Henri Guaino : « Le FN, populiste et poujadiste » mais pas d’extrême-droite

De quoi le Front national est-il le nom ? Un populisme ? Oui, puisqu’il radicalise à l’extrême l’opposition du peuple et des élites. Le Front national est-il poujadiste ? Oui, puisque le poujadisme dans lequel Jean-Marie Le Pen fit ses premières armes en politique mêle l’anti-intellectualisme, la révolte de la base contre le sommet, des petits contre les gros, de la province contre Paris.

Le FN est-il le nouveau nom de l’extrême droite ? Mais l’extrême droite dans l’histoire, c’est une idéologie réactionnaire qui mélange nationalisme, corporatisme, antisémitisme, attachement à un ordre social fondé sur des hiérarchies et des communautés naturelles, enchâssé dans la tradition et les généalogies.

Ce furent l’Action française ou La Cagoule. Le FN est trop populiste, trop poujadiste pour se confondre avec ce courant. Il veut se situer au-delà de la droite et de la gauche, et recrute à droite comme à gauche, comme les fascismes des années 1930 ?

(…) Le Monde

Mariage gay : Guaino vote pour par erreur (màj)

Addendum

Contacté par le Lab d’Europe 1, Henri Guaino reconnait qu’il a voté pour le mariage pour tous, alors qu’il voulait voter contre:  » Vous avez vu le bordel qu’il y avait ? J’ai jamais vu un tel bordel à l’Assemblée ! Il y avait trois boutons qui clignotaient, oui, je me suis trompé de bouton ! Je suis allé voir les services de l’Assemblée pour corriger mon vote », a-t-il expliqué au site internet.

Le Figaro

___________________________

L’un des plus farouches opposants au mariage et à l’adoption pour les homosexuels, le député UMP des Yvelines Henri Guaino, a voté par mégarde pour le projet de loi, lors du scrutin électronique aujourd’hui, une erreur que commettent fréquemment des députés. [...]

Hebergeur d'image

La même mésaventure est arrivé à trois autres députés UMP : Luc Chatel, ancien ministre de l’Education, Alain Chrétien et Marianne Dubois. Du coup, alors que le décompte du vote fait apparaître six UMP pour le projet, deux seulement le soutiennent réellement, Franck Riester et Benoist Apparu. [...]

Le Figaro

Henri Guaino (UMP) / printemps arabes : « Nous avons peut-être tous fait une erreur de jugement »

Le député Henri Guaino (UMP), ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a évoqué une possible « erreur de jugement » sur les printemps arabes.

« Tout cela a ouvert grand la porte aux mouvements islamistes »

« Nous avons peut-être tous fait une erreur de jugement, en jugeant trop vite les printemps arabes qui ont déstabilisé » les pays, a concédé l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy sur Radio Classique. « La suite de l’histoire n’est pas aussi belle qu’on pouvait le penser à l’époque ».

« Ce qui se passe en Tunisie, en Egypte, en Syrie contribue évidemment à alimenter les mouvements jihadistes, à alimenter le désordre, déstructurer la lutte contre le terrorisme dans toute cette région. Tout cela a ouvert grand la porte aux mouvements islamistes », selon le député UMP des Yvelines.

A propos de la Libye, M. Guaino a jugé que le pays était déjà « désagrégé bien avant que la France n’intervienne parce que c’est un Etat qui reposait sur des bases tribales et qu’une partie du pays, notamment du côté de Benghazi » faisait sécession, influencé par l’ »onde de choc » des révolutions tunisienne et égyptienne.

Le Figaro

NB : L’historien Bernard Lugan :
« Ceux qui ont lancé la guerre contre le colonel Kadhafi étaient des irresponsables et je n’ai cessé de le dire depuis le premier jour. Outre qu’ils ont provoqué une réaction déstabilisatrice en chaîne, ils ont armé les jihadistes. Il faut en effet savoir que certaines des armes aujourd’hui utilisées contre nos soldats proviennent de nos propres arsenaux et qu’elles furent généreusement parachutées aux « démocrates » libyens chers à BHL. »

Une proche de Guaino directrice de cabinet de Marine Le Pen

Charlotte Soula, dont le Canard Enchaîné a récemment révélé qu’elle était la marraine d’un des enfants d’Henri Guaino, a été nommée mercredi directrice de cabinet de Marine Le Pen, a annoncé le Front national dans un communiqué.

Candidate FN aux législatives dans le Pas-de-Calais (12e circonscription), où elle était arrivée en tête au premier tour avant d’être battue au second, Mme Soula, 43 ans, remplace à son poste Eric Domard, lui-même nommé «conseiller spécial».

D’origine algérienne, Mme Soula était anciennement prénommée Tamou puis Tamou-Charlotte ou Charlotte depuis sa conversion au catholicisme en 2006. Elle est passée par le RPR puis le Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers, où elle a notamment côtoyé le souverainiste Paul-Marie Coûteaux, désormais proche du FN. [...]

AFP / Libération

Guaino : « Je suis candidat à la présidence de l’UMP »

Henri Guaino annonce officiellement au Figaro qu’il se porte candidat à la présidence de l’UMP . « Oui, je suis candidat », confirme-t-il dans une interview exclusive.

