Mariage homo, adoption, droit de vote des étrangers : «Pour le devenir minoritaire de la nation»

Massimo Prearo, docteur en études politiques (EHESS) et rédacteur en chef de la revue « Genre, sexualité&société » répond aux propos de Henri Guaino, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, dans le journal Familles chrétiennes sur le droit au «mariage homosexuel».

Ce nationalisme majoritaire, qui s’inquiète du devenir minoritaire de la nation française, n’est que le soubresaut pathétique d’une corporation hétérosexuelle, blanche, traditionnaliste et familialiste qui ne dit pas son nom.

Si, selon le scénario le plus probable, la gauche l’emporte, elle aura réussi à ne pas prendre le risque de froisser les pruderies majoritaires trop longtemps supportées de cette France qui, sarkozysme aidant, affiche un mépris rarement inégalé à l’égard des minorités qui habitent sa nation et qui l’enrichissent de pluralité, de tolérance et de solidarité. Si la droite devait parvenir à réaliser la cohabitation, le pays aurait alors perdu une occasion précieuse de se débarrasser des conservatismes délétères qui continuent de légitimer abusivement les discriminations et les agressions homophobes, lesbophobes et transphobes. […]

Pour M. Guaino, l’ouverture du mariage et le droit de vote des étrangers participent d’un mouvement de défaite de la nation : «Le droit de vote des étrangers s’inscrit dans la volonté d’effacer l’idée de nation», affirme-t-il. Cette préoccupation sous-entend l’idée de nation comme trésor bien gardé d’une majorité qui serait essentiellement nationale. […]

Le Monde

Faire battre NKM aux législatives ? « Oui, sans aucun complexe » (Marine Le Pen/RMC)

Dans Bourdin & Co, Marine Le Pen débat avec Henri Guaino des législatives.

« M. Guaino apprendra que j’ai laissé la liberté à mes électeurs, et Dieu merci, car je crois que la moitié d’entre eux ont voté pour Nicolas Sarkozy. Si ça n’avait pas été le cas, eh bien Nicolas Sarkozy n’aurait pas terminé avec le score il a eu, mais aurait été balayé, aurait été sanctionné avec une violence inimaginable aux présidentielles. » – Marine Le Pen

Mélenchon avec Buisson, Guaino, Assad : son équipe dénonce une « manipulation »

Présence en 2007 à la remise de la Légion d’honneur à Patrick Buisson, conseiller controversé de Nicolas Sarkozy, déjeuner avec Henri Guaino en 2010 et photo au côté de Bachar Al-Assad en 2001, Jean-Luc Mélenchon voit dans ces sorties une « manipulation » destinée à le faire chuter.

Hebergeur d'imageTF1 News

Zemmour, un ami de Mélenchon ?

Bon, les médias ne le lâcheront pas. Après Patrick Buisson, Serge Dassault, Le Point titre ce mercredi « Exclusif : Mélenchon et Guaino ont déjeuné ensemble ». Ce déjeuner a eu lieu il y a… deux ans. Comme si cela ne suffisait pas, Le Nouvel Obs titre « Quand Jean-Luc Mélenchon déjeune avec Henri Guaino grâce à Eric Zemmour… ».

http://img685.imageshack.us/img685/4614/zemmour0.jpg

Si l’on résume, en une semaine, Jean-Luc Mélenchon s’est vu reprocher d’avoir déclaré « admirer » Serge Dassault, de fréquenter ponctuellement des hommes de droite (les conseilles à l’Elysée Buisson et Guaino), enfin d’être leur ami.

Contacté par Rue89, Eric Zemmour confirme être « l’ami » de Jean-Luc Mélenchon et d’Henri Guaino mais ne souhaite pas s’expliquer sur ce déjeuner évoqué par Le Point. Il conteste le procès fait à Jean-Luc Mélenchon :

« Je l’ai rencontré en 1986, j’étais journaliste politique vous savez. On s’est beaucoup vus à La Rochelle. Pareil pour Guaino que j’ai rencontré par le travail. Je crois être l’ami des deux. On passe des week-end politiques ensemble, on se rencontre régulièrement, on finit par sympathiser. Ou pas d’ailleurs.

A vrai dire, je ne comprends pas bien ces questions. Il faut séparer les amitiés personnelles des opinions politiques. Vous êtes d’accord avec tous vos amis, vous ?

Je ne comprends pas le procès fait à Jean-Luc Mélenchon. Ce sont des sectarismes d’une certaine gauche. » (…)

Rue 89

Mélenchon-Guaino, le déjeuner secret

Le candidat du Front de gauche et le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy ont partagé un repas il y a deux ans. [...]

Durant près de deux heures, Guaino et Mélenchon – à qui, par ailleurs, on reproche d’avoir assisté à la décoration de Patrick Buisson, conseiller maurrassien du président – ont échangé leurs avis sur la participation de la France au commandement intégré de l’Otan, sur l’Europe et la vie politique française, se trouvant de nombreux points communs. De ce déjeuner est née une véritable complicité entre ces deux fervents républicains, qui se tutoient. [...]

