Le bouquet TV musulman arrive chez Numericable

Le bouquet TV Musulman chez Numericable s’enrichit de deux nouvelles chaînes. Toutefois contrairement aux autres opérateurs, Numericable l’ampute de trois chaînes. Il y a de fortes chances pour qu’elles viennent le rejoindre ultérieurement.

Chez Numericable, le bouquet TV musulman est donc composé des chaînes suivantes :

  • Iqraa International : Cette chaîne dédiée à l’enseignement de l’Islam émet en français et en anglais sur les canaux 654 ou 400.
  • Iqraa Arabic : Cette chaîne déjà présente chez Numericable fait désormais partie du bouquet Musulman. Elle se trouve sur le canal 653.
  • Al Majd Holy Quran : Cette chaîne émet en arabe et « présente le Coran à traver la récitation des versets coraniques par les lecteurs les plus célèbres du monde islamique » précise son site. Elle se trouve sur le canal 655.

Pour s’abonner à ce bouquet il faut se rendre soit dans l’espace client ou passer par l’interface TV. Le bouquet TV musulman coûte 2€/mois. A l’occasion de son lancement chez Numericable, il sera en clair du 15 au 28 avril. L’occasion de découvrir la culture musulmane sous un angle différent.

Ce bouquet est aussi disponible pour les abonnés Free et SFR. Cependant chez Free, les abonnés ont droit à trois chaînes en plus : Azhari TV, Al Majd Space Channel et Al Majd Hadeeth Nabawi et il coûte 3,99€/mois.

Degroup News

Le nouveau Bouquet Musulman est une offre qui répond aux besoins de tous les musulmans vivant en France. Plus largement, elle regroupe en un seul bouquet un ensemble de chaînes religieuses, 6 chaînes au total, dont les objectifs sont la connaissance de l’islam et le partage des valeurs universelles musulmanes.

Ce Bouquet TV plaira à toute personne désirant découvrir la culture musulmane, développer sa connaissance de l’Islam et comprendre certains aspects de sa religion. Grâce à la chaîne Iqraa International qui est diffusée en langue française et en anglais, les programmes seront accessibles pour tous.
Vous y trouverez des programmes socioculturels, des débats avec des cheikhs, des conseils d’oulémas, des directs de la Mecque, des explications de hadiths, de la récitation coranique, des émissions de cuisine…

Tout cela dans un bouquet unique qui rassemblera toute la famille.

Bouquet Musulman

Les musulmans de France se réunissent au Bourget

« Quelles valeurs pour une société en mutation ? L’homme, la famille et le vivre-ensemble ». Tel est le thème retenu cette année par les organisateurs de la 31e rencontre annuelle des musulmans de France, qui se tiendra du 18 au 21 avril au parc des expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis).

« La Révélation dans son essence la plus pure, est venue apporter à l’homme les réponses aux questions qu’il se pose sur sa place dans l’univers, son rôle dans la société dont il est partie intégrante, et les moyens dont il dispose pour parvenir au bonheur », précise toutefois le dossier de presse ; on y annonce, en plus des traditionnelles conférences et de la foire commerciale, un espace dédié à la jeunesse – le « Forum génér-action » –, un « pavillon du Saint Coran », ou encore un espace « Dar el fatwa (…) pour répondre à toutes les interrogations des visiteurs en matière de jurisprudence et de pratique religieuse ».

Quant aux intervenants, les têtes d’affiche déjà annoncées donnent encore peu d’indication sur la manière dont le thème sera traité. La plupart sont des habitués, qu’il s’agisse des frères Tariq et Hani Ramadan – auteur en 2002 d’une tribune très contestée, publiée par le journal Le Monde, et intitulée « La charia incomprise » –, des chercheurs Pascal Boniface et Raphaël Liogier ou des prédicateurs étrangers comme l’Égyptien Omar Abdelkafi ou l’Algérien Abdelrazek Gassoum. « Le programme est vraiment mis au point dans les tout derniers jours », relativise une habituée de la rencontre.

Branche française des Frères musulmans, l’UOIF revendique 250 à 300 mosquées en France et indique « travailler avec un millier » d’entre elles. Impliquée dans la formation des cadres religieux, via l’Institut européen des sciences humaines basé à Château-Chinon (Nièvre) et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la fédération est également très engagée dans l’ouverture d’établissements scolaires : Averroès à Lille, Al Kindi à Lyon, etc..

La création récente, sous son égide, d’une Fédération nationale de l’enseignement privé musulman (FNEPM) destinée à faciliter la signature de contrats d’association avec l’État, explique en partie la prudence affichée par les dirigeants quant aux journées de retrait de l’école.

