Cameron critiqué pour ses propos sur la «Grande-Bretagne chrétienne»

Le Premier ministre britannique, David Cameron, a été critiqué lundi 21 avril par une cinquantaine de personnalités pour avoir déclaré que la Grande-Bretagne était un pays chrétien. Publiée par le « Daily Telegraph », une lettre ouverte, signée par des écrivains, des scientifiques et des académiciens, s’inquiète des «conséquences négatives» des propos du Premier ministre.

Lors du dernier recensement au Pays de Galles et en Angleterre en 2011, 59% des personnes se sont cependant définies comme «chrétiens», contre 72% en 2001.

Le Premier ministre a déclaré que la Grande-Bretagne devait faire preuve de «davantage d’assurance quant à son statut de pays chrétien».

Dans un article publié la semaine dernière pour le « Church Times », journal de la communauté anglicane, David Cameron a évoqué sa propre foi, qui lui a permis de trouver la «paix». Il a également estimé que la Grande-Bretagne devait faire preuve de «davantage d’assurance quant à son statut de pays chrétien et, à vrai dire, avoir une approche plus évangélique avec une foi qui nous pousse à vouloir améliorer la vie des gens».

Les propos du Premier ministre ont été considérés par certains observateurs comme un moyen de calmer la fronde d’une partie de la communauté chrétienne, échaudée par la légalisation du mariage homosexuel et la réduction des aides sociales.

Si les signataires de la lettre ouverte publiée lundi reconnaissent à David Cameron le droit d’avoir des convictions religieuses, ils soulignent aussi que ses propos ne reflètent pas la réalité du pays aujourd’hui. «Hormis d’un strict point de vue constitutionnel qui fait que nous continuons d’avoir une Eglise officiellement établie, la Grande-Bretagne n’est pas un ‘pays chrétien’», écrivent les auteurs. La Grande-Bretagne constitue «une société plurielle» qui est «d’abord non religieuse».

Downing Street a souligné lundi que David Cameron avait déjà déclaré en 2011 que la Grande-Bretagne était un pays chrétien et qu’il ne «devrait pas avoir peur de le dire».

Nouvel Obs (Merci à DANY)

Royaume Uni : 50 000 Somaliens «en situation irrégulière» vont être rapatriés

Depuis plus de vingt ans, la Somalie est ravagée par la guerre civile. Au point que des millions de Somaliens ont fuit leur pays pour se réfugier à l’étranger. Si bien que le Royaume Uni, ancienne puissante colonisatrice, connaît aujourd’hui une très forte diaspora somalienne. Lassées par la situation, les autorités britanniques auraient décidé dernièrement de rapatrier 50 000 Somaliens en situation irrégulière vers leur pays d’origine.

C’est vers la région semi-indépendante du Somaliland que le pays d’Elisabeth II se serait tourné pour organiser cette opération. L’Angleterre fournit Lire la suite

Grande-Bretagne : le gouvernement annonce des prêts étudiants «charia compatible»

Un système de prêts étudiants «charia compatible» a été dévoilé, jeudi 3 avril, en Grande-Bretagne par David Willetts, le secrétaire d’Etat chargé des Universités et de la Science. Ce nouveau dispositif devra permettre aux étudiants musulmans, rebutés par le système de prêt à intérêt instauré en 2012, de financer leurs études à l’université de façon conforme à l’Islam.

Les frais globaux liés au prêt seront équivalents à ceux d’un prêt classique, pour ne pas désavantager les autres étudiants. Mais les remboursements effectués par les étudiants concernés seront reversés à un fond, qui devrait ensuite allouer des financements aux étudiants se conformant aux mêmes principes religieux.

En 2011, le gouvernement Cameron a triplé le plafond des frais de scolarité payables par les étudiants britanniques, qui passaient ainsi de 3 000 à 9 000 Livres l’année (de 3 600 à 10 900 euros environ). Bien souvent, en plus de cumuler les petits boulots, les étudiants britanniques n’ont d’autre choix que de contracter un prêt. Environ 115 000 jeunes musulmans étudient actuellement dans les universités britanniques.

saphirnews

Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Rage » (Vidéo 4/5)

Les soldats sont au bord du gouffre. Ils veulent que ça s’arrête. Ils veulent rentrer dans leurs foyers. Chez eux, à l’arrière, la colère gronde, la faim tiraille les populations. La guerre a répandu son malheur dans tous les foyers, elle est présente dans chaque instant de la vie quotidienne. Il faut trouver une solution. Il faut que la guerre se termine.

