Yasmina torture et tue sa colocataire : 20 ans de réclusion

La cour d’assises de l’Isère a condamné aujourd’hui à vingt ans de réclusion criminelle une Grenobloise accusée d’avoir torturé sa colocataire, morte en mai 2011 des suites de ses brûlures. Le ministère public avait requis la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Yasmina Aifa, 40 ans, qui était notamment jugée pour des actes de tortures et de barbarie ayant entraîné la mort sans intention de la donner. [...]

Le 2 mai 2011, Yasmina Aifa avait appelé les pompiers pour leur signaler la mort de sa colocataire, Sandrine Hanifi, 38 ans. Sur place, le médecin du Samu avait constaté une rigidité cadavérique et une odeur de putréfaction, laissant penser que la mort remontait à plusieurs heures avant l’appel.

La victime présentait des brûlures nombreuses et parfois anciennes sur une grande partie du corps, probablement provoquées par un contact avec un liquide brûlant. Les médecins avaient établi un lien formel entre les brûlures et la mort de la victime. Cette dernière avait été vue avec des brûlures au visage et au front par plusieurs témoins dans les semaines précédant sa mort. Elle faisait l’objet d’humiliations et de brimades de la part de l’accusée, dont elle était sous l’emprise psychologique. [...]

Le Figaro

Le nouveau maire de Grenoble enlève toutes les caméras de surveillance de la ville

Eric Piolle, le nouveau maire Europe Ecologie – les Verts de Grenoble, a pris une première décision symbolique et dangereuse pour la ville.

La première décision du nouveau maire va faire du bruit : Eric Piolle veut supprimer la vidéosurveillance dans la ville. Pour cela, il va faire démonter les 18 caméras de vidéosurveillance présentes à Grenoble. Cette initiative fait grincer les dents de l’opposition, mais également de certains riverains qui ne se sentiront plus en sécurité.

Citée par RMC, Valérie Mourier, du syndicat de police Alliance, réagit : «C’est un outil, on s’en sert pour identifier des auteurs [de crimes et de délits, ndlr]. Je pense que la mesure que va prendre le maire est inconsciente». Même réaction de la part Daniel Chomette, du syndicat de police SGP-FO : «Attention danger ! Aujourd’hui, les services de police, diminuées en nombre, ont des difficultés à retrouver les auteurs des faits. Ça va très largement compliquer la tâche de mes collègues en matière d’enquête, y compris sur des affaires extrêmement sensibles».

Valeurs actuelles

Grenoble : Un jeune couple tabassé par un groupe d’ados âgés de 16 et 17 ans

Ils attendaient tranquillement le tramway à l’arrêt de l’Arlequin, à Grenoble, pour se rendre dans le centre-ville, dimanche dernier en fin de journée : une jeune fille de 18 ans et son petit ami, d’un an son cadet. Une rame est alors arrivée de l’autre côté des voies, de laquelle est descendu un groupe de plusieurs adolescents. À la vue du jeune couple, seul à l’arrêt de tramway, ces derniers ont traversé les rails pour le rejoindre.

Sans autre forme de procès, les inconnus se sont mis à frapper le garçon et sa copine avec une rare violence pour leur arracher la chaîne en or que chacun portait autour du cou. Ils ont ensuite pris la fuite en abandonnant leurs victimes.

Littéralement passées à tabac, ces dernières font l’objet de plusieurs jours d’incapacité totale de travail. Saisis de leur plainte, les policiers de la Sûreté départementale ont commencé par visionner les enregistrements de vidéosurveillance de la Sémitag et ont pu déterminer que les voyous étaient au nombre de huit.

Sept suspects ont ainsi pu être identifiés. Interpellés jeudi matin à leurs domiciles grenoblois, ces adolescents, âgés de 16 et 17 ans, ont été placés en garde à vue. Deux d’entre eux ont reconnu avoir porté des coups au jeune couple pour voler les bijoux, mais les autres ont affirmé n’avoir fait qu’assister à la scène de violence sans y participer.

