Roubaix: le centre social incendié, le quartier sous tension

Le centre social du quartier des Trois-Ponts a été incendié. Un incendie d’origine criminelle. Le quartier sous tension est actuellement quadrillé par les forces de l’ordre.

Dans ce quartier sensible™ où les poussées de fièvre sont régulières, d’importants effectifs de police ont été déployés dans la soirée pour sécuriser l’intervention des pompiers et prévenir tout débordement.

Mais vers minuit, à peine le feu était-il éteint que plusieurs groupes de jeunes cherchaient déjà à en découdre avec les effectifs policiers quadrillant la zone et les premières détonations de flash-ball retentissaient pour disperser les assaillants.

L’origine de cette flambée de violence n’était pas clairement identifiée hier soir. Une chose est sûre, un incident se serait produit un peu plus tôt dans la journée dans le quartier. Un quartier une nouvelle fois sous tension.

Voix du Nord - merci antibarbare

Complément :  en ce moment à Roubaix

• Relire :
« Quand vous regardez la courbe démographique, dans deux ou trois générations, toute la France ressemblera à Roubaix »
A Roubaix, les « jeunes » font exploser les chatons à coups de pétards

Montpellier (34) : trois « jeunes » mineurs mettent le feu rue de l’Industrie

Défavorablement connus déjà par la Police, ils provoquent des dégâts multiples dans la rue et sur les façade des commerces dont du théâtre de la Chocolaterie.

Tout le long de la rue de l’Industrie, de Prés-d’Arènes au Marché-Gare, trois adolescents montpelliérains ont provoqué des dégradations dans la nuit de mercredi à jeudi. Ils s’étaient entendu pour faire le mur de chez leurs parents respectifs. Réunis, ils ont d’abord mis le feu à un conteneur devant un supermarché. Puis un deuxième, à hauteur du numéro 83. Ensuite, ils ont brûlé à tout va contenants à ordures et palettes. Dont les flammes et les fumées ont dégradé partiellement les façades du théâtre de La Chocolaterie et de l’animalerie contiguë.

Alertée par un témoin, la police a dépêché un équipage sur place. Lequel a rapidement mis la main sur le trio, place de Tibériade. Ramenés au commissariat central, les trois pyromanes présumés y étaient toujours auditionnés, hier, à l’issue d’une prolongation de leur garde à vue. Mesure à l’issue de laquelle ils doivent être déférés au parquet des mineurs aujourd’hui. Sachant que deux d’entre eux ont déjà eu maille à partir avec la justice, à la suite d’un vol avec violences commis en janvier dernier.

Midi Libre

Pau (64) : trois jeunes récidivistes en garde à vue suite à un incendie criminel

L’incendie qui s’est produit au cœur de la nuit de jeudi à vendredi est volontaire : trois jeunes hommes du quartier Saragosse sont actuellement en garde à vue au commissariat de Pau.

Selon les premiers éléments de l’enquête, trois jeunes ont tenté de voler une Ford Fiesta garée dans la rue, juste devant la résidence Saint-Michel. Ils ont cassé la porte, brisé le dispositif antivol de la colonne de direction et essayé de démarrer le véhicule en mettant les fils en contact. En vain. Ils ont alors mis le feu à la voiture. L’alerte a été donnée vers 2h50.

L’incendie a dégagé une importante fumée, nécessitant l’évacuation de la résidence, dont la façade a été en partie noircie. Un autre véhicule garé à proximité, un conteneur poubelle et des stores d’appartements ont été endommagés.

Alerté par un témoin, la police a dépêché sur place la brigade anticriminalité (BAC) de nuit. Les voleurs avaient déjà pris la fuite… mais ils ont tenté de dérober dans la foulée une autre Ford Fiesta garée rue Jules Verne, au cœur du quartier Saragosse. La BAC les a alors pris sur le fait.

Les trois jeunes se sont aussitôt dispersés. Mais deux d’entre-eux ont été interpellés. Le troisième membre du groupe, identifié, a été interpellé ce vendredi matin vers 8h45.

Il s’agit de trois habitants du quartier, âgés de 21, 23 et 26 ans, tous récidivistes et actuellement sous le coup d’une mise à l’épreuve après une précédente condamnation. L’un d’eux a déjà fait de la prison.

