Diner du Crif : Hollande se trompe sur la confession catholique d’une victime de Merah

Albert Chennouf-Meyer, le père d’Abel Chennouf, militaire tué par Mohamed Merah à Montauban, a protesté aujourd’hui dans une lettre ouverte à François Hollande, après que celui-ci a qualifié dans son discours devant le Crif son fils de musulman, alors que le jeune homme était catholique.

«Lors de votre intervention au dîner du Crif (…), vous affirmiez dans votre discours (…) que Merah avait assassiné quatre juifs et trois musulmans », indique Chennouf.

«Mon épouse Katia, Tony et Sabrina mes enfants et moi-même, nous nous élevons et condamnons fermement votre inculture, votre agression verbale et votre mépris vis-à-vis de notre enfant Abel Samy Arnaud, qui est catholique de son état et non musulman», écrit Chennouf.

«C’est le fanatisme et non l’islam, qui a guidé le bras assassin de Merah à Toulouse et à Montauban lorsqu’il a abattu Jonathan, Gabriel, Arieh, Myriam, Imad Ibn Ziaten, Mohamed Legouad et Abel Chennouf. Quatre juifs, trois musulmans. Tous Français», a déclaré François Hollande, mardi, au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

« J’ajoute qu’être musulman n’est pas une tare », précise le père du soldat victime de Mohamed Merah, tout en dénonçant «le mépris» manifesté selon lui par le chef de l’Etat « envers les familles de victimes, notamment Abel et Mohamed Legouad». «Je vous saurai gré de ne plus citer le prénom de mon fils, laissez-le dormir en paix», conclut Chennouf.

Les familles Chennouf et Legouad avaient déjà dénoncé en novembre les «deux poids deux mesures » dans le traitement réservé, selon elles, par l’Elysée aux familles des victimes du tueur au scooter.

Le Figaro (Merci à pierre le poulchre )

Danemark : L’imam qui a rompu avec l’islamisme

Après avoir été proche des milieux islamistes, Ahmed Akkari, un jeune libano-danois qualifié d’imam par les médias locaux, prend du recul et critique l’influence des religieux qui, selon lui, empoisonnent l’esprit des jeunes. Témoignage.

Alors qu’à l’école et au lycée, on apprend à reconnaître et à écouter les arguments, on assistait ici à une transmission de règles et de prescriptions sans aucun esprit critique.

Les vérités assénées par les personnes pieuses étaient en réalité l’expression de luttes de pouvoir et de positionnements dans la sphère sociale.

Les islamistes supposent que chaque mot du Coran est loi et que chaque source donnée par Mahomet est la base d’une loi.

[...] les courants islamistes manquent de flexibilité et sont trop contrastés. L’islam doit donc s’affranchir du pouvoir des islamistes et s’ouvrir au monde comme une croyance où l’individu peut se reconnaître sans être dans l’action politique.

L’islamisme a fait son apparition en Occident avec le flux de réfugiés venus des pays du tiers monde. Au Danemark, il contribue à infecter l’esprit des jeunes [...]

Le Monde Diplomatique

(Merci à Yarr)

La gauche frivole se trompe d’adversaire

La gauche frivole, qui soutint le communisme et se fait aujourd’hui le valet de l’islamisme conquérant, entend-elle ce que hurlent les Egyptiens, en guerre ouverte depuis cet été contre la confrérie des Frères musulmans ?

Peu probable : les convertis au « changement » – et singulièrement les socialistes qui se sont auto-congratulés ce week-end à La Rochelle – ont renoncé à toute résistance, hormis contre le Front national. Il leur suffirait pourtant d’écouter le peuple, qu’ils méprisent là-bas comme ici.  « l’Islam est la solution », assuraient les Frères musulmans élus en 2012. Un an de pouvoir a suffi pour démontrer le contraire : non, l’islam politique n’est pas la solution ; il est même le problème, tant le sectarisme, l’incompétence, la violence lui sont liés. [...]

L’échec de l’islam politique creuse sa tombe. Dans l’immédiat, Il fait apparaître l’inconséquence des élites françaises. A gauche, elles ont fantasmé le musulman en nouveau prolétaire défendu par l’islam révolutionnaire; à droite, elles ont fait les yeux doux à « l’islamisme modéré », sottement comparé à la démocratie-chrétienne.