En 2012, quelques semaines après les attentats commis à Toulouse par Mohammed Merah, le gouvernement s’était opposé à la venue au Bourget de plusieurs de ses invités vedettes, parmi lesquels les cheikhs Yusuf al-Qaradawi et Mahmoud al-Masri, deux prédicateurs influents et controversés du monde musulman, actifs sur les écrans d’Al-Jazira pour l’un, et de la chaîne Iqra pour l’autre.

La Croix

Loire-Atlantique : bientôt un abattoir halal mobile

Une polémique a surgi après que deux éleveurs ovins du département ont été épinglés par les autorités, en octobre 2012, soupçonnés d’avoir orchestré l’abattage de moutons dans des conditions illicites. Lors de la fête musulmane de l’Aïd, les deux hommes ont autorisé leurs clients à saigner des agneaux sur place. Les services de l’État ont tiqué, arguant du « risque d’insalubrité et de contaminations aéroportées » pour justifier des sanctions.

La communauté musulmane, solidaire des éleveurs, déplore l’absence de toute structure agréée en Loire-Atlantique. L’association des retraités du quartier Malakoff brandit plusieurs courriers – restés lettres mortes – et une pétition ayant recueilli 500 signatures pour demander la création d’un abattoir halal en Loire-Atlantique (PO du 9 avril). « La préfecture est à l’écoute de la communauté musulmane, soutient Patrick Lapouze, directeur de cabinet du préfet. Mais logiquement, l’interlocuteur des pouvoirs publics, c’est le conseil régional du culte musulman (CRCM) ».

En 2012, l’idée d’un d’abattoir mobile a été esquissée. La préfecture a alors « indiqué qu’elle était prête à accompagner le projet. Le souci, c’est que les discussions n’ont pas été plus loin. Car des tensions sont apparues au sein du CRCM. » Une bataille juridique s’est engagée pour contester l’élection du bureau exécutif du CRCM en juin 2013. La préfecture a « jugé préférable d’attendre le jugement du tribunal pour connaître le nom de ses interlocuteurs légitimes ». La justice vient juste de trancher la question. « On va reprendre contact avec le CRCM pour voir si l’instance soutient encore l’initiative d’un abattoir halal », assure la préfecture.

Presse Océan

Le mariage temporaire et l’adultère chez les musulmans d’Iran (vidéo)

[à propos de l'adultère] « La punition pour ça, c’est la lapidation. Aujourd’hui ils veulent changer le code pénal. Au lieu de la lapidation, ils proposent la pendaison. »

Cinq pièces d’or pour un an d’union. En Iran, de tels mariages éphémères sont reconnus par l’État comme par les autorités religieuses : définie à l’avance, leur durée peut varier entre une demi-heure et quatre-vingt-dix-neuf ans et ils sont conclus en échange d’une dot versée à l’épouse. Une fois le mariage terminé, la femme doit attendre deux menstruations avant de pouvoir nouer un nouveau lien.
source : Arte


lien direct sur : VK
source : compilation de les noces persanesARTE - 11 04 2014

Pakistan : chaque année, plus de mille jeunes filles mariées de force et converties à l’islam

Plus de mille jeunes filles chrétiennes et hindoues sont enlevées, converties de force à l’islam et contraintes d’épouser un musulman chaque année, révèle un nouveau rapport, paru le 7 avril dernier, du Mouvement pour la Solidarité et la Paix (MSP), un regroupement d’ONG, d’associations et … d’organismes dont fait partie la Commission ‘Justice et Paix’ de la Conférence des évêques catholiques du Pakistan.

Selon ces dernières estimations, sur le millier de victimes concernées – dont le nombre augmente sensiblement chaque année –, 700 sont chrétiennes et 300 hindoues. Des chiffres qui sont très largement sous-évalués, poursuit le document du MSP, « un grand nombre de cas ne faisant pas l’objet de plaintes ».

Le rapport, intitulé « Mariages forcés et conversions forcées dans la communauté chrétienne du Pakistan », dénonce un scénario immuable : âgées de 12 à 25 ans, appartenant à des familles pauvres, les jeunes victimes sont séquestrées, converties à l’islam puis mariées de force à leur ravisseur ou à celui qui leur a été « réservé ».

Selon la Commission ‘Justice et Paix’, qui a participé à l’élaboration de ces statistiques, la plupart des jeunes filles chrétiennes enlevées viennent de familles pauvres de la province du Pendjab où se trouve la majorité des deux millions de chrétiens que compte le Pakistan.

