« A Marseille, j’entends du ‘nique la France’ toute la journée ! » (RMC)

Dans les GG de RMC, une auditrice marseillaise ne s’étonne pas de voir des voyous issus de l’immigration partir en Syrie. L’intervenante sociale Elina Dumont défend ces « jeunes » de banlieue. Marie-Anne Soubré et Johnny Blanc n’en reviennent pas.

Hebergeur d'image

« Savez-vous que la plupart de ces gens ne partent jamais en vacances, ils n’ont pas d’activités physiques, ils sont plus dans le système scolaire, quand ils cherchent un travail ils ne sont pas considérés [...] Les guetteurs que je connais, c’est tout simplement parce qu’ils sont exclus du système scolaire à 14 ans ! » – Elina Dumont

Quand 20 minutes nous dévoile «la vérité sur la viande halal»

Le quotidien gratuit 20 minutes nous dit toute «la vérité» sur la viande halal mais n’aborde pas la question de son identification par le consommateur.

Directement rattachée à la religion musulmane, la viande halal ne cesse de créer la polémique. Mais d’un point de vue strictement alimentaire, est-elle vraiment dérangeante ?

«Même si les produits halals sont élaborés à partir de préceptes relatifs à la religion musulmane, ce sont des produits comme les autres», note Thierry Desouches, porte-parole de Système U. Sans sucre, sans sel, breton… Quelle que soit la caractéristique de l’aliment proposé en rayon, il ne devrait pas faire l’objet d’un «débat politique, estime le porte-parole.

En 2013, on comptait 4,1 millions de musulmans en France, selon l’Institut national des études démographiques (Ined). En toute logique, ce sont des consommateurs de viande halal, celle-là même qui fait beaucoup parler d’elle, notamment au travers de décisions politiques. Dernière en date, l’annonce de Robert Ménard au micro de RTL début avril. Le maire de Béziers a ainsi indiqué administrer «une ville laïque où il n’y aura pas de repas halal dans les cantines municipales».

Le problème avec l’appellation «halal» c’est principalement l’ignorance de sa réelle signification.

Mais au-delà de l’aspect religieux, la viande halal, soit «licite, permise» par l’islam, inquiète. «C’est une bombe à retardement. Ca ne me dérange pas d’en manger, mais le problème c’est le côté sanitaire. Quand un bœuf est saigné à vif, toute la merde qui est près de la gorge peut venir souiller le devant de l’animal (épaule, collier, poitrine)», intervient l’artisan charcutier Eric Ospital. C’est la que le bas blesse. La sécurité du consommable fait peur aux Français et 8 sur 10 d’entre eux disent d’ailleurs être inquiets de connaître une nouvelle crise alimentaire, selon une enquête Ipsos datant d’octobre 2013.

Le saintificateur doit être musulman, fréquenter la mosquée, faire ses prières.

«Jusqu’à preuve du contraire, on a le droit d’être musulman. Et quand on est musulman et Français, on est confronté à un certains nombres d’usages. On a envie de vivre avec notre pays, le pays de la gastronomie», avance Hadj Khelil, créateur de Bionoor. […]

Selon Thierry Desouches, La consommation est très localisée dans certaines villes et régions comme la banlieue parisienne avec La Courneuve, Le Bourget ou Corbeil, mais aussi dans la banlieue de Mulhouse et les alentours de Lyon. L’offre halal n’est par exemple pas présente dans l’Hyper U des Herbiers (Vendée) où la proportion de clients musulmans est assez limitée.» La raison est simple: ce n’est pas rentable commercialement.

20 minutes

« Je suis un ‘droitdelhommiste’, je suis un antiraciste, je suis complètement ringard » (Caron/RMC)

Invité des GG de RMC, Aymeric Caron est déçu de voir que « la pensée réactionnaire » serait le discours majoritaire en France aujourd’hui. Il s’en prend particulièrement à Eric Zemmour. Curieusement, Olivier Truchot souligne les origines juives de ce dernier, ainsi que celles d’Alain Finkielkraut et Elisabeth Lévy.

