Immigration : Un flux qui ne cesse de croître, des naturalisations massives, une «vigueur» démographique…

Contrairement à une idée reçue, la proportion d’immigrés au sein de la population française n’a cessé d’augmenter au cours du XXe siècle. En particulier les immigrés extra-européens.

Les flux entrants de ces dernières décennies ont concerné des populations originaires essentiellement d’Afrique subsaharienne et du Maghreb : en 2005, seuls 35,6 % des jeunes de moins de 18 ans d’origine étrangère avaient des racines européennes, contre 75 % en 1965…

Selon les données de l’Insee, les immigrés — définis comme les personnes nées à l’étranger, de nationalité étrangère ou devenues françaises — étaient un peu plus de 1 million dans la France de 1910, ce qui représentait 2,5 % de la population. Leur nombre a passé la barre des 2 millions dans les années 1920, puis celle des 4 millions en 1980, pour atteindre officiellement, en 2010, 6,7 millions (10 % de la population). En 2010, plus de 250 000 individus sont entrés dans l’Hexagone — soit plus que les habitants de Bordeaux…

Les flux de clandestins ne contribuent pas peu à cette immigration considérable : ils étaient entre 200 000 et 400 000 sur le territoire français en 2006, et auraient vu depuis lors leurs rangs grossir de 80 000 à 100 000 individus chaque année. La circulaire Valls du 28 novembre 2012 a produit une hausse record de 51 % du nombre de régularisations de clandestins pour 2013, soit 35 000.

Les naturalisations sont également massives. Près de 760 000 étrangers ont acquis la nationalité française sous le précédent quinquennat — l’équivalent de deux fois la population de Nice ! En août 2013, Manuel Valls s’était fixé l’objectif d’au moins 100 000 acceptations de dossiers chaque année…

Les immigrés font en outre preuve d’une vigueur démographique nettement supérieure à celle des autochtones. Selon le rapport de la Direction de la population et des migrations de 2006, 25 % des naissances en France étaient d’origine immigrée. Résultat : près d’un habitant du territoire français sur cinq était, à la fin des années 2000, d’origine étrangère sur deux générations.

Il existe désormais sur le territoire français des villes, comme Mantes-la-Jolie (Yvelines), où une infime minorité des résidents (en l’occurrence 5 %) est originaire du vieux continent. Cette immigration extraeuropéenne a contribué à une expansion sans précédent de la religion islamique : en 2010, la France comptait 4,7 millions de musulmans — soit 7,5 % de la population française — quand, en 1962, leur nombre s’élevait, selon Michèle Tribalat, à 500 000.

Valeurs Actuelles

Rassemblement de l’UOIF : Tarik Ramadan invite les musulmans à entrer dans la culture française pour y agir «plus efficacement»

Le rassemblement annuel de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) organisé durant ce week-end de Pâques jusqu’à lundi au Parc des expositions du Bourget a pour thème : «Quelles valeurs pour un monde en mutation? L’homme, la famille, le vivre ensemble». Le mariage pour tous et la théorie du genre suscitent des inquiétudes .

Tariq Ramadan encourage ses auditeurs musulmans français à entrer dans la culture française pour la connaître de l’intérieur et y agir «plus efficacement» en tant que musulmans. En 2012, il avait dit à cette tribune que la foi a «une vue longue» et si «le Prophète a été si efficace à La Mecque», c’est «parce qu’il connaissait bien la société» de cette ville.

En France, avait-il conclu, «vous avez à connaître votre société» et prendre «conscience de votre responsabilité» car «nous portons un dépôt, un message» pour ce pays et «l’islam est un et accepte toutes les cultures». Seulement, «il va falloir résister», avait-il lancé.

Même si l’UOIF, proche des Frères musulmans, n’est que l’une des branches de l’islam de France, elle en est la famille la plus dynamique et la mieux organisée puisqu’elle fédère pas moins de 250 associations, revendiquent des partenariats avec un tiers des 3000 mosquées ou lieux de culte en France et vient de lancer une fédération pour les écoles musulmanes. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle attende pas moins de 160.000 visiteurs au Bourget!

