« Marseille, une capitale de la tolérance et du métissage » (Gattegno/RMC)

Le journaliste Hervé Gattegno explique pourquoi le Front National ne gagnera pas Marseille aux municipales. Il dresse un panégyrique de la citée phocéenne, sous l’oeil approbateur de Jean-Jacques Bourdin.

« C’est une ville qui est tournée vers la méditerranée et vers le Maghreb ! C’est une ville où les communautés religieuses coexistent pacifiquement depuis toujours ! C’est une ville pauvre, une ville même très pauvre, mais riche de ses différences. Autrement dit, c’est un contre-exemple géant de tout ce que professe le Front National. » – Hervé Gattegno

« Marine Le Pen devrait exclure son père du Front National » (Gattegno/RMC)

A la veille du second tour de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot, Hervé Gattegno juge opportun de rappeler la récente condamnation de Jean-Marie Le Pen sur l’Occupation, passée pratiquement inaperçue dans les médias, ainsi que tous ses précédents « dérapages ».

« Par un étrange paradoxe, le seul discours d’exclusion que Marine Le Pen ne soit pas prête à tenir, c’est celui qui exclurait son propre père. » – Hervé Gattegno

Trop de détenus ? Relâchons-les, pardi ! Gabrielle Cluzel vs Hervé Gattegno

Trop de détenus ? Relâchons-les, pardi ! par Gabrielle Cluzel sur Boulevard Voltaire

On vient de l’annoncer : au 1er juin, il y avait 67.977 détenus en France, soit environ 10.500 de plus que les prisons françaises ne peuvent théoriquement en contenir. Un nouveau record après celui du mois de mai.

Comment faire face à ces prisons surpeuplées ? Construire des prisons, puisque nous sommes, paraît-il, dans ce domaine, les plus mal équipés d’Europe ? Cela a un coût, bien sûr, mais comparé à celui de la délinquance… Vade retro, esprits simplistes.

Pour Taubira, la solution est ailleurs car, pour elle,

nos prisons sont pleines, mais vides de sens

C’est beau, c’est poétique, digne de figurer dans un dictionnaire des citations à usage des collèges, mais ça veut dire quoi, en fait ?

Ça veut dire que, s’il y a trop de prisonniers, il faut les relâcher, pardi ! C’est un peu comme les hôpitaux en période d’épidémie, quand il y a trop de malades, plutôt qu’ouvrir de nouveaux lits, une solution efficace est de les renvoyer chez eux. On ne les voit plus, ils cessent de nous faire braire, et c’est une façon très économique de gommer le problème ; cela s’appelle la politique de l’autruche.

Et justement, ce trop-plein carcéral le montre, il y a une épidémie de la délinquance. À ce stade-là, c’est même la pandémie. Une idée — simpliste aussi — pourrait-être de faire une étude épidémiologique, rechercher les causes, étudier la population touchée, son âge, ses caractéristiques, les vecteurs de transmission, regarder les statistiques, pour tenter de mettre en place un truc qui ressemblerait à un traitement. Oh là ! Ça, c’est vraiment super dangereux. Glissant, je veux dire. Non, restons prudents. Relâchons donc les détenus, c’est plus sûr.

Pour venir à bout de ce fléau, Taubira, dans son projet de loi pénale en préparation, envisage donc une nouvelle « peine de probation » pour remplacer la prison et également « la suppression des mécanismes automatiques qui limitent la liberté d’appréciation des magistrats » tels que « les peines plancher ». Il y aura un jugement « individualisé ». Pas de stress. Si vous êtes sur le mur des bons, cela devrait bien se passer.

Parce que notre ministre de la Justice, elle, est tout sauf un esprit simpliste. Pas une seule idée dans aucun domaine qui n’ait préalablement trempé dans un bain idéologique. Saint Michel Foucault, priez pour nous. Et comme le disait cet éminent philosophe tant aimé des poilus de la grande guerre de Mai 68, la prison induit la récidive des délinquants. Sans doute. Mais un peu plus tard que s’ils n’y allaient pas du tout, non ? Tant que les matons les tiennent à l’œil, c’est toujours ça de gagné pour la tranquillité des braves gens ? Esprit simpliste, sors de ce corps.

Le mieux, évidemment, pour régler de façon drastique ce problème pénible de la surpopulation carcérale, serait de faire taire les victimes. Un peu agaçantes, toujours à se plaindre. Et douillettes, avec ça. Avec des dépôts de plainte qui ressemblent singulièrement à de la délation. On pourrait fermer les commissariats ? Elle y a pensé, à ça, Christiane ?

l’article de Boulevard Voltaire cc

________________________________

RMC : 19/06 – Le parti pris d’Hervé Gattegno

Hervé Gattegno : «Si François est le pape des pauvres, qu’il le prouve !»