La plupart du temps, les jeunes filles sont dans l’incapacité de se défendre face aux menaces des ravisseurs ou de la police qui tentent de les dissuader de porter plainte ou, lorsqu’elles comparaissent devant un tribunal, les forcent à se rétracter. Quant aux familles des victimes, si elles décident de porter l’affaire devant la justice, invariablement les ravisseurs portent plainte à leur tour, les accusant de s’opposer à la conversion ou au mariage spontanés de la jeune fille. De plus, seuls les rapts de mineures sont pris en compte, les femmes de plus de 18 ans étant censées être « consentantes ».

« La jeune fille peut subir des violences sexuelles, une prostitution forcée, des coups et des abus domestiques, voire même être victime de trafic des êtres humains », rapporte le document, étayé par de nombreux témoignages.

[...]

MEP

Cannes (06) : inauguration de la mosquée de la Cannes-la-Bocca

Ce vendredi à midi, la grande Mosquée de la Bocca a été inaugurée en présence de la communauté musulmane, des représentants de la mairie et des autres cultes.

Un projet financé par un donateur saoudien qui aboutit au terme de dix ans de procédure dont la mairie de Cannes a été un vrai artisan.

Depuis l’ouverture le 7 février, les 7000 musulmans du bassin cannois disposent d’un lieu de culte géré par l’Association des Musulmans de Cannes la Bocca. Pour y officier, Saïd Nait Ouaziz, un jeune imam de 34 ans, qui prône un islam modéré, tolérant et axé sur le savoir.

Nice Matin

Le Louvre abandonne le projet de département des arts des chrétientés d’Orient

La décision prise par le musée du Louvre d’abandonner le projet de département « consacré aux arts des chrétientés d’Orient, des empires byzantins et slaves » peut se comprendre : en période de disette budgétaire, il semblait sans doute peu opportun de créer un département nouveau, qui aurait empiété sur les départements classiques du musée, et sans doute remis en cause certaines baronnies…

Il n’empêche. Cet abandon est regrettable, et pas seulement pour les spécialistes de Byzance, qui ne disposeront pas en France, contrairement à ce qui se passe à Londres au British Museum ou au Bode Museum de Berlin, d’un interlocuteur unique permettant de faire avancer la recherche en la matière.

Alors qu’ en Turquie on rase les cimetières arméniens ou syriaques, et qu’en Syrie, c’est tout le patrimoine chrétien qui est bombardé, détruit, ou pillé dans l’indifférence la plus générale, l’enterrement peu glorieux de ce projet visant à mieux mettre en valeur la civilisation chrétienne d’Orient laisse un goût amer.

Il y a plus que le patrimoine. La décision de constituer un ensemble autour de la civilisation byzantine avait été prise au moment où le Louvre créait un département des arts de l’Islam. Il s’agissait alors de rappeler que cette région de l’est du bassin méditerranéen n’avait pas que des racines exclusivement musulmanes, et que des religions diverses avaient pu y cohabiter, prospérer, et s’influencer réciproquement. L’ignorer est tout aussi stupide que de visiter Istanbul en oubliant que l’histoire a commencé ici bien avant 1453 (chute de Constantinople), et que la plupart des mosquées sont édifiées sur d’anciennes églises.

Et justement, l’ignorance nourrit toutes les violences. Le département des arts de l’Islam est superbement bien fait, pédagogique et très éclairant sur la diversité de cette civilisation. Il donne au passage la preuve que l’on peut, y compris dans la France laïque, parler de religion au musée, sans pour autant se situer dans une optique confessionnelle. Il permet à des jeunes issus de l’immigration de se réapproprier une partie de leur histoire et aux autres d’en admirer la richesse.

Dommage que l’on ait renoncé à leur montrer ce que cette civilisation doit à l’influence du christianisme d’Orient. A l’heure où l’expression de « terre d’islam » semble considérer que le pluralisme religieux est impossible dans certaines zones du monde, le musée avait l’occasion, par le détour de l’histoire, d’expliquer que les civilisations sont toujours le fruit de mélange, et que, sur ces terres, plusieurs rameaux ont été plantés. Et qu’ils ont même pu, pendant de longs siècles, cohabiter.

La Croix

Théorie du genre : l’alliance extrême

Alain Soral, Farida Belghoul ou Salim Laibi, figures du complotisme et théoriciens d’une alliance catholico- musulmane, ont multiplié les actions à l’aube des municipales. [...]

