Un bailleur social jugé pour « fichage ethnique »

L’un des plus gros bailleurs sociaux d’Ile-de-France, Logirep, accusé d’avoir, en 2005, refusé un logement à un homme au motif qu’il était noir et d’avoir procédé à un « fichage ethnique » de ses locataires, comparaît demain devant le tribunal correctionnel de Nanterre.

Hebergeur d'imageLa société HLM, qui gère quelque 36.000 logements, avait été visée par une enquête après le dépôt de plainte pour « discrimination raciale » d’un homme d’origine ivoirienne qui s’était vu refuser, en juillet 2005, un trois pièces dans une tour de Nanterre. [...]

Une employée de Logirep lui avait alors expliqué qu’il était « d’origine africaine et qu’il y avait déjà assez de Noirs dans cette tour ». [...]

Mais au cours des investigations, des documents avaient ensuite montré que Logirep conservait informatiquement un fichier comportant des informations sur les origines raciales de leur locataires, comme « Alg » pour Algérie ou « Gy » pour Guyane, ce qu’interdit la loi.

Le Figaro

Nigel Farage : « L’immigration massive a rendu des régions entières du pays méconnaissables»

(extrait) Selon Nigel Farage, leader de l’UKIP, l’ouverture des frontières a eu un un impact très négatif sur la cohésion sociale.

« En un temps très court, des dizaines de villes et de bourgs sont devenus franchement méconnaissables. Et dans bien des endroits, on entend quasiment plus parler anglais. Le pays a été trahi par la classe politique, qui s’est vendue à l’Union Européenne. »

BBC

Le nouveau maillot extérieur de l’équipe de France de football dévoilé

Nike a dévoilé mardi 4 février le nouveau maillot extérieur de l’équipe de France de football. Sur son compte Twitter, la marque a la virgule a publié une vidéo (voir ci-dessus) dans laquelle apparaissent Raphaël Varane, Blaise Matuidi, Paul Pogba, Mamadou Sakho et Yohan Cabaye et vêtus du nouveau maillot. [...]

Hebergeur d'imageHuffngton Post

Qui a dit ?

« Notre problème, ce n’est pas les étrangers, c’est qu’il y a overdose. C’est peut-être vrai qu’il n’y a pas plus d’étrangers qu’avant la guerre, mais ce n’est pas les mêmes et ça fait une différence.

Il est certain que d’avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des Noirs »

“Europe pour tous” propose que tout demandeur d’asile soit parrainé par une famille française

Les candidats aux élections européennes de la liste « Europe pour Tous » font campagne, et Damien Tampé, tête de liste, se consacre pleinement à la campagne électorale.

Sur l’immigration, les candidats de l’Europe pour Tous ont des propositions qu’ils veulent innovantes.

« Nous voulons autoriser les demandeurs d’asile à travailler au bout d’un mois de présence. (…) Et nous proposons que tout demandeur d’asile soit « parrainé » par une famille française. Au bout de cinq années, cette famille, pourrait dire si le demandeur adhère au « vivre ensemble » à la française où s’il veut profiter du système ».

Manche Libre

—————-
Relire, revoir :

« Par leurs impôts, les Français financent les logements, la nourriture et les soins de ceux qui sont en train de les remplacer.

Quand il n’y aura plus assez de travailleurs pour payer les parasites, ça sera le chaos et la violence.

Peu à peu, le Français de souche se fait remplacer et il est heureux. Il regarde béatement sa Nation partir dans le tout à l’égout, mais il est content de n’avoir jamais voté pour le Front National.» Lire plus

L’Union européenne signe un accord sur l’immigration avec la Tunisie

L’union européenne et la Tunisie ont signé lundi 3 mars un accord qui prévoit notamment une simplification des visas et une plus grande ouverture à l’immigration régulière en échange de la lutte contre l’immigration clandestine, à l’image de ce qui se fait déjà avec le Maroc [...].

[...] L’union européenne a déjà signé un accord du même type avec un premier pays méditerranéen, le Maroc, en juin 2013, ainsi qu’avec d’anciennes républiques soviétiques (Moldavie, Géorgie, Arménie et Azerbaïdjan). En 2012, 125 594 demandes de visas Schengen ont été déposées en Tunisie, en hausse de 14 % par rapport à 2010. La France se classe largement en tête des demandes (81 180), devant l’Italie et l’Allemagne, avec près de 10 000 demandes chacune.

