Luxembourg : problèmes de voisinage pour la mosquée

La mosquée de Bonnevoie semble déranger une partie du voisinage.

Chaque semaine, la prière du vendredi rassemble entre 400 et 500 musulmans, répartis sur deux services, entre midi et 14h à la mosquée de Bonnevoie, au rez-de-chaussée du 32, Dernier Sol, à Luxembourg. Une situation que la copropriété a du mal à accepter, en témoignent les deux assignations en référé à l’encontre du centre islamique, Le Juste Milieu.

«Ils nous reprochent des multitudes de nuisances allant du bruit à la discrimination envers les femmes. En réalité, la copropriété ne veut pas d’une mosquée à cet endroit», regrette Jean-Luc Karleskind, porte-parole de l’ASBL. [...]

«Ces problèmes de voisinage sont partout les mêmes. Je crois que les gens ne veulent pas intégrer les musulmans…», déplore Hamza.

L’essentiel Online

Merci à antibarbare

L’argent du Qatar pour les banlieues attendra

Annoncé en décembre, le fonds d’investissement qatarien de 50 M€ ne sera finalement créé qu’après la présidentielle. L’ambassade a déjà reçu des centaines de demandes de financement.

Le 8 décembre dernier, l’ambassadeur du Qatar en France, Mohamed Jahan al-Kuwari, annonçait la création d’un fonds d’investissement de 50 M€ pour soutenir des projets économiques dans les banlieues françaises. Cela représente près de 10% du budget du ministère de la Ville. Bientôt trois mois ont passé. Non seulement le fonds d’investissement qatarien n’est toujours pas en place, mais, selon nos informations, il ne le sera qu’après l’élection présidentielle. Le sujet semble gêner l’ambassade du Qatar, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions. Mais le président de l’Aneld, Kamel Hamza, élu UMP à La Courneuve, confirme que « la première sélection de dossiers n’aura pas lieu avant mai ».

(…) Le « geste du Qatar », tout comme la démarche des élus de l’Aneld, qui vont du Front de gauche à l’UMP, invités à Doha à promouvoir les banlieues, n’ont pas fait l’unanimité. Loin de là. Si Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur, a applaudi cet « effort salutaire » et estimé que « tous les crédits sont à prendre dès lors qu’ils ne s’accompagnent pas d’exigences particulières », de nombreuses voix se sont élevées contre « la volonté de mainmise du Qatar dans la vie des quartiers ». (…)

Kamel Hamza avoue qu’il ne s’attendait pas à essuyer autant de critiques et qu’elles l’inquiètent. « On critique avant même que le fonds soit installé et alors qu’il y a déjà énormément de fonds d’investissement en France, s’étonne-t-il. Ce n’est ni un fonds de droite ni un fonds communautariste, il sera ouvert à tous, quelle que soit l’origine, la religion ou le sexe du demandeur. Pour être tout à fait transparents et efficaces, nous avons d’ailleurs envoyé une note à l’ambassadeur pour lui proposer de s’associer aux structures très implantées dans les quartiers, comme l’Agence pour la création d’entreprise (ACPE) et l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie). »

Le Parisien