Les Français contre Désir au gouvernement


source : rtl.fr

Plus de trois Français sur quatre désapprouvent la nomination du premier secrétaire du PS Harlem Désir comme secrétaire d’Etat et seulement 35% connaissent son probable successeur Jean-Christophe Cambadélis, selon un sondage BVA pour iTélé-CQFD publié samedi.

Hebergeur d'imageA la question « approuvez-vous la nomination de Harlem Désir comme secrétaire d’Etat au sein du gouvernement », 79% des personnes interrogées répondent par la négative, 16% approuvent et 5% ne se prononcent pas. La désapprobation est particulièrement élevée parmi les sympathisants de droite, avec 95%, contre 3% qui approuvent et 2% qui ne se prononcent pas. Même les sympathisants du PS sont 61% à désapprouver cette entrée au gouvernement du chef du parti, contre 35% qui approuvent et 4% qui ne se prononcent pas.

83% des personnes interrogées jugent que Harlem Désir a été un mauvais chef de parti, contre 11% qui estiment que son bilan était « plutôt bon », 6% ne se prononçant pas. Pour 46% il était « un très mauvais premier secrétaire » du PS, 37% le qualifiant de « plutôt mauvais ». [...]

Le Figaro

Taubira dément quitter le ministère de la Justice dans les prochains mois (màj vidéo)

Addendum

Dans une interview accordée à Public Sénat , Christiane Taubira s’est étonnée des rumeurs qui circulent sur sa démission dans les prochains mois. [...]

Morandini

_______________________________

La garde des Sceaux pourrait quitter la Chancellerie d’ici quelques mois et être remplacée par Jean-Jacques Urvoas, proche de Manuel Valls.

Hebergeur d'imageChristiane Taubira n’en aurait plus pour longtemps au ministère de la Justice. Selon nos informations, la garde des Sceaux devrait quitter la Chancellerie d’ici quelques mois, le temps de faire passer la réforme pénale au Parlement. [...]

Depuis un moment déjà, Christiane Taubira ne cachait pas son envie de quitter le ministère de la Justice. Quitte à rester dans le gouvernement, elle avait demandé le ministère de l’Éducation. Mais pour compenser son profil droitier, Manuel Valls l’avait finalement attribué à Benoît Hamon.

Le Figaro

Un collectif de gauche appelle à refuser le vote de confiance au nouveau gouvernement

Dans une tribune intitulée « François Hollande et la rupture irrémédiable du PS avec la gauche », un collectif de chercheurs, d’écrivains et d’artistes appelle à refuser le vote de confiance au nouveau gouvernement.

L’élection de François Hollande en 2012 n’avait pas suscité d’enthousiasme démesuré. Pour beaucoup d’électeurs de gauche le vote témoignait d’une volonté de rompre avec la sarkozie plus que d’une adhésion au projet bien falot du candidat.

C’est aux députés de gauche et écologistes, majoritaires à l’Assemblée nationale, que nous nous adressons donc. Refuser de voter la confiance au nouveau gouvernement peut être le premier acte. Mais c’est une motion de censure qui pourrait vraiment contraindre notre cacique présidentiel à revoir ses choix.

Le changement, ce devait être maintenant. Rapidement pourtant c’est le constat de la continuité avec la politique de la droite qui s’est imposé. Ainsi en matière de sécurité où les coups de menton de Manuel Valls ont rappelé ceux de M. Guéant, les deux ministres de l’intérieur prouvant leur autorité et leur fermeté dans leur chasse aux roms. Il est beaucoup d’autres secteurs, on pourrait citer l’enseignement supérieur, la politique étrangère etc., où le changement s’est fait dans la continuité, pour reprendre l’expression pompidolienne. Mais c’est incontestablement la ligne économique suivie qui traduit le plus, à la fois dans le symbole et dans ses effets, cette continuité. A peine installé, le gouvernement Ayrault a fait du libéralisme économique sans le proclamer. Jusqu’aux vœux présidentiels du 31 décembre dernier où l’annonce d’un « pacte de responsabilité », salué par la droite, a confirmé la conversion du gouvernement à la politique de l’offre, explicitement libérale. Les effets sont connus. Loin de restaurer la croissance et de réduire le chômage, ce type de politique creuse les inégalités. […]

Anaïs de Courson, comédienne ; Keith Dixon, angliciste ; Susan George, écrivaine ; Thomas Lacoste, cinéaste ; Bernard Lahire, sociologue ; Christophe Mileschi, italianiste ; Frédéric Neyrat, sociologue ; Louis-Georges Tin, essayiste.