Les deux premiers, âgés de 16 et 17 ans, ont été présentés, hier, au parquet de Grenoble, puis à un juge. Tous deux ont été mis en examen pour “vol avec violences” et laissés libres sous contrôle judiciaire. Les cinq autres devraient, quant à eux, être convoqués par un juge des enfants.

Le Dauphiné (Merci à jojo2 )

Grenoble : le candidat écologiste Éric Piolle victime d’une agression

Le candidat écologiste Éric Piolle, arrivé en tête du premier tour des municipales à Grenoble, a été frappé dans la rue vendredi 28 mars dans la soirée par un homme qui l’a fait chuter à terre, a-t-on appris auprès de la police.

Hebergeur d'imageDans un tweet posté samedi matin, la ministre EELV de l’Égalité des territoires et du Logement Cécile Duflot s’est dite « bouleversée et scandalisée » par cette agression. [...]

Eric Piolle était seul à vélo rue de Stalingrad à Grenoble vendredi vers 22h50 quand une camionnette blanche à ralenti à sa hauteur.

Le passager de la camionnette lui a alors asséné un coup de pied, le faisant chuter à terre. Il n’a pas été blessé dans l’altercation. Un passant a été témoin de la scène. Eric Piolle a déposé plainte au commissariat. [...]

Huffington Post

Christiane Taubira : le raté de Grenoble

Alors qu’elle devait venir soutenir l’écolo Éric Piolle, Taubira dit avoir manqué son train… En fait, les socialistes ne voulaient pas qu’elle vienne.

Hebergeur d'imageLa nouvelle a fait le tour des rédactions et des réseaux sociaux jeudi en fin de matinée, avant de tomber à l’eau. [...].

Michel Destot, qui a appris en fin de matinée la venue de la garde des Sceaux par la police, et non par le préfet, a donc appelé deux fois l’Élysée pour faire annuler ce voyage.

« Taubira voulait se victimiser : elle sait qu’elle va être virée, elle voulait donc pouvoir dire que son soutien à Piolle était la raison de son limogeage », confie-t-on dans l’entourage de Destot.

Quelques heures après l’annonce de sa venue à Grenoble, Christiane Taubira faisait donc savoir qu’elle avait manqué son train pour Grenoble…

Le Point

Grenoble : Un octogénaire tabassé chez lui par un voleur

Un homme de 87 ans domicilié 5 rue Malakoff à Grenoble a été attaqué chez lui jeudi matin par un voleur qui l’a passé à tabac avant de fouiller son appartement.

Entendant sonner vers 10 h 30, le vieil homme a ouvert sa porte et a été immédiatement frappé au visage avec une grande violence. L’agresseur, âgé d’une vingtaine d’années, lui a encore porté de nombreux autres coups pour qu’ils lui indique l’endroit où il cachait ses économies.

Ne trouvant rien d’intéressant dans l’appartement, il a pris la fuite après avoir saccagé les lieux. Un voisin a semble-t-il tenté de poursuivre l’agresseur mais a été immédiatement distancé.

Le malheureux octogénaire a été secouru par les sapeurs-pompiers et transporté à l’hôpital pour une plaie importante au visage et des hématomes multiples. Les services de police ont ouvert une enquête.

« Les commentaires sont clos » sur Le Dauphiné (Merci à jojo2)

Le pompier refuse de lui serrer la main, Manuel Valls s’énerve (vidéo)

Lors de sa visite à Grenoble jeudi, le ministre de l’intérieur est allé saluer les pompiers qui, en conflit avec leur direction depuis trois mois, manifestaient devant la Préfecture. Mais quand l’un d’eux a refusé de lui serrer la main, Manuel Valls l’a rappelé au respect de la hiérarchie. Le son n’est pas de très bonne qualité au début, tendez bien l’oreille.

Le Dauphiné

La police libère une femme conduite vers l’Espagne pour un avortement forcé

Les policiers français ont libéré, mercredi à la frontière avec l’Espagne, une femme de 31 ans emmenée par son compagnon et deux membres de sa belle-famille pour la faire avorter contre son gré à Barcelone après plus de cinq mois de grossesse. Les personnes interceptées dans les Pyrénées-Orientales venaient de Grenoble (Isère) en voiture.

