Belgique : deux à trois vols par jour dans les églises

De deux à trois vols sont commis quotidiennement dans des églises ou des chapelles situées en Belgique, a indiqué jeudi le sénateur Guido De Padt en citant des chiffres qui lui ont été fournis par la ministre l’Intérieur, Joëlle Milquet (cdH).

Hebergeur d'imageLes églises sont aussi touchées par des actes de vandalisme plus d’un fois par jour en moyenne, selon M. De Padt (Open Vld). Les chiffres les plus récents fournis par Mme Milquet (cdH) dans une réponse parlementaire écrite remontent à 2012. [...]

7sur7

Bretagne : vague d’interpellations dans la communauté du voyage suite à des cambriolages

Ce mercredi, vers 7h, les gendarmes ont interpellé plusieurs personnes soupçonnées de participer à des cambriolages visant des locaux industriels et commerciaux.

Depuis le début du mois de novembre 2013, des périples nocturnes concernant des locaux industriels et commerciaux sont perpétués dans les départements du Finistère, du Morbihan et des Cotes d’Armor. Fin février, un véhicule identifié comme ayant commis l’un des périples est localisé et pris en chasse par les gendarmes puis abandonné après avoir mis en danger la vie d’usagers de la route.

Le travail de police scientifique fait par les gendarmes de la cellule d’identification criminelle de Quimper en relation avec l’Institut de Recherches Criminelles de la Gendarmerie Nationale ainsi que les investigations de terrain permettent rapidement d’identifier 3 suspects issus de la communauté des gens du voyage.

L’opération de ce matin, qui a mobilisé une centaine de gendarmes, a eu pour but d’interpeller 3 personnes à Lorient, Pontivy et Quimperlé. Sur le terrain des gens du voyage de Lorient, le nombre de personnes présentes a nécessité l’intervention d’un escadron de gendarmerie mobile.

Ouest France

Haute-Savoie : cinq membres la communauté des gens du voyage mis en examen pour cambriolage et meurtre

Cinq hommes ont été arrêtés et mis en examen pour vol avec violence et meurtre, après le cambriolage qui avait mal tourné dans un camping en Haute-Savoie, le 11 novembre 2013, rapporte ce mercredi RTL.

La gérante du camping de 54 ans, avait été tuée d’un coup de fusil à quelques kilomètres du lieu de la tuerie de Chevaline (Haute-Savoie).

Les cinq hommes, de 20 à 40 ans, sont issus de la communauté des gens du voyage. Ils vivent dans un camp de la région, précise la station.

La victime avait été tuée dans la nuit du 10 au 11 novembre d’un coup de feu dans la poitrine par deux hommes encagoulés, alors qu’elle regardait la télévision à son domicile de Lathuile, un village près du lac d’Annecy.

Ayant entendu du bruit, elle s’était levée ainsi que son mari et s’était retrouvée nez à nez avec ses agresseurs. Le couple avait réussi à repousser les assaillants dans l’escalier intérieur menant aux appartements du pavillon, puis à refermer la porte d’entrée. Mais les deux hommes avaient tiré à travers la porte, blessant mortellement la femme. Les agresseurs, gantés et cagoulés, avaient pris la fuite dans une voiture de type «berline».

Le camping jouxtant la maison du couple de gérants était fermé à cette époque de l’année. Il est situé à trois kilomètres environ de la scène de la tuerie de Chevaline, où quatre personnes ont trouvé la mort le 5 septembre 2012.

20 Minutes

Cernay (68) : cinq roumains interpellés pour cambriolages

Cinq ressortissants roumains ont été arrêtés après une course poursuite sur la RN66 avec les gendarmes de Cernay au cours de la nuit de dimanche à lundi, à Cernay.

Suite à la recrudescence des cambriolages dans des locaux industriels et commerciaux du canton de Cernay, un dispositif opérationnel de surveillance a été mis en place par les gendarmes de la compagnie de Thann, dans la nuit de dimanche à lundi.

Vers 1 h 15 du matin, les gendarmes de Cernay ont été alertés d’un déclenchement d’alarme à la société Holcim Béton à Cernay.  Rapidement sur les lieux, la patrouille cernéenne a pris en chasse un véhicule BMW qui venait de quitter les lieux.

