Italie : face au racisme, la ministre congolaise contre-attaque

Sous le feu des attaques racistes depuis sa prise de poste dans le gouvernement transalpin, la ministre de l’Intégration d’origine congolaise, Cécile Kyenge, a décidé de contre-attaquer. Elle a décidé de se battre pour un « changement culturel » en Italie.

« Je demande un vrai changement culturel. Chacun de nous doit prendre ses responsabilités et participer à la création d’un climat serein ». Premier visé : le parti de la Ligue du Nord, anti-immigrés. «J’attends que le leader de ce parti intervienne personnellement».

Le changement est déjà en cours, estime-t-elle. Elle avoue même travailler à une grande campagne contre le racisme en Italie.

Son objectif : faire comprendre que les différences « ne tuent pas » mais qu’elles « enrichissent ».

jeuneafrique.com

————————-

[ RAPPEL] Cécile Kyenge a reconnu avoir pénétré illégalement sur le territoire italien lors de son arrivée. Elle a créé la polémique en disant vouloir supprimer la notion d’immigration clandestine. 

Elle est issue d’une famille de 38 enfants et a déclaré :  « Cela facilite les relations avec l’autre partie de la société, en dehors de la famille ». Cette déclaration a suscité de vives réactions en Italie. Une député a répliqué en se demandant si, après la loi sur l’immigration, “le ministre Kyenge compte aussi présenter une loi autorisant la polygamie, basée sur son expérience familiale au Congo ?“. Les Observateurs

Italie : Des Marocains défèquent sur l’autel de l’église

Quatre jeunes Marocains sont rentrés par effraction dans le presbytère de l’église de Serravalle a Po, dans le Mantouan, en Lombardie. Ils ont forcé la porte de la chambre de la sœur supérieure et ont volé ce qu’ils ont pu y trouver comme argent.

«Je suis désolé, parce que, à ce qu’il semble, cet acte a été accompli par quatre jeunes Marocains. Ils ont montré leur mépris vis-à-vis de notre religion. Mais si moi je faisais la même chose dans une mosquée, ils me couperaient le cou, oui ou non ?»

«S’ils étaient venus voler de l’argent parce qu’ils ont faim, je n’aurais pas même porté plainte : je leur aurais pardonné. Mais ce qu’ils ont fait dans l’église est un geste sur lequel on ne peut pas passer, c’est inqualifiable».

Le Salon beige (Merci à Stormisbrewing)

Malte et l’Italie demandent à l’Union Européenne d’agir face à l’immigration clandestine

Malte et l’Italie sont en première ligne face à l’afflux de demandeurs d’asile qu’ils doivent garder sur leur territoire, le temps que leur dossier soit examiné.

Les chefs de gouvernement maltais et italien ont demandé à l’Union européenne de faire davantage face au drame des migrants qui tentent de traverser la Méditerranée au péril de leur vie.

Le Premier ministre maltais a réclamé de nouvelles règles européennes, jugeant la situation « insoutenable » sur sa petite île après l’arrivée de centaines d’immigrés. Il estime que Malte a été « laissée seule » et réclame « une politique de l’UE cohérente ». « Les discours vides sur la solidarité ne suffisent pas », a-t-il ajouté.

Selon les règles actuellement en vigueur, les demandeurs d’asile doivent rester dans le premier pays européen dans lequel ils entrent dans l’attente que leur demande soit acceptée ou refusée. Il est également interdit de rapatrier les réfugiés sans avoir examiné leur demande d’asile.

L’Italien Enrico Letta a estimé que « l’Europe doit faire davantage en tant qu’Union européenne » sur cette question « très significative des flux migratoires ». Le problème de l’immigration clandestine « doit être géré surtout à travers des politiques efficaces et de coopération dans les pays de provenance, en Libye et là où le flux migratoire est massif », a estimé Enrico Letta.

Malte a vu arriver sur son territoire plus de 1 200 immigrés depuis le début de l’année. En proportion avec sa population, Malte a le plus grand nombre de demandeurs d’asile en Europe, avec 21,7 demandeurs pour 1 000 habitants.