Le Monde

Mythes et mensonges : «la France, terre d’immigration» [redif]

Extrait du livre “Le terrorisme intellectuel” de Jean Sévillia (p141)

« Selon le discours en vogue, la France aurait toujours été un creuset de population. Du point de vue historique, cette assertion est fausse. Du VIe au XIXe siècle, le fond du peuple français est demeuré le même.

Au XIXe siècle apparaît une immigration saisonnière, les travailleurs retournant dans leur pays après leur labeur. La première grande vague migratoire a lieu après la Première Guerre mondiale. Elle est constituée d’Italiens, d’Espagnols. de Polonais et de ressortissants d’autres nations de l’Est. Ceux-ci s’assimilent peu à peu, par le biais de l’école, du service militaire et de la guerre — certaines institutions exerçant une force intégratrice : l’Eglise catholique, les syndicats, et même le Parti communiste.

A partir de 1946, la seconde vague migratoire vient d’Algérie.

Contrairement à ce qui se répète, ce n’est pas le patronat qui fait venir cette main-d’œuvre: ce sont les pouvoirs publics, afin de trouver une issue à l’explosion démographique de la population musulmane d’outre-Méditerranée.

Après 1962, l’Algérie indépendante, le flux migratoire reprend, en vertu de la libre circulation stipulée par les accords d’Evian. Si l’immigration est officiellement interrompue en 1974, le regroupement familial, autorisé en 1975, accroit dans les faits le nombre d’arrivants.

D’autres courants migratoires apparaissent, issus d’Afrique noire ou d’Asie. Et en vertu de la loi, tout enfant né en France de parents étrangers peut, à sa majorité, accéder à la nationalité française.

En 1975, les Européens (Portugais, Espagnols, Italiens) forment 60 % du total des étrangers installés en France, et les Africains 34 %. En 1990, la proportion est inversée : 45 % d’Africains (dont 39 % de Maghrébins), 40 % d’Européens, et 11 % d’Asiatiques (dont 5 % de Turcs).

Cette réalité, les pouvoirs publics la dissimulent. Le 26 octobre 1985, le Figaro Magazine provoque un tollé en publiant des projections montrant l’ampleur du phénomène migratoire. « Serons-nous encore français dans 30 ans? » demandent Jean Raspail et le démographe Gérard-François Dumont. (…)

Dès la parution du dossier, Georgina Dufoix, le ministre des Affaires sociales, réagit par un communiqué virulent : «Le Figaro Magazine adopte la méthode Le Pen qui consiste à lancer des chiffres mensongers. Cette construction, qui rappelle les théorie les plus folles du nazisme, doit être démontée et poursuivie.» Dans le Matin, Max Gallo stigmatise «un document qui fera date dans l’histoire du racisme de l’après-guerre en France ».

Le ton est donné : prévoir les conséquences d’une immigration massive, c’est faire preuve de racisme.»

——————————-

Ci-dessous : Texte repris de Polemia.com

Les « grandes invasions » : une immigration  numériquement bien modeste

Les « grandes invasions » ont duré du IVe au IXe siècle. Mais l’entrée des « Barbares » dans l’Empire romain n’a porté que sur un petit nombre de personnes. Le peuplement d’origine de la France, à quelques pour cent près, n’a pas été modifié.

De Charlemagne à la Révolution : peu de changement dans le socle de population

A partir de la fin du haut Moyen Age, le peuplement français ne subit plus que des modifications limitées. Ainsi les guerres de religion et la révocation de l’Edit de Nantes privent la France d’une partie de ses élites nobles protestantes ; et l’Alsace sera repeuplée de Suisses et d’Alamans venus combler les pertes de la guerre de Trente Ans.

A ces exceptions près, le socle de la population française à la veille de la Révolution reste le même qu’au temps de Charlemagne. Et le restera jusqu’à la fin du XIXe siècle.

1885/1970 : un courant d’immigration européenne

Plusieurs courants d’immigration arrivent en France, à partir de 1885 : polonaise, italienne et belge d’abord ; espagnole et portugaise durant les « trente glorieuses ».