Hebergeur d'image

« L’un des points communs entre ces personnes (Zemmour, Finkielkraut, Lévy, Ménard, Camus) [...] c’est que ce sont des personnages qui ne connaissent pas les sujets dont ils parlent. Ce sont des gens qui vont jamais en banlieue. Ils sont dans le fantasme et le déni le plus total. » – Aymeric Caron

« Je donne l’exemple d’une étude américaine réalisée en 2011, qui a fait une projection sur la population musulmane dans le monde  et qui explique que la proportion de musulmans en Europe entre 2010 et 2030 ne va quasiment pas augmenter. Elle va passer de 6 % aujourd’hui à 8 % en 2030. Le Grand Remplacement, c’est un fantasme. » – Aymeric Caron

Reportage de l’Observatoire de l’islamisation au Rassemblement des Musulmans 2014 de l’UOIF

Djihâd à tous les étals au Rassemblement des Musulmans 2014 de l’UOIF.

Le Rassemblement Annuel des Musulmans de France (RAMF) ouvre ses portes au parc des expositions du Bourget du 18 au 21 avril pour sa 31ème édition. L’évènement est organisé par l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), très proche des Frères Musulmans, dont les responsables internationaux sont tous venus lors des éditions précédentes. L’édition 2012 avait été médiatisée suite à l’interdiction de séjour de six conférenciers étrangers, connus pour enseigner les peines physiques légales (hûdud) de la Sharia, comme le meurtre des apostats ou des homosexuels, la conquête de l’Europe et la suprématie islamique.

Joachim Véliocas à l’origine de la polémique en 2012, est revenu voir si le « ménage » avait été fait sur les marqueurs de radicalisme présents dans l’exposition, comme les livres appelant à « exterminer les polythéistes » et à  » se doter de tous les armements militaires pour être en mesure d’assurer la suprématie d’Allah sur terre »

La suite et les photos sur Islamisation.fr

Suède : une loi pénalisant la critique de l’immigration en vigueur fin 2014 ?

[La teneur des différents articles cités en source ne nous permet pas de confirmer formellement cette information. Nous la livrons sous réserve].

Selon plusieurs articles publiés récemment, une nouvelle loi pourrait entrer en vigueur en Suède fin 2014. Elle permettrait de poursuivre les personnes critiquant l’immigration, mettant en cause les immigrés, ou critiquant la réticence des politiques à s’attaquer au problème. Andrew Norlen, membre du parlement suédois initiateur du projet a déclaré que la loi aurait rapidement un effet dissuasif.

Hebergeur d'image

« Je ne pense qu’il y aura beaucoup de poursuites mais c’est un signal adressé aux communautés sur Internet rappelant que cet espace n’est pas sans loi, le shérif est de retour en ville », a par ailleurs déclaré Norlen dans un débat à sens unique sur le sujet au parlement suédois. [...]

The EuTimes via Révoltes en Europe et Novopress – Article en sudéois iciMerci à Stormisbrewing

Sequedin : une soixantaine de détenus refusent de réintégrer leur cellule

La situation est tendue mais aucun dérapage violent n’est pour l’instant à déplorer. Selon nos informations, une soixantaine de détenus de la maison d’arrêt de Sequedin (Nord) sont réunis dans la cour de promenade depuis 15 h 30 ce lundi. A l’issue de leur sortie de l’après-midi, ils ont refusé de réintégrer leur cellule.

Toujours selon nos informations, les motifs de leur colère sont flous, mais le prix des cantines, et le refus de distribuer de la nourriture halal seraient évoqués pour justifier le mouvement.

Le Parisien

Vivre-ensemble ? La partition de l’Inde et du Pakistan en 1947

[extraits] Au terme d’une dissociation progressive des communautés hindoue et musulmane, et sous la pression du mouvement nationaliste mené par Gandhi et Nehru, Londres accorde l’indépendance aux Indes en août 1947, donnant naissance à l’Inde et au Pakistan.

A la fin du XIXe siècle va progressivement se développer l’idée que les communautés [musulmanes et hindoues doivent être considérées séparément et forment deux nations distinctes.

De cette dissociation progressive des deux communautés va émerger dans les années 1930 la « théorie des deux nations » et l’idée que les musulmans de l’Inde doivent avoir leur État. La théorie des deux nations devient la doctrine officielle de la Ligue musulmane 1940.

