Port du voile : Des vêtements dits «traditionnels» pour contourner la loi

De plus en plus de jeunes essayent de faire passer le port du vêtement « traditionnel » comme un simple accessoire de mode.

«Tous les chefs d’établissements des quartiers sensibles soulignent que leur premier problème, au quotidien, reste la gestion des jeunes filles en jilbab». Sans ambages, les spécialistes estiment qu’il «conviendrait de trouver une solution au plus vite».

Pour contourner l’interdiction du voile et des signes religieux ostensibles à l’école, de plus en plus de jeunes adoptent le port du vêtement «traditionnel». Ainsi, les filles portent le jilbab, habit large et ample couvrant les cheveux et tout le corps hormis les mains, le cas échéant protégées de gants fins. Cette pièce de tissu noir est prônée par le Coran, qui stipule: «Ô prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de resserrer sur elles leur mante (jilbab), elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées.»

Les garçons enfilent quand à eux le khamis, longue tunique tombant jusqu’aux genoux. Cette mode, selon les experts du Renseignement territorial, se répand en particulier dans les quartiers sensibles. Présentés officiellement par les élèves comme des tenues «culturelles» et portés pour des motifs à l’évidence religieux, «ces vêtements atteignent évidemment au principe de laïcité sans pour autant contrevenir à la lettre de la loi», notent les analystes de la Place Beauvau, qui relèvent le «vide juridique dans lequel les plus rigoristes ne manquent pas de s’engouffrer».

Dans un lycée des quartiers nord de Marseille, huit adolescentes débarquent quotidiennement revêtues d’un jilbab depuis la rentrée 2012-2013. À l’injonction du corps éducatif, elles acceptent volontiers d’ôter le voile, mais «ergotent longuement sur le reste de leur tenue, affirmant avoir acheté leur maxi-jupe dans une grande enseigne, ce qui en ferait un accessoire de mode».

Dans les Yvelines, à Mantes-la-Jolie, aux Mureaux et, dans une moindre mesure, à Magnanville, les élèves multiplient aussi les «subterfuges». Alors que les adolescents dissimuleraient leur djellaba dans le pantalon, les filles aussi adeptes du hijab noir ou marron couvrant la tête et les épaules ou de la tunique appelée abaya «gardent de surcroît leurs gants, y compris pendant les cours, au prétexte fallacieux “d’avoir froid”. Les mêmes mains gantées ont aussi été dénoncées à Nîmes ou dans le sud du Finistère», précisent les auteurs du rapport. Constatant que «dans certains collèges, ce phénomène trahit l’existence d’un “contrôle vestimentaire” imposé par leurs familles à de jeunes musulmanes, dont les garçons sont chargés de veiller à la bonne morale à l’extérieur et à l’intérieur des établissements scolaires», les policiers notent que «certains établissements nordistes n’ont pas transigé en établissant un nouveau règlement intérieur».

Le Figaro (Merci à domi)

Montréal : une femme meurt étranglée par son hijab dans le métro. (vidéo, MàJ N°2 )

Addendum 03.02.2014 :

Le site oumma revient sur le décès de Naima Rharouity.

Comme si cette tragédie n’était pas suffisamment insoutenable pour une seule et même famille, alors même que la police est incapable de reconstituer le déroulement précis des faits, certaines zones d’ombre n’étant pas encore dissipées, il aura fallu qu’une déferlante de haine enflamme la Toile après que la presse ait indiqué que la victime portait le hijab.

La Belle province est, en effet, à son tour, polluée par des joutes politiciennes houleuses, certains grands cousins s’inspirant de la laïcité répressive à la française, érigée en modèle, pour faire voter aux forceps une charte des valeurs québécoises très peu consensuelle et franchement hostile à la visibilité musulmane.

Un climat hautement délétère qui a donné la pleine mesure de sa toxicité en n’ayant aucune compassion pour une famille très éprouvée, mais au contraire en redoublant d’animosité à son encontre, à la seule évocation du voile qui cristallise des passions ignobles.

oumma


Tandis que la presse canadienne parle bel et bien de hijab, l’intègre presse française métropolitaine parle quant à elle de … foulard. A vous de tirer les conclusions  sur le niveau de désinformation qui règne dans notre pays.

Le 1er février : journée internationale du hijab pour lutter contre l’islamophobie (màj vidéo)

Mise à Jour du 1/2/2014 :

——————————————-

Le 1er février, musulmanes et non-musulmanes sont invitées à porter le voile islamique pour quelques heures, à l’occasion de la Journée mondiale du hijab.

Pour la deuxième année consécutive, des musulmanes habituées à porter le voile islamique se mobiliseront à l’occasion de la Journée mondiale du Hijab, le 1er février prochain. Objectif de ce rassemblement : lutter contre les préjugés qui entourent la pratique de l’islam.

Cette initiative trouve son origine chez une femme, Nazma Khan, Américaine d’origine du Bangladesh qui, arrivée à 11 ans aux Etats-Unis, a longtemps été la cible de moqueries pour sa tenue. Durant cette journée, musulmanes et non musulmanes seront invitées à tester le port du voile. Une expérience qu’elles seront ensuite amenées à partager ensemble.

