« A Marseille, j’entends du ‘nique la France’ toute la journée ! » (RMC)

Dans les GG de RMC, une auditrice marseillaise ne s’étonne pas de voir des voyous issus de l’immigration partir en Syrie. L’intervenante sociale Elina Dumont défend ces « jeunes » de banlieue. Marie-Anne Soubré et Johnny Blanc n’en reviennent pas.

Hebergeur d'image

« Savez-vous que la plupart de ces gens ne partent jamais en vacances, ils n’ont pas d’activités physiques, ils sont plus dans le système scolaire, quand ils cherchent un travail ils ne sont pas considérés [...] Les guetteurs que je connais, c’est tout simplement parce qu’ils sont exclus du système scolaire à 14 ans ! » – Elina Dumont

Suède : une loi pénalisant la critique de l’immigration en vigueur fin 2014 ?

[La teneur des différents articles cités en source ne nous permet pas de confirmer formellement cette information. Nous la livrons sous réserve].

Selon plusieurs articles publiés récemment, une nouvelle loi pourrait entrer en vigueur en Suède fin 2014. Elle permettrait de poursuivre les personnes critiquant l’immigration, mettant en cause les immigrés, ou critiquant la réticence des politiques à s’attaquer au problème. Andrew Norlen, membre du parlement suédois initiateur du projet a déclaré que la loi aurait rapidement un effet dissuasif.

Hebergeur d'image

« Je ne pense qu’il y aura beaucoup de poursuites mais c’est un signal adressé aux communautés sur Internet rappelant que cet espace n’est pas sans loi, le shérif est de retour en ville », a par ailleurs déclaré Norlen dans un débat à sens unique sur le sujet au parlement suédois. [...]

The EuTimes via Révoltes en Europe et Novopress – Article en sudéois iciMerci à Stormisbrewing

Belgique : un Turc porte un coup de couteau à sa propre fille à Liège

Un Liégeois de 49 ans a été déféré lundi au Parquet de Liège pour tentative de meurtre sur sa propre fille âgée de 21 ans. L’auteur ne semble pas apprécier les relations de sa fille qui ne respecte pas les traditions. [...]

La victime, d’origine turque, a expliqué qu’elle venait de présenter son nouveau compagnon à sa famille qui aime la tradition et qui, déclare-t-elle, avait organisé un mariage forcé auquel elle avait pu se soustraire.

Cet épisode avait néanmoins eu des répercussions sur les relations entre le père et sa fille. Cette dernière a présenté son nouvel ami, Kurde d’origine. La discussion a été calme en présence du nouveau compagnon mais le ton est monté après son départ. [...]

7sur7

Robert Redeker : Comment l’immigré a remplacé le prolétaire autochtone aux yeux de la gauche

Le philosophe Robert Redeker s’interroge sur la mutation de l’imaginaire de gauche. Dans celui-ci l’immigré a pris la place de la classe ouvrière autochtone, punie pour avoir abandonné la lutte des classes.

Le vocabulaire de la gauche a profité des trois dernières décennies pour évincer les termes de prolétariat et de prolétaire. Exhumés des souvenirs de la Rome antique, ces mots s’étaient imposés, malgré le dégoût qu’ils suscitaient, dans la langue politique au XIXème siècle. […]

Pourquoi ne pas le remplacer, cet ingrat prolétaire autochtone, par de nouveaux levains de l’histoire? Pourquoi pas par le travailleur immigré? Par le sans-papier? Par le jeune de banlieue? Pourquoi pas par le Rom? L’échec de mai 68 a causé la péjoration du peuple.

De héros, d’idole, de substitut du Christ pour assurer le salut de l’homme dans l’histoire, il devint le Beauf, il devint Dupont-Lajoie, il devint le sujet méprisé du populisme.

Les mots prolétaire et prolétariat en sont venus à passer de vie à trépas aussi pour une autre raison: les prolétaires – comprenons : les prolétaires autochtones, européens – n’étaient pas au rendez-vous.

Dans les années 70 une formule devenue cliché méprisant s’est répandue chez les intellectuels de gauche: «le peuple manque». Il n’est jamais au rendez-vous que la théorie a fixé pour lui. En mai 68, puis dans les années 70, les prolétaires, ces ingrats, ont manqué. On – c’est-à-dire les battus de mai – a commencé dès lors à le haïr, le peuple! On a commencé dès lors à le désaimer, le prolétaire. De héros, d’idole, de substitut du Christ pour assurer le salut de l’homme dans l’histoire, il devint le Beauf, il devint Dupont-Lajoie, il devint le sujet méprisé du populisme. La formule des bourgeois apeurés par les partageux d’autrefois était reprise, implicitement, par ceux qui allaient donner naissance au nouvel antiracisme: «salauds de pauvres!» Salauds de prolétaires au gros rouge qui tache! Salauds de souchiens pue-la-sueur! Ils n’ont pas voulu de la révolution, ces Dupont-Ducon! Eh bien nous nous tournerons vers d’autres!