Après une course poursuite sur 2 kilomètres avec les forces de l’ordre, le véhicule a pu être intercepté sur la RN66.  Les gendarmes ont interpellé dans la foulée les cinq occupants de cette voiture. Cinq ressortissants roumains âgés de 17 à 25 ans.

Les cinq individus venaient de commettre une tentative de vol avec effraction. Les perquisitions effectuées à leur domicile ont permis de retrouver divers matériels provenant de vols aggravés.  Les cinq individus ont été déférés cet après-midi au parquet de Mulhouse en vue d’une ouverture d’information judiciaire pour tentative de vol aggravé et recel. Ils seront ensuite présentés au juge des libertés et de la détention. Le parquet a requis leur placement en détention provisoire.

L’Alsace

Hellemmes et Wambrechies (59) : deux ventes sur le boncoin se terminent en guet-apens

Les sites internet d’annonces d’occasion contiennent parfois des arnaques. Plus rarement, les ventes peuvent se terminer en agression afin de voler le bien. C’est ce qui s’est produit ces derniers jours dans deux affaires distinctes de véritables guets-apens.

La première se déroule à Wambrechies, vendredi midi, avenue Pasteur. Une personne ayant mis en vente sa moto sur le célèbre boncoin.fr rencontre un soi-disant acheteur. Ce dernier lui donne une enveloppe censée comporter l’argent de la transaction. En fait, ne s’y trouvent que des… papiers. Le vendeur s’en aperçoit. L’escroc sort alors une arme de poing avec laquelle il le menace. Et il repart avec sa moto. Un suspect est finalement interpellé peu après puis placé en garde à vue.

Mésaventure similaire, dimanche, vers 17 h, à Hellemmes. Là encore, il s’agit à l’origine d’une annonce sur le boncoin.fr. Croyant venir vendre son scooter à un honnête acheteur, une personne se retrouve encerclée par cinq individus qui l’aspergent de gaz lacrymogène pour lui dérober le deux-roues. Une patrouille de police intervient et interpelle trois suspects, toujours en garde à vue hier.

Nord Eclair

Nersac (16) : voitures vandalisées en série

Une bande de voleurs à la roulotte sévit depuis plusieurs jours dans les environs d’Angoulême. « Elle est en quête de tous les objets de valeur qui ont pu être laissés dans les véhicules », explique la gendarmerie qui en recherche activement les protagonistes. Elle vient de frapper à Nersac où c’était la consternation samedi matin.

Alors que des véhicules ont été visités plus tôt dans la semaine place de l’Union, quatre voitures ont encore été fracturées et dégradées la nuit précédente, route d’Angoulême et rue des Fontenelles. Des vitres cassées, des bris de verre, mais aucun vol constaté. Certains, comme Marcel Genereux, employé communal domicilié rue des Fontenelles et dont les deux voitures garées sur le parking face à sa maison ont été fracturées, parlent du « plaisir de casser ».

Samedi de bon matin, les cambrioleurs semblent avoir été dérangés plus que d’ordinaire. Marcel Genereux les a mis en fuite en ouvrant son volet roulant. Un peu plus loin route d’Angoulême, c’est un voisin de Dominique et Michel Dolineau, victimes également d’une dégradation mais aussi d’une tentative de substitution de leur autoradio, qui les a perturbés.

Il témoigne: « Vers 3h30, j’ai entendu du bruit, je suis sorti pour voir ce qu’il se passait. Il y avait deux jeunes dans la rue, j’ai à peine vu leur visage. L’un s’occupait de la voiture de mes voisins, l’autre cassait une vitre à une autre voiture. Je leur ai demandé s’ils voulaient de l’aide, ils sont montés à toute vitesse dans une voiture qui a filé à vive allure en crissant des pneus. »

Ce témoin parle d’un véhicule « plutôt sportif » dont le bruit, reconnaissable, se fait « souvent entendre à Nersac la nuit entre 2 heures et 3 heures du matin », mais aussi « quelquefois dans la journée », ce qui lui laisse penser qu’il s’agit « sûrement de jeunes du coin ». L’enquête se poursuit et les gendarmes recommandent de ne rien oublier dans les véhicules qui pourrait avoir de la valeur.

Charente Libre

Saint-Denis (93) : une école primaire placée sous protection judiciaire

Les enseignants de deux écoles n’ont pas fait cours hier, excédés par les incidents™ à répétition dans le quartier. Des CRS seront présents dès lundi.