L’idée est de faire passer l’idée selon laquelle le voile islamique est un habit religieux, et non un vêtement qui incite à la soumission de la femme vis-à-vis de l’homme et ce pour travailler à une meilleure entente entre les communautés religieuses.(…)

« Cette journée représente un véritable appel à la tolérance, elle vise à rapprocher les communautés en dépit de leurs différences et à faire accepter le voile dans le champ social sans qu’il ne soit entouré d’autant de préjugés », explique le blog Algérie Focus Elles, qui relaie cette initiative.

« Le World Hijab Day est enfin l’occasion pour ceux qui désirent porter le voile de le faire sans aucune peur et pour les non musulmans de comprendre les raisons du port du voile chez les musulmanes et les difficultés qu’elles vivent au quotidien en raison du rejet et du racisme », explique encore le blog Algérie Focus Elles.[...]

JOL Press

Suède : Une journée «hijab pour tous» après l’agression d’une musulmane (MàJ)

Suite à l’agression d’une femme portant le hijab dans la banlieue de Stockholm, en Suède la semaine dernière, un appel a été lancé pour proposer une journée hijab.

Addendum 23.08.2013 : Quelque 4 000 personnes (même des hommes) ont publié une photo d’elles en hijab sur Twitter sur la seule journée de lundi, selon les initiateurs du mouvement .

Quelque 4 000 personnes (même des hommes) ont publié une photo d’elles en hijab sur Twitter sur la seule journée de lundi, selon les initiateurs du mouvement.
Une manifestation est prévue pour ce jeudi 22 août, à Stockholm, pour promouvoir le droit des femmes à porter librement le voile en Suède. Les militants demandent la création d’une commission d’enquête sur les violences à l’égard des musulmanes en Suède.

Si rien n’est encore gagné dans leur combat, leur initiative vaut la peine d’être prise en exemple par la communauté musulmane de France, où les agressions de femmes voilées ont créé l’émoi ces dernières semaines.

saphirnews

Quelque soit leur confession, ou leur âge, toutes les femmes étaient invitées à porter le hijab publiquement pour la journée du 19 août en soutien à la musulmane agressée, et globalement pour défendre les droits des musulmans à vivre leur foi en paix. Les participantes étaient invitées à laisser une photo d’elles en hijab, sur Twitter.

«Nous voulons que les gens portent le foulard lundi, avant tout parce que nous voulons normaliser le port du foulard» a expliqué l’un des responsables de cette initiative, Bilan Osman, au quotidien Goteborg Daily, et cité par OnIslam.

Deux femmes politiques ont participé à la journée hijab en soutien aux femmes voilées. Une femme politique, du Parti Vert, Asa Elisabeth Romson a participé à cette journée en se photographiant avec un voile, de même que Veronica Palm, membre du Parti social démocrate. Cet engagement de deux élus de l’Etat est une image forte de leur engagement à soutenir les musulmanes du pays. […]

ajib (Merci à Zatch)

84% des Français contre le foulard dans le privé

Les Français se déclarent à une écrasante majorité (84%) opposés au port du voile ou du foulard islamique par des femmes travaillant dans des lieux privés accueillant du public (commerces, supermarchés, cabinets médicaux, crèches, écoles privées), révèle un sondage Ifop à paraître dans Dimanche Ouest France.

Ce sondage, mené sur un échantillon de 1.004 personnes, représentatif de la population, selon la méthode des quotas, a été réalisé du 19 au 21 mars, après l’annulation par la Cour de cassation du licenciement d’une employée voilée de la crèche privée Baby Loup. [...]

L’opposition au port du voile dans des commerces, crèches ou cabinets médicaux, « transcende les clivages politiques ». Si 98% des sympathisants du FN et 92% de ceux de l’UMP sont sur cette position, elle est également partagée par 77% des proches de la gauche, au sein desquels ceux qui n’y sont pas opposés ne sont pas tant favorables (7%) qu’indifférents (16%). [...]

Le Figaro

Grande-Bretagne : Des étudiantes non-musulmanes portent le voile

Pour favoriser une «découverte originale» de l’islam, l’américaine Nazma Khan a proposé aux non-musulmanes de se glisser dans la peau de femmes voilées, le temps d’une «journée «exceptionnelle».

Les réactions des étudiantes non-musulmanes n’ont pas tardé, toutes à l’unisson pour se réjouir d’une telle initiative : «Je pense que les gens ont une très mauvaise conception et compréhension de l’Islam», a déclaré Samantha McGregor.