«Les thèmes du rassemblement collent toujours à l’actualité», explique Amar Lasfar, président de l’UOIF. «Le mariage pour tous, l’ABCD de l’égalité…, ça heurte notre religion et ça nous inquiète», ajoute-t-il. De fait, son prédécesseur, Ahmed Jaballah, avait participé au nom de l’UOIF à la finale de la grande Manif pour tous, le 13 janvier 2013. Il expliquait alors: «Nous sommes sur la même position que toutes les traditions religieuses et humanistes qui estiment que la structure familiale reste la cellule de base de la société. Or, un tel projet met directement en cause la famille.»

Pour autant, l’UOIF s’est désolidarisée de l’initiative lancée par Farida ­Belghoul en janvier dernier, consistant à boycotter, de temps à autre, l’école en retirant ses enfants pour protester contre l’ABCD de l’égalité. «Nous refusons d’utiliser les enfants dans les débats des grands», assure Amar Lasfar et «nous sommes pour le débat mais nous ne voulons pas de polémique».

«Quand on n’a pas de projet social, à droite comme à gauche, le meilleur ennemi facile, c’est l’islam». (Tarik Ramadan sur RMC-BFM)

Cette vision d’un islam fortement identifié mais très intégré est reprochée à l’UOIF par des mouvements plus radicaux et Amar Lasfar reconnaît qu’«une partie des nôtres est tentée par un repli identitaire» en se plaignant car «les premiers à en souffrir, c’est nous».

Une crispation qui faisait dire à Tariq Ramadan jeudi matin sur RMC-BFM : «Les coupables sont ceux qui font de la présence de l’islam en France uniquement un sujet de controverse et jamais un sujet de dialogue serein.»

Le Figaro

Cannes : Le député UMP Brochand inaugure la mosquée wahhabite entre drapeaux algérien et saoudien (maj)

Le député UMP Bernard Brochand inaugure la mosquée wahhabite de Cannes, entre drapeaux algérien et saoudien

Le terrain a été offert gracieusement par la mairie UMP de Bernard Brochand. Le terrain municipal est attribué pour 1 euro de loyer, bail de 99 ans.

« C’est un cheik Saoudien, le principal financier qui désignera l’imam » apprenait-on sur France3 Côte d’azur en juillet 2013. (…)

Lire la suite sur Observatoire de l’islamisation

——– ci dessous article du 11 avril ——-

Ce vendredi à midi, la grande Mosquée de la Bocca a été inaugurée en présence de la communauté musulmane, des représentants de la mairie et des autres cultes.

Un projet financé par un donateur saoudien qui aboutit au terme de dix ans de procédure dont la mairie de Cannes a été un vrai artisan.

Depuis l’ouverture le 7 février, les 7000 musulmans du bassin cannois disposent d’un lieu de culte géré par l’Association des Musulmans de Cannes la Bocca. Pour y officier, Saïd Nait Ouaziz, un jeune imam de 34 ans, qui prône un islam modéré, tolérant et axé sur le savoir.

Nice Matin

Porc dans la boîte aux lettres : la mosquée de Mantes-la-Ville porte plainte

La mosquée de Mantes-la-Ville (Yvelines) a déposé plainte contre X après avoir découvert du pâté de porc dans sa boîte aux lettres et reçu une lettre comparant les musulmans à des « cafards », révélateurs d’un « climat inquiétant » dans la ville FN, indique-t-elle dans un communiqué aujourd’hui.

Hebergeur d'imageL’association des musulmans de Mantes-sud, gestionnaire de la mosquée, a déposé plainte mercredi au commissariat de Mantes-la-Jolie après avoir découvert le jour-même « une douzaine de tranches de pâté de porc moisi » dans sa boîte aux lettres, selon son président Abdelaziz El Jaouhari.

