Le meilleur documentaire sur le Qatar ?

Nous rediffusons ce documentaire passé inaperçu et pourtant incontournable…. Y participe d’ailleurs Pierre Péan;

Qatar, la puissance et la gloire – 18/02/14

Le Qatar est un cas unique. Grand comme la Corse, il est dirigé par un émir qui se prend pour Napoléon. Mais un Napoléon moderne, qui gagne sa puissance sans invasions ni batailles rangées…

L’entrée du Qatar dans la cour des grands s’est faite soudainement, en 1995. Cette année-là, un jeune homme inconnu renversait son père, un émir discret assis sur les plus grandes réserves de gaz du monde, dont il avait décidé de ne rien faire pour ne pas gêner ses encombrants voisins saoudiens et iraniens.

Partie 1/2 : La puissance et la gloire (1995-2008)

Partie 2/2 : Trahisons et double jeu (2008-2013)

Réalisé par Christophe Bouquet et Clarisse Feletin (2013)

L’Egypte demande l’interdiction du film « Noé » (Maj : autres pays arabes)

Maj du 13/03/2014

Le Qatar, Bahreïn et les Emirats arabes unis ne diffuseront pas le film de Darren Aronofsky, qui «va à l’encontre des enseignements de l’islam».  L’Egypte, la Jordanie et le Koweït devraient annoncer prochainement une décision similaire.

Libération

Article du 06/03/2014

Al-Azhar, la plus haute autorité islamique d’Egypte, a estimé jeudi que la superproduction hollywoodienne « Noé », dans laquelle Russell Crowe incarne la figure biblique était contraire à l’islam, et appelé à bannir le film des cinémas égyptiens.

Hebergeur d'imageLe film, qui doit être diffusé sur les écrans du plus peuplé des pays arabes à partir du 26 mars, contrevient à l’islam car il met en scène une représentation d’un prophète, a indiqué l’institution, la plus haute de l’islam sunnite. [...]

L’Egypte a déjà censuré des films, dont le célèbre « Da Vinci Code » après des plaintes de l’Eglise copte orthodoxe. En revanche, elle avait autorisé la diffusion de « La Passion du Christ » de Mel Gibson, qui décrit la crucifixion de Jésus, considéré comme un prophète par les musulmans, qui affirment toutefois qu’il n’a pas été crucifié. [...]

7sur7

Menaces islamistes contre la France et Hollande

Un site internet islamiste a diffusé des avis appelant à commettre des attaques ou des attentats contre les intérêts français et à assassiner le président François Hollande, en représailles aux interventions françaises au Mali et en République centrafricaine, rapporte SITE, service qui surveille l’activisme fondamentalisme sur le Web. [...]

Hebergeur d'image« A nos loups solitaires en France, nous disons : assassinez le président(…), terrifiez son gouvernement maudit, et faites exploser des bombes, effrayez-les, en signe de soutien à ceux qui sont vulnérables en République centrafricaine ! », lit-on sur l’un de ces avis.

Le Figaro

Le maire de Londres : les enfants d’islamistes sont des « terroristes en puissance »

Une fois de plus, on ne pourra pas accuser Boris Johnson de pratiquer la langue de bois. Le maire de Londres, dont le franc-parler est bien connu, a ainsi affirmé lundi 3 mars, dans son éditorial hebdomadaire pour le Daily Telegraph, qu’il souhaitait que les enfants élevés au sein de foyers islamistes soient retirés de leurs familles et placés sous la garde des services sociaux.

Hebergeur d'imageS’exprimant dans les pages du quotidien conservateur, Boris Johnson met ainsi en garde les lecteurs contre le risque de voir des centaines d’enfants élevés au sein de familles musulmanes « devenir des assassins en puissance ou commettre des attentats-suicides ». « Actuellement, les services sociaux n’osent pas intervenir, même quand des preuves de radicalisation existent, écrit-il ainsi. Un enfant peut être placé sous la tutelle de l’État s’il est mis en contact avec du matériel pornographique ou soumis à des sévices, mais pas si son éducation l’encourage à développer une vision sombre et nihiliste du monde capable de le transformer en assassin. » [...]

Plus tard dans la matinée, au micro de la radio LBC, le maire de Londres a précisé qu’il pensait que ce type d’intervention ne devrait pas être limité aux islamistes, mais étendu aux membres du BNP (British National Party), le parti d’extrême droite connu pour ses vues racistes. Boris Johnson est un fervent défenseur du multiculturalisme britannique, ayant lui-même du sang turc, juif, français, anglais et allemand. [...]

Le Point

Attentats islamistes au Nigéria : 100 morts en moins d’une semaine

Dans un village du nord-ouest du Nigéria, 39 personnes sont mortes dans une nouvelle attaque probablement due au groupe islamiste Boko-Haram. Cette dernière attaque fait monter le bilan des victimes à plus de 100 personnes en moins d’une semaine.