Le député des Yvelines ne veut pas pour le moment dévoiler le nom des alliés qui l’aideront à passer la barre de l’homologation des parrainages du 18 septembre. Car, pour le moment, l’ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy n’a pas de parrainages. Un ticket avec Christian Estrosi est envisagé, dont Henri Guaino deviendrait le numéro deux. « On verra dans les jours qui viennent, on va faire ça étape par étape », corrige son entourage. (…)

Le Figaro

Une marraine FN pour le fils de Guaino

Le Canard Enchaîné affirme aujourd’hui que le député UMP et ex-plume de Nicolas Sarkozy Henri Guaino, a choisi pour marraine de son fils, Tamou Soula, une candidate du Front national aux législatives. C’est une ancienne militante du RPR tendance Philippe Séguin, précise l’hebdomadaire satirique.

Tamou Soula s’est présentée sous l’étiquette FN aux élections législatives dans la 12e circonscription du Pas-de-Calais.

Le Figaro

Henri Guaino a raison : Vichy, ce n’était pas la France

La « rafle du Vel d’Hiv », au cours de laquelle plus de 13.000 juifs de Paris et sa banlieue ont été arrêtés par la police française, puis parqués dans le Vélodrome d’Hiver avant d’être déportés vers les camps de la mort nazis, est un crime épouvantable que personne ne conteste. La responsabilité du régime de Vichy dans l’accomplissement de crimes contre l’humanité, de concert avec l’occupant allemand, est évidente.

Pour autant, en affirmant que « ce crime a été commis en France par la France », François Hollande a commis lors de son discours du 22 juillet 2012 une erreur d’appréciation considérable.

Charles de Gaulle et François Mitterrand n’avaient jamais transigé sur ce point : Vichy, ce n’était pas la France.

Bien sûr, des crimes ont été commis sur le territoire national par des policiers et des gendarmes Français, sur ordre du régime collaborationniste. Mais la République et la France, elles, ne pouvaient pas être tenues pour responsables de cette barbarie. La réalité historique est complexe et il est tentant de la simplifier, quitte à réarranger les faits. Assimiler Vichy à la France serait une déformation majeure, un contresens complet. Malheureusement, comme le note Jean-Philippe Tanguy, de Debout La République :

  »Voilà maintenant le temps présent où le passé est tout ce qu’il reste du projet politique. Faire des excuses aux morts aux noms des assassins depuis longtemps disparus, c’est toute l’aventure moderne selon François Hollande.

 

L’histoire nationale est devenu un banquet où n’importe quel homme politique en mal de hauts faits peut se vautrer. Non content d’inaugurer les chrysanthèmes, le président de la République les distribue, et se permet d’associer la France et son histoire dans le don intéressé de son honneur. » (…)

Le nouvel Observateur

Guaino suggère que Hollande se sent proche de la France de Vichy

Une polémique sur le discours de François Hollande sur la rafle du Vel d’Hiv’ « dommageable et attristante » répond Bruno Le Roux.

Henri Guaino s’est laissé aller lundi 23 juillet sur BFM TV à des suppositions étranges sur François Hollande, après le discours sur la rafle du Vel’ d’Hiv. Il a estimé que le président de la République était peut-être plus proche de la France de Vichy que de celle du général de Gaulle :

Peut-être que M. Hollande se sent plus proche de la France des notables apeurés qui se sont précipités à Vichy après l’armistice? Ce n’est pas ma France. »

L’ancienne plume de Nicolas Sarkozy, désormais député des Yvelines, avait d’abord déclaré : « Ce qu’a dit François Hollande me scandalise. Ma France n’était pas à Vichy, elle était à Londres depuis le 18 juin. » Henri Guaino, qui a toujours mis en avant ses attaches gaullistes, a enchaîné :

« Alors peut-être que nous n’avons pas la même France, peut-être que nous ne nous référons pas à la même France, nous n’aimons pas la même France. » (…)

Le nouvel Observateur

Henri Guaino : « Twitter, ça rend fou ! »

A moins de vivre totalement coupé du monde, il est impossible de ne pas avoir entendu parler de Twitter ces derniers mois et en particulier cette semaine. L’incident diplomatweet, aussi appelé le Trierweiler-gate, a fait la Une de tous les journaux. Le soutien en 130 caractères de Valérie Trierweiler à Olivier Falorni, le concurrent de Ségolène Royal pour les législatives en Charente-Maritime, a fait beaucoup parler, jusqu’à traverser la Manche.


Guaino : « Twitter, ça rend fou » par Europe1fr

Pourtant, la compagne de François Hollande n’est pas la première personnalité d’ordre politique à faire parler d’elle à cause d’un tweet. Avant elle, Cécile Duflot avait notamment fait polémique en traitant un journaliste de « connard« . Mais la reine incontestée du tweet dans le monde de la politique est sans conteste Nadine Morano. Celle qui avait confié à puremedias.com « se servir de Twitter comme on fait une déclaration à l’AFP » a souvent fait couler beaucoup d’encre. Dernièrement, c’est Anne Sinclair qui s’en prenait à la figure de l’UMP sur le réseau social.

Mais certains ne sont pas favorables à cette présence de personnalités politiques sur Twitter. Notamment Henri Guaino. Invité de Bruce Toussaint ce matin sur Europe 1, l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy a expliqué qu’il était trop dangereux pour un politique de tweeter. « Ca rend fou. Surtout pour les hommes publics. Après tout, les citoyens ordinaires peuvent faire ce qu’ils veulent. Les hommes publics deviennent fous, deviennent très fragiles, très vulnérables en se livrant à ce genre d’exercice » a-t-il déclaré.

 Quid alors des tweets signés « NS » pour Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle ? « Il ne tweetait pas » assure Henri Guaino. (…)

Ozap