En 1947, sous la pression d’un vaste mouvement nationaliste mené par Nehru et Gandhi, le Royaume-Uni accorde l’indépendance à l’ensemble de territoires. Deux États voient le jour : d’une part, L’Inde, qui reprend l’essentiel du territoire de l’ancienne colonie et son appareil gouvernemental et administratif. D’autre part, le Pakistan qui, au contraire de l’Inde qui se proclame laïque, se dote, d’emblée, d’une identité religieuse.

Ces bouleversements politiques s’accompagnent de gigantesques transferts de populations.

Documentation française

Belgique : un Turc porte un coup de couteau à sa propre fille à Liège

Un Liégeois de 49 ans a été déféré lundi au Parquet de Liège pour tentative de meurtre sur sa propre fille âgée de 21 ans. L’auteur ne semble pas apprécier les relations de sa fille qui ne respecte pas les traditions. [...]

La victime, d’origine turque, a expliqué qu’elle venait de présenter son nouveau compagnon à sa famille qui aime la tradition et qui, déclare-t-elle, avait organisé un mariage forcé auquel elle avait pu se soustraire.

Cet épisode avait néanmoins eu des répercussions sur les relations entre le père et sa fille. Cette dernière a présenté son nouvel ami, Kurde d’origine. La discussion a été calme en présence du nouveau compagnon mais le ton est monté après son départ. [...]

7sur7

Dole (Jura): il installe un tapis de prière et prie Allah pendant la messe de Pâques (màj)

L’homme aurait écrit sur le registre paroissial

Les fidèles ont assisté à la scène ébahis. Ce dimanche matin, dans une collégiale pleine à craquer, un homme vêtu d’une djellaba et d’une coiffe est venu faire sa prière. Il a installé un tapis, à gauche de l’autel, alors que la messe de Pâques était en train d’être célébrée.

L’homme, visiblement perturbé, a lu des versets du Coran avant d’écrire quelques lignes en arabe dans le registre paroissiale. Après avoir troublé une première fois la messe des rameaux, il y a une semaine à la Bedugue puis à la collégiale, des fidèles avaient prévenu la police.
Un équipage est venue lui demander de quitter les lieux, dans le calme. Le sous-préfet, qui a été avisé de ce trouble à l’ordre public, a tenu à préciser : «Il ne faut pas créer d’amalgame. Cette attitude déplacée est le fait d’un individu visiblement perturbé.»

Le Progrès

Immigration : Un flux qui ne cesse de croître, des naturalisations massives, une «vigueur» démographique…

Contrairement à une idée reçue, la proportion d’immigrés au sein de la population française n’a cessé d’augmenter au cours du XXe siècle. En particulier les immigrés extra-européens.

Les flux entrants de ces dernières décennies ont concerné des populations originaires essentiellement d’Afrique subsaharienne et du Maghreb : en 2005, seuls 35,6 % des jeunes de moins de 18 ans d’origine étrangère avaient des racines européennes, contre 75 % en 1965…

Selon les données de l’Insee, les immigrés — définis comme les personnes nées à l’étranger, de nationalité étrangère ou devenues françaises — étaient un peu plus de 1 million dans la France de 1910, ce qui représentait 2,5 % de la population. Leur nombre a passé la barre des 2 millions dans les années 1920, puis celle des 4 millions en 1980, pour atteindre officiellement, en 2010, 6,7 millions (10 % de la population). En 2010, plus de 250 000 individus sont entrés dans l’Hexagone — soit plus que les habitants de Bordeaux…

Les flux de clandestins ne contribuent pas peu à cette immigration considérable : ils étaient entre 200 000 et 400 000 sur le territoire français en 2006, et auraient vu depuis lors leurs rangs grossir de 80 000 à 100 000 individus chaque année. La circulaire Valls du 28 novembre 2012 a produit une hausse record de 51 % du nombre de régularisations de clandestins pour 2013, soit 35 000.