La veille, un double-attentat a eu lieu dans la ville de Maiduguri, le berceau des terroristes de Boko-Haram. Cette attaque avait fait au moins 35 morts dans un quartier animé de cette ville du nord-est du Nigera. Jeudi, ce sont au moins 32 personnes qui sont mortes lors de trois attaques menées par Boko-Haram.

Les extrémistes de Boko-Haram disent vouloir imposer un Etat islamique dans la moitié nord du Nigeria à majorité musulmane et y multiplient les attaques meurtrières. Elles y sont devenues quasi quotidiennes malgré l’imposition de l’état d’urgence et une offensive de l’armée en cours depuis mai dernier dans les Etats de Borno, Yobe et Adamawa.

Le conflit a fait des milliers de victimes, lors des raids et des attentats sanglants de Boko Haram mais également des opérations de représailles de l’armée. Il a aussi entraîné la fuite de leurs foyers de quelque 300.000 personnes, dont la moitié d’enfants, dans le nord-est du Nigeria depuis mai 2013, selon des chiffres fournis jeudi par les Nations unies.

Le JDD

«Les chrétiens du Moyen-Orient vivent leur période de déclin la plus spectaculaire, et c’est irréversible»

Selon le président de la Fondation syriaque-orthodoxe d’Istanbul, Sait Susin, plus de 5 000 d’entre eux sont arrivés en Turquie puis, de là, sont partis en Europe. Un exemples parmi d’autre de la fuite des communautés chrétiennes du Moyen-Orient.

Louis Bandak a pris la décision de partir au printemps 2013, lorsque des combattants étrangers ont contrôlé ses papiers et l’ont accusé de collaboration avec l’État sur la seule foi de son nom à consonance non musulmane.

L’église et le couvent des capucins de Deir Ezzor en Syrie, détruits le 15 avril 2013 (Photo: leveilleurdeninive.com)

Quand Louis Bandak a fui les violences en Syrie, il a trouvé refuge dans le pays que son grand-père avait dû abandonner il y a 90 ans presque jour pour jour. Louis Bandak et sa famille ont rejoint la cohorte, de plus en plus grande, de ces chrétiens qui ont traversé la frontière au Nord pour rejoindre la Turquie et laisser derrière eux une guerre qui a déjà fait plus de 140 000 victimes. «Même si je n’y étais jamais allé, je ne m’y sens pas étranger. Ici aussi, c’est chez moi», affirme-t-il à l’entrée du monastère Mor Abrohom, un vestige du Ve siècle, à une cinquantaine de kilomètres au nord du dernier village syrien. […]

S’ils ont quitté leur maison, c’est en partie parce que la communauté chrétienne, considérée comme un soutien du pouvoir de Bachar el-Assad, s’est sentie menacée par la rébellion. Les chrétiens, qui représentaient environ 10 % de la population du pays avant le conflit, se sont pourtant tenus à l’écart des affrontements entre des rebelles souvent sunnites, d’un côté et, de l’autre, Bachar el-Assad, qui appartient au clan alaouite, et ses alliés chiites. «Les chrétiens sont pris pour cible parce qu’ils sont vus comme des alliés d’Assad, mais aussi parce qu’ils représentent une cible naturelle pour les fondamentalistes», explique l’historien William Dalrymple, spécialiste des communautés chrétiennes du Moyen-Orient.

Jusqu’au déclenchement du conflit, la Syrie était un havre de paix relatif pour les chrétiens à l’image de ce que pouvait être l’ensemble du Moyen-Orient, plus tolérant il y a 50 ans, selon William Dalrymple. «Les chrétiens du Moyen-Orient vivent leur période de déclin la plus spectaculaire, et c’est irréversible », ajoute-t-il, en soulignant que l’Irak a perdu près de 70 % de sa population chrétienne depuis l’intervention américaine en 2003. […]

L’Orient Le Jour (Merci à antibarbare)

Radicalisation islamiste : Un premier centre de «prévention» créé en France

La chercheuse Dounia Bouzar annonce le lancement du «Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam», une association pour aider les familles dont un enfant se radicalise. Convaincue d’être face à un phénomène similaire à celui des sectes, elle entend fédérer travailleurs sociaux et spécialistes des dérives sectaires pour mieux prévenir les radicalisations.

«Les familles témoignent qu’elles n’ont rien vu venir, explique Dounia Bouzar, mais à vrai dire, personne ne sait aujourd’hui faire la différence entre ce qui relève de la religion musulmane et ce qui relève de l’emprise mentale. Il faut arrêter les amalgames. On sait le faire pour les autres religions, mais pas quand il s’agit de l’islam.»

