Tours (37). Trois Tourangeaux sont partis pour Gaza

Trois Tourangeaux sont partis hier avec une centaine de personnes, dont soixante Français, pour participer à une opération humanitaire à Gaza organisée par Bienvenue en Palestine. Environ trente personnes à Tours appartiennent à ce comité de soutien.

Rémi Filliau en fait partie, avec Nassima et Mohamed. Depuis un an, il milite pour la cause palestinienne. Le trio apportera les 10 kg de médicaments collectés voilà dix jours à Tours. « Cette fois-ci, nous passerons par l’Egypte, par Le Caire, pour passer à Gaza. Nous avons des chances de penser que nous pourrons y accéder pour y rester une semaine. Les contacts avec l’ambassade ont été bons, nous sommes autorisés à rentrer. En 2009, pour la Marche pour Gaza, le gouvernement d’alors, celui de Moubarack, avait bloqué les militants, qui n’avaient pu se rendre sur place. Pendant toute la semaine, nous serons en contact avec le Hamas. Tous les militants resteront ensemble, certainement hébergés dans un ou deux gymnases. »

L’an passé, en avril, Rémi Filliau a fait partie des militants bloqués à l’aéroport de Bruxelles alors qu’il voulait rejoindre Israël via la Cisjordanie. Au mois d’août, des militants ont essayé de rejoindre la Cisjordanie en passant par la Jordanie, mais l’armée les a empêchés de passer.

(…) La nouvelle république

Merci à chris3818919

Des joueurs de foot contre l’Euro en Israël (MàJ)

Certains joueurs nient avoir signé cette pétition :

Après les Français Yohan Cabaye et Anthony Le Tallec, c’est au tour de Didier Drogba de nier avoir signé une pétition de soutien à la Palestine et réclamant un boycott de l’Euro Espoirs 2013 prévu en Israël :

« Je n’ai pas signé cette pétition ni apporté mon soutien à cette initiative. Car je n’ai jamais pris parti, même dans mon pays, la Côte d’Ivoire, lors des conflits, quels qu’ils soient. »

RFI

Réaction d’Alain Jakubowicz, président de la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) :

« Cela procède surtout d’une méconnaissance de la réalité des choses qui est assez terrifiante, mais qui n’est pas vraiment surprenante de la part de ces footballeurs. On ne peut qu’être satisfait qu’ils s’intéressent au monde dans lequel ils vivent. Mais il est évident qu’ils ne sont pas du tout informés de ce dont ils parlent. »

Que voulez-vous dire ?

« Il faut savoir que Gaza est sous le contrôle du Hamas, qui est une organisation terroriste déclarée comme telle par la communauté des nations. Bien sûr que la mort d’un enfant est effroyable mais est-ce que ces footballeurs sont allés voir ce qui se passait du côté des bombardements qui tombent sur une population de civils en Israël ?
C’est une vision totalement parcellaire de la situation.

Il faut être au courant de ce dont on parle avant de faire de grandes et belles déclarations. Ces gens-là, qui sont certainement animés des meilleures intentions, parlent de sujets qu’ils ne connaissent pas.

Cela est toujours extrêmement dangereux. »

Estimez-vous que ces sportifs ont dépassé leur rôle ?

« Ça peut être le rôle de sportifs, mais de sportifs éclairés. Avant de lancer des diatribes, il serait bien qu’ils s’intéressent au sujet autrement que par les titres du journal de 20 heures ou d’une presse qui met l’accent sur tel ou tel point. Ce qui serait intéressant, c’est que les joueurs fassent une visite sur les lieux, dans les territoires palestiniens et en Israël. Lors d’une dernière compétition internationale (Euro 2012, ndlr), nombres de joueurs se sont rendus à Auschwitz pour voir la réalité de ce qu’il s’était passé dans les camps de concentration. Les équipes nationales, elles, ne l’ont pas souhaité. C’est bien d’être ouvert sur le monde, encore faut-il voir tous les paramètres et s’y intéresser de façon complète. Et non pas de manière parcellaire, ni militante. »

RMC

Une soixantaine de footballeurs professionnels, dont Didier Drogba (Shanghaï Shenhua), Eden Hazard (Chelsea) ou encore Jérémy Ménez (Paris-SG), ont adressé une lettre à l’UEFA pour protester contre la décision de confier à Israël l’organisation de l’Euro 2013 des moins de 21 ans (5-18 juin). Frédéric Kanouté (Beijin Guoan), André et Jordan Ayew (Marseille) ainsi que les internationaux français Yohan Cabaye (Newcastle), Abou Diaby (Arsenal), Alou Diarra, Rod Fanni, Steve Mandanda (Marseille) ont également signé ce texte.