« C’est indéniablement un acte raciste et provocateur. C’est la première fois en douze années d’existence de la mosquée qu’elle fait l’objet d’une telle attaque raciste », dénonce l’association cultuelle dans son communiqué.

Hier, elle a déposé une deuxième plainte pour « provocation à la haine ou à la discrimination religieuse » après avoir reçu une lettre anonyme accusant l’islam d’être « criminogène ». « Nous souhaitons bon corage (sic) au maire car il va avoir beaucoup de travail pour faire un bon nettoyage en particulier sur la race musulmane », peut-on lire dans ce courrier dactylographié. [...]

Le Figaro

Islam: et si le Conseil de l’Europe favorisait le communautarisme plutôt que de le combattre? (+ vidéo)

La France, dont la minorité musulmane est la plus importante d’Europe occidentale, avec cinq millions de personnes, accueille, à partir de ce vendredi 18 avril, le rassemblement annuel de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), au Bourget. Une occasion de nous arrêter un instant sur la manière dont les populations musulmanes s’intègrent dans les sociétés occidentale, avec Claude Sicard, auteur de « L’islam au risque de la démocratie » (François-Xavier de Guibert – octobre 2011).

[ Extraits ]

JOL Press : Comment les musulmans s’intègrent-ils en Europe aujourd’hui ?

Claude Sicard : Par définition, un musulman, qu’il soit croyant ou pas, ne peut pas s’intégrer car il revendique, à juste titre, son identité. Au-delà de leur attachement à l’islam, les musulmans sont très attachés à leur identité et à leur culture. Or la culture européenne et la culture musulmane sont fondées sur des bases qui ne sont pas du tout les mêmes. Dans le Coran, un non-croyant (ou dhimmi) est considéré comme un citoyen de second rang.

Les musulmans qui arrivent en Europe sont conscients de ces différences de cultures, ils ne cherchent donc pas à s’intégrer, ils veulent rester eux-mêmes et vivre selon leurs traditions et leurs coutumes parce qu’elles constituent leur identité.

JOL Press : A quoi aspirent les mouvements de l’islam le plus radical en Europe ?

Claude Sicard : Les mouvements de l’islam le plus radical souhaitent que l’islam devienne la religion la plus pratiquée en Europe. Ils sont convaincus que l’islam doit s’imposer à l’Europe et au monde entier. Allah a dit aux musulmans : « Vous êtes la meilleure communauté que Dieu n’ait jamais créé ». Quand ils voient que l’Europe perd ses valeurs et permet des choses qu’interdit le Coran, comme le mariage homosexuel, par exemple, ils portent sur la civilisation occidentale un regard très sévère et tentent de convaincre que c’est la civilisation musulmane qui devra, un jour, s’imposer au monde.

JOL Press

Ivan Rioufol : Le politiquement correct, allié des minorités (vidéo)

Le politiquement correct est inconciliable avec un discours de vérité. La raison en est simple : cette idéologie interdit de désigner les réalités conflictuelles. Au nom de la protection des minorités et de leur non discrimination, la République n’ose plus appliquer ses lois.

Les clandestins défilent dans les rues. Le communautarisme islamique déstabilise l’école. Les Roms multiplient les occupations illégales du domaine public. C’est pourquoi il ne faut pas craindre de briser cette chape de plomb. Au nom de la vérité.

Guy Roux et son entraînement halal de football (RMC)

Face à Alain Marschall, Guy Roux fait la leçon sur l’immigration et l’intégration en France. Il se félicite de respecter les préceptes de l’islam dans son centre de formation à Auxerre.