Interview d’Hervé Gattegno sur le Pape François dans Le Point. Il demande des «éclaircissements» sur son passé en Argentine et veut des preuves de sa charité envers les pauvres.

Sur le fonctionnement de l’Église, est-ce qu’on peut espérer d’autres efforts du nouveau pontife ?

De la modernité, mais c’est une qualité que même les hagiographes ne lui prêtent pas – ses discours sur l’homosexualité font froid dans le dos.

Qu’est-ce qu’il devrait faire pour cela, d’après vous ? Vous trouvez que l’Église catholique n’est plus assez charitable ?

On connaît l’adage : «Charité bien ordonnée… » Le Vatican est richissime. Son patrimoine immobilier est estimé à plusieurs milliards d’euros. Plus les recettes du tourisme religieux (4 milliards par an) et des avoirs bancaires dont on ne sait rien.

Si le pape veut secourir les pauvres, il peut faire mieux que prendre l’autobus : céder une grande part de ces biens à des États, des fondations humanitaires, ou au moins en faire des logements sociaux<, des hôpitaux, des dispensaires. Ce serait une décision politique... et historique.

Comme de renoncer aux exemptions fiscales : il a fallu attendre l’an dernier pour que le Vatican soit imposable sur ses biens – et encore, sous la pression de la Commission européenne. […]

Le Point

« Pour adhérer aux idées du FN, encore faudrait-il qu’il en ait » (Gattegno/RMC)

Dans Bourdin et Co, Hervé Gattegno tire à boulets rouges sur Marine Le Pen et le Front National.

« Les valeurs traditionnelles de la France, c’est pas forcément celles du FN au sens où on l’entend. Et ce n’est pas non-plus forcément « Travail, famille, patrie ». C’est aussi « Liberté, égalité, fraternité », c’est les droits de l’homme, c’est le droit d’asile, et tout ça c’est pas le corpus du FN. » – Hervé Gattegno

« Sur le rejet de l’islam, on peut dire que le Front National fait école, et c’est pas une école très républicaine. » – Hervé Gattegno

Vote des étrangers : « Un sujet lourdement chargé de préjugés islamophobes, voire racistes » (Gattegno/RMC)

Dans Bourdin & Co, Hervé Gattegno revient sur ce projet de droit de vote des étrangers.

« Les étrangers dont le vote fait peur à un certain nombre de Français, ce sont les Maghrébins et les Africains. C’est pas les Américains et les Brésiliens qui habitent en France. » – Hervé Gattegno

Lire la chronique complète : Le Point

Manifestation : « Moins une démonstration de force qu’une manifestation d’intolérance » (Gattegno/RMC)

Dans Bourdin & Co, Hervé Gattegno dénigre la manifestation contre le mariage homosexuel.

« Le référendum est une idée dangereuse. Elle ne peut que attiser les clivages, souligner les différences entre les Français au risque de rendre le débat malsain, éprouvant pour l’ensemble de la population. » – Hervé Gattegno

« Marine Le Pen n’a aucune envie d’aller défiler pour une cause qui la rapprocherait à la fois de l’UMP et de la communauté musulmane » (Gattegno/RMC)

Dans son « Parti pris », Hervé Gattegno ne croit pas un seconde à une division du FN sur le mariage homosexuel et y voit même une instrumentalisation de Marine Le Pen.

« Marine Le Pen cherche à flatter la peur d’un certain électorat homosexuel en France envers l’islamisme. En clair elle joue une communauté contre une autre, drôle de dédiabolisation ! » – Hervé Gattegno

« La survie de l’UMP passe par le refus de tout accord avec le FN » (Gattegno/RMC)

Dans Bourdin & Co, Hervé Gattegno dénonce un possible rapprochement entre l’UMP et le FN.

« C’est en affrontant le Front National, en dénonçant l’intolérance et la démagogie dont ce parti reste porteur, que le candidat Sarkozy a fait gagner l’UMP en 2007. Et c’est en épousant une partie de ses thèses et de ses outrances que le président l’a fait perdre en 2012. » – Hervé Gattegno

Quelques bonnes raisons de ne pas voter François Bayrou (RMC)

Hervé Gattegno donne des raisons de ne pas voter pour François Bayrou.

« En fait, Bayrou passe pour un homme de caractère puisqu’il est sûr de lui et obstiné, alors qu’en réalité il est surtout dilettante et narcissique, plein de lui-même mais vide d’idées nouvelles. » – Hervé Gattegno