Après avoir accueilli trois semaines auparavant Alain Soral, théoricien d’extrême-droite aux discours antisémites, le Diamant Palace, salle de mariage du 16e arrondissement de Marseille, affiche à nouveau complet. Dans l’assistance, quelques jeunes d’Action Française, des radicaux catholiques et musulmans, mais aussi des parents d’élèves. Une bande d’ados en survêtements grignote même des bonbons dans un coin. Comme au cinéma.

Hebergeur d'imageLa séance, qui coûte 5 euros, est des plus épicées… Si la thématique annoncée sur les flyers tend plutôt vers la petite enfance et la scolarité, le champ lexical des intervenants verse davantage dans Full Metal Jacket que dans Le Cercle des poètes disparus. « Prenez mille personnes, d’un côté ou de l’autre d’une bataille, ce sont les plus organisées qui vont gagner, c’est aussi simple que ça. Organisons-nous ! », lance en préambule Salim Laibi, président de l’association Cobema (Communauté arabo-berbère de Marseille), qui fut notamment candidat aux législatives 2012. « La solution pour nos enfants ne se trouvent pas dans les urnes, mais dans la mission sacrée des parents, embraye Farida Belghoul, que ses disciples surnomment « Tata Farida ». [...]

Satan, Sodome et Gomorrhe, les références bibliques, comme les termes guerriers, sont légion dans le discours musclé des différents intervenants. Les ennemis à pourfendre aussi : « Le parti socialiste, même si l’UMP n’est pas en reste, Christiane Taubira et sa loi hérétique, Vincent Peillon… » [...]

Habile oratrice, Farida Belghoul va alors flatter son public, en appelant à « des alliances authentiques de principe entre catholiques et musulmans. La convergence islamo-catholique doit être une locomotive. Nous en recueillerons des fruits insoupçonnables. »

Avec un clin d’oeil au passage à Christine Boutin, dont elle est proche.« Je viens de recevoir un texto de Mme Boutin. Elle me dit que ce matin, à la sortie de la messe, les catholiques qui l’ont croisée l’ont félicitée d’être dans cette convergence avec les musulmans ». Sourires béats de ses confrères Salim Laibi et Albert Ali.

Ce dernier poursuit : « Un abbé parisien a dit récemment que Jeanne d’Arc était de retour, et qu’elle s’appelait Farida ! » [...]

La Provence

Merci à DANY

« Jésus est musulman » une campagne d’affichage fait polémique aux USA

Une série de panneaux publicitaires « Jésus est musulman » font polémique depuis plusieurs jours aux États-Unis dans l’Ohio.

Ces panneaux servent à promouvoir l’organisation « Ask A Muslim« , qui s’est donnée pour objectif de “vous éduquer sur l’islam, pour vous donner une occasion que des musulmans pratiquants vous apprennent ce qu’est l’islam.”

Cette campagne de promotion de l’Islam n’est pas appréciée des églises chrétiennes américaines. “Jésus n’est pas musulman. Insinuer qu’il l’est est un mensonge et une absurdité » a indiqué le Révérend Bill Dunfee.

Yahoo News

Egorgée par son mari: «Elle faisait mal le couscous»

Procès d’un Tunisien. Il a tué sa femme en 2010 mais se présente comme un laïc, tolérant et attaché aux droits de l’Homme.

L’ancien comptable de l’ambassade de Tunisie meurtrier de son épouse en avril 2010 à Fribourg, discourt sans fin depuis mardi devant la Cour. «Qu’elle repose en paix», exprime souvent cet homme de 47 ans qui se décrit comme «socialiste, laïc, sentimental, pas jaloux, et respectueux des droits de l’Homme. J’étais considéré comme un sage.» Cela ne l’a pas empêché pas de violer sa femme, puis d’uriner sur elle.

Il l’attache, la poignarde, lui tire dessus puis lui tranche la gorge

Il l’a frappée de 15 coups de couteau dans le dos avant de lui tirer dans le visage avec un pistolet soft-air: une bille est demeurée dans la lèvre de la victime. Il l’a encore étranglée, avant de lui trancher la gorge.
Sans travail , buveur, celui qui se faisait appeler David prétend tout expliquer: «Une rupture, ce n’était pas la fin du monde, mais je devais savoir pourquoi.» Il l ‘accusait également de ne pas s’occuper de ses enfants et de ne pas savoir faire le couscous.

20 Minutes

Les musulmans djihadistes français sont des victimes

[Long article - quelques extraits]

(…) La plupart des jeunes sont «endoctrinés» et «victimes de la propagande djihadiste». Faut-il alors les considérer comme responsables de leurs actes ?