L’Equipe

Incidents lors de la manifestation pour Israël à Paris + Goasguen : « Ce qui menace Israël menace la France » (vidéos)

Hier soir, lors de la manifestation pour Israël devant l’ambassade située a proximité des Champs Elysées, des incidents ont éclaté entre les forces de l’ordre et les manifestants. Après quelques heurts, les manifestants ont quitté les lieux.

Image de prévisualisation YouTube

« Ce qui menace Israël menace la France. (…) C’est notre civilisation, battons-nous ! » Claude Goasguen, député UMP

Gaza : 200 manifestants à Toulouse

Près de 200 personnes se sont rassemblées cet après-midi sur la place du Capitole au centre de Toulouse pour protester contre les frappes israéliennes à Gaza.

Derrière une banderole « Pas de paix sans justice » les manifestants, venus à l’appel du Parti communiste, du Parti de gauche et du NPA, agitaient des drapeaux palestiniens et des panonceaux « Palestine vivra, Palestine vaincra. » Ils scandaient par ailleurs des slogans tels que « Sionistes, racistes, c’est vous les terroristes » ou « Etat d’Israël, Etat assassin. »

(…) Le Figaro

Paris, place de l’Opéra : « Nous sommes tous des Palestiniens ! » (vidéo manif)

Des centaines de personnes se sont rassemblées samedi 17 novembre place de l’Opéra à Paris pour dénoncer la nouvelle offensive israélienne à Gaza où 40 Palestiniens ont été tués et où, dénonçait une banderole, « les doudous perdent leurs enfants », selon une journaliste de l’AFP.

(Cliquer sur le lien de la vidéo)

Gaza : « Le P.S apparaît pour ce qu’il est, un parti admiratif du colonialisme et de la prééminence blanche. Bref une grosse larve putride » (PIR)

[...] Qu’en est-il des réactions françaises à cette nouvelle agression d’Israël ?

Une fois de plus, le P.S apparaît pour ce qu’il est, un parti admiratif du colonialisme et de la prééminence blanche. Bref une grosse larve putride. C’est en tant qu’État blanc garantissant le pouvoir occidental en Orient arabe qu’Israël est soutenu. C’est parce qu’Israël tente de soumettre les Arabes et musulmans que l’Occident lui voue un tel engouement. D’ailleurs un officiel israélien l’avait lui-même déclaré « Israël fait le sale travail pour le compte du monde entier » (comprendre Israël nettoie le Moyen orient de ses Arabes et Perses récalcitrants pour le compte de l’Occident !).

Quant aux amis de Hollande, de l’U.E, des États-Unis, mais aussi du Qatar, de l’Arabie, de la Turquie, soit ils déclarent eux aussi « Israël a droit de se défendre », soit se taisent et continuent à faire du business avec Israël et les États-Unis dans l’espoir que Israël va les débarrasser de l’hypothèque palestinienne qui les renversera comme une tempête.

Il y a 64 ans que les Palestiniens luttent contre Israël, les États-Unis, l’Europe, et la quasi-totalité des États arabes à quelques rares exceptions, nous pensons le savoir mais en avons-nous vraiment pris conscience ?

Youssef Boussoumah, membre du PIR

Zebda : « une chanson qui risque de promouvoir la haine d’Israël chez les jeunes » (màj)

Màj du 15/10/2012 :

Richard Prasquier a adressé une lettre à Rémy Pfimlin, président de France Télévisions, à propos de la nouvelle chanson du groupe Zelda « Une vie de moins ». Nous publierons cette lettre dans une prochaine newsletter.

Ci-après une tribune de Maître Bertrand Ramas-Mulhbach sur ce sujet, suivie du vidéo-clip édifiant de la chanson.

Le 7 octobre 2012, le groupe Zebda a diffusé en avant-première, le clip de sa nouvelle chanson intitulée « une vie de moins », écrit par Jean Pierre Filiu, spécialiste (s’il en est) du monde de l’Islam. Cette collaboration entre les chanteurs toulousains (qui n’ont jamais caché leur militantisme pro palestinien) et le Professeur de Sciences politiques arabisant a permis la réalisation d’un produit de propagande anti-israélienne tout à fait hallucinant. Dans le clip, présenté sous la forme d’un dessin animé, Israël est montré comme enfermant les Palestiniens qui ne demandent qu’à jouir d’une vie normale, libérée de l’angoisse permanente et des menaces militaires israéliennes. De leur côté, les Palestiniens apparaissent sous un côté attachant, émouvant, généreux, en grande souffrance, avec une jeunesse en manque de dignité, de sécurité et de paix. (…)

CRIF

C’est l’alliance inattendue du groupe Zebda et de Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po (et blogueur régulier sur Rue89), spécialiste du monde islamique et auteur d’un livre récent, « Histoire de Gaza » (Fayard, 2012).