Alors les révoltes commencent : en Allemagne, l’agitation sociale fait craindre pour l’avenir du Reich. L’Empire austro-hongrois vacille : François-Joseph est mort, et son jeune successeur Charles Ier entame des tentatives de paix. Sur le front, la bataille du Chemin des Dames va déclencher des mutineries chez les poilus. Les soldats russes, fatigués d’être tiraillés par la faim et la peur, sr joignent à la Révolution. Le Tsar abdique
et se prépare à l’exil.

Mais l’Etat-major allemand commet une faute stratégique qui va changer le cours du conflit : dans une guerre sous-marine « à outrance », il a décidé d’attaquer tous les navires présents en Atlantique, y compris les bateaux américains. Les USA entrent dans la guerre aux côtés des Alliés, et en juin 1917, le général Pershing débarque en France avec les premiers effectifs.

Un mois après leur arrivée, alors que les renforts américains sont encore à l’entraînement, débute en Belgique la bataille de Passchendaele : sous une pluie torrentielle, des milliers de soldats de l’Empire britannique se noient dans une mer de boue. Un nouvel échec, une nouvelle hécatombe vide de sens.

Paul Weston : « Je suis raciste » ; 1.160.000 vues (video)(màj)

[Màj 7 avril 2014]
Paul Weston est un homme politique anglais qui s’oppose au multiculturalisme et à l’islamistation de l’Europe. Dix mois après la publication de sa vidéo « I am a racist », il cumule 1.160.000 vues.

Il existe trois versions principales :

——————————

La vidéo sous-titrée par notre lecteur Alfred.

Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Enfer » (Vidéo 3/5)

Septembre 1915. Des millions d’hommes sont pris dans le piège d’une guerre immense. Des tranchées de France aux montagnes italiennes ou des Balkans, jusqu’aux portes de l’Orient, l’Europe entière s’est enflammée.

Nouvelles armes, nouvelles défenses, la guerre est désormais industrielle et chimique. Les combats atteignent une violence jusque-là inconnue. L’artillerie pilonne. Les attaques se font au gaz, aux lance-flammes, aux Schrapnels, mélange de poudre et de billes de plomb qui fracassent les visages et les corps. Les assauts sont terrifiants, suicidaires. Des orages d’acier brisent les tympans et rendent fous les soldats. Les blessures sont affreuses, les conditions de vie et d’hygiène dans les zones de combat sont catastrophiques, les épidémies font des ravages… C’est l’enfer.

En France, les Allemands lancent en février 1916 une grande offensive sur Verdun. Les Français tiendront coûte que coûte. Dans la Somme, la bataille la plus sanglante de la guerre commence le 1er juillet 1916. En quelques heures l’armée britannique perd 30.000 hommes. 5 millions d’hommes sont déjà morts en 16 mois. Mais, pour les grands chefs, le coût humain et matériel est tellement élevé qu’il faut que l’ennemi paie et que la guerre continue. Comment arrêter cette folie ? Comment mettre fin à cette rage ?

Nottingham (G.B.) : Inauguration de la première mosquée de la ville (avec son minaret)

Les musulmans de Nottingham vont inaugurer leur première mosquée avec son minaret.

C’est un air de fête qui règne à Nottingham, de l’autre côté de la Manche, alors que l’effervescence est à son comble au sein de la communauté musulmane et que les préparatifs battent leur plein pour inaugurer dignement, et dans la liesse générale, la première mosquée de la ville, flanquée de son magnifique minaret en fibre de verre de 14 mètres de haut, après des années de tractations qui ont finalement porté leurs fruits.

