Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Délivrance » (Vidéo 5/5)

En octobre 1917, à Caporetto, les Italiens s’engagent dans une bataille sanglante qui les oppose aux Austro-Hongrois et aux Allemands. C’est une défaite cuisante pour les Italiens. Au même moment, en Russie, Lénine, à la tête des bolcheviks, déclenche la Révolution d’octobre.

Les nouveaux maîtres communistes de la Russie signent une paix séparée avec les Forces centrales à Brest-Litovsk en mars 1918. Les Allemands vont alors pouvoir concentrer leurs troupes sur le front occidental. Ils réunissent leurs hommes et se mettent en marche vers la France.

Les Parisiens apeurés fuient la capitale. Mais les renforts américains sont sur le pied de guerre, les « Sammies », en juillet 1918, sont désormais 1.300.000 sur le sol européen. Les grandes offensives allemandes, qui prévoyaient la victoire finale, essuient alors un échec cuisant. Les forces Alliées, épaulées par l’Oncle Sam, vont de succès en succès : Saint-Mihiel, Bois Belleau, Vittorio Veneto ou la Marne. L’Alsace, la Lorraine, et tous les territoires pris à la France au début de la guerre sont libérés.

Cette suite de victoires va précipiter la chute de l’Allemagne. Pendant ce temps, les armées britanniques enchaînent les victoires en Orient : la Palestine, la Syrie, l’Anatolie, l’Iran, l’Irak sont autant de territoires pris aux Ottomans, qui finissent par capituler. Le 11 novembre 1918, sur les champs de bataille de France, le clairon sonne l’armistice: le combat cesse, les soldats vont enfin rentrer dans leurs foyers…

Mais certaines de ses cicatrices, très vite, vont s’ouvrir à nouveau : le règlement de la paix sera humiliant pour l’Allemagne. La « Conférence de la Paix », qui s’achève le 28 juin 1919, à Versailles, porte en elle les germes de la Seconde Guerre mondiale… Et l’Europe en deuil, décimée, va devoir panser ses plaies et se reconstruire un avenir.

Votez bien, ou ce sera la guerre et le chaos

Un succès des populistes et autres eurosceptiques aux élections européennes de mai menacerait la prospérité de l’Union et pourrait même la mener vers le « chaos et la guerre », ont mis en garde mercredi les leaders des principaux groupes politiques du Parlement européen.

« Je suis convaincu que si l’Europe succombe aux sirènes populistes et eurosceptiques, ce serait un retour vers le chaos et la guerre », a martelé le Français Joseph Daul, chef de file des élus conservateurs.

« L’Europe est vulnérable aux attaques des nationalistes si elle s’en tient à une coopération entre Etats », a renchéri le chef de file des socialistes, l’Autrichien Hannes Swoboda. « Le nationalisme nous coûtera la paix sociale, la prospérité et la confiance internationale »

« Nous voulons laisser derrière nous le populisme et le nationalisme », a dit le président des élus libéraux, le Belge Guy Verhofstadt.

Pour l’écologiste Daniel Cohn-Bendit, « le nationalisme, c’est l’égoïsme ».

Libre.be  via Daoudal

Le chef de l’armée suisse conseille de stocker eau et conserves

Dans une interview sur les nouvelles menaces en Europe et la dégradation de la situation ukrainienne, le chef de l’armée suisse est revenu sur sa traditionnelle armée de milice et son fonctionnement. Au delà de la formation militaire de ses citoyens, il a insisté sur la résilience nécessaire à la population en cas de crise.

Au vu de la situation de sécurité plus incertaine ces dernières années, le chef de l’armée André Blattmann s’est remis aux réserves de guerre. Il stocke chez lui de l’eau minérale, des conserves et du bois de cheminée. Dans une interview au « Schweiz am Sonntag », il a dévoilé ses réserves privées.

« Je suis sensible aux nouvelles menaces depuis deux ou trois ans », a indiqué le chef de l’armée. Le responsable, interrogé sur des questions de sécurité et l’achat du Gripen, rappelle l’importance des réserves de guerre.

L’important, c’est l’eau. L’eau non gazéifiée. Il en a 30 ou 40 six packs de bouteilles en plus d’une citerne à eau. Une personne a besoin d’au minimum huit litres d’eau par jour pour boire, cuire et laver. « Imaginez ce dont a besoin une famille pour tenir quelques jours », dit-il.

André Blattmann aimerait bien que son exemple serve aux citoyens: « Peut-être n’est-il pas inutile de dire aux gens qu’il est bon d’avoir quelques réserves pour un cas d’urgence à la maison ».

Tribune de Genève

Guerre économique USA vs Russie en Ukraine/Crimée (vidéo)(màj)

mise à jour du 7 avril 2014 :

La Suisse qui ne s’associe pas aux sanctions internationales contre la Russie :

source : rts.ch


fermeture (temporaire) des Mac Do en Crimée :

source : euronews – 4 avril 2014

augmentation de 80% des prix de Gazprom en Ukraine :

source : euronews – 5 avril 2014

bonus : un jeune nationaliste membre du Secteur Droit, se restaurant :

Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Rage » (Vidéo 4/5)

Les soldats sont au bord du gouffre. Ils veulent que ça s’arrête. Ils veulent rentrer dans leurs foyers. Chez eux, à l’arrière, la colère gronde, la faim tiraille les populations. La guerre a répandu son malheur dans tous les foyers, elle est présente dans chaque instant de la vie quotidienne. Il faut trouver une solution. Il faut que la guerre se termine.