Cela fait «des années» qu’elle demande aux pouvoirs publics de créer une structure de recherche sur la radicalisation de jeunes musulmans. Mais comme rien ne bouge, Dounia Bouzar a décidé de la lancer elle-même. Ce sera le «Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam» (CPDSI). «Les travailleurs sociaux constatent ces dérives depuis des années. Ils ont toujours un temps d’avance», sourit-elle.

Ces dernières semaines, avec les départs de jeunes vers la Syrie, le phénomène a explosé sur la scène publique. Une levée du tabou qu’elle juge positive. «Les familles sont soulagées de pouvoir nommer les choses et critiquer le comportement de rupture lié à l’islam radical sans pour autant faire le procès de l’islam lui-même, explique l’anthropologue. Elles peuvent se tourner vers l’assistante sociale ou la police en disant : ‘Il y a un problème. Mon enfant est en danger, aidez-moi’.’» […]

Les premières seront créées en région parisienne et à Rennes, Montbéliard et Grenoble. Là où l’anthropologue a formé des travailleurs sociaux sur la radicalisation. Les élus seront sollicités pour aider au montage financier de l’opération : «Je vais aller voir les responsables politiques, nationaux et territoriaux, tous ceux qui me soutiennent depuis des années, et leur demander de s’engager concrètement.» […]

La Croix

Immigration : «Les musulmans ne sont pas une menace» pour l’Occident

Pour Vincent Geloso, chargé de cours à l’Institut d’économie appliquée HEC-Montréal, l’immigration musulmane au Québec n’est pas une menace, «tout indique que c’est le contraire». Il suffit que les pays d’accueil suppriment les «barrières artificielles» empêchant une bonne intégration. L’auteur évoque, pour comparaison, l’intégration réussie des Canadiens-français catholiques aux Etats-Unis.

Dans le débat actuel sur la charte, il existe une série d’affirmations catastrophistes concernant les musulmans et leurs comportements culturels. Au dire de certains de ces individus, il y a eu une intériorisation des croyances qui pousse à la perpétuation de comportements qui ne sont pas compatibles avec l’Occident. S’il y a une menace du fondamentalisme religieux de plusieurs groupes musulmans, même ici au Québec, il faut se demander quelle est l’ampleur réelle de celle-ci. Malheureusement pour les oiseaux de malheur, la menace s’efface subtilement.

Il n’y aura pas d’invasion musulmane du monde occidental ou un isolement culturel de ceux-ci dans leurs sociétés d’accueil et il n’y a aucune raison de croire qu’ils ne sont pas assimilables en Occident si on adopte de bonnes politiques publiques.

Ainsi, ce qu’il nous reste à savoir c’est quelles sont les politiques publiques susceptibles de permettre l’intégration culturelle des immigrants musulmans. Un des meilleurs parallèles qui peut nous servir est celui des immigrants canadiens-français aux États-Unis. Pendant quelques décennies au début du 20e siècle, les États-Unis craignaient l’invasion des papistes catholiques qui menaçaient l’essor culturel du pays (le nation-building). […]

Parmi les catholiques qui émigraient vers les États-Unis, on retrouvait les Canadiens-français qui semblaient plus prédisposés que les autres catholiques à conserver leurs institutions culturelles – notamment les écoles paroissiales. Et c’est en raison de ces habitudes que les Américains croyaient que les Canadiens-français étaient très difficiles à intégrer. Et pourtant, il n’a suffi que de deux générations pour que l’intégration d’un groupe si réticent soit complétée. […]

En Europe, des pays comme l’Angleterre et l’Allemagne qui réussissent le mieux à intégrer les immigrants et leurs enfants sont ceux qui ont des marchés du travail peu réglementés alors que la France, avec un système quasi byzantin de lois sur le travail, accuse un résultat nettement plus décevant. Le reste des bonnes politiques publiques à cet égard consiste à expulser les éléments qui violent les conditions de citoyenneté en prêchant la violence. […]

Pour le reste, la tâche de l’intégration repose sur la société civile qui doit dénoncer les quelques éléments extrémistes et les pointer du doigt pour que tous sachent la perfidie de leurs propos qu’ils tentent de murmurer dans l’ombre.

En somme, lorsque l’intégration n’est pas bloquée par des barrières artificielles, les immigrants voient moins d’avantages à la réclusion et préfèrent s’intégrer comme les Canadiens-français l’ont fait aux États-Unis et comme les Italiens, les Irlandais et les Écossais l’ont fait au Québec.

Pour le reste, la tâche de l’intégration repose sur la société civile qui doit dénoncer les quelques éléments extrémistes et les pointer du doigt pour que tous sachent la perfidie de leurs propos qu’ils tentent de murmurer dans l’ombre.