A J-8 de la coupe d’un ruban à marquer d’une pierre blanche, en présence des plus hautes personnalités de la localité qui ont approuvé l’édification de cette enceinte sacrée de l’islam au cœur de la vieille ville, tout un symbole, sans craindre que son minaret soit celui de la discorde, le président de la mosquée Jamia Masjid Sultania, Aurangzeb Khan, 79 ans, est aux anges, transporté de joie à l’idée d’assister à la matérialisation d’un rêve qui, longtemps, lui a fait l’effet de construire des châteaux en Espagne…

Révolues les trente dernières années au cours desquelles les musulmans de Nottingham étaient contraints de prier chez eux ! Dès le 13 avril, les fidèles pourront désormais franchir le seuil de leur mosquée si fébrilement attendue, pour s’y recueillir avec une ferveur immense, dans une atmosphère chargée d’émotion.

oumma

Grande-Bretagne : Les musulmans s’engagent en nombre dans l’armée

Selon le site saphirnews, les musulmans de Grande-Bretagne sont de plus en plus nombreux à s’engager dans l’armée.

Engagez-vous ! Les musulmans britanniques sont de plus en plus nombreux à répondre spontanément à l’appel du devoir lancé par la « Grande Muette », qui ne l’est plus trop d’ailleurs quand il s’agit de battre le rappel des troupes, leur désir de servir sous les drapeaux traduisant un patriotisme renforcé, ainsi que l’espoir, chevillé au corps, d’éradiquer les préjugés islamophobes sous l’uniforme de la loyauté par excellence à une nation.

Ces enrôlements volontaires, sur la courbe ascendante depuis 2007, ont augmenté de 40% notamment dans la Royal Air Force et la Royal Navy, constituant un phénomène de société qui fait l’objet de toutes les attentions et décryptages au sein de la communauté musulmane, très divisée sur le sujet, mais aussi en-dehors.

« Le nombre croissant de musulmans dans les forces armées est une évolution naturelle, parce que la société britannique est de plus en plus tolérante et, en conséquence, les jeunes hommes et femmes de confession musulmane se sentent plus légitimes qu’auparavant à rejoindre l’armée pour y faire carrière », analyse l’Imam Asim Hafiz, conseiller islamique du ministère de la Défense et premier aumônier musulman à avoir officié dans l’armée, fraîchement auréolé d’un insigne titre de gloire en récompense de ses bons et loyaux services. Celui-ci a été en effet élevé au rang d’Officier de l’Ordre de l’Empire britannique, au cours d’une cérémonie solennelle qui a coïncidé avec la grande semaine nationale de la sensibilisation à l’islam. […]

oumma

La charia incorporée dans le droit anglais (maj)

[Mise à jour du 27 mars]
Des avocats britanniques enjoints de respecter la charia [=droit musullman]. Les règles de la charia [=droit musulman] font pour la première fois leur apparition dans le droit britannique. La Law Society, l’équivalent du barreau, a créé une vive controverse en envoyant aux avocats des recommandations afin de rédiger des testaments «charia compatibles».

L’organisme de représentation des juristes leur explique que, selon la charia, la femme n’est pas l’égale de l’homme dans l’héritage, les mécréants ou héritiers mariés en dehors de la foi musulmane peuvent en être exclus, ainsi que les enfants illégitimes.

Révélée par le Sunday Telegraph , cette initiative a suscité une certaine indignation dans les milieux judiciaires et politiques.

La Société des avocats laïcs condamne ce geste qui «normalise et légitimise» un système «fondamentalement discriminatoire».

[NDLR : si la charia est "«fondamentalement discriminatoire», sachant que l'islam n'existe pas sans la charia, c'est l'islam qui est désigné comme "fondamentalement discriminatoire". Voir déclaration de Francois Hollande "L'islam est compatible avec la démocratie".]

Des députés demandent la création d’une commission d’enquête parlementaire. «Cela viole tout ce que nous représentons», s’est étranglée Caroline Cox, membre de la Chambre des lords.

Mais, pour William Healing, avocat spécialiste de la famille au cabinet Kinglsey Napley, l’affaire fait «beaucoup de bruit pour rien». «Nous vivons dans un pays où le multiculturalisme fait partie du cadre politico-social et c’est dans cet esprit que la Law Society a publié des recommandations afin de répondre à la demande d’une clientèle qui respecte les préceptes d’une religion. »

(…) Cette affaire soulève aussi la question de la tolérance britannique pour une justice parallèle au sein de tribunaux de la charia informels. «Il en existe plusieurs dizaines dans le pays, sans reconnaissance légale, qui fonctionnent dans le cadre des lois sur l’arbitrage et la médiation de façon volontaire».

