Fusillade aux Izards à Toulouse : un mort et deux blessés dans la pizzeria Le Milano. Màj vidéo

Addendum vidéo :

———————————–

Une fusillade a éclaté hier soir dans une pizzeria du quartier sensible des Izards à Toulouse, faisant un mort et deux blessés. En décembre dernier déjà, des tirs avaient éclaté à trois reprises dans ce quartier. L’une de ces rafales avait entraîné la mort d’un jeune de 18 ans.

Le quartier des Izards à Toulouse a été le théâtre, hier soir, d’une nouvelle fusillade mortelle. Aux alentours de 23 heures, un homme a été abattu à la pizzeria Le Milano, route de Launaguet, deux autres personnes ont été blessées. Les circonstances des coups de feu restaient floues, hier soir….

Hier soir, la police s’est refusée à tout commentaire sur les événements. Certaines sources évoquaient «un abattage» qui n’a laissé aucune chance à la victime dont on ignorait l’identité.

Le jeudi 5 décembre déjà, un responsable de cette même pizzeria avait été visé par des tirs alors qu’il aidait une femme à ramener ses courses à vélo, à quelques mètres seulement de l’établissement. Il avait pris la fuite, en escaladant un grillage, au travers d’un terrain vague. Aucun lien formel n’avait été établi entre cette agression et des coups de feu tirés la veille, en plein après-midi, sur les façades de deux commerces du chemin des Izards à quelques encablures de là. Le client d’un salon de coiffure avait été blessé par des éclats de verre. L’escalade de la violence dans ce quartier avait atteint son apogée dans la nuit du 8 au 9 décembre lorsqu’un jeune homme de 18 ans, Nabil Bennani avait trouvé la mort au pied d’un immeuble, rue des Chamois, après avoir été victime d’une rafale de Kalachnikov. Un autre jeune homme, présent à ses côtés, avait été grièvement blessé à la main…

La Dépêche, merci à Julien271

Fusillades à Toulouse : un suspect remis en liberté

« Il n’y avait pas suffisamment d’éléments pour que ce garçon reste en prison », a assuré l’avocat d’un Toulousain de 27 ans, incarcéré depuis le 20 décembre pour tentative de meurtre après des fusillades dans le quartier sensible des Izards.

Un Toulousain de 27 ans, incarcéré depuis le 20 décembre pour tentative de meurtre après des fusillades dans le quartier sensible des Izards, a été remis en liberté vendredi 27 décembre mais reste placé sous contrôle judiciaire strict, a assuré son avocat. Il devra se présenter chaque jour au commissariatde police et ne pas quitter son domicile toulousain.
« Les magistrats de la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Toulouse ont estimé qu’il n’y avait pas suffisamment d’éléments pour que ce garçon reste en prison« , a commenté l’avocat du jeune homme, Me Alexandre Martin. « Le dossier est vide, l’implication de mon client n’était nourrie que par la rumeur », a-t-il soutenu.

Cet habitant les Izards reste cependant poursuivi pour tentative de meurtre contre un employé d’une pizzeria, cible d’un tir de 11.43, le 5 décembre, route de Launaguet, après avoir été percuté par une voiture. Il est également toujours mis en examen pour « port et transport d’arme » de première catégorie et « association de malfaiteurs ».

(…) RTL.fr

500 personnes défilent à Toulouse en mémoire de Nabil, tué dans une fusillade à la kalachnikov

500 personnes ont défilé dimanche après-midi dans les rues des Izards. Une marche blanche en hommage à Nabil, un jeune du quartier mortellement blessé lors d’une fusillade une semaine plus tôt.

La Dépêche du Midi évoque l’hypothèse de règlements de comptes entre deux clans « qui pourraient être liés à des contentieux sur fonds de trafic de stupéfiants. »

(…) France 3 Midi Pyrénées

Toulouse : un homme frappé avec une machette par plusieurs individus aux Izards

La plaie était spectaculaire, l’hémorragie massive et l’inquiétude réelle hier en milieu d’après-midi quand un homme a été agressé aux abords du métro des Trois-Cocus, dans le quartier des Izards, à Toulouse.

Cet homme a été agressé semble-t-il par plusieurs individus et aurait été frappé sur le sommet du crâne avec une machette, ou une petite hache !

Il a trouvé refuge dans la pharmacie voisine où cet homme a perdu connaissance. Un médecin qui se trouvait là lui a prodigué les premiers soins avant l’arrivée des pompiers et d’une équipe du Smur 31.

La victime a été évacuée vers les urgences de l’hôpital Purpan. Le médecin du Samu était alors inquiet et le pronostic vital semblait engagé.