Hebergeur d'image

« Y avait un match de coupe d’Europe pendant le ramadan. J’ai appelé l’imam M. Boubakeur de la mosquée de Paris pour rassurer les joueurs musulmans. [...] Dans notre centre de formation, je peux vous dire que les parents qui ont des enfants musulmans peuvent tout à fait avoir confiance. » – Guy Roux

La police de New York ferme son unité dédiée à la surveillance des musulmans

La « zone d’évaluation » de la police de New York n’existe officiellement plus. Derrière ce nom obscur se cachait depuis 2003 une unité secrète de la police chargée de surveiller les musulmans – ou considérés comme tels – de la ville. Mardi 15 avril, face aux polémiques suscitées par la révélation de son existence, la police de New York le (New York Police Department, NYPD) a mis fin à ses activités.

Pendant une dizaine d’années, une douzaine d’agents de cette unité créée au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 – et d’abord baptisée « Unité démographique » – ont enquêté sur les communautés musulmanes de New York et de sa proche banlieue, en dressant des rapports détaillés sur leurs habitudes. Un document interne de la police publié en 2011 par l’agence Associated Press montrait le quadrillage systématique de tous les lieux où les musulmans de New York avaient pour habitude de se rendre, en recensant des photos et des informations détaillées.

Avec l’objectif de prévenir les actes terroristes, l’unité envoyait également des agents infiltrer la communauté. Habillés en civil, ils se rendaient à la mosquée pour enregistrer les prêches, fréquentaient les librairies religieuses et déjeunaient dans les restaurants hallal. Dans un article du New York Times, un journaliste précise : « En plus des cartes et des photos, la police répertoriait là où les Albanais jouaient aux échecs l’après-midi, là où les Egyptiens regardaient les matchs de football, là où les Sud Asiatiques jouaient au cricket. » Il était demandé à chaque infiltré d’échanger un maximum avec ses cibles pour « juger de leurs sentiments » sur les Etats-Unis.

John Miller, le numéro deux de la police de New York a jugé qu’après onze années d’activités, l’unité de surveillance n’était « plus viable ». Malgré les moyens déployés, les investigations n’ont jamais prouvé l’existence de terroristes parmi les cibles surveillées. Le 15 avril, dans le New York Times, un agent du FBI soulignait au contraire le risque de nuisance de ces programmes de surveillance, qui instillent un climat de défiance parmi les musulmans, irrités par cette suspiscion généralisées.

Le Monde

Le livre « anti-Islam » de Fabien Engelmann, maire FN de Hayange (màj)(vidéo)

mise à jour du 15 avril 2014 à 22H45 :

Les mêmes mots de l’AFP en vidéo chez BFMTV :

source : extrait de Politicozap - BFMTV – 15 04 2014


Fabien Engelmann

Fabien Engelmann, ex-syndicaliste CGT devenu maire FN d’Hayange (Moselle), dénonce « l’idéologie mahométane », « sectaire » et « en totale contradiction avec notre Constitution » dans son autobiographie, « Du gauchisme au patriotisme ».

M. Engelmann, 34 ans, retrace dans ce livre son parcours, depuis l’extrême gauche (Lutte ouvrière, le NPA), en passant par le syndicalisme (la CGT) jusqu’à l’extrême droite, avec le FN. A plusieurs reprises, il critique « un dogme mahométan très offensif, dangereux pour la démocratie, pour les droits des femmes et pour nos libertés individuelles ».

Il rejette cette « idéologie » « sectaire, figée dans son passé ». [...] Il loue d’ailleurs dans son livre le Parti de la Liberté néerlandais de Geert Wilders, allié au FN pour les européennes, qui « n’hésite pas à comparer l’idéologie islamique au nazisme », rappelle-t-il.

Liant souvent islam et immigration, ce membre du bureau politique du FN depuis l’été 2011 prend parfois soin de distinguer l’immigration ancienne, y compris maghrébine, et « la nouvelle immigration » dont « trop viennent bien souvent pour profiter des aides sociales sans travailler et pour imposer une idéologie religieuse ‘moyenâgeuse’ ». [...]

article de l’AFP via le Berry

A Nogent-sur-Oise, la violence gangrène le collège (+ rétrospective fdesouche)