Ainsi, l’immigré devint le mime raté du prolétaire. Il en est perçu aussi comme la punition: la promotion de l’immigré est la punition infligée au prolétaire pour avoir manqué à son devoir historique ! […]

Pour assurer le salut de l’humanité, il y eut, chez Saint-Simon, les savants et les industriels ; les travailleurs et les femmes, chez Auguste Comte ; les prolétaires, chez Marx ; les étudiants, chez Marcuse. Nous rencontrons dans la gauche actuelle les immigrés comme étant la nouvelle figure du groupe chargé d’opérer le basculement de l’histoire. Auprès de ce fantôme de la gauche qu’est la gauche morale et sociétale contemporaine, l’immigré, le sans-papiers, le Rom, endossent le double rôle d’ersatz et de Père Fouettard du prolétaire.

Le Figaro (Merci à Chantecler)

A Bruxelles, un bébé sur trois n’est pas Belge

En 2012, 111.506 enfants de nationalité belge ont vu le jour en Belgique, soit 2,7% de moins qu’en 2009. Sur la même période, le nombre de naissances d’enfants de nationalité étrangère a par contre augmenté de 22%, passant de 12.621 à 15.487, peut-on lire samedi dans Sudpresse.

Hebergeur d'image

A Bruxelles, les naissances d’enfants belges ont chuté en 2012 de 4,49% alors qu’elles ont augmenté de 20% pour les bébés de nationalité étrangère. Dans la capitale, un nouveau-né sur trois n’est pas Belge.

En Wallonie, le nombre de naissances a baissé de 2% pour les bébés belges et a crû de 19% pour les bébés étrangers. [...]

7sur7

« Des étrangers qui touchent une retraite sans avoir jamais travaillé en France, c’est impossible » (Bourdin)

Dans Bourdin & Co, alors qu’une auditrice assure que des étrangers peuvent toucher une retraite sans avoir jamais travaillé en France, Jean-Jacques Bourdin n’en croit pas un mot.

Hebergeur d'image

« Il est impossible pour un étranger qui n’a pas travaillé en France de toucher une retraite française, ça c’est impossible ! Ou alors il est très fort ! » – Jean-Jacques Bourdin

A relire :

Il semblerait que certains étrangers arrivent en France pour “la retraite”.

En effet à partir de 60 ans s’ils ne “peuvent plus travailler” et « dans tous les cas à 65 ans« , ils peuvent toucher l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA) soit 708 euros mois avec un simple permis de séjour. Et ce , sans jamais avoir travaillé en France ou ailleurs, et sans jamais avoir cotisé un centime.

(Voir la page 54 du document officiel)

L’Observatoire des subventions

Cette information est disponible sous forme de tract, afin de pouvoir la diffuser autour de vous :

Cliquer ici pour obtenir l’article au format pdf, prêt à être imprimé.

Nicola Sirkis (Indochine) : « L’extrême droite tient le même discours qu’Hitler dans les années 30″

Nicola Sirkis ne mâche pas ses mots. Interrogé par le magazine Paris Match, le chanteur du groupe Indochine se dit atterré par l’intolérance qui divise notre société, le manque d’implication de certains artistes qu’il compare à des employés de maisons de disques, mais aussi par la montée des partis d’extrême droite.

Le rôle d’un artiste est-il d’éveiller les consciences ? Une question qui alimente le débat dans cette interview fleuve de Nicola Sirkis et Xavier Dolan, qui se plaint d’une Europe qui « régresse au niveau des mentalités et de la tolérance » : « La montée des droites chez vous nous horrifie en Amérique du Nord » explique le réalisateur, avant d’être repris par le leader du groupe Indochine. « En France, il n’y a plus de Jean-Moulin, plus personne pour dire haut et fort que l’extrême droite française tient le même discours qu’Adolphe Hitler dans les années 1930, toutes proportions gardées » affirme-t-il, sans en craindre les conséquences.

Il va même encore plus loin en attaquant les banques, les vrais « responsables de la crise ». « Ce ne sont ni les juifs, ni les immigrés, ni les homosexuels qui sont les responsables » dit-il, en référence aux idées généralement associées au parti d’extrême droite, avant de parler d’une France qui « crève de jalousie ». « Je suis atterré par l’ignorance générale, de deux qui gobent tout. Nous avons beau avoir un patrimoine culturel énorme, nous sommes de plus en plus incultes » conclu-t-il.

Charts In France

Interpellation musclée d’un suspect par des policiers dans une cité (vidéo)

Hier soir, M6 diffusait un nouveau numéro de  » Zone Interdite « , présenté par Wendy Bouchard. L’émission était intitulée « BAC contre quartiers sensibles : un quotidien sous haute tension ». [...]

Morandini

900 clandestins rescapés au large de la Sicile

Près de 900 migrants en provenance d’Afrique du Nord ont été secourus dans la nuit de jeudi à vendredi par plusieurs bâtiments de la Marine italienne, au large de la Sicile.

Hebergeur d'imageCe sauvetage a été réalisé en coopération avec les garde-côtes et les patrouilleurs de la police financière, dans le cadre de l’opération Mare Nostrum lancée en octobre après deux tragédies en mer.

