Etat (MàJ N°5)

Addendum 10.07.2013 : Quatre millions de dons récoltés

L’UMP avait recueilli mercredi plus de quatre millions d’euros de dons pour renflouer ses caisses après l’invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, qui représente un manque à gagner de 11 millions d’euros.

Le parti d’opposition, qui est endetté à hauteur de 55 millions d’euros et se voit contraint de donner des gages aux banques sur sa solvabilité, a lancé la semaine dernière une souscription nationale à la suite de la décision du Conseil constitutionnel.

« Nous avons dépassé les 4 millions d’euros de dons. Merci à tous! La mobilisation continue », a écrit mercredi Jean-François Copé, le président du parti, sur son compte Twitter.

Yahoo

____________________________

Addendum 08.07.2013 : Plus de deux millions d’euros récoltés

La souscription lancée par l’UMP pour renflouer ses caisses se poursuit, grâce à la forte mobilisation médiatique du parti d’opposition.

Où en est la collecte ?

Ce lundi matin, la trésorière de l’UMP, Catherine Vautrin, affirmait sur Europe 1 que 2,1 millions d’euros avaient déjà été récoltés. Au siège de l’UMP, on précise qu’il ne s’agit que des dons effectués par virement, en ligne, «déjà crédités sur le compte de l’UMP». Les chèques reçus par la Poste ne sont donc pas encore comptabilisés. [...]

Libération

__________________________

Addendum 06.07.2013 : Près d’un million d’euros déjà récoltés

Les dons semblent affluer au siège de l’UMP, deux jours après le rejet par le Conseil constitutionnel des comptes de campagne pour la présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy.

Interrogé par RTL alors qu’il se trouve à la première édition de la Fête de la Violette à la Ferté-Imbault (Loir-et-Cher), Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP, a affirmé qu’«on approche probablement le million d’euros ce matin.»

Selon une source de l’entourage de Jean-François Copé, «samedi à 8 heures on avait dépassé les 900 000 euros.» Ce montant, correspondant à ce qui a déjà été réglé par internet via le site de l’UMP, exclut les dons par courrier que le parti devrait commencer à récolter dans les prochains jours. [...]

Le Parisien

__________________________

Addendum 06.07.2013 : L’appel aux dons de l’UMP va coûter cher à l’État

La souscription nationale de l’UMP ne sera pas sans coût pour l’État. Si le Conseil constitutionnel a rejeté le compte de campagne de Nicolas Sarkozy et prive donc l’UMP de 11 millions d’euros de remboursement étatique, l’ouverture de la souscription entraîne automatiquement le droit à des réductions d’impôts pour les particuliers et qui sera donc supportée par l’État durant plusieurs années.

C’est la loi: tout citoyen faisant un don à une association se voit gratifié d’un coup de pouce fiscal. Dans le cas des partis politiques, le versement d’un don à une association agréée de financement d’un parti (ici, l’Association nationale de financement de l’UMP) ouvre le droit à une réduction d’impôt égale à 66% du montant du don. Par exemple, une personne donnant 50€ à l’UMP n’en paiera en réalité que 17€.

Si l’UMP réussit à récolter ses 11 millions d’euros, il en coûtera donc à l’État 7,26 millions de cadeau fiscal. Il s’agit toutefois de la somme maximale. De nombreux mécanismes font que l’addition finale devrait être moins élevée. Il suffit que les personnes donnant à l’UMP décident, en contrepartie, de donner moins aux associations caritatives qu’elles financent habituellement pour que la facture pour l’État baisse mécaniquement.

La loi prévoit également des limites aux dons et au montant du remboursement. Un citoyen ne peut pas donner plus de 7500€ par an à un parti politique, soit une limite de 15.000 € par foyer fiscal. En donnant la somme maximale, le contribuable se voit donc offrir une réduction d’impôt de 4950€, soit 2550€ réellement sortis de sa poche. […]

Le Figaro

Les sympathisants de l’UMP répondent positivement à l’appel aux dons lancés hier soir par le président du parti Jean-François Copé.

A la mi-journée, aujourd’hui, le montant des versements recueillis via Internet atteignait 330.706 euros. « Et encore, précise-t-on rue de Vaugirard, le serveur a planté pendant une heure et demie ce midi. » [...]

Le Figaro

__________________________

Addendum 05.07.2013 : Nicolas Sarkozy demande à ses «amis» de l’aider

Au lendemain de l’invalidation de son compte de campagne par le Conseil constitutionnel, l’ancien chef de l’État dénonce sur Facebook une «situation inédite» et promet de «s’engager» pour son parti. Il devrait être présent lundi lors du bureau politique extraordiinaire de l’UMP.

Comme il l’a annoncé par communiqué jeudi après-midi, Nicolas Sarkozy retrouve donc sa «liberté de parole». Il a critiqué ce vendredi matin, dans un message sur Facebook, la décision rendue par le Conseil constitutionnel [...]. « Je dois assumer mes responsabilités en m’engageant pour la garantie d’une expression démocratique libre dans notre pays. Je vous demande de m’aider en vous mobilisant, comme je vais le faire, à cette fin», écrit Sarkozy dans ce message. Il insiste aussi sur le caractère, à ses yeux disproportionné, de la sanction [...].

Le Figaro

__________________________



Jean-François Copé a annoncé jeudi soir le lancement d’une « grande souscription nationale » après la confirmation par le Conseil constitutionnel du rejet du compte de campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy

L’initiative sera-t-elle suffisante pour sauver l’UMP?

Jean-François Copé a appelé « les militants », « sympathisants » et tous les Français à répondre à cette campagne de dons « afin de barrer la route » à ceux qui rêvent de « voir l’espace politique français monopolisé par la gauche et par les partis extrémistes« . « La voix de l’UMP ne s’éteindra pas », a-t-il promis, dans une déclaration au siège de l’UMP.

JDD

Souvenirs, souvenirs …

La « contagion » des accords avec le FN inquiète à l’UMP

Olivier Lapierre, ancien maire UMP de Saint-Gilles, a été exclu du parti. Celui-ci souhaitait un accord avec le Front national aux municipales de 2014. Cette décision est l’occasion pour Jean-Fraçois Copé de rappeler la ligne de conduite de sa formation face à la montée électorale du parti d’extrême-droite.

Hebergeur d'image

Jean-François Copé a voulu faire un exemple. Le conseiller général UMP du Gard Olivier Lapierre a été exclu du parti mercredi. L’ancien maire de Saint-Gilles avait annoncé qu’il souhaitait et soutiendrait la candidature du député du FN Gilbert Collard aux municipales de 2014. [...]

L’exclusion d’Olivier Lapierre est donc l’occasion pour Copé de rappeler «qu’aucun accord d’aucune sorte ne sera accepté avec le Front national», alors que beaucoup à l’UMP craignent une «contagion». «Rien ne bougera au niveau national, rien ne peut bouger sans quoi nous sommes morts. Mais dans les petites villes, on voit nos digues s’effondrer une à une», déplore un ténor UMP de la région Paca.

Dans les rangs du parti, certains doutent de l’efficacité de la stratégie arrêtée par Nicolas Sarkozy et défendue par Jean-François Copé. «La diabolisation du FN a prouvé ses limites électorales, c’est l’une des leçons à tirer des partielles», poursuit l’élu. [...]

Le Figaro