Arrivée aux Etats-Unis depuis son Bangladesh natal à l’âge de 11 ans, juste après le 11-Septembre, souffre-douleur de son école dont elle était la seule et unique élève en hijab, poursuivant sa scolarité sous les injures des uns, qui la désignaient à la vindicte en l’appelant Batman ou Ben Laden, quand elle n’était pas apostrophée comme «la terroriste», et sous les quolibets des autres qui pointaient un doigt moqueur vers elle, la traitant de «ninja», Nazma Khan sait mieux que quiconque ce que la symbolique attachée au voile peut avoir de fallacieux et de destructeur. […]

Jeanna Spencer, qui était aussi de l’aventure, a été, pour sa part, particulièrement réceptive aux valeurs liées au hijab : «J’aime l’idée de porter le hijab afin que seul l’époux puisse voir la chevelure de sa femme, comme un privilège», a-t-elle commenté. [...]

oumma

Etats-Unis : enquête sur deux policiers ayant porté un hijab à l’Halloween

Le policier Robert Buth a dit que la photo avait été prise lors d’une fête d’Halloween privée en-dehors de ses heures de travail et qu’elle n’était pas destinée à devenir publique. Il regrette que «la communauté musulmane y ait vu un manque de sensibilité». Tom Smith, directeur de la police de St-Paul, a également publié une déclaration dans laquelle il affirme croire à la sincérité des excuses de Buth.

Hebergeur d'image

Mukhtar Ibrahim, journaliste à Washington, avait retransmis un Tweet au compte Twitter de la police de St-Paul au cours de la fin de semaine, en demandant des informations sur la photo.

Une deuxième photo d’un policier de St. Paul portant un hijab a fait surface plus tard cette semaine, ajoutant à la controverse. Le policier semble porter du maquillage noircissant son visage.

«Les gestes des policiers figurant sur ces photos sont choquants et embarrassants», affirme Melvin Carter, conseiller municipal de St-Paul, dans une déclaration écrite. «Rire de la culture, de la couleur de la peau et de la religion peut sembler banal, mais tout comportement qui viole le lien de confiance sacré et essentiel entre nos policiers et les résidents est irresponsable et impardonnable». [...]

Lori Saroya, directrice exécutive du chapitre du Minnesota du  Council on Islamic-American Relations (CAIR-MN), a déclaré que «CAIR-MN avait proposé d’offrir une formation sur la diversité à Robert Buth, mais nous demandons maintenant que la formation soit dispensée à l’ensemble du service de police. Le premier incident a été considéré comme une anomalie. Avec le 2e incident, on peut s’interroger à savoir pourquoi des policiers croient que c’est correct de se moquer de la culture et de la religion d’autrui». [...]

KAA TV via Poste de Veille

Merci à domi

Algérie : campagne de sensibilisation pour le port du hijab des 10-15 ans

Un groupe de prédicateurs en Algérie a lancé une campagne de sensibilisation au hijab visant les jeunes filles âgées de 10 à 15 ans. La campagne baptisée « Projet Chasteté » vise à expliquer l’importance du hijab à ces jeunes filles, qui sont certes mineures, mais dont beaucoup sont pubères.

La campagne a pour objectif de montrer les bienfaits du port du hijab, mais aussi de répondre à toutes les questions questions que les filles peuvent se poser à son sujet. [...]

Ajib

Merci à Zatch

Le Koweït appelle la France à revenir sur l’interdiction du hijab à l’école

A Genève lors d’une séance du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Malik Al Wazzan représentant de la délégation du Koweit a appelé la France à reconsidérer l’interdiction du port de signes religieux ostensibles à l’école publique notamment le port du hijab. [...]

Cette recommandation de la part d’un petit état non démocratique devant la communauté internationale est un véritable camouflet pour la France et son image de pays des libertés.

La recommandation koweïtienne a peu de chance d’aboutir tant la laïcité à la française s’obstine à vouloir effacer toute manifestation visible de la pratique de l’islam. Un mal pour un bien puisque depuis l’interdiction du port du hijab, les projets d’écoles privées musulmanes fleurissent en France.

Ajib

Merci à Zatch

Rachid, islamiste radical, chauffeur de bus : « Oui, je suis favorable à la lapidation » (RMC)

Dans Bourdin & Co, un auditeur réagit en faveur des terroristes islamistes du Mali et de la charia, ce qui fait sourciller Jean-Jacques Bourdin.

« L’égalité homme-femme ? Dites-moi elle est où déjà en France l’égalité homme-femme ? [...] On parle du hijab, mais tout le monde le bloque ! » – Rachid

La Russie autorise le port du hijab sur les papiers d’identité des femmes expatriées

Alors que cette question faisait débat depuis plusieurs mois, les femmes musulmanes qui sont venues travailler en Russie, seront finalement autorisées à garder le hijab sur leurs papiers d’identité.

Alors que cette question faisait débat depuis plusieurs mois, les femmes musulmanes qui sont venues travailler en  Russie, seront finalement autorisées à garder le hijab sur leurs papiers d’identité.

Le décret a été signé par le Service Fédéral des Migrations, et stipule que « les personnes dont les convictions religieuses interdisent l’apparition en public de la tête découverte, sont autorisées à être photographiés avec leur couvre-chef, qui laisse le visage complètement découvert ».

Le décret sur l’autorisation du port du hijab, fixe également une nouvelle règlementation sur les empreintes digitales des étrangers venus travailler en Russie. (…)

L’islam, est la deuxième religion de la Russie, et compterait près de 145 millions d’adeptes, et ce nombre ne cesse de grandir.

Ajib