Leur collaboration, Zebda à la musique, Filiu aux paroles, a donné naissance à une chanson et à un clip sur ce territoire palestinien et ses habitants toujours soumis au blocus israélien. (…)

Rue 89

Zebda : « tu nous prends pour des boeufs ? » (Médiapart)

On entend souvent parler de « propagande israélienne », mais plus rarement de « propagande palestinienne ». Même si une propagande n’a pas obligatoirement à répandre des mensonges, c’est pourtant ce qu’on entend le plus souvent pas ce mot : la propagande déforme la réalité. C’est exactement à ce mot que j’ai pensé en regardant la récente vidéo de Zebda : « Une vie de moins. » Cette vidéo dénonce « le scandale » de «  la situation faite à des millions de palestiniennes et de palestiniens » qui vivent à Gaza.

En presque trois minutes, tous les clichés nous sont montrés : la joie de vivre des habitants de Gaza, la liberté entravée à cause des israéliens, les canons de tanks dirigés vers les enfants, les « cortèges » de manifestations faisant face aux avions de l’État israélien, les « assassinats » opérés par les militaires israéliens, les « armes dérisoires » des palestiniens, le désir de « ne vouloir que vivre libre »…

L’auditeur moyen ne peut arriver qu’à une seule conclusion : l’État d’Israël est inhumain et barbare et les palestiniens ne réclament rien d’autre qu’un lopin de terre pour eux… tout en étant prêts à vivre en paix avec leurs voisins juifs.

Pourtant, la réalité est autre et Zebda a soit été trompé à propos de la situation sur le terrain ou il ment, tout simplement. J’ai de forts doutes sur la possibilité qu’on l’ait trompé à ce point et – d’une façon logique – je pense qu’il ment, qu’il nous ment.

Qui détient le pouvoir à Gaza ? Certainement pas les israéliens qui ont quitté cette terre en 2005. Plutôt, c’est le Hamas qui – après une lutte violente contre l’Autorité Palestinienne entre 2005 et 2007 – détient de facto les reines du pouvoir.

Le Hamas peut difficilement être comparé à un gouvernement pacifique. Mon article est suivi d’extraits de la Charte de ce mouvement et chaque personne peut lire la charte dans sa totalité en cliquant ici. (…)

Médiapart

La question d’examen de médecine sur Gaza « pas polémique », selon le Pr Christophe Oberlin

Le Pr Christophe Oberlin s’est défendu vendredi d’avoir posé une question « polémique » dans le cadre d’un examen de médecine, affirmant qu’il avait présenté le cas d’un bombardement de civils par Israël pour tester les connaissances en droit international des étudiants.

Le président de l’Université Paris Diderot a annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête administrative après cette question à « caractère polémique », posée mardi aux étudiants de la Faculté de Médecine de l’hôpital Bichat, à Paris. Le Conseil représentatif des institutions juives de France a jugé cette question « scandaleuse » car incitant à « la haine d’Israël ».

« Je ne crois pas que c’est polémique », a déclaré M. Oberlin à l’AFP. « Si j’avais proposé une étude de cas sur le Soudan, vous pensez qu’il y aurait eu polémique ? », a-t-il demandé.

Selon le Crif et un fac-similé transmis par le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, le Pr Oberlin a pris dans cet examen l’exemple de la mort de 22 membres d’une même famille dans un « bombardement classique » lors du conflit dans la bande de Gaza en 2008-2009.

« Quelle est la ou quelles sont les qualifications des crimes perpétrés (crime de guerre, crime contre l’humanité, crime de génocide) ? », demandait-il.

M. Oberlin a indiqué que trois autres questions figuraient dans l’examen, qui sanctionne 20 heures d’enseignement optionnel pour l’obtention d’un « certificat de médecine humanitaire », dispensé à 85 étudiants cette année. (…)

Le nouvel Observateur

Université Paris-Diderot. Polémique après une question sur Gaza lors de l’examen de médecine humanitaire

Un sujet de médecine humanitaire portant sur une question à propos du conflit israélo-palestien sème le trouble à l’Université Paris-Diderot. Une enquête administrative est ouverte. Les étudiants devaient répondre à la question suivante: «comment qualifier au cours de la guerre entre Israël et Gaza la mort par bombardement classique de 22 membres d’une même famille ? S’agit-il d’un crime de guerre, d’un crime contre l’humanité, d’un génocide ?»

L’enseignant qui a rédigé la question est le docteur Christophe Oberlin. Ce chirurgien, qui ne conteste pas son engagement politique, a été, notamment, tête de liste aux élections européennes de 2004, sous la bannière d’EuroPalestine, en compagnie de l’humoriste Dieudonné.