Les deux hommes se sont depuis recroisés. Notamment pendant cette campagne électorale. [...] Des témoins évoquent également un long aparté dans les coulisses de Des paroles et des actes, l’émission référence de France 2, il y a quelques semaines.

Le Point

Henri Guaino Vs Marie Darrieussecq (audio)

Nouvelle colère à la radio pour Henri Guaino. Le conseiller de Nicolas Sarkozy est, cette fois, sorti de ses gonds face à la chroniqueuse de France Culture Marie Darrieussecq. « Malhonnête », « inconvenant », « grossier », « impoli ». C’est ainsi que la plume du président de la République a qualifié l’éditorial qui a précédé son interview, qui faisait une critique du discours de Dakar.

Ivan Rioufol : Guéant joue la facilité en diabolisant le FN

Claude Guéant, après quelques sorties hors des sentiers battus, chercherait-il à donner des gages de respectabilité? Le ministre de l’Intérieur a eu tort de se prêter à une diabolisation si convenue du FN, en empruntant un registre réservé généralement à la gauche.

Sur Radio J, dimanche, il a dit : « Je dirai que ce n’est pas un parti républicain ; c’est un parti qui est nationaliste et socialiste ». Ce lundi matin, sur RTL, Nicolas Sarkozy a pris ses distances avec ces propos : « D’une manière générale, je trouve que l’on ne doit pas qualifier les uns ou les autres (…) ».

L’insulte, qui vole bas ces jours-ci, a toujours été l’argument du pauvre.

La droite serait mieux inspirée de laisser ce procédé à Jérôme Guedj, président (PS) du conseil général de l’Essonne, qui a fait sortir de ses gonds le conseiller du président, Henri Guaino, pour avoir qualifié « d’indigne » le débat sur l’identité nationale, ou à  Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande, qui a qualifié Sarkozy de « produit de contrebande ». La radicalisation du vote FN est, pour l’UMP, l’écueil à éviter.

Si le FN n’était pas un parti républicain, il faudrait l’interdire. Rien n’est donc plus facile que de porter ce genre d’accusation, qui dispense d’aller combattre sur le terrain des idées. Si le FN était un parti groupusculaire, il pourrait être ignoré. Or il est un parti important qui pose, notamment sur l’immigration de peuplement et la place de l’islam en France, des questions communes aux mouvements populistes européens et qui ne peuvent être évacuées tant elles répondent à de légitimes inquiétudes.

Plutôt que de diaboliser ce néopopulisme, il faut l’ »apprivoiser » (…)

Le Figaro

Identité nationale : Henri Guaino s’emporte violemment face à Jérôme Guedj

Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, s’est emporté samedi face à Jérôme Guedj, président PS du Conseil général de l’Essonne, lors d’un débat sur France 3 Ile-de-France. « Et si je vous traite de sale con ça, va vous plaire? », a-t-il lancé, exaspéré.

« Ça m’énerve! Je ne viens pas sur des plateaux pour me faire insulter ! ». Henri Guaino n’a pas du tout apprécié que Jérôme Guedj, président PS du Conseil général de l’Essonne, qualifie d’« indigne » le débat sur l’identité nationale sur France 3 Île-de-France samedi. « Et si je vous traite de sale con ça, va vous plaire? », a lancé le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, visiblement très énervé, lors de l’émission « la voix et libre ».

 A la reprise du débat, interrompu par l’édition du journal à la mi-journée, Guaino n’était pas plus calme. « Mais c’est insupportable à la fin, je peux parler oui ? » a-t-il crié, tapant sur la table. « Taisez-vous, vous avez assez parlé ! ».

NB : Henri Guaino hier sur RTL : « L’immigration est un problème. (…) Il faut maîtriser les flux migratoires. Si vous accueillez toute la misère du monde, tous nos systèmes sociaux vont exploser »

Guaino critique le discours de Grenoble

Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a critiqué aujourd’hui, devant des ministres et responsables de l’UMP, le discours de Grenoble sur l’immigration, prononcé en juillet 2010 par le chef de l’Etat, estimant que, « sur la forme », « ce n’était pas une bonne chose ». « Le discours de Grenoble », notamment les propos sur les Roms, « il a ému sans doute, mais c’était un moment d’émotion. Souvenez-vous de la violence qui venait d’éclater. Sur la forme, on peut se dire que ce n’était pas une bonne chose », a-t-il déclaré à Nice.

Henri Guaino s’exprimait à la tribune du meeting de la fédération UMP des Alpes-Maritimes, auquel participaient notamment, autour du député-maire UMP de la ville Christian Estrosi, le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé et le ministre du Travail Xavier Bertrand. Ces propos ont surpris plusieurs des personnalités présentes.

Le Figaro