Tous ces irréfléchis ont ouvert les portes au Qatar, soutien des Frères et de leur islamo-fascisme dénoncé par la rue arabe. En France, ces interlocuteur reconnus, obsédés par la haine des Juifs et d’Israël, oeuvrent à islamiser les cités en brandissant la non-discrimination et l’antiracisme sous les encouragements des Verts. Ils développent une stratégie qui passe par la « visibilité » de la « communauté », à travers le voile ou le hallal en tout. Ces idéologues agitent l’islamophobie pour un rien, mais s’en prennent, en Egypte, aux Chrétiens coptes, à leurs églises, leurs couvents, leurs écoles. [...]

Cependant, il est une autre leçon à tirer du rejet de l’islamisme par des musulmans, en Egypte, mais aussi en Turquie ou en Iran : rien n’est plus pertinent que de continuer à différencier l’islam et l’islamisme, c’est-à-dire la pratique religieuse personnelle du musulman et le système politique momifié qui théoriquement l’accompagne depuis le VII e siècle. Cette donnée n’est plus une évidence pour de nombreux croyants qui, confrontés à l’exemple de la laïcité occidentale et à la modernité, exercent un esprit critique ou distancié sur un dogme décrété inviolable par les fondamentalistes. [...]

Ma solidarité est toujours allée aux musulmans qui refusent de se plier aux injonctions de l’islam politique et à ses rejets de l’intégration dans la société française. C’est auprès de ceux-là que doit être la république. Elle doit cesser ses criminels « apaisements » avec les radicaux, qui réclameront toujours plus d’un Etat peureux qu’ils méprisent. Ce n’est pas ainsi que la France des Lumières aidera à la nécessaire évolution de l’islam. Or, il emprunte pour l’instant le chemin inverse de l’obscurantisme, sous la protection d’une gauche imbécile qui renie ses plus beaux combats pour la laïcité et le droit des femmes et qui se trompe de danger en désignant, d’une manière pavlovienne, une extrême-droite dont la réactivité n’est que le révélateur d’une gravissime capitulation collective. [...]

Le blog d’Ivan Rioufol

« Jihad » sur un tee-shirt d’enfant : les prévenus relaxés. MàJ : Amendes requises en appel contre la mère et l’oncle

Addendum 5 juillet 2013 : amendes requises en appel à Nîmes contre la mère et l’oncle.

Le parquet général a réclamé 1.000 euros contre la mère et 3.000 euros contre l’oncle, poursuivis pour « apologie de crime. » « On est obligé de constater qu’ils (la mère et son frère) avaient conscience du caractère provocateur du tee-shirt » a déclaré l’avocat général.

(…) France 3 Languedoc roussillon

———————————————————-

10/04/13

Le tribunal correctionnel d’Avignon a relaxé mercredi 10 avril une mère de famille et son frère poursuivis pour apologie de crime après avoir envoyé un enfant de trois ans à l’école vêtu d’un tee-shirt portant les mentions « Je suis une bombe » sur la poitrine et « Jihad, né le 11 septembre » au dos.

(…) Le Nouvel Obs


30/11/12

Deux personnes sont citées devant le tribunal correctionnel d’Avignon le 19 décembre pour « apologie de crime »: leur fils et neveu âgé de 3 ans s’est présenté à l’école maternelle de Sorgues vêtu d’un T-shirt portant les inscriptions « Je suis une bombe, djihad né le 11 septembre », a-t-on appris aujourd’hui auprès du parquet.

Le 25 septembre, le garçon s’est rendu à son école maternelle portant un T-shirt portant sur la poitrine l’inscription « Je suis une bombe » et au dos « djihad, né le 11 septembre« , a raconté le maire de la ville, Thierry Lagneau (UMP). L’identité et la date de naissance de l’enfant ont été confirmées par le maire et le parquet.