Le Monde

Manifestations : le pavé parisien frise la surchauffe, le web sous surveillance

Selon un bilan porté à la connaissance du Figaro, le nombre de personnes défilant dans les rues de Paris a bondi de 9,5 millions à 11 millions entre 2012 et 2013. Soit une augmentation de 14 % en un an… et de 77,4 % par rapport à 1999 (6,2 millions de manifestants). Dans le lot, la Préfecture de police observe que le nombre des «grosses manifestations», dépassant les 5000 participants, a quasiment doublé, pour atteindre les 25 en 2013.

«Les rangs des cortèges abritant au moins 3000 personnes ont, eux, quasiment triplé de volume, passant de 512.000 à 1,46 million de personnes», confie un haut responsable de la Préfecture de police, qui impute partiellement cette flambée aux manifestations liées à la loi sur le mariage pour tous, promulguée le 17 mai dernier. «Les anti-mariage gay n’ont pas la culture de la manifestation», déplore le directeur de cabinet Laurent Nunez, qui rappelle que le nombre des manifestations revendicatives est passé de 3382 à 4411 l’année dernière. Soit en moyenne un défilé ou rassemblement statique toutes les deux heures !

Plus préoccupant encore, le nombre des manifestations «non déclarées» ne cesse de croître pour franchir la barre de 730 en 2013. «Nos techniciens du maintien de l’ordre, qui ont fait face à des mouvements de foule sans incident majeur, sont confrontés à un phénomène nouveau qui veut que de plus en plus de groupes s’affranchissent sciemment de respecter les règles du jeu avant de descendre dans la rue», déplore-t-on à la Préfecture de police, où l’on cite, pêle-mêle, les «actions inopinées des Veilleurs, du Printemps français, de Greenpeace, les Femen, les Anonymous, anarchistes, les autonomes ou encore la droite ultra». Une poignée de nostalgiques ont ainsi été délogés de la place de la Concorde lors d’une dépose de gerbe commémorant le 6 février 1934. Certains ministres ont été chahutés, comme Christiane Taubira – encore elle – devant le Théâtre du Rond-Point début décembre ou Manuel Valls le 25 février à la sortie du Gaumont Opéra.

Imprédictibles, ces coups d’éclat contraignent les services de renseignement à déminer le danger en multipliant les cyber-patrouilles. Des groupes d’enquête spécialisés explorent blogs, pages Facebook ou messages sur Twitter. «Prévoir nous oblige à des investigations plus poussées, concède un officier. Par mots-clés, nous tentons de cibler des profils à risque et des mots d’ordre, mais cela reste aléatoire.»

Un vrai casse-tête pour les 1500 experts de l’ordre public de la Préfecture de police, qui doivent composer avec une réalité de plus en plus complexe, imprévisible. Et à moyens constants. Napoléon Bonaparte se plaisait à répéter: «Je suis plus inquiet d’un rhume à Paris que d’une épidémie en province.» Jamais ce mot n’a été autant d’actualité.

Le Figaro

L’étrange ‘soutien’ du socialiste Guillaume Balas à Valls et à son gouvernement (vidéo)


lien direct sur : VK
source : compilation de On ne va pas se mentir – iTélé – 03 04 2014

 

Virginie Martin sur wikipédia :

  • Virginie Martin est diplômée de Sciences Po Paris, docteure en sciences politiques.
  • Elle effectue sa thèse sur le Front National en situation de pouvoir municipal sous la direction de Dominique Reynié et Pascal Perrineau.
  • Depuis 2000, elle est professeur et chercheur [...] elle a notamment développé un programme de recherche sur la question du genre.
  • Elle est experte dans le think tank Terra Nova où elle a écrit des notes sur le féminisme.
  • Elle est l’auteure d’une note sur la question du FN et défend l’idée d’une structuration du vote frontiste autour « d’un trouble civilisationnel », trouble qui serait notamment lié à « un sentiment de colonisation inversée ».
  • En 2012, pour l’élection présidentielle, elle est experte au sein du pôle égalité hommes-femmes dans le cadre de la campagne du candidat socialiste.
  • etc.

Le gouvernement de Manuel Valls «une bonne nouvelle» pour les francs-maçons

Pour Le Blog La Lumière le gouvernement de Manuel Valls Premier Ministre constitue une bonne nouvelle pour «les francs-maçons humanistes, et pour ceux du GODF en particulier».

La position de Manuel Valls sur la laïcité a toujours été maçonnico-compatible et son opposition ferme à Dieudonné a beaucoup plu aux frères.