Pour Bernard Chouvier, pédopsychiatre, la mouvance djihadiste comblerait l’adolescent en quête d’idéaux. «Le comportement sectaire profite de ce climat de blessure narcissique avec la persécution de la communauté sunnite pour réveiller l’idéalisme des jeunes, son besoin de se lancer dans une œuvre humanitaire».

Un constat repris par Christian Etelin, l’avocat d’un des jeunes Toulousains partis combattre en Syrie : «à 15 ans, il voulait juste partir à l’aventure, sauver le monde».

Par la suite, explique le pédopsychiatre, le djihadisme agirait comme une seconde peau sans faille ni faiblesse lui permettant de lutter contre les attaques qui pourraient ébranler son édifice intérieur:

son problème d’intégration, son mal être identitaire et corporel, sa frustration, ses difficultés relationnelles…

La Miviludes a donné l’alerte au niveau interministériel après que des familles confrontées à des signes de radicalisation religieuse se soient manifestées : «Elles nous appellent parce que leurs filles ont arrêté d’aller au lycée, ont quitté le domicile familial et ont commencé à se couvrir de la tête au pied».

(…) La justice devra faire la distinction entre une personne victime du système et un indvidu responsable de sa radicalisation.  «Si c’est un mineur, il est juridiquement défini comme vulnérable donc il n’est pas condamné», martèle Catherine Picard.

Pour encadrer et appréhender leur retour, les spécialistes proposent la mise en place de groupes de réflexion animés par des imams et des psychologues.

Pour l’anthropologue Donia Bouzar, «il s’agit de leur faire prendre conscience des conséquences que leur action aurait pu provoquer dans la vraie vie».

L’islamophobie rampante rend cette mission difficile.

«En France, l’ennemi fédérateur est le musulman, force maligne, impotente, imposante, contre laquelle il faut se défendre», constate Raphaël Liogier, sociologue à Sciences Po.

Slate

Tourcoing : « Je ne tolérerai pas que ma femme soit accouchée par un homme »

Le 17 février dernier, Tony M., 33 ans, agressait une obstétricienne du la maternité du CH Dron à Tourcoing, furieux qu’elle ne puisse lui garantir que son épouse enceinte serait accouchée par une femme médecin. Le tribunal l’a condamné hier après midi à huit mois de prison avec sursis.

Lorsque Tony M. se présente à la maternité du CH Dron le 17 février, son épouse est en fin de grossesse. Un mois avant, la jeune femme a signé le certificat de mixité actant le fait que son accouchement peut être dirigé par un homme ou une femme. Ce document a été mis en place il y a plusieurs années dans les maternités à la suite d’incidents où certains maris refusaient que leur femme soit accouchée par un homme. Le 17 février, vers 16 h, Tony M. vient dire que son épouse revient sur sa décision [...].

Tony M. s’énerve : « Je ne tolérerai pas que ma femme soit accouchée par un homme ». Il peste contre « une civilisation moribonde et décadente » et insulte son interlocutrice. Il saisit un tabouret, le heurte violemment sur le sol à trois reprises avant de le jeter en direction du médecin. Il jettera de la même façon deux bouteilles d’eau.

En esquivant les projectiles, le médecin se cogne la nuque contre un meuble métallique, ce qui lui occasionnera à l’examen de médecine légale, une incapacité de travail d’un jour. Tony M. sort du bureau du médecin en hurlant puis revient, toujours hors de lui. « Il m’a précisé que j’avais de la chance d’être une femme, que je devais appeler mon mari pour qu’ils règlent ça entre hommes… », dira l’obstétricienne [...].

« J’ai perdu mes nerfs, je le regrette amèrement », concède Tony M. à la barre du tribunal, contestant par ailleurs les menaces. Cet habitant de Villeneuve d’Ascq, père de six enfants (son bébé est né depuis dans une maternité lilloise) tente de légitimer sa colère, dit avoir été provoqué, évoque des mensonges… autant de propos qu’il glisse dans un discours de complot plus global où il plaque des discours stéréotypés empruntés aux extrémistes religieux .

Il a beau assurer en préambule de ses explications : « Ma femme est très pudique. Le sujet c’est la pudeur, ce n’est pas la religion », tout dans son discours indique le contraire. Tony M. s’est converti à l’islam à 16 ans après avoir grandi dans la religion catholique. [...] L’avocat insistera également sur le fait que son client n’a pas de casier judiciaire.

Nord éclair