« Utiliser un gamin avec ce genre d’inscription… A un moment donné il faut mettre des limites. Ils ne sont pas stupides, ils comprennent le sens de ce qu’ils font », a commenté le procureur qui a décidé de les citer devant le tribunal correctionnel d’Avignon pour « apologie de crime » le 19 décembre.  »Cet enfant, compte tenu de son âge, ne saurait porter la moindre responsabilité et je dénonce l’attitude de parents qui se sont servis honteusement de la personne et de l’âge de cet enfant pour véhiculer un message à la portée politique qui rentre sous le coup de la loi », a réagi le maire de Sorgues, Thierry Lagneau. [...]

Le Figaro

Tony Blair : «Il n’y a pas de problème avec l’islam»

Tribune de Tony Blair, ancien premier ministre du Royaume-Uni, dans laquelle il prône la liberté et le «vivre-ensemble» pour lutter contre l’islamisme.

Tout le monde considère le meurtre de Lee Rigby, le soldat britannique assassiné le 22 mai dans une rue d’une banlieue de Londres, comme une horreur. Certes, mais on peut y voir aussi un acte sans autre portée que celui d’un fou, sous-tendu par une conception pervertie de l’islam. […] Je comprends le désir d’expliquer les conflits par des problèmes locaux, l’aliénation économique et évidemment la «folie». Pourtant une question se pose: ne pouvons-nous pas trouver un élément commun à ces conflits, une idéologie qui y conduit ou au moins les exacerbe?

Il n’y a pas de problème avec l’islam. Ceux qui l’ont étudié savent qu’il est pacifique. Il n’y a pas de problème non plus avec les musulmans en général.

Mais il y a un problème au sein de l’islam. Nous devons en toute honnêteté le prendre en considération. Je crains que la tension qui se manifeste actuellement au sein de l’islam ne soit pas due simplement à une poignée d’extrémistes. Elle tient intrinsèquement à une conception de la religion et de son rapport à la politique qui est incompatible avec une société plurielle, ouverte et libérale.

Une politique de défense n’y suffira pas non plus. Si une politique de défense résolue a permis de résister au communisme révolutionnaire, ce dernier a été finalement vaincu par une meilleure idée: la liberté. […]

Nous devons commencer avec les enfants, ici et à l’étranger. C’est pourquoi j’ai créé une fondation dans l’objectif spécifique d’éduquer les enfants de religions différentes à se connaître et à vivre ensemble. Nous sommes présents dans 20 pays et nos programmes fonctionnent. Mais c’est une goutte d’eau dans l’océan, comparé au tsunami d’intolérance enseigné à un si grand nombre.

Crif/Figaro

Polémique aux Etats-Unis : Des balles à base de porc contre les islamistes

Les habitants des Etats-Unis, plus précisément de l’Etat de l’Idaho, démontrent leur islamophobie. Les propriétaires d’une armurerie ont annoncé qu’ils commençaient à fabriquer des munitions spéciales contre les islamistes radicaux. Ce sont des balles peintes de teinture avec de la viande de porc. Le porc est considéré comme un « animal impur » par l’islam. Les détenteurs de l’idée sont convaincus que ces balles empêcheront les terroristes d’accéder au paradis. C’est une perspective horrible pour le fidèle et, à ce qu’il paraît, la meilleure arme contre les radicaux.

Le porte-parole du Conseil pour les relations américano-musulmanes Ibrahim Hooper a notamment dit à notre correspondant :

« Ils cherchent à gagner facilement de l’argent. Cette idée humiliante pour les musulmans promet quelques bénéfices. Ils exploitent l’islamophobie dans la société américaine. Nous n’y réagirons d’aucune façon et nous ne voulons même pas aborder ce sujet pour ne pas lui faire de la publicité. Ils veulent être connus et nous n’allons pas les aider à cela. Le meilleur instrument de lutte contre eux consiste à n’y prêter aucune attention ».

(…) la voix de la Russie

Merci à Poitiers 732

France. Dalil Boubakeur : «L’islam n’est pas une religion comme les autres, à traiter sous l’angle de la loi de 1905.»

Recteur de la Mosquée de Paris et ancien président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Dalil Boubakeur souhaite que «les mouvements modérés de l’islam» soient plus soutenus. Le système électoral du CFCM est fondé sur la surface occupée par les mosquées.

