Babette de Rozières flingue Geneviève de Fontenay et soupçonne Mimie Mathy de racisme

[...] Après avoir qualifié la dame au chapeau de « dame stupide », avec « son chapeau ridicule », elle lâche: « Quand elle m’a vue, elle m’a dit qu’elle n’avait pas le palais exotique, qu’elle était lorraine. Qu’est ce que c’est que ces conneries? Parce que je suis noire, je mets du piment partout? »

A la question « Ca arrive souvent, les remarques un peu racistes des invités? », Babette de Rozières précise qu’il « y a des invités pas sympas ».

« Mais les racistes on peut les rencontrer ailleurs que sur un plateau de télévision… » , lance-t-elle.

« Un jour j’étais invité dans une émission de Drucker et j’ai croisé Mimie Mathy « qui était en train de tourner à côté du studio d’enregistrement.

En me voyant passer, elle a balancé avec un dédain incroyable que Drucker ne recevait que des gens de couleur. J’étais abasourdie…

J’ai préféré la laisser au niveau du bonsaï… »

Blog Morandini

Geneviève de Fontenay : « là où il y a du métissage, il y a de la beauté »

Auline Grac

[...] Su-bli-Miss-ime, notre miss Provence prestige 2012. Elle s’appelle Auline Grac, elle habite Rians, elle a 21 ans et ce truc en plus qu’avec tous les efforts du monde, les autres filles n’ont pas.

[...] Sa mère étant originaire de Guyane, la belle a la peau et les traits métissés, et contre cette beauté-là, difficile de lutter. « La beauté est une chose qui ne s’explique pas et une miss, c’est une jeune femme qui retient l’attention, dira Geneviève de Fontenay. Mais là où il y a du métissage, il y a de la beauté, c’est indéniable. Dans les régions où il n’y a pas ce mélange, il faut bien le reconnaître, les gens ne sont pas beaux ! Et il est très fréquent que le public donne sa préférence à des filles métissées, ça prouve d’abord qu’elles sont belles, ensuite, que les Français ne sont pas racistes ! » [...]

La Provence

(Merci à Panoramix et SuperBisounours)

Hollande en campagne chez les « potes »

Un honneur que le candidat PS à la présidentielle réserve lundi soir au dîner annuel des parrains de SOS Racisme. Au menu : foie gras, suprême de volaille, filet de capitaine et cheese-cake en dessert.

La foule est éclectique. Il y a bien sûr Pierre Bergé, parrain historique de SOS Racisme, et Dominique Sopo, l’actuel président. Il y a Harlem Désir, qui présida l’association tout comme Malek Boutih, qui, lui, n’est pas présent. En revanche, Julien Dray, qui fonda SOS Racisme en 1983 et qui est très en froid avec son ancien ami Boutih, est lui bien présent.

Il y a leurs camarades du PS, David Assouline, Laurence Rossignol, Henri Weber. Il y a l’ex-candidat à la primaire, le président du PRG Jean-Michel Baylet, et puis l’essayiste Caroline Fourest et encore le médiatique psychanalyste Gérard Miller.

Geneviève de Fontenay et Anne Lauvergeon

À mille lieues de Dijon, où Hollande a passé la journée sur le thème de la sécurité, loin du théâtre Dejazet, où une heure plus tôt il dévoilait son programme justice, le candidat croise aussi ici Geneviève de Fontenay. En robe noire et blanche, coiffée d’un large chapeau assorti, mais sans Miss France (ni Miss Nationale) à ses côtés, elle fait des pieds et des mains pour atteindre Hollande, se glisser sur un cliché à ses côtés, et lui faire la bise. Dans un autre style, Hollande discute ensuite avec Anne Lauvergeon, ancienne patronne d’Areva, mais surtout ancienne sherpa de François Mitterrand, aujourd’hui membre du conseil de surveillance du quotidien Libération. (…)

Le Point

Geneviève de Fontenay et la discrimination positive

Geneviève de Fontenay, la décision de destituer Alison Chauland (Miss Lorraine) ne vous paraît-elle pas excessive ?
Non, c’est simplement regrettable de constater que certaines jeunes filles sont incapables de réfléchir, de lire les termes d’un engagement qu’elles signent. Après, le règlement est appliqué à la lettre. Mais au final, je suis très contente de cette destitution qui va à la deuxièmedauphine.

Pourquoi ?
C’est une jeune fille d’origine maghrébine. Il y a toujours du positif. J’ai beaucoup d’estime pour ces jeunes femmes. On parle beaucoup de ce qui s’est produit avec Charlie-Hebdo (NDLR : l’attentat à l’explosif des locaux de l’hebdomadaire satirique). Bien sûr, je suis pour la liberté de la presse, que je suis la première à défendre, mais il y a des situations qui s’assimilent à de la provocation… On est dans un monde de violence, c’est ridicule et c’est gratuit. Cela reste une provocation pour le monde maghrébin… Cette jeune femme (Sandra Bendjeriou) arrive à point, voilà.

estrepublicain.fr

Election de « Miss Berbère France », cérémonie parrainée par Geneviève de Fontenay

Parrainée par Madame Geneviève de Fontenay, la cérémonie « Miss Berbère France » bénéficie du soutien et de la reconnaissance de nombreuses personnalités dont Kenza Farah, Mohamed Allaoua, RimK du 113, l’Algerino, Sinik, Section d’Assaut, Cheb Tarek, Mohamed Lamine, Djaffar Ait Menguellet, Takfarinas…

Image de prévisualisation YouTube

Source

Miss France : «les Français sont prêts pour l’élection d’une beurette»

Après l’élection de la nouvelle miss USA, Rima Fakih, d’origine arabe et de confession musulmane, Geneviève de Fontenay, ex-présidente du Comité miss France, affirme que l’élection d’ «une miss beurette », constituerait «presque un aboutissement».

«J’espère que je la verrai avant de disparaître. Qu’elle soit musulmane, personnellement, cela ne me poserait aucun problème. Je pense que les Français sont prêts », estime-t-elle.

Ces dernières années, elle a croisé de plus en plus de postulantes d’origine maghrébine dans les galas et les élections régionales. L’une d’elles, Juliette Boubaaya , est d’ailleurs devenue en 2009 miss Picardie.«Elle était très fière de sa religion», se souvient-elle.

En guerre ouverte depuis deux mois contre la société Miss France, propriété de la société Endemol, la septuagénaire lancera en décembre un concours de beauté concurrent. Avec, sur la plus haute marche du podium, une beurette ? «Je ne peux pas la fabriquer, mais si jamais on tombe dessus, ça serait un heureux hasard», s’enthousiasme-t-elle.

Le Parisien (Merci à Baguette de Pain)