Figaro

• Complément vidéo : Hassan II, ancien roi du Maroc

—— ci dessous article du 23 mars ——-
[extraits] Des éléments de la charia en matière d’héritage seront officiellement incorporés dans le système juridique britannique.

Les préconisations publiées par le Barreau permettront aux avocats de rédiger des testaments islamiques qui privent les femmes de l’égalité en matière successorale, et excluent les incroyants.

Les testaments islamiques, qui seront reconnus par les tribunaux de Grande-Bretagne, empêcheront les enfants nés hors mariage, ainsi que les enfants adoptifs, d’être considérés comme des héritiers légitimes. Toute personne mariée dans une église ou lors d’une cérémonie civile pourrait être exclue de la succession en vertu des principes de la charia, lesquels ne reconnaissent que les mariages musulmans aux fins successorales. Lire la suite

Grand Remplacement en Grande-Bretagne : une école enseigne l’anglais en langue étrangère

Une école de Leeds a pris la décision radicale de proposer l’anglais en tant que seconde langue à ses 350 élèves, y compris ceux nés en Angleterre.

Cette école comporte 55 nationalités différentes et n’est pas un cas unique au Royaume-Uni (…)

>> Article à lire sur Novopress (en français) - Source en anglais

Royaume-Uni : Des foetus avortés brûlés pour chauffer des hôpitaux

foetus

[...] C’est la chaîne de télévision britannique Channel 4 qui a révélé cette pratique scandaleuse dans un reportage sur le milieu hospitalier.

Vingt-sept hôpitaux britanniques auraient brûlé au moins 15.500 foetus issus d’avortements ou de fausse couche au cours de ces deux dernières années. Et au moins deux de ces établissements les auraient jetés dans un incinérateur qui transforme les déchets en énergie afin de chauffer leurs locaux.

Le reportage diffusé ce dimanche soir, et qui montrait également comment ces hôpitaux traitaient les parents en souffrance après la perte d’un bébé sans aucun égard, a fait grand bruit au Royaume-Uni. [...]

7sur7.be

Chaque immigrant coûterait 3000£ par an à la Grande-Bretagne

Une étude publiée par MigrationWatch UK conteste les conclusions d’un précédent rapport académique qui annonçait que l’immigration aurait apporté une contribution positive aux caisses de l’état anglais.

Selon ce nouveau rapport, les immigrants ont coûté aux contribuables plus de 22 millions de livres par jour depuis le milieu des années 1990, pour un total de plus de 140 milliards de livres sterling.


MigrationWatch UK, qui fait campagne contre l’immigration de masse, a ajouté qu’en 2011 les coûts équivalaient à 3,000£ (~3500€) pour chacune des huit millions de personnes nées à l’étranger vivant en Grande-Bretagne.

Ce rapport fait réponse à une étude publiée par l’University College London (UCL) l’année dernière qui affirmait que les immigrants ont apporté une contribution «substantielle» aux  finances publiques.

La nouvelle étude a utilisé la même méthodologie que l’étude de l’UCL, mais a adopté ce qui est selon MigrationWatch des hypothèses plus réalistes sur les revenus et les investissements des immigrés.

Pour la seule année 2011 ce coût était de 23 milliards de livres ou de 3000£ pour chacun des huit millions de britanniques née à l’étranger. Cette somme est égale à la somme dépensée en un an par le NHS (National Health Service, le système de la santé publique du Royaume-Uni) en médecins généralistes et en dentistes.

Sir Andrew Green, président de Migration Watch UK, a déclaré: «Notre rapport élimine enfin cette revendication trop souvent répétée par le lobby immigrationiste que  l’immigration réduirait notre fardeau fiscal.

« Le coût total est élevé et a augmenté de façon spectaculaire entre 1995 et 2011, ne fournissant aucune compensation à la surpopulation de cette île telle que nous l’observons, en grande partie en raison de l’immigration. »