La frégate Euro a récupéré 336 migrants, qui se trouvaient à bord de deux bateaux menaçant de chavirer à cause du nombre, parmi lesquels 44 femmes et 10 enfants. [...]

Pendant ce temps, la frégate Espero a pour sa part sauvé 198 migrants, dont 17 femmes, tandis qu’un autre bateau, le Stromboli, s’occupait d’en récupérer 108, dont 3 enfants.

Enfin, deux patrouilleurs des garde-côtes ont à eux deux sauvé puis transféré sur un autre bateau 254 réfugiés, dont 53 femmes et 9 enfants.[...]

7sur7


Addendum : le compte twitter de la Marine italienne permet de suivre au jour le jour les sauvetages de clandestins


Des enfants dorment dans la rue

Papier de Eliette Abécassis, romancière

La situation est indigne de notre époque. Ce sont des visions d’un autre temps, ces enfants qui dorment à même le trottoir, dans des guenilles, parfois pieds nus. Ils s’appellent Alin, Théo ou Elena… Mais ils pourraient s’appeler Gavroche. Leur mère, Maria ou Mariana, à moins que ce ne soit Cosette. Elle porte des sandales en plastique. Elle a froid, elle a faim, elle nourrit un bébé au sein.

Hebergeur d'imageLes gens passent devant eux comme s’ils n’existaient pas. Les Roms sont devenus les ennemis de la société, ceux que tout le monde stigmatise, que tout le monde déteste, et l’on n’est pas gêné, quelque part, de les voir crever sur le trottoir.

Comme les Juifs, ils sont semblables et ils sont différents. Ils sont errants. Ils ont leur mode de vie et leurs valeurs qui ne ressemblent pas aux nôtres.

La ville doit pouvoir loger ces familles, quelle que soit leur nationalité. La discrimination anti-Rom est intolérable. [...]

Mais quand on parle de Rom, on a l’impression qu’on a dit un gros mot, ou qu’on a désigné forcément un voleur ou quelqu’un qui exploite les enfants.

S’ils mendient, c’est qu’ils n’ont rien. S’ils ne sont pas intégrés, c’est certes qu’ils ont une autre culture, mais surtout c’est parce qu’on a rasé leurs campements et qu’on ne les a pas relogés. [...]

Huffington Post

À Orléans, le maire UMP veut chasser les clandestins

En découvrant la liste des délégations attribuées aux conseillers et adjoints de Serge Grouard, maire UMP d’Orléans réélu haut la main, les militants des associations d’aide aux sans-papiers se sont étranglés. Au même titre que la gestion des appels d’offres ou du tourisme, l’édile local aura désormais un bras armé à « la lutte contre l’immigration clandestine », qui demeure pourtant une prérogative des services de l’État. Et ceci au moment même où le Front national fait son entrée sur les bancs du conseil municipal. [...]

Hebergeur d'imageMilitant du Réseau Éducation sans frontières (RESF), Jean-Pierre Perrin-Martin voit s’écrouler plusieurs décennies d’avancées collectives :

« Dans les années 1990, des étrangers ont obtenu d’être régularisés après des grèves de la faim. Tous réussirent à être débarrassés du nom de clandestins pour prendre celui de sans-papiers. Et aujourd’hui, le maire d’Orléans nous ramène à ce qualificatif. »  [...]

Dans un communiqué transmis aux médias, la municipalité se justifie en dénonçant le « laxisme de l’État » en matière de chasse aux clandestins et précise que, grâce à ses « quelques compétences » (attestations d’accueil, regroupement familial, avis sur la délivrance de la carte de résident de 
dix ans…), elle pourra redresser la barre. [...]

L’Humanité

Aux Etats-Unis, on expulse pour des délits mineurs

Les expulsions d’immigrés ont augmenté sous la présidence Obama, et contrairement à ses affirmations la plupart de ces immigrés avaient commis des infractions mineures, a rapporté lundi le New York Times.

Hebergeur d'imageSelon le quotidien, seulement 20% des près de 2 millions de personnes expulsées depuis l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche en 2009 avaient été condamnées pour des faits graves, notamment pour trafic de drogue.

Les deux tiers « impliquaient des personnes ayant commis des infractions mineures, dont des infractions au code de la route, ou n’avaient aucun antécédent criminel », ajoute le quotidien. [...]

Barack Obama, dont la promesse d’une grande réforme de l’immigration est enlisé au Congrès, a affirmé que son administration s’occupait des « criminels, des violeurs en groupe, de ceux qui nuisent à la communauté, et non des étudiants, ou des gens qui sont là parce qu’ils essaient juste de trouver une solution pour nourrir leur famille ». [...]

Ces expulsions ont quadruplé, passant de 43.000 pendant les cinq dernières années de George W. Bush, à 193.000 durant les cinq premières de Barack Obama. Les expulsions de personnes étant revenues illégalement aux Etats-Unis ont triplé, passant à plus de 188.000. [...]

7sur7