Exaspérés par les problèmes récurrents d’insécurité aux abords de leurs établissements, les enseignants de l’école primaire Jules-Guesde et de la maternelle Corbillon, à Saint-Denis, ont exercé vendredi leur droit de retrait.

Le Parisien – article payant – merci jojo2

Marseille (13) : un jeune homme agressé à coups de couteau

Ce jeudi 10 avril, un jeune homme a été sérieusement blessé à coups de couteau dans la cité de la Cayolle dans le IXe arrondissement à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime aurait été agressée par plusieurs inconnus avant d’être frappée à six reprises avec un couteau.

Touché au niveau du ventre, du dos et d’un bras, il a été évacué, dans un état sérieux, vers l’hôpital de la Timone. Une enquête a été ouverte afin d’identifier les auteurs de cette tentative de meurtre.

Le Parisien

Montpellier (34) : trois « jeunes » mineurs mettent le feu rue de l’Industrie

Défavorablement connus déjà par la Police, ils provoquent des dégâts multiples dans la rue et sur les façade des commerces dont du théâtre de la Chocolaterie.

Tout le long de la rue de l’Industrie, de Prés-d’Arènes au Marché-Gare, trois adolescents montpelliérains ont provoqué des dégradations dans la nuit de mercredi à jeudi. Ils s’étaient entendu pour faire le mur de chez leurs parents respectifs. Réunis, ils ont d’abord mis le feu à un conteneur devant un supermarché. Puis un deuxième, à hauteur du numéro 83. Ensuite, ils ont brûlé à tout va contenants à ordures et palettes. Dont les flammes et les fumées ont dégradé partiellement les façades du théâtre de La Chocolaterie et de l’animalerie contiguë.

Alertée par un témoin, la police a dépêché un équipage sur place. Lequel a rapidement mis la main sur le trio, place de Tibériade. Ramenés au commissariat central, les trois pyromanes présumés y étaient toujours auditionnés, hier, à l’issue d’une prolongation de leur garde à vue. Mesure à l’issue de laquelle ils doivent être déférés au parquet des mineurs aujourd’hui. Sachant que deux d’entre eux ont déjà eu maille à partir avec la justice, à la suite d’un vol avec violences commis en janvier dernier.

Midi Libre

Val-de-Marne : un des braqueurs de la banque sortait du commissariat

Certains policiers plaisantent au sujet des interpellations sur le thème «un client satisfait est un client qui revient». Le jeune homme de 21 ans, interpellé mercredi après-midi par la police judiciaire (PJ) du Val-de-Marne, devait être particulièrement satisfait !

Car après une première condamnation à la prison pour vol à main armée en 2010, une garde à vue en début de semaine pour un défaut de permis de conduire, il est à nouveau «hébergé» par la police judiciaire, ainsi que son complice âgé de 19 ans, pris en flagrant délit pour un vol à main armée dans une banque de Sucy, mercredi après-midi.

Mercredi, les policiers du groupe de répression du banditisme de la PJ sont en opération de surveillance à Bonneuil, lorsqu’ils voient passer une Renault Mégane, signalée volée peu avant. A l’intérieur, deux jeunes gens que les policiers décident de suivre discrètement. Bien leur en prend : le conducteur se dirige vers Sucy et stationne sa voiture, dans une impasse discrète non loin de l’avenue du Général-Leclerc.

Le passager descend et disparaît hors de la vue des policiers qui, pressentant un mauvais coup, font converger des collègues de façon à prendre «au piège» la voiture. Mais alors que les autres patrouilles banalisées se rapprochent, les policiers déjà en alerte voient le passager s’engouffrer dans la Mégane, un sac à la main.

Les fonctionnaires les prennent en filature de façon à les intercepter au moment où ils ne feront prendre de risque à personne mais les malfrats n’ont qu’une idée en tête : quitter les lieux au plus vite. Pour se faire, ils tentent de se glisser entre une voiture et un camion et endommagent leur voiture au passage. De peur qu’ils ne commettent d’autres accidents, les policiers les interpellent quelques centaines de mètres plus loin. Et les placent en garde à vue car quelques minutes plus tôt, le passager avait raflé 300 € à la banque tandis que son complice l’attendait à l’extérieur.

Le Parisien