L’administration doit réaliser que l’islam n’est pas une religion comme une autre, à traiter sous l’angle de la loi de 1905. Le ministre Valls n’a pas pris en compte la dimension sociétale de l’islam. Il doit voir que la vie des musulmans de France se détériore et qu’il faut être un bon chimiste pour savoir comment mélanger les réactifs entre musulmans et société française.

Pourquoi refusez-vous de vous présenter pour un nouveau mandat à la tête du CFCM ?

Sur la base d’un règlement électoral demeuré inchangé, le scrutin régional des élections du CFCM a donné une écrasante majorité au Rassemblement des musulmans de France (RMF). J’en tire donc la conclusion, et je m’interdis de briguer une présidence. C’est une question de dignité. Je propose à ma place Me Chems-eddine Hafiz. Il est la personne la plus indiquée. […]

Est-ce alors une crise institutionnelle ?

L’UOIF et certaines de nos fédérations régionales ne se sont même pas présentées, sachant que c’était perdu d’avance. Il y a un vrai désenchantement électoral. L’islam ne peut pas être un parti politique avec des majorités ou des minorités. Le consensus entre frères doit régner, et non le triomphe des uns et l’humiliation des autres. […]

Que faire concrètement ?

On nous reproche toujours le silence et l’abstention devant des problèmes comme l’affaire Merah. Il est donc absolument nécessaire et vital que les musulmans se déterminent nettement par rapport aux problèmes liés à l’intégrisme, à la politisation des mouvements islamistes en France et aux menées terroristes. Il faut rompre avec le silence des communautés qui demeurent impavides, comme si nous étions complices. Sans cela, le problème de l’islam restera un problème sécuritaire.

Le Figaro

———————–

Complément : extraits d’une interview d’Alain Besançon, agrégé d’histoire, docteur en histoire, membre de l’Institut, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

« L’histoire est formelle : les musulmans ne se fondent pas dans la population alentour »

Image de prévisualisation YouTube

L’histoire est formelle : les populations musulmanes ne se fondent pas dans la population alentour. C’est un simple fait. Le 20e siècle a vu une purgation des zones mixtes. Il y avait beaucoup de chrétiens en Turquie, en Égypte etc… Ils sont tous partis. Il y avait des musulmans en Grèce, dans les Balkans… Ils sont tous partis. Il y avait des Français en Afrique du Nord, ils sont tous partis…

Voir plus de détails et le texte saisi ici

Syrie : Assad menace l’Europe (selon le Nouvel Obs)

Le président syrien Bachar al-Assad assure dans un entretien au Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) à paraître mardi 18 juin, que l’Europe paierait le prix d’éventuelles livraisons d’armes aux rebelles. Des propos considérés comme une «menace» selon un article du Nouvel Obs.

« Si les Européens livrent des armes, l’arrière-cour de l’Europe deviendra (un terrain) pour le terrorisme et l’Europe en paiera le prix».

La conséquence de livraisons d’armes serait une exportation du terrorisme en Europe, poursuit le président, cité au style indirect. « Des terroristes reviendront (en Europe) avec une expérience du combat et une idéologie extrémiste», dit Bachar al-Assad, tandis que le G8 qui s’ouvre ce lundi en Irlande du nord devait discuter de la Syrie.

Bachar al-Assad rejette en outre les accusations des Occidentaux selon lesquels l’armée syrienne a fait usage d’armes chimiques contre les rebelles.« Si Paris, Londres et Washington avaient une seule preuve de leurs allégations, ils les auraient présentées au monde», dit-il. [...]

Le Nouvel Obs

Un religieux saoudien important défend Ben Laden sur Al-Jazeera (MàJ : il serait invité au congrès de l’UOIF)

30/03/13

L’année dernière, les autorités avaient pris une décision qui avait fait beaucoup parler, en interdisant la venue de six invités accusés extrémisme, en pleine affaire Mohamed Merah. Cette année, les dirigeants de cette organisation islamiste, qui contrôle un grand nombre de lieux de culte en France, ont de nouveau invités de sulfureux prêcheurs.

Aux côtés de l’imam de Bordeaux, Tareq Oubrou (photoci-contre), récemment décoré de la légion d’honneur, les participants pourront entendre les prêches enflammés d’Hani Ramadan, d’Hassan Iquioussen, ou encore de Mohamed Al-Arifi.

