Chevaline/tuerie : la piste du frère de al-Hilli examinée (màj)

Addendum 07/09/12

Selon RMC, un voisin de Saad al-Hilli révèle que ce dernier et son frère se disputaient violemment l’héritage de leur père, propriétaire de plusieurs propriétés en Europe et en Irak.

________________________________

Le propriétaire de la voiture identifié

M. al-Hilli, 50 ans et né à Bagdad, est domicilié avec sa famille dans la grande banlieue sud de Londres, à Claygate, dans le comté du Surrey.

Les images de l’adresse du domicile de la famille, retrouvées sur internet, montrent une coquette demeure, typique de la banlieue huppée du sud-ouest du grand Londres. Claygate est située à moins de 30 km du centre de Londres.

Le Matin

Quatre personnes ont été retrouvées cet après-midi tuées par arme à feu sur les hauteurs du lac d’Annecy, en Haute-Savoie, et une enfant grièvement blessée à côté de leur voiture, a-t-on appris auprès de la gendarmerie, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

La voiture était stationnée sur un parking près de la commune de Chevaline. Les pompiers ont été les premiers sur place, avant d’alerter les gendarmes. Le véhicule se trouvait sur un parking forestier et était immatriculé en Grande-Bretagne, selon le Dauphiné libéré, une information que la gendarmerie n’a pas souhaité confirmer. Trois personnes ont été trouvées mortes à bord, tandis que le quatrième mort est un cycliste, retrouvé à proximité de la voiture. L’enfant retrouvée vivante a été hospitalisée.

Le Figaro / AFP

Eva Joly : Marine Le Pen déboutée (màj)

Addendum

Les juges d’appel ont en outre considéré que les propos étaient bien «diffamatoires» car ils «mettent en cause la probité personnelle» de Marine Le Pen. Toutefois, ont-il nuancé, «les propos ont été tenus dans le cadre d’une polémique électorale».

Hebergeur d'image

Compte tenu «des conditions d’une émission réalisée en direct, de l’absence d’animosité personnelle et des controverses sur la fortune de Jean-Marie Le Pen», la cour a «accordé à Eva Joly le bénéfice de la bonne foi». En revanche, la cour d’appel n’a pas non plus donné raison à Eva Joly qui réclamait 20.000 euros de dommages et intérêts pour procédure abusive.

Le conseil de Marine Le Pen, Me Wallerand de Saint-Just, a annoncé qu’il formerait «certainement» un pourvoi en cassation.

Le Figaro

___________________________

Hebergeur d'imageLa cour d’appel de Paris a débouté aujourd’hui la présidente du FN Marine Le Pen de l’action en diffamation qu’elle avait engagée contre sa rivale écologiste à la présidentielle, Eva Joly, qui l’avait accusée d’être « l’héritière de son père milliardaire par un détournement de succession ».

Jugées « irrecevables » en première instance, les poursuites engagées par Mme Le Pen ont finalement été déclarées « recevables ». La cour a considéré que les propos étaient « diffamatoires », mais a octroyé à Mme Joly « le bénéfice de la bonne foi ».

Le Figaro

Le procès de Marine Le Pen contre Eva Joly lundi

Le procès intenté par Marine Le Pen à Eva Joly (EELV), qui a déclaré cette semaine que son adversaire du FN « est l’héritière de son père milliardaire par un détournement de succession », aura lieu lundi au tribunal de grande instance de Paris.

Hebergeur d'imageL’audience, qui voit une candidate à la présidentielle en poursuivre une autre, se déroulera à partir de 13h30 devant la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris. En vertu de la loi du 29 juillet 1881, les délais dans lesquels un procès a lieu sont plus réduits « en cas de diffamation ou d’injure pendant la période électorale contre un candidat ». [...]

Il s’agit d’une allusion à l’héritage important que Jean-Marie Le Pen avait reçu dans les années 1970 d’un de ses amis, Hubert Lambert, et qui avait donné lieu à un début de conflit avec la famille du défunt, avant un règlement à l’amiable. La villa de Montretout, à Saint-Cloud dans les Hauts-de-Seine où réside Marine Le Pen aujourd’hui, faisait partie de cet héritage. [...]

Le Figaro

Me Gilbert Collard : «Depuis vingt ans, peut-être plus, une certaine honte de la France a été cultivée»

Pour Gilbert Collard, avocat au Barreau de Marseille, les débats liés à l’identité nationale sont révélateurs d’une souffrance française : le «mal du pays».

S’il n’y avait Marine Le Pen qui ose exprimer haut et fort le non-dit d’une France exaspérée d’être ignorée, croyez-vous qu’on s’intéresserait tout à coup à un peuple qui cherche à retrouver enfin une adresse à la poste restante de l’histoire, du mondialisme et d’une Europe déracinée ?