Hier soir, le scénario de l’altercation restait à écrire mais il semble que la victime se soit déplacée jusqu’aux Izards pour «venger» sa femme. Seulement sur place, il se serait retrouvé face à des individus biens décidés à ne pas s’en laisser conter. Une version que l’enquête de la sûreté va devoir confirmer.

La Dépêche
(Merci aux lecteurs)

Un pavé jeté sur le taxi de Japonais aux Izards

Une équipe de journalistes japonais a été prise à partie jeudi midi, par plusieurs jeunes, dans le quartier des Izards. Un lourd pavé a été jeté sur le pare-brise de leur taxi. Personne n’a été blessé.

L’affaire Merah a jeté, par ricochet, un coup de projecteur sur le quartier dit sensible des Izards à Toulouse où le « tueur au scooter » avait passé son enfance. Depuis, les journalistes du monde entier se pressent dans la cité pour illustrer leurs reportages et tenter de comprendre le parcours du terroriste.

Ce soudain intérêt n’est pas du goût de certains habitants du quartier. Jeudi, une équipe de tournage, venue du Japon, en a fait les frais. « J’ai chargé ces quatre personnes au niveau de la place Wilson vers 11 h 45, raconte, encore sous le choc, un chauffeur de taxi. Les journalistes voulaient que je les emmène aux Izards et dans les quartiers sensibles de Toulouse. J’ai un peu hésité mais je me suis dit qu’à midi, en pleine semaine, on ne craignait rien. »

Le taxi prend donc le chemin des Izards et parcourt la cité. « Tout à coup, je ne sais pas pourquoi, sans doute parce qu’ils filmaient, on a été pris à partie par des jeunes, relate-t-il. J’ai reçu un pavé sur le pare-brise, côté passager. Heureusement, il n’a pas traversé. Tout de suite, on a décidé de repartir et on a continué d’être caillassés. »

Journalistes et chauffeur de taxi sont très choqués. « On a vérifié que personne n’était blessé car il y avait beaucoup de morceaux de verre. Heureusement, les dégâts n’étaient que matériels. » L’artisan a porté plainte auprès de la police.

Il déplore : « Les Japonais ont tout filmé et vont le diffuser. Quelle image va-t-on donner de Toulouse et de la France dans le monde entier ? »

[...]

La Dépêche

(Merci à Julien271)

Toulouse (31) : Descente aux Izards : l’arrestation d’un trafiquant de drogue vire au combat de rue

Deux policiers ont été blessés lors d’une descente aux Izards, à Toulouse. L’agresseur, de la cocaïne plein les poches, parle d’accident mais réfléchit à la maison d’arrêt.

Deux policiers arrêtés pour plusieurs semaines et un garçon âgé de 21 ans en prison pour six mois. Le bilan d’une opération antidrogue menée vendredi après-midi dans le quartier des Izards à Toulouse a été soldé devant le tribunal correctionnel, lundi. Dans le box, Oussama, 21 ans, petit sourire et explications à géométrie très variable, interpellé non sans mal par deux fonctionnaires de la compagnie de sécurisation. Deux policiers qui soignent aujourd’hui un pouce retourné et un poignet fracturé.

Demeure l’incident. Sans les conséquences physiques pour les deux policiers, on pourrait rire de la version de l’histoire racontée par Oussama. Cet inconnu des services de police, pris avec 25 g de cocaïne, descendait les escaliers avec une cagoule sur la tête. Les guetteurs avaient donné l’alerte et les habitués du hall ont pris aussi sec la poudre d’escampette. Sauf Oussama. « Ce qui montre bien que ce n’est pas un habitué », prévient Me Levy. (…)

La confrontation a été musclée et le suspect finalement maîtrisé. Alors trafiquant de drogue ? « Non j’avais trouvé la cocaïne près d’un banc », ose l’apprenti dealer.

Le procureur Belacel manque s’étouffer. Oussama avait aussi 950 € dans ses poches. L’argent du trafic selon les policiers.

« Non je travaille au noir sur les marchés et je voulais envoyer de l’argent aux pays. Ma mère est malade. » (…)

Autre dérapage

Contrairement à Oussama, Mohamed Zmerli, 20 ans, est un habitué des services de police.

Interpellé le 7 janvier, pris avec un peu de shit et de coke toujours aux Izards, il aurait pu poursuivre sa soirée après des vérifications. Seulement au moment de partir, tout a dérapé. « Un policier m’a insulté », affirme-t-il. « Faux » répliquent les policiers. (…)

La Dépêche