Devant la presse étrangère, Joseph Muscat, premier ministre de Malte a fermement rejeté les critiques à sa politique de lutte contre l’immigration, assurant qu’il était « anti-xénophobe » et partisan d’une société multiculturelle dans laquelle les immigrés seraient intégrés.

 

lepoint.fr

Un dirigeant italien compare une ministre noire à un singe

Le vice-président du Sénat italien, membre du parti populiste anti-immigration Ligue du Nord, a comparé la première ministre noire italienne, Cecile Kyenge, à un « orang-outan ».

Hebergeur d'image

Ses propos lui ont valu des appels à la démission. Roberto Calderoli,  vice-président du Sénat italien a comparé la première ministre noire italienne, Cecile Kyenge, à un « orang-outan ». « J’aime beaucoup les animaux – les ours et les loups, comme chacun sait – mais quand je vois des photos de Kyenge, je ne peux m’empêcher de penser qu’elle a les traits d’un orang-outang, même si je ne dis pas qu’elle en est un », a déclaré celui qui fut par deux fois ministre sous Silvio Berlusconi lors d’un rassemblement politique samedi à Treviglio, dans le nord de l’Italie.

Roberto Calderoli a également estimé que l’ascension de Cecile Kyenge, née en République démocratique du Congo, jusqu’à sa nomination comme ministre de l’Intégration, donnait envie aux « immigrants illégaux » de venir en Italie.

Au lieu de cela, Cecile Kyenge, qui a la nationalité italienne, ferait mieux d’être ministre « dans son propre pays », avait ajouté Calderoli, cité par les médias italiens.

TF1 News

Italie (Turin) : un chauffard albanais condamné à 21 ans de prison pour avoir tué 4 jeunes originaires du Var

La cour d’assises de Turin a reconnu coupable, le 20 juin, un chauffard albanais d’homicide volontaire. Le conducteur, qui a tué 4 jeunes Varois en 2011 en Italie, a été condamné en appel à 21 ans et 6 mois de prison. Une peine identique à celle prononcée en 1ère instance.

(…) France 3 Cote d’Azur

«L’Italie paye les immigrants pour qu’ils aillent en Allemagne»

[extraits] “L’Italie paye les immigrants pour qu’ils aillent en Allemagne”, titre le journal Linkiesta, qui cite une accusation du bureau de l’immigration de Hambourg.

Les autorités de Hambourg déclarent avoir arrêté quelque 300 immigrants africains, titulaires de permis de séjour temporaires expirés, qui leur avaient remis en Italie. Elles exigent que ces immigrants soient réexpédiés en Italie.

Les immigrants ont déclaré que les autorités italiennes leur avaient explicitement dit d’aller en Allemagne, et qu’on leur donnait jusqu’à 500 euros s’ils acceptaient.

Selon le site internet, les autorités italiennes ont tacitement admis leur responsabilité et se sont déclarées prêtes à reprendre les immigrants.

Le problème découlerait de la nécessité de fermer les centres de détention provisoire en Italie. Il impliquerait un nombre bien plus important d’immigrants à travers l’Allemagne.

presseurop.eu

Kyenge,1e femme noire ministre en Italie

Parmi les nouveaux visages apparus dans le gouvernement d’Enrico Letta, dévoilé samedi, figure celui de Cécile Kyenge, nommée ministre de l’Intégration et première femme noire de l’histoire de l’Italie à accéder au rang de ministre. « C’est un pas décisif pour changer concrètement l’Italie », a commenté cette oculiste de 49 ans originaire de la République Démocratique du Congo et arrivée en Italie en 1983.

Sa priorité, le droit du sol: « Je rencontrerai probablement des résistances, nous devrons beaucoup travailler pour y arriver », a-t-elle reconnu alors que la citoyenneté italienne est basée sur le droit du sang. « Un enfant, fils d’immigrés, qui est né ici et qui se forme ici doit être un citoyen italien », a-t-elle expliqué.