Novopress

Lire la suite

Bernard-Henri Lévy : «Notre destin, aujourd’hui, se joue entre islam éclairé et côté obscur de l’islam»

Article de Bernard-Henri Lévy sur le site La Règle du jeu sur l’intervention français au Mali, «anti-guerre d’Afghanistan» et «anti-guerre d’Irak».

Notre destin, aujourd’hui, se joue entre l’islamisme qui progresse, le terrorisme qui se rapproche, et la lutte à mort, partout, entre islam éclairé et côté obscur de l’islam.

Cette guerre-éclair, conduite et gagnée, avec l’appui des forces maliennes, sans que l’on ait senti la possibilité même d’un enlisement, c’est l’anti-guerre d’Afghanistan.
Mieux : c’est, si l’on y réfléchit, la première défaite de l’islamisme militaire – il avait été défait politiquement en Libye ; l’intervention française avait eu pour effet, en montrant un visage fraternel de l’Occident, de pulvériser le noyau de l’argumentaire d’Al-Qaida et de faire qu’un an plus tard, dans les urnes, les forces qui se réclament du Jihad, soient tout naturellement vaincues ; eh bien, là, c’est une défaite militaire ; c’est la première fois que le jihadisme fait la preuve qu’il n’est pas plus apte à mener une guerre qu’à gouverner un Etat ; et cela aussi est essentiel ; et, là encore, c’est une date clé.

Or l’extraordinaire, c’est que l’opinion s’en moque.

L’élection d’une Miss France passionne davantage les Français que les hauts faits de cette nouvelle armée d’Afrique.

Une belle Eurovision, pour ne pas dire une Star Academy, intéresse plus que la destruction, pour reprendre le mot de François Hollande, d’un Sahelistan en formation. […]

La Règle du Jeu

Femen : « C’est comme ça qu’on va attaquer les islamistes. »

Les Femen expliquent leur parcours et leur doctrine dans l’ouvrage du même nom, Femen, publié ce mercredi chez Calmann-Lévy. 20 Minutes les a rencontrées…

(…) Dans la toute fin du livre, Anna Houtsol, l’une des fondatrices, dresse un portrait-robot du profil type des Femen qui peut faire sursauter : «Nos filles doivent être sportives pour endurer des épreuves difficiles et belles pour utiliser leur corps à bon escient. Pour résumer, Femen incarne l’image d’une femme nouvelle : belle, active et totalement libre.»

On pense furieusement à une pub machiste pour yaourt à 0%. Anna, également présente, s’étonne d’un tel passage et incrimine la traduction.

«Il n’y a pas de critère de beauté pour intégrer les Femen, rectifie-t-elle. En russe, belle signifie plutôt ‘’rayonnante’’, ‘’pleine de vie’’». Ailleurs dans le livre, on lit tout de même à propos d’Alexandra Nemtchinova, une jeune biélorusse qui a participé à une action à Minsk, que «c’est vrai qu’elle pèse cent vingt kilos et ne correspond pas trop à l’image des Femen». Pas assez sportive, apparemment.
(…)

Comment comptent-elles procéder dans les pays musulmans ? Anna et Inna rappellent le geste de la blogueuse égyptienne Aliaa Magda Elmahdy, qui a posté une photo d’elle nue sur son blog fin 2011 pour défier les islamistes – menacée, elle a dû s’exiler en Suède et se définit désormais comme une Femen.

«C’est comme ça qu’on va attaquer les islamistes. On n’est pas kamikazes, le but n’est pas de se jeter dans la gueule du loup et d’être tuées en une seconde. Pour l’Iran, par exemple, une Iranienne vivant en Suisse a posté une photo d’elle où elle avait inscrit «No hidjab» sur sa poitrine, la technique des Femen. On va laisser les femmes venir à nous».

(…) 20minutes.Fr

La Confrérie : enquête chez les Frères musulmans

La Confrérie, un documentaire de Michaël Prazan, dresse l’histoire des Frères Musulmans des années 20 à nos jours.

« Les mouvements islamistes se sont réparti les tâches : aux Frères Musulmans l’imposition de la charia par des réformes législatives; aux salafistes l’agitation et les violences de rue. »