Conclusion : Les musulmans ne sont pas une menace au sens que certains voudraient nous le faire croire. Ils ne sont pas culturellement incompatibles avec nous. Tout indique que c’est le contraire et que la menace islamiste s’efface progressivement.

quebec.huffingtonpost.ca

——- Complément : Extraits d’une interview (2005) d’Alain Besançon, agrégé d’histoire, docteur en histoire, membre de l’Institut, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

L’histoire est quand même formelle : les populations musulmanes ne se fondent pas dans la population alentour. C’est un fait, un simple fait. Je n’ai pas d’explication directe, mais le fait est que le 20e siècle a vu une purgation des zones mixtes. Par exemple, il y avait beaucoup de chrétiens en Turquie, en Égypte etc… Ils sont tous partis. Il y avait des musulmans en Grèce, dans les Balkans… Ils sont tous partis. Il y avait des Français en Afrique du Nord, ils sont tous partis…

Image de prévisualisation YouTube

Manif pour tous : «Les réactionnaires de dimanche dernier sont un peu nos islamistes à nous»

Extraits de l’éditorial intitulé «La capitulation de trop» de Denis Sieffert (Politis) sur la «reculade» du gouvernement sur le projet de loi sur la famille.

Même sur le terrain sociétal, où elle avait jusqu’ici quelque mérite, la gauche de gouvernement abandonne la rue aux nostalgiques de l’Ancien Régime.

La gauche vacille. Entre «incompréhension» et «consternation , les Verts, le Front de gauche et même des députés socialistes, comme le rapporteur du projet de loi «Famille», Jean-Pierre Michel, n’ont pas mâché leurs mots pour signifier, lundi soir, leur désarroi ou leur colère après la nouvelle reculade du gouvernement.

La vieille droite entraînerait moins de monde si des peurs économiques et sociales ne venaient se mêler aux fantasmes identitaires.

Et la citadelle à défendre porte un nom : famille. Ou plutôt une certaine famille, celle de l’héritage. Une famille immuable, dictée par un ordre naturel.

Mais il y a d’autres raisons à cette résurgence du passé. Ce qu’on appelle le «retour du religieux», en tant que fait politique, n’est pas un phénomène français. C’est une affaire planétaire. Les réactionnaires de dimanche dernier sont un peu nos islamistes à nous. Ou nos créationnistes, si l’on préfère l’exemple américain. Nos cathos de droite ont d’ailleurs reçu le renfort d’associations musulmanes attachées comme eux à la lignée et à la sacralisation de la famille. Les uns et les autres refusent le primat de la loi sur un ordre naturel qui viendrait de Dieu. Sans égards pour le pouvoir séculier, ils continuent de manifester contre une loi pour le «mariage pour tous» qui a été votée. [...]

Politis

Elle se convertit à l’islam et le cache à ses parents (vidéo)

Hier, le magazine  » 66 minutes  » était diffusé sur M6 . L’émission, présentée par Xavier de Moulins, a suivi Laure, une jeune femme qui souhaite se convertir à l’islam. [...]

Quelques minutes plus tard, grâce à une phrase issue du Coran, Laure se convertit à l’islam.

Morandini

Syrie : un enfant de 4 ans appelle à « tuer les infidèles » (vidéo)

Une vidéo en provenance de Syrie montre un enfant de quatre ans à peine menacer de mort les « infidèles ». Interrogé par un homme dont on ne voit pas le visage, l’enfant, que l’on voit tirer au fusil d’assaut pendant que des adultes crient « Allah Akbar », explique qu’il est d’Ouzbékistan.

Il aurait été recruté par les djihadistes syriens. L’enfant encourage les musulmans à « se joindre à l’opération » en Syrie. Il ajoute, dans un sourire qui prouve qu’il ne se rend pas bien compte de ce qu’il dit, que les « infidèles seront abattus ». [...]

7sur7

« Mon fils converti à l’islam nous fait vivre un enfer » (RMC)

Dans Bourdin & Co, deux auditeurs racontent leur désarroi suite à la conversion de leurs enfants à l’islam. Si le premier semble s’être soumis à son fils, le second fulmine et pense à le mettre à la porte.

« On est en perpétuel conflit (avec notre fils), parce que nous on n’est pas bon, on est les méchants, on est les impurs etc. [...] Il nous fait vivre un enfer. » – Eric

« Moi quand mon fils vient à la maison, eh bien je vais acheter halal et on mange tous halal. » – Elisa

« Déjà qu’il nous impose sa religion, sa nourriture il ne l’imposera pas, c’est hors de question. Et je lui ai dit ‘le jour où tu seras en djellaba, je te mets dehors’. Si ma famille est au courant, je sais qu’elle ne lui parlera plus. C’est un enfer. Chez nous, c’est devenu un enfer. » – Eric

« Lorsque vous avez une fille qui veut devenir religieuse, ou un fils qui veut devenir prêtre, c’est vrai que ça perturbe les familles aussi ! » – Jean-Jacques Bourdin