(…) Le Figaro

Italie. Napolitano réélu : Un «coup d’État» pour Beppe Grillo (MàJ vidéo)

Portrait de Beppe Grillo, qui nous apprend surtout qu’on peut se passer des médias officiels :

———————–

Le chef du mouvement contestataire 5 Etoiles (M5S), Beppe Grillo, a appelé aujourd’hui les Italiens à le rejoindre devant le parlement pour protester contre la réélection du président Giorgio Napolitano, qu’il a qualifiée de «coup d’Etat».

Ses propos ont été critiqués par le reste de la classe politique, certains comparant sa décision de manifester devant le parlement à la «marche sur Rome» de Benito Mussolini avant sa prise de pouvoir en 1922.

Giorgio Napolitano a été réélu pour un second mandat à la tête de l’Italie après avoir accepté de se porter candidat à la demande des responsables de plusieurs formations politiques pour sortir le scrutin de l’impasse.

Beppe Grillo, qui avait déjà attiré des dizaines de milliers de sympathisants à Rome avant les élections législatives des 24 et 25 février, a déclaré qu’il quittait immédiatement le nord de l’Italie où il se trouve, à 650 kilomètres de Rome, pour se rendre au parlement.

«Il y a des moments décisifs dans l’histoire d’une nation», a déclaré l’ancien humoriste sur son blog dans un message intitulé « Appel aux Italiens ». «Je serai ce soir devant le parlement. J’y resterai autant que nécessaire. Nous devons être des millions. »

Le Figaro

700 migrants d’Afrique noire interceptés au large de l’Italie

Les garde-côtes italiens ont annoncé avoir intercepté ces deux derniers jours près de 700 migrants, pour la plupart originaires d’Afrique noire, à bord de dix embarcations au large des côtes de Sicile.

« Avec l’arrivée du printemps et l’amélioration des conditions météorologiques, les tentatives de rejoindre les côtes italiennes ont massivement augmenté », a commenté la garde-côtes dans un communiqué.

Nouvel Obs

Italie : le président de la communauté juive juge Beppe Grillo « plus dangereux que les fascistes » et recommande de fuir en Israël

ROME – Pour Riccardo Pacifici, président de la communauté juive de Rome, le péril vient désormais du Mouvement de Beppe Grillo qui a recueilli un quart des suffrages aux dernières élections.

Il explique que les juifs italiens « doivent commencer à se préparer lentement à émigrer en Israël ». Les raisons ? D’abord l’immigration musulmane (…) et ensuite le parti de Grillo, qui est « plus dangereux que les fascistes » parce qu’il n’a pas de programme clair (…)

A lire sur Novopress

Philippe Villin : “Sortir de l’euro, non ! Le faire exploser, oui !”

Pour retrouver une compétitivité face à une Allemagne toute-puissante et s’engager sur la voie de la croissance, les pays de l’Europe du Sud, y compris la France, doivent initier de profondes réformes structurelles et surtout sortir du carcan de l’euro en le faisant exploser.

Je suis ravi que les Italiens aient désavoué Mario Monti: sa politique et son incapacité à rendre l’Italie compétitive rapidement ne pouvaient conduire qu’à sa ruine [...] il a plongé son pays dans la récession- déflation entraînant une explosion du chômage. En Diafoirus de la médecine allemande, il avait prodigué à son pays le même traitement diabolique que celui appliqué à la Grèce, au Portugal, à l’Espagne et maintenant à la France, c’est-à-dire une augmentation massive des impôts et une tentative de baisser les salaires. Il aurait dû faire des réformes structurelles, n’augmenter les impôts qu’à la marge et surtout dévaluer.

Mais il eût fallu bien sûr pour cela que l’euro explose. En effet, l’euro est devenu intolérable pour les Italiens comme pour les Français tandis qu’il fait “crever la gueule ouverte” la Grèce et le Portugal et mourir à petit feu l’Espagne.

Suite et commentaires sur Fortune