1. La promotion de Manuel Valls à Matignon. Le socialiste a été initié en 1994 au GODF, où il fréquentait la loge Infini maçonnique, et même s’il en est parti en 2002, il n’a pas quitté la franc-maçonnerie par rejet. Il est aussi toujours intime d’Alain Bauer, ancien Grand Maître du GODF (2000-2003). Il a bien traité les obédiences maçonniques pendant son passage au ministère de l’Intérieur. Récemment en organisant la première cérémonie de vœux aux frères dans ce ministère.

2. L’entrée de François Rebsamen. Le nouveau ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social n’est pas seulement un vieil ami de François Hollande, c’est aussi un vieux frère du GODF. Aujourd’hui, comme il y a deux ans, il aurait préféré le ministère de l’Intérieur… pas seulement parce que les francs-maçons y sont nombreux. Une histoire lui colle à la peau : celle de sa participation supposée (et non démentie) à une rencontre avec des nationalistes corses au siège du GODF, en 2000.

3. Le maintien de Jean-Yves Le Drian. Ce frère du GODF de Lorient (Morbihan) reste ministre de la Défense, homme fort du gouvernement, qui s’est illustré au moment des guerres du Mali et de Centrafrique. Le départ d’un autre frère du GODF, ex ministre des Outre-Mer, Victorin Lurel, n’a que peu de poids.

Blog La Lumière/L’Express

Municipales : Pour Hollande le premier tour est une «injustice»

Le chef de file des députés PS, Bruno Le Roux, a assuré aujourd’hui que François Hollande voyait «une forme d’injustice » dans les mauvais scores enregistrés par des maires PS sortants au 1er tour des municipales.

Le président de la République «voit la forme d’injustice qu’il y a à ce qu’on reproche aujourd’hui (aux maires socialistes) des éléments dont on voit bien qu’ils ont trait à un mécontentement national, alors que leur politique locale est bien souvent plébiscitée», a affirmé Bruno Le Roux sur BFMTV. […]

«Le message du premier tour a été entendu», a martelé Bruno Le Roux

Bruno Le Roux a assuré qu’il y aurait après ces élections municipales «une plus grande cohérence dans les messages donnés par le gouvernement, peut-être un resserrement de ce gouvernement».[…]

Il s’est également adressé directement aux électeurs: «ne croyez pas que nous n’allons pas tirer quelques conclusions de ce que vous nous avez dit au premier tour». «Nous avons entendu la dimension nationale de cette élection, pour autant, je n’ai pas envie de tendre l’autre joue pour le deuxième dimanche», a lancé le député de Seine-Saint-Denis.

Le Figaro

Le journaliste Philippe Tesson parle d’incompétence (vidéo)


lien direct de la vidéo sur : VK
source : Le match des éditorialistes – ITélé – 25 03 2014

Rappel Philippe Tesson sur wikipédia :
Le 9 janvier 2014, dans le contexte de « l’affaire Dieudonné », Philippe Tesson appelle à l’exécution physique de l’humoriste dans l’émission Accords/désaccords, animée par Guillaume Durand sur Radio Classique. Il déclare précisément : « Ce type, sa mort par un peloton d’exécution de soldats me réjouirait profondément », et : « Pour moi, c’est une bête immonde donc on le supprime, c’est tout… Je signe et je persiste. » Le lendemain, sur LCI, le journaliste réitère ses appels au meurtre et déclare : « Dieudonné est un animal abominable, il faut le faire taire, je regrette qu’il n’y ait plus la peine de mort. Ce mec, il faut le museler, le faire taire à jamais ». Ni Guillaume Durand, ni la chaine d’information ne dénoncent ces propos. Invité de Jean-Marc Morandini sur Europe 1 le 15 janvier, alors qu’une plainte a été déposée au tribunal de grande instance de Paris pour « appel au meurtre » selon RMC, Philippe Tesson explique qu’il « confirme ces propos » mais qu’il faut « les remettre dans le contexte, le contexte d’un débat polémique », estimant qu’il s’agit d’une « formule de style » et non d’un appel au meurtre. Le 6 mars 2014, les deux médias, LCI et Radio Classique, ont été mis en garde par le CSA.

Ségolène Royal sera dans le prochain gouvernement, selon Libération

D’après le quotidien Libération, elle est de retour. Ségolène Royal va faire son entrée dans un futur gouvernement, assure le journal dans son édition de vendredi.

Hebergeur d'imageDu côté de la socialiste comme du chef de l’Etat, son retour a désormais dépassé le stade de l’idée pour devenir un projet acté. «C’est réglé depuis quelques temps», indique un proche de la présidente de la région Poitou-Charente. «Il a tranché», admet un intime du chef de l’Etat. [...]

Mais dans quelle ministère devrait aller Ségolène Royal ? Libération parle d’un «d’un grand pôle ministériel réunissant l’Education nationale, la Culture, la Jeunesse et les Sports». [...]

Le Figaro