Marine le Pen donnée par un sondage en tête au premier tour de la présidentielle, je crains le pire pour le révérend père président de la République, Nicolas Sarkozy du Chardonnet. […]

Ce petit jeu cache une vraie trouille qui est une peur politique des conséquences de la maltraitance identitaire française depuis des années. Depuis vingt ans, peut-être plus, une certaine honte de la France a été cultivée, reléguant à une forme de racisme simplificateur toute revendication de dignité nationale, d’expression d’une histoire millénaire, de souhait secret d’être un peu respecté. […]

Un peuple qui aime son pays, ses paysages, ses traditions, sa Patrie, même s’il n’ose encore le dire par peur du rire, qui, d’où qu’il vienne, s’est fondu par le temps qui passe dans la Nation. Un peuple qui cherche à faire respecter son héritage judéo-chrétien. Oserait-on, aujourd’hui, évoquer «la France des racines», dont jusqu’alors on se foutait, s’il n’y avait en sourdine un besoin de ressourcement reconstructeur.

Trop de crachats impunis ont depuis des années souillé d’humiliations notre histoire ; trop d’atteintes à notre identité de tous les jours comme de tous les temps historiques nous ont été infligées : l’hymne hué, sifflé, le drapeau transformé en torche-cul, notre langue estropiée, abandonnée, notre passé toujours en procès, notre diplomatie démonétisée, notre culture judéo-chrétienne et notre amour des autres tournés en dérision, transformés en économie frauduleuse. Tout ce mal, sans qu’on lève le petit doigt politique, associatif, judiciaire pour essuyer l’affront. […]

Agoravox

Nicolas Sarkozy au Puy-en-Velay: «La chrétienté a laissé un magnifique héritage de civilisation» (MàJ vidéos)

Addendum vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/xhcw28 http://www.dailymotion.com/video/xhcue7

En pleine polémique sur le fameux débat sur la laïcité et la place de l’islam en France, Nicolas Sarkozy s’est rendu ce jeudi au Puy-en-Velay. Officiellement, le chef de l’Etat devait y parler «patrimoine culturel», mais il a aussi été question de religion.

«La chrétienté a laissé (à la France) un magnifique héritage de civilisation. Président de la République laïque, je peux dire cela», a-t-il notamment lancé, soulignant qu’il ne faisait pas de «prosélytisme».

Cette commune de Haute-Loire est une étape sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle et un haut-lieu du catholicisme. C’est aussi la ville dans laquelle Laurent Wauquiez, le maire, a fait construire deux mosquées pour «sortir l’islam des garages».

20 Minutes

La dette publique menace de relancer la crise financière mondiale, selon le FMI

Le Fonds monétaire international a prévenu que la crise financière mondiale pourrait entrer « dans une nouvelle phase, » nourrie par un gonflement de la dette des États qui risque de raréfier le crédit nécessaire à la croissance.

« L’attention s’est tournée vers les risques liés aux dettes des États qui pourraient saper les progrès dans la stabilité et faire entrer la crise du crédit dans une nouvelle phase« , a affirmé le FMI dans son rapport semestriel sur la stabilité financière dans le monde.

Dans cette nouvelle phase, si les États continuent d’emprunter des montants aussi élevés pour combler leurs déficits, les fonds disponibles pour le reste de l’économie seront limités.

« La demande croissante du secteur public risque d’évincer le secteur privé du crédit« , et « une hausse des primes de risque pour les États pourrait faire monter les coûts des emprunts pour le secteur privé« , a expliqué le Fonds.

Suite et commentaires sur Fortune

Lutte bourguignonne autour de l’héritage du Fouquet’s et des Champs-Elysées

Alors que la justice doit se prononcer jeudi sur le sort de l’immeuble parisien abritant Le Fouquet’s, son héritière proclamée réclame désormais également des droits sur « la moitié des Champs-Elysées ».

« J’ai tellement été déçue que je n’en attends plus rien », dit à la veille de l’audience Lina Renault, une ancienne maraîchère bourguignonne, qui revendique des droits sur le restaurant Le Fouquet’s, propriété de la société des Restaurants du Café de Paris depuis 1929.

Ses droits, dit-elle, sont fondés sur un héritage remontant à la comtesse Octavie de Coëtlogon, décédée en 1865 sans enfant, qui avait légué une partie de sa fortune à un cousin germain, Joseph-Paul Mauprivez. Ce dernier, oncle de la grand-mère de Mme Renault, lui avait ensuite transmis son héritage.

Ce legs comprend également deux importantes parcelles de terrain sur les Champs-Elysées, assure aujourd’hui la Bourguignonne, dont la défense sera assurée jeudi par Me Jocelyne Gomez-Varona, du barreau de Paris.

suite