Chelles (Seine et Marne) : la mairie annexe incendiée

Le voisinage est évidemment scandalisé par cet incendie qui semble criminel, mais pas tellement surpris.

Plusieurs habitants, qui s’expriment anonymement par crainte de représailles, déplorent « l’absence de présence policière », « police qui ne vient que très rarement, même quand on l’appelle ». « Après l’incendie de la poste il y a à peine quatre mois, on se demande vraiment pourquoi il n’y a pas eu plus de surveillance, c’est déplorable »,

s’indigne un riverain qui, comme beaucoup d’autres, était très content de disposer d’antennes de proximité lui évitant de se rendre en centre-ville. De son côté, la commissaire de Chelles assure être consciente du problème, mais n’a pas « les moyens » de maintenir une présence policière permanente.

Une autre dame, qui a grandi aux Coudreaux mais vit aujourd’hui à Marseille, se rappelle pourtant « un quartier tranquille, familial et sans histoires ». « Chelles aujourd’hui, c’est comme Aulnay-sous-Bois il y a dix ans », ajoute son mari, qui constate que « de plus en plus de gens, du moins ceux qui le peuvent, quittent le quartier ».

Le Parisien

Mixité sociale & Vivre-ensemble (redif)

« La ghettoïsation de la société française est en marche : les gens se fuient mutuellement. Toute famille française qui veut un avenir pour ses enfants et qui veut un bon voisinage, elle se sauve ! Tous les gens des classes moyennes de Sarcelles et de Montfermeil, ils n’ont qu’une envie, c’est de se tirer. » Jacques Marseille [1945-2010]

Castres (81) / Insécurité : le club de volley fuit le quartier de Lameilhé

Une poignée d’individus crée un tel climat d’insécurité avenue Mitterrand que le club de la MJC volley a décidé de quitter le quartier de Lameilhé où il était installé depuis plus de 15 ans [...]

« On s’en va ! », a lancé la présidente du club à l’adresse du maire à l’occasion de la récente réunion de quartier qu’il animait.

« Nous avons été victimes d’un cambriolage, explique Nathalie Albert ; puis on nous a vandalisés une porte vitrée ; les salariés se font insulter ou dégrader leurs véhicules. La décision est prise et elle est définitive : on déménage. »

« Lors du cambriolage, ils ont pris des outils nécessaires au bon fonctionnement des activités du club, précise Nathalie : video-projecteur, caméscope, cartouches d’encre, fonds de caisse de notre buvette et des chèques de licences… »

Et l’une des trois salariés (un homme et deux femmes) d’ajouter : « j’ai retrouvé mon véhicule couvert de salissures. Pour sortir de l’immeuble, je suis obligée tous les soirs de les enjamber, sous leurs regards agressifs et leurs quolibets. » [...]

« Une population qui a pour objectif affiché de perturber la vie de nos concitoyens : hurlements, rodéos, intrusions, effractions, incivilités, insultes… On a toute la panoplie. » Et le maire d’ajouter : « Dommage que vous ayez pris la décision de partir. Vous n’avez peut-être pas fait remonter à temps les informations. »

La Dépêche

(Merci à Jean Mouloud)

La Reynerie (Toulouse) est-elle un ghetto ? Fdesouche mis en cause par La Dépêche du Midi

Addendum 15/11/11 :

L’extrême droite se régale

La colère des enseignants du collège de La Reynerie est aussi teintée d’inquiétude. En évoquant « une concentration ethnique et un repli communautaire » le profil de poste du rectorat a déclenché sur le site « Français de souche » un déchaînement de commentaires haineux stigmatisant nommément un parent d’élève. Les mots sont aussi des armes.

La Dépêche

______________________________________________

Addendum 08/11/11 : reportage de France 3

La Reynerie est-elle un ghetto, faut-il y craindre les enfants de pauvres ? Oui, semble répondre l’offre d’emploi publiée le 12 octobre dernier sur le site du rectorat de l’Académie de Toulouse et visant à recruter un directeur-adjoint pour le collège de ce quartier du Mirail.

Le collège y est présenté comme inséré dans un environnement de «forte concentration ethnique et religieuse proche de la ghettoïsation».

L’établissement y est encore décrit comme implanté «au bas des tours dans un univers dégradé» caractérisé par «la banalisation des actes délictueux».

La majorité de ses élèves seraient issus de «catégories socio professionnelles très défavorisées» avec un taux de boursiers proche de 85% et et un taux d’accès à la gratuité de la cantine de 90%.
La mixité scolaire «très fragile» y ferait l’objet d’un «travail important autour des codes, des postures, des rituels, et de la mixité fille/garçons»

«Ce tableau stigmatise le quartier et ses habitants», s’insurge Marcel Llabres, membre du Conseil d’administration du collège.

[...] L’inspecteur d’Académie-adjoint de la Haute Garonne Joël Bourgeot répond à mots pesés qu’il s’agit plus simplement de ne rien cacher des difficultés du poste. «Il est important de recruter un chef d’établissement au fait des réalités», dit-il. [...]

Libé Toulouse. Consultez l’annonce en question

Pour Robert Badinter, « la lepénisation des esprits est toujours d’actualité »

L’ancien garde des Sceaux Robert Badinter (PS), qui avait inventé la formule « lepénisation des esprits » pour dénoncer la diffusion des thèses du Front national, a regretté dimanche que « le temps écoulé » n’ait fait que « renforcer ce constat ».

Lepénisation des esprits… J’ai été le premier à le dire et je suis navré de constater que le temps écoulé n’a fait que renforcer, hélas !, ce constat

, a déclaré le sénateur des Hauts-de-Seine sur Radio J. « De façon permanente, le climat entretenu autour des questions de sécurité et d’immigration a engendré une lepénisation des esprits, favorable à (Jean-Marie) Le Pen et aujourd’hui Mme Le Pen », a-t-il dit.

Evoquant le débat sur la laïcité récemment organisé par l’UMP, il a regretté qu’il ait été principalement « orienté vers nos concitoyens musulmans », qui n’ont pu le ressentir que « comme une sorte de mise en accusation (…), de ghettoïsation ». « L’exploitation du thème de la laïcité pour toujours pointer vers les mêmes n’est pas à l’avantage de l’unité républicaine », a encore déclaré l’ancien ministre du président François Mitterrand.

Le Midi Libre

Robert Badinter dénonce la «ghettoïsation morale des musulmans» (Vidéo)

L’ancien garde des Sceaux de François Mitterrand, Robert Badinter, dénonce avec virulence sur France-Inter le débat sur l’islam qui aboutit à la «stigmatisation» et à la «ghettoïsation morale des musulmans». Il estime que les derniers sondages sur les intentions de vote pour les élections de 2012 sont un «avertissement terrible» pour la droite et pour la gauche.

Le national-populisme triomphe dans toute l’Europe.

Image de prévisualisation YouTube

Oumma.com