Ces immigrations de race blanche, de culture européenne et de religion catholique s’assimileront très rapidement ; et leur apport à l’identité française paraît somme toute modeste.

Certes, il reste dans la région Nord des particularismes polonais et en Lorraine ainsi que dans certaines villes du Midi des traditions italiennes mais celles-ci se sont intégrées à la culture française au même titre que les cultures régionales : on trouve trace de ces immigrations dans les chants, les habitudes culinaires ou certaines expressions.

Mais, fondamentalement, l’identité française n’a pas été modifiée.

Les vagues d’immigration maghrébine et africaine

Les immigrations maghrébines et africaines des quarante dernières années changent radicalement la donne. D’abord, elles sont beaucoup plus massives que les précédentes : 80.000 à 100.000 personnes par an dans les années 1980/1990, 150.000 à 200.000 personnes par an depuis 2000.

Ensuite, elles concernent des hommes et des femmes venus de civilisations profondément différentes de la civilisation française : civilisation arabo-musulmane pour les uns ; civilisation africaine pour les autres.

Et ces immigrations ne sont pas en cours d’assimilation ; bien au contraire, les problèmes d’intégration qu’elles posent s’aggravent année après année.

Le recul de la civilité française

La présence d’une abondante immigration noire et africaine dans certaines régions est même un élément destructeur de l’identité nationale.

En effet, la transmission de la langue, de l’histoire et de la culture françaises, à travers l’école, devient difficile sinon quasi impossible là où les enfants d’origine française sont dramatiquement minoritaires. Dans certains quartiers on assiste même à une assimilation à l’envers : par défrancisation générale.

Les paysages urbains sont eux-mêmes modifiés par la destruction du tissu commercial traditionnel au profit des commerces ethniques et des enseignes déracinantes. Le bazar et le bidonville s’imposent comme nouvelle forme urbaine dans des pans entiers de plusieurs départements jusqu’ici français.

La perte des repères débouche souvent sur une dégradation des comportements : agressivité gratuite, violence camouflée sous capuche ou simples crachats devenus une pratique courante ; des signes indiscutables d’un recul de la civilité et de la civilisation.

La progression de l’islam dans les banlieues – et la crainte de toute attitude susceptible d’être qualifiée « d’islamophobe » – remet en cause les valeurs mêmes de notre civilisation : la liberté de penser par soi-même, l’esprit de libre examen, le respect de la personne, y compris de la femme.

Dans ces conditions, parler « d’apport de l’immigration à l’identité française » relève, intellectuellement, de la novlangue et, politiquement, de l’imposture.

Polemia

Paris : Exposition sur l’immigration à la mairie du 18e

Cette exposition a lieu du 3 au 12 février puis du 17 au 28 février 2014 (prolongation jusqu’au 21 mars, 2 jours avant les élections municipales) en mairie du 18e, Hall d’accueil.

L’exposition ATTENTION TRAVAIL D’ARABE a été conçue par Ali Guessoum. Elle propose, avec justesse et humour, une vision décalée des stéréotypes les plus répandus en France. Femmes, Noirs, Arabes, Moyen-orientaux, immigrés, Musulmans, l’Autre est souvent le responsable de bien des maux… ou sert à le faire croire, une diversion bienvenue, un exutoire de choix et un écran de fumée fort utile dans ce climat social et économique tendu. « Attention, Travail d’Arabe » souligne l’apport culturel, économique et social des Français venus d’ailleurs et l’importance d’une histoire trop souvent ignorée.

Site officiel de la mairie du 18e

Cette exposition est organisée en partenariat avec Pangée Network, une association crée pour « promouvoir le dialogue interculturel ».

Présentée d’abord à Toulouse en 2010, l’expo «Attention travail d’arabe», que Guessoum enrichit en fonction de l’actualité, a tourné aux Docks des Suds à Marseille, à Montpellier, mais aussi à Casablanca et Alger avant de faire le tour de plusieurs lieux parisiens. Des discussions sont en cours actuellement avec la Ville de Paris pour un accrochage moins confidentiel.

Libération

Source du PDF

Vous pouvez retrouver les autres affiches de l’exposition sur Libération.