Leur garde à vue pour dégradations par moyen dangereux (l’incendie volontaire) et pour tentatives de vol (les deux Fiesta) se poursuit : les trois Palois devraient être déférés ce samedi au parquet. L’un d’eux a reconnu les faits ce vendredi matin, les deux autres ont nié. Les enquêteurs de la sûreté départementale poursuivent les investigations et les auditions.

La République des Pyrénées

Perpignan (66) : un campement de Roms détruit par un incendie

Le feu s’est déclaré, mercredi soir, vers 20h30, dans un endroit isolé, situé derrière une grande surface, à la sortie sud de Perpignan. L’alerte a été donnée par des agents de sécurité du magasin de bricolage.

Les sapeurs pompiers sont intervenus rapidement mais les habitations de fortune ont été détruites par les flammes.


Un témoin oculaire de la communauté Rom, rencontré ce jeudi matin, affirme avoir vu la veille un individu asperger les lieux avec de l’essence avant de l’enflammer.

Une enquête de police est en cours pour vérifier l’origine du sinistre et les services sociaux de la municipalité se sont rendus sur place, ce matin, pour tenter de trouver une solution pour l’hébergement des familles de Roms.

France 3

Montgeron (91) : le camp de Roms part en fumée

Un violent incendie a ravagé un camp de Roms, dans la nuit de dimanche à ce lundi, à Montgeron (Essonne). Le feu s’est déclaré vers 3 heures du matin n’a pu être définitivement éteint par les pompiers qu’à 8 heures ce matin. Entre-temps, les flammes ont dévasté la moitié de ce camp de quelque 250 personnes, établi à proximité de la N6, en limite de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). Le sinistre n’a pas fait de victimes.

Environ 140 personnes, dont 50 enfants, ont été hébergés dans un gymnase de la commune, à proximité des lieux du sinistre. Les Roms s’étaient installé là l’été dernier et étaient sous le coup d’un arrêté d’expulsion qui devait prendre effet le 31 mars.

Le Parisien

Plus de 34.000 voitures incendiées en France en 2013

L’observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) éclaire d’un jour nouveau le phénomène criminel des feux de voitures. D’abord, sa toute dernière étude établit à 34.441 le nombre de véhicules incendiés en France l’an dernier. Selon lui, le ministère de l’Intérieur, qui a fourni les chiffres, ne donne pas tout, puisque ce total ne recouvre que le nombre de procédures diligentées par la police et la gendarmerie en une année. «Certaines procédures concernent plusieurs véhicules, notamment ceux atteints par propagation des flammes», corrige Christophe Soullez, le patron de l’ONDRP. [...]  Les pompiers déclarent, pour leur part, plus de 58.000 interventions en une année.

[...] L’on peut s’étonner que les autorités françaises n’aient pas réussi à endiguer un phénomène que les Anglo-Saxons ont visiblement su résorber. Même aux États-Unis, selon l’ONDRP, le nombre de véhicules incendiés volontairement a diminué par trois entre 2003 et 2012, passant de 30.500 à 12.500 sinistres (pour une population 4.8 fois supérieure à la population française).

[...] Pour le criminologue Alain Bauer, «il faut sans doute chercher les raisons de cet écart de résultats entre la France et les pays anglo-saxons dans une différence de méthodes et de moyens». «La Grande-Bretagne, rappelle-t-il, est un pays fédéral avec 58 polices différentes», où les chefs de police rendent des comptes à la population et se présentent aux suffrages de ses administrés. Il y a, selon lui, de l’autre côté de la Manche une «politique plus offensive et davantage de pragmatisme».

«Par ailleurs, poursuit-il, quand un délinquant est arrêté pour de tels faits en Grande-Bretagne, les Britanniques ne lui garantissent pas, comme trop souvent en France, l’excuse absolutoire. Il va en prison où les places sont suffisantes.» Un exemple à méditer.

Le Figaro

Incendie de l’hôtel Paris-Opéra : trois ans ferme pour la principale responsable

La jeune femme à l’origine du terrible incendie de l’hôtel Paris-Opéra, rue de Provence (IXe), qui avait fait 24 morts en avril 2005 dont de nombreuses femmes et des enfants, a été condamnée à trois an de prison ferme, soit un an ferme de plus que requis.