La jeune femme enceinte de cinq mois et demi a été hospitalisée tandis que son compagnon de 28 ans ainsi que le frère et la sœur de celui-ci, ont été interpellés et remis à la Sûreté départementale de l’Isère, le parquet de Grenoble s’étant saisi de l’affaire. Ils étaient ce jeudi en garde à vue à Grenoble. Ils seront présentés au parquet qui devait ouvrir une information judiciaire pour «enlèvement» et devraient être présentés à un juge d’instruction en vue d’une mise en examen.

Le Parisien

Grenoble : Bilel, jihadiste français de 23 ans a été tué en Syrie

Un jihadiste grenoblois de 23 ans, parti « aider le peuple syrien », est mort mi-février à Homs, en Syrie, d’une balle dans le coeur, a fait savoir sa famille. Bilel, étudiant en licence d’économie et pompier volontaire, avait quitté Grenoble en voiture le 5 juillet 2013 avec d’autres jeunes Français partis combattre en Syrie, a expliqué sa soeur, Oumaïna, 22 ans, étudiante en BTS.

« Mon frère avait la tête sur les épaules. Il disait qu’il voulait aider le peuple syrien en apportant des médicaments et de la nourriture et aussi en combattant le régime de Bachar al-Assad », a précisé sa soeur, qui ne porte pas le voile. Issu d’une famille de musulmans modérés, le jeune homme s’était peu à peu radicalisé à la suite d’une rupture amoureuse.

(…) Le Parisien

Merci à Beygon

Grenoble. Une ado en route pour le djihad interceptée, le procureur veut la « protéger contre elle-même »

Une adolescente de 14 ans qui avait été signalée en fugue par ses parents a été interceptée mardi dans le Rhône alors qu’elle était sur le point d’embarquer vers la Turquie « pour rejoindre le djihad. »

L’adolescente, originaire de la région grenobloise, a été interpellée mardi en fin d’après-midi alors qu’elle se trouvait à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry, à l’embarquement d’un vol pour la Turquie. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’adolescente a acheté elle-même un aller simple pour la Turquie moyennant une somme en liquide qu’elle a retirée de son propre compte en banque. Elle possédait également un passeport.

La jeune fille avait été signalée en fugue lundi soir par ses parents, inquiets de ne pas la voir rentrer du collège grenoblois où elle est scolarisée. Pour l’instant, aucun défèrement n’est envisagé pour l’adolescente grenobloise. La priorité est « de la protéger contre elle-même » d’après Jean-Yves Coquillat, le procureur. Selon Bernard Godard, attaché au bureau central des cultes au ministère de l’Intérieur, le phénomène « est en train de prendre de l’ampleur » et touche quelque 700 personnes en France, dont au moins 40 sont actuellement en Syrie.

(…) Le Figaro

Grenoble : un réseau de proxénétisme démantelé dans des camps de roms

L’opération a commencé à six heures ce matin dans quatre camps de Roms de l’agglomération grenobloise.

140 gendarmes appuyés par 40 policiers ont fait une descente dans des campements de roms, trois à Grenoble et un à Saint-Martin d’Hères, dans le cadre d’une instruction pour « proxénétisme aggravé et traite des êtres humains » ouverte il y a quelques mois.

5 suspects sont actuellement en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Grenoble. Ce coup de filet est l’aboutissement de long mois d’investigations de la Brigade de Recherche de la Gendarmerie de Grenoble, dans une affaire sensible pour la population. Des grenoblois se plaignent régulièrement de la présence de prostituées, parfois très jeunes, sur la voie publique.

Les gendarmes ont interpellé 5 suspects actuellement interrogés en garde à vue mais aussi plusieurs dizaines de femmes prostituées entendues comme victimes par les enquêteurs pour mieux comprendre comment fonctionnait le réseau. Certaines ont été relâchées rapidement.

RTL et France Bleu