Via Le Salon Beige

Claude Goasguen (UMP) : « les vannes de l’immigration sont ouvertes »

L’ancien ministre juge tout simplement que « les vannes de l’immigration sont ouvertes ». Il en veut pour preuve « l’effondrement du nombre d’infractions à la législation sur les étrangers constatées par la police, qui chute de 89 % en un an« . Et l’une de ses composantes, les « infractions aux conditions générales d’entrée et de séjour des étrangers », qui baissent « de 91,6 %, passant de 7.297 à 614 infractions relevées ».

Le maire du 16e incrimine une loi du 1er janvier 2013  »de Manuel Valls » qui, selon lui, « dépénalise purement et simplement le séjour irrégulier pour ne plus réprimer que l’entrée irrégulière sur le territoire […] Un immigré entré avec un visa de tourisme de trois mois qui ‘oublie’ de repartir dans son pays à l’expiration de son visa n’est désormais plus sanctionnable, donc plus expulsable ».

MetroNews

Grand remplacement : «Pour les Français, le train de l’Histoire est arrivé à son terminus» [rediff Aldo]

[Plusieurs lecteurs postent dans les commentaires un texte qui circule sur Internet. Ce texte a été écrit par Aldo Stérone et diffusé par Fdesouche en avril 2012]

[Extraits] « Pour les Français, le train de l’Histoire est arrivé à son terminus. C’est fini. Il faut ramasser ses bagages et se préparer à descendre.

Quand la Seine Saint-Denis a commencé à pourrir, les Français de souche ont quitté la Seine Saint-Denis transformée depuis en coupe-gorge. De la même manière, ils quittent Lille, Marseille, Roubaix, les quartiers nord de Paris… Progressivement, viendra le jour où changer de ville ne résoudra pas le problème. Il faudra alors s’écraser ou bien quitter le pays. »

Dans l’océan, quand un animal est blessé, les rapaces viennent de partout. La France est aujourd’hui cet animal mourant. Du fond de l’Afrique, le dernier des somaliens accourt pour prendre son petit morceau.

Pour son immigration, la France a particulièrement choisi des populations incapables de gagner ou de produire ne serait-ce que leur pain quotidien.

Par leurs impôts, les Français financent les logements, la nourriture et les soins de ceux qui sont en train de les remplacer. Quand il n’y aura plus assez de travailleurs pour payer les parasites, ça sera le chaos et la violence.

Peu à peu, le Français de souche se fait remplacer et il est heureux. Il regarde béatement sa Nation partir dans le tout à l’égout mais il est content de n’avoir jamais voté pour le Front National. Plutôt disparaitre que de voter pour le seul parti qui veut lui remonter son pantalon.

Les Français ne souhaitent qu’une seule chose : disparaître. Ils ont trop honte d’exister. Ils se sentent tellement coupables qu’ils traversent ce monde en s’excusant. Leurs ancêtres ont, pour diverses raisons, tué des gens.

Si je remonte assez en arrière, les miens ont aussi tué des gens. Ça m’empêche de dormir la nuit ? Ca me donne envie de faire envahir mon pays par des crevards ? Probablement pas.

Lire l’article intégral

+ Rediff ci-dessous

Espagne : plus de 200 migrants entrent à Melilla , la police reçoit l’ordre de ne plus utiliser de balles en caoutchouc

Il s’agit de l’une des arrivées les plus massives des dernières années : plus de deux cents migrants venus d’Afrique subsaharienne ont franchi la frontière espagnole depuis le Maroc vendredi 28 février à Melilla.

Ils étaient trois cents, selon la préfecture de la ville, à avoir tenté à l’aube de passer le triple grillage qui sépare l’enclave du royaume arabe. Dans la matinée, « 214 immigrants avaient rejoint le centre d’accueil pour immigrés » du gouvernement espagnol, « chantant des chants de joie alors qu’ils traversaient la ville », a indiqué la préfecture dans un communiqué.(…)

A la suite de cet assaut tragique, le ministère de l’intérieur a annoncé mardi que la garde civile avait désormais interdit à ses agents de tirer des balles en caoutchouc pour repousser les tentatives d’entrée en force d’immigrants à Ceuta et Melilla.

Le Monde

(Merci à Memory One)