(…) La jeune femme, 31 ans à l’époque, a toujours affirmé ne pas s’être rendu compte de la portée de son geste et n’avoir appris le drame que le lendemain. Et si elle a exprimé regrets et remords, survivants et procureur ont déploré qu’elle n’ait jamais fourni d’explication «claire, honnête».

Sauts dans le vide

Son ex-amant, Nabil Dekali, le veilleur de nuit «alcoolisé et drogué» le soir du drame et lui-même grièvement blessé dans l’incendie, est accusé d’avoir tardé à appeler les secours en raison de son état. Il avait fallu plus de dix minutes pour que les pompiers soient avertis, par quelqu’un d’autre. Or, dans ce vieil hôtel à escalier unique, les occupants des chambres sur cour -sans accès direct pour les pompiers- et des étages supérieurs «n’avaient aucune chance de survivre» s’ils n’évacuaient pas immédiatement, avait martelé le procureur.

Sur les 24 morts, 20 habitaient le quatrième étage ou au dessus. Cernés par les flammes, beaucoup avaient sauté dans le vide. On avait dénombré neuf femmes et onze enfants tués.

Rachid et Fatima Dekali, parents du veilleur et gérants, étaient poursuivis pour avoir volontairement méprisé les règles de sécurité et organisé la sur-occupation de l’hôtel, où 77 personnes étaient présentes le soir du drame pour une capacité d’accueil fixée à 62. Par «esprit de lucre», selon l’accusation, pour profiter de la «rente de situation» constituée par ces familles précaires dont l’hébergement était payé par le Samu social.

(…) Le Parisien

Chelles : incendies en série la nuit du réveillon

Dans la nuit de mardi à mercredi, à Chelles, trois jeunes sont soupçonnés d’avoir été à l’origine de trois incendies, le long de l’avenue des Sciences. C’est d’abord une pelleteuse qui a brûlé vers 5 heures du matin, puis une poubelle et enfin une Renaut Twingo.

Aperçu par des témoins et par les policiers, un jeune a été interpellé. En revanche, les deux autres suspects n’ont pas été interpellés.

Parisien.fr – merci antibarbare

Cannes : Effraction et incendie dans un foyer pour « jeunes », 3 « jeunes » interpellés

Dans la nuit de dimanche à lundi à Cannes, un local technique du foyer Sainte-Famille a été incendié après effraction.

Six véhicules et 24 pompiers ont été rapidement dépêchés au 24 de l’avenue du docteur Picaud vers 3 h 30 du matin jusqu’en début de matinée, mais 60m² ont néanmoins été détruits (heureusement sans faire de victime).

Dans la foulée, la police a interpellé trois jeunes pensionnaires du foyer, mais ces derniers ont été remis en liberté lundi après-midi.

Nice Matin / La Provence

Perpignan : 14 véhicules de luxe carbonisés et des commerces ravagés par un incendie suspect

Un incendie particulièrement dévastateur s’est déclaré au cours de la nuit dernière, vers 3 h 30, rue Hector Guimard, parallèle à l’ancienne route de Canet à la sortie de Perpignan.

[...] Le sinistre a ainsi causé des dégâts très importants au niveau de la station de lavage Eléphant bleu, du magasin d’accessoires automobile First stop situé à proximité, d’un atelier mécanique Sport auto service mais aussi et surtout du concessionnaire L3B Autos, de vente de véhicules premium et de luxe.

Là, le local d’exposition  a été entièrement ravagé par le feu. Selon un premier bilan, 14 voitures de marque Ferrari, Porsche, Maserati…. d’une valeur de plusieurs dizaines de milliers d’euros chacune, ont été totalement carbonisées.

Un préjudice très lourd pour les exploitants et le propriétaire des murs, sans compter plusieurs salariés qui se retrouvent au chômage technique.

Une enquête a été aussitôt ouverte, confiée aux services de police, afin de déterminer la cause  exacte de cet incendie.

Une origine qui apparaît d’autant plus suspecte que plusieurs départs de feu auraient été identifiés.

L’Indépendant