Alors les révoltes commencent : en Allemagne, l’agitation sociale fait craindre pour l’avenir du Reich. L’Empire austro-hongrois vacille : François-Joseph est mort, et son jeune successeur Charles Ier entame des tentatives de paix. Sur le front, la bataille du Chemin des Dames va déclencher des mutineries chez les poilus. Les soldats russes, fatigués d’être tiraillés par la faim et la peur, sr joignent à la Révolution. Le Tsar abdique
et se prépare à l’exil.

Mais l’Etat-major allemand commet une faute stratégique qui va changer le cours du conflit : dans une guerre sous-marine « à outrance », il a décidé d’attaquer tous les navires présents en Atlantique, y compris les bateaux américains. Les USA entrent dans la guerre aux côtés des Alliés, et en juin 1917, le général Pershing débarque en France avec les premiers effectifs.

Un mois après leur arrivée, alors que les renforts américains sont encore à l’entraînement, débute en Belgique la bataille de Passchendaele : sous une pluie torrentielle, des milliers de soldats de l’Empire britannique se noient dans une mer de boue. Un nouvel échec, une nouvelle hécatombe vide de sens.

Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Enfer » (Vidéo 3/5)

Septembre 1915. Des millions d’hommes sont pris dans le piège d’une guerre immense. Des tranchées de France aux montagnes italiennes ou des Balkans, jusqu’aux portes de l’Orient, l’Europe entière s’est enflammée.

Nouvelles armes, nouvelles défenses, la guerre est désormais industrielle et chimique. Les combats atteignent une violence jusque-là inconnue. L’artillerie pilonne. Les attaques se font au gaz, aux lance-flammes, aux Schrapnels, mélange de poudre et de billes de plomb qui fracassent les visages et les corps. Les assauts sont terrifiants, suicidaires. Des orages d’acier brisent les tympans et rendent fous les soldats. Les blessures sont affreuses, les conditions de vie et d’hygiène dans les zones de combat sont catastrophiques, les épidémies font des ravages… C’est l’enfer.

En France, les Allemands lancent en février 1916 une grande offensive sur Verdun. Les Français tiendront coûte que coûte. Dans la Somme, la bataille la plus sanglante de la guerre commence le 1er juillet 1916. En quelques heures l’armée britannique perd 30.000 hommes. 5 millions d’hommes sont déjà morts en 16 mois. Mais, pour les grands chefs, le coût humain et matériel est tellement élevé qu’il faut que l’ennemi paie et que la guerre continue. Comment arrêter cette folie ? Comment mettre fin à cette rage ?

Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Furie » (Vidéo 1/5)

11 novembre 1918. 11h du matin. Soudain, c’est le silence. Le soldat canadien George Price, vient de tomber, l’un des derniers tués d’un immense carnage qui a fait près de 10 millions de morts chez les militaires, 9 millions chez les civils et 21 millions de blessés.

Comment en est-on arrivé là ? Quelle est l’origine de cette furie qui va s’emparer du monde pendant quatre ans ? Qui va ruiner les pays et provoquer la chute de plusieurs empires ? En ce début de XXème siècle, en Europe, c’est encore la Belle Époque. Mais le 28 juin 1914 à Sarajevo, l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois, est assassiné.

Cet événement, met le feu aux poudres des vieilles rancœurs nationales et patriotiques des monarchies européennes. Les grands industriels préfèrent sans doute le conflit armé à celui larvé qui monte d’une classe ouvrière. Quelques semaines après l’attentat de Sarajevo, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie et active ainsi le jeu des alliances entre États.

Le départ des troupes au combat est le miroir d’une inconscience collective qui pense que la guerre va être courte et glorieuse. En août 1914, les Allemands ne sont pas loin de Paris. Leur victoire semble proche, et l’enthousiasme devient peur.

Ali, de Bobigny : «La droite, on n’en veut pas chez nous. Maintenant, ça va être la guerre.»

Bobigny, dimanche soir. Stéphane de Paoli (UDI) vient de remporter la ville.

Autour de 22h30, une cinquantaine de jeunes des quartiers visiblement venus en découdre se sont amassés en face du local.

Après quelques vives confrontations, le calme est revenu alors que des policiers munis de flashball s’interposaient entre les deux camps.

«De toutes façons, le droite, on n’en veut pas chez nous, lâche Ali, clairement énervé par les résultats. A Bobigny, maintenant, ça va être la guerre.»

Le Parisien

Le sud de la Centrafrique vidé de ses musulmans

Le PK5 est une enclave. Ce quartier de Bangui vit dans la peur, avec des habitants aux traits tendus et aux aguets.