Les naturalisations sont également massives. Près de 760 000 étrangers ont acquis la nationalité française sous le précédent quinquennat — l’équivalent de deux fois la population de Nice ! En août 2013, Manuel Valls s’était fixé l’objectif d’au moins 100 000 acceptations de dossiers chaque année…

Les immigrés font en outre preuve d’une vigueur démographique nettement supérieure à celle des autochtones. Selon le rapport de la Direction de la population et des migrations de 2006, 25 % des naissances en France étaient d’origine immigrée. Résultat : près d’un habitant du territoire français sur cinq était, à la fin des années 2000, d’origine étrangère sur deux générations.

Il existe désormais sur le territoire français des villes, comme Mantes-la-Jolie (Yvelines), où une infime minorité des résidents (en l’occurrence 5 %) est originaire du vieux continent. Cette immigration extraeuropéenne a contribué à une expansion sans précédent de la religion islamique : en 2010, la France comptait 4,7 millions de musulmans — soit 7,5 % de la population française — quand, en 1962, leur nombre s’élevait, selon Michèle Tribalat, à 500 000.

Valeurs Actuelles

Rassemblement de l’UOIF : Tarik Ramadan invite les musulmans à entrer dans la culture française pour y agir «plus efficacement»

Le rassemblement annuel de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) organisé durant ce week-end de Pâques jusqu’à lundi au Parc des expositions du Bourget a pour thème : «Quelles valeurs pour un monde en mutation? L’homme, la famille, le vivre ensemble». Le mariage pour tous et la théorie du genre suscitent des inquiétudes .

Tariq Ramadan encourage ses auditeurs musulmans français à entrer dans la culture française pour la connaître de l’intérieur et y agir «plus efficacement» en tant que musulmans. En 2012, il avait dit à cette tribune que la foi a «une vue longue» et si «le Prophète a été si efficace à La Mecque», c’est «parce qu’il connaissait bien la société» de cette ville.

En France, avait-il conclu, «vous avez à connaître votre société» et prendre «conscience de votre responsabilité» car «nous portons un dépôt, un message» pour ce pays et «l’islam est un et accepte toutes les cultures». Seulement, «il va falloir résister», avait-il lancé.

Même si l’UOIF, proche des Frères musulmans, n’est que l’une des branches de l’islam de France, elle en est la famille la plus dynamique et la mieux organisée puisqu’elle fédère pas moins de 250 associations, revendiquent des partenariats avec un tiers des 3000 mosquées ou lieux de culte en France et vient de lancer une fédération pour les écoles musulmanes. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle attende pas moins de 160.000 visiteurs au Bourget!

«Les thèmes du rassemblement collent toujours à l’actualité», explique Amar Lasfar, président de l’UOIF. «Le mariage pour tous, l’ABCD de l’égalité…, ça heurte notre religion et ça nous inquiète», ajoute-t-il. De fait, son prédécesseur, Ahmed Jaballah, avait participé au nom de l’UOIF à la finale de la grande Manif pour tous, le 13 janvier 2013. Il expliquait alors: «Nous sommes sur la même position que toutes les traditions religieuses et humanistes qui estiment que la structure familiale reste la cellule de base de la société. Or, un tel projet met directement en cause la famille.»

Pour autant, l’UOIF s’est désolidarisée de l’initiative lancée par Farida ­Belghoul en janvier dernier, consistant à boycotter, de temps à autre, l’école en retirant ses enfants pour protester contre l’ABCD de l’égalité. «Nous refusons d’utiliser les enfants dans les débats des grands», assure Amar Lasfar et «nous sommes pour le débat mais nous ne voulons pas de polémique».

«Quand on n’a pas de projet social, à droite comme à gauche, le meilleur ennemi facile, c’est l’islam». (Tarik Ramadan sur RMC-BFM)

Cette vision d’un islam fortement identifié mais très intégré est reprochée à l’UOIF par des mouvements plus radicaux et Amar Lasfar reconnaît qu’«une partie des nôtres est tentée par un repli identitaire» en se plaignant car «les premiers à en souffrir, c’est nous».

Une crispation qui faisait dire à Tariq Ramadan jeudi matin sur RMC-BFM : «Les coupables sont ceux qui font de la présence de l’islam en France uniquement un sujet de controverse et jamais un sujet de dialogue serein.»

Le Figaro