Alors que dans le reste de la capitale centrafricaine la vie reprend ses droits, avec ses taxis, ses boutiques et même parfois ses embouteillages, au PK 5, elle empire. Le PK 5 est une zone musulmane. L’une des dernières à échapper encore à l’épuration confessionnelle qui ravage la Centrafrique.

«Je ne veux pas parler d’un nettoyage eth­nique car cela a des implications juri­diques précises. Mais le résultat est le même», confirme un haut responsable humanitaire.

(…) Le Figaro

Syrie : Héroïque défense de Saidnaya par les milices Chrétiennes (vidéo)

800px-Seidnaya(js)2.jpg

(Photo : monastère Notre-Dame de Saidnaya fondé au VIème siècle)

Le militant des droits des chrétiens et ex musulman Walid Shoebat a traduit le 27 janvier les témoignages des valeureux miliciens ayant défendu la ville chrétienne de Saidnaya (Notre-Dame en syriaque) déjà endeuillée l’année dernière par des massacres commis par les rebelles djihadistes :

« Nous allons faire des tombes pour les terroristes dans ce pays. Ce sont nos lieux saints, et ces églises ont des milliers d’années, nous ne leur abandonnerons jamais. S’ils pensent qu’ils vont  pouvoir venir détruire et piller, nous ne leur permettront pas, nous allons tenir le coup jusqu’à ce que nous achevions le dernier d’entre eux. S’ils pensent que l’argent qui vient du monde arabe va les aider, ils se trompent. Nous sommes les propriétaires de cette terre, pas eux. « 

L’armée syrienne avait placé un char pour défendre l’église, que les terroristes ont fait sauter (vidéo). Mais les Chrétiens ne s’avouèrent pas vaincus pour autant.

Le milicien  témoigne de la suite:

« La bataille a duré 7 heures. l’attaque était redoutable, mais nos hommes étaient très désireux de combattre. Aucun des djihadistes n’était en mesure de venir à proximité de l’église. Les djihadistes se cachaient derrière un gros rocher. Et nos héros ont fait leur devoir. Nous avons eu quatre martyrs et six blessés. » 

(…) Observatoire de l’Islamisation

Un go-fast transportant des armes de guerre intercepté sur l’A43

Un convoi d’acheminement d’armes de guerre parti de l’Isère a été intercepté par les policiers de la DIPJ ce Lyon, apprend le Dauphiné Libéré ce vendredi matin de source judiciaire.
Entre 10 et 15 armes de guerre –fusils d’assaut, fusils mitrailleurs et pistolets automatiques, notamment- ont été saisies par les enquêteurs. Trois hommes ont été interpellés lors de cette opération qui s’est déroulée sur l’autoroute A 43 dans le département du Rhône, et qui semble viser une équipe liée au grand banditisme.

Le Dauphiné

Centrafrique : ce que l’on sait du soldat qui arborait un insigne nazi. Màj : Plusieurs soldats concernés

Addendum 22 décembre : (…) Il ne s’agirait pas d’un acte isolé puisqu’il y aurait plusieurs militaires en cause. « Il y a d’autres soldats qui ont ce patch », assure une source officielle, qui évalue le nombre d’hommes concernés à « moins de dix a priori », mais relève que, « comme il y a enquête, les gars ne sont pas idiots et l’ont tous retiré ».
(…) Le ParisienMerci à Diwal-da-reor

—————————————-

Il appartient au 8e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Castres mais n’a pas encore été identifié. Francetv info fait le point.

(…)

Interrogé samedi matin sur l’appartenance du militaire au 8e RPIMA, le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l’état-major, s’est refusé à tout commentaire. « On n’interviendra que lorsque les faits seront établis par l’enquête », s’est-il contenté d’indiquer.

Publiée sur le site de BFMTV, la photo par laquelle l’affaire a été révélée montre un soldat l’arme au poing, avec à l’épaule un insigne portant le nombre 32 sur un drapeau tricolore. On peut y lire en allemand la devise SS « Mon honneur s’appelle fidélité » (« Mein Ehre heisst Treue »). De source proche du « 8″, on indique que le nombre 32 signifie  »2e groupe de la 3e section », ce qui devrait permettre une identification très rapide de ce soldat. D’autres sources citées par La Dépêche du midi avancent toutefois que cela pourrait être une référence à la 32e division SS créée à la toute fin de la Seconde Guerre mondiale.

(…) Dans La Dépêche du Midi, Philippe Folliot, député centriste tarnais, abonde, évoquant« une bêtise de jeunesse ». Selon l’élu, ce soldat est « un jeune sergent qui ne devait même pas connaître la référence nazie »« La devise n’est pas choquante en soi, si on ne connaît pas la référence », ajoute-t-il.

(…) Pour le Parti communiste, cette affaire va plus loin. « Contrairement aux dires de l’état-major des armées, il ne s’agit pas d’un incident isolé », écrit le PCF dans un communiqué. « Depuis plusieurs mois circulent sur internet des photos de militaires effectuant des ‘quenelles’, autrement dit, le salut antisémite se référant au salut hitlérien », rappelle-t-il, invitant « le Parlement à engager une enquête approfondie sur les activités subversives de l’extrême-droite à l’intérieur de l’armée ».

FranceTV