«Chacun dit qu’il ne faut pas importer le conflit israélo-palestinien en France, a réagi Richard Prasquier, le président du Crif. On voit tous les jours les dramatiques conséquences de cette importation. Monsieur Oberlin y contribue de toutes ses forces. Il n’a pas le droit d’utiliser l’université pour déverser ses haines sélectives. Qu’il aille exercer ses talents en Syrie où l’on a vraiment besoin de ses compétences. Mais que voulez-vous, pour lui, comme pour d’autres, hors Gaza, il n’y a point d’indignation».

Dans un communiqué publié jeudi, Vincent Berger le président de l’université Paris Diderot, a fait part de sa consternation: «Cette question comporte un caractère polémique regrettable qui contrevient à l’esprit de neutralité et de laïcité de l’enseignement supérieur». Il rappelle que le principe d’indépendance des enseignants chercheurs, inscrit dans notre Constitution, n’autorise en rien le non respect des valeurs fondamentales du service public. Il considère d’autre part que la question dépasse le cadre pédagogique de la discipline concernée ne relevant ni de médecine, ni de médecine humanitaire.

Quand au doyen de la faculté de Médecine, Benoît Schelmmer, il partage, a-t-il expliqué aussi dans un communiqué, «l’émotion légitime – des étudiants et des enseignants – et regrette vivement que cet intitulé pour le moins inopportun sur un sujet aussi sensible ait pu blesser un certain nombre d’entre eux».

Le Figaro

(Merci à Jean-Claude78)

Eva Joly accuse Jean-Pierre Elkabbach de l’avoir piégée (màj)

Addendum 10/04/12

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, Eva Joly ne décolère pas contre Jean-Pierre Elkabbach.

« Regardez les images : tout son être respire le mépris ! » – Eva Joly

____________________________

Eva Joly a déclaré lundi « signer » une phrase de Nathalie Arthaud qui compare les territoires palestiniens à des « camps de concentration à ciel ouvert », mais dénonce tout amalgame ou comparaison historique « injustifiable ».

Invitée lundi matin sur le plateau d’Europe 1, Eva Joly y a notamment été interviewée par Jean-Pierre Elkabbach. Après un échange musclé, au cours duquel le journaliste a, de manière insistante, qualifié le programme de la candidate écologiste de « flou », l’entretien s’est achevé par une question de politique internationale.


Joly : « nous représentons plus que 2% » par Europe1fr

Interrogée au sujet d’une phrase de Nathalie Arthaud, chef de file de Lutte ouvrière, qui a écrit dans une lettre adressée au site EuroPalestine que

« la politique du gouvernement d’Israël transforme les territoires palestiniens en camps de concentration à ciel ouvert, et en particulier dans le cas de Gaza »,

la candidate d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) a dit « signer » ladite affirmation.

« J’ai visité Gaza avec une délégation du parlement européen en 2008 et, réellement, ils sont enfermés, que ça soit vers la mer – la distance sur laquelle ils sont autorisés à pêcher est extraordinairement réduite -… ils ne peuvent pas cultiver les terres, et la communication est tout à fait contrôlée », s’est justifiée Eva Joly. Et le journaliste de revenir à la charge : « Un camp de concentration alors? ». « C’est un mot très fort », a répondu l’eurodéputée. « Mais ils sont enfermés ».

http://img834.imageshack.us/img834/7643/capturedecran20120409a1.png

En milieu de matinée, Eva Joly a laissé éclater sa colère sur Twitter : « Elkabbach trop content de chercher à me piéger sur Israël et la Palestine : je suis fatiguée des fausses polémiques », a-t-elle écrit sur le site de micro-blogging. (…)

France Soir

Catherine Ashton : « Toulouse, c’est un peu comme Gaza »

Chronique de Hugues Serraf, pour Atlantico :

Tss… Moi qui m’agaçais hier des réactions à la gomme de ces commentateurs anonymes rechignant à s’indigner franchement des assassinats de Toulouse tant qu’Israël et la Palestine seraient en guerre, me voici bien récompensé !

Voici que Catherine Ashton, « haut représentant pour les Affaires étrangères » de l’UE, leur emboîte le pas et, même, les dépasse et se met à cavaler loin devant :

« Quand nous pensons à ce qui s’est passé aujourd’hui à Toulouse (…), quand nous voyons ce qui se passe à Gaza et dans différentes parties du monde, nous pensons aux jeunes et aux enfants qui perdent leur vie ».

Hallucinante déclaration pleine de ces fausses évidences que l’on aimerait ne voir énoncées que par une poignée d’ignorants plus ou moins sincères, plutôt que par la patronne de la diplomatie européenne. Car enfin, quel est exactement le rapport entre ces situations, entre l’assassinat de trois gamins français par un terroriste en scooter et un conflit territorial prenant place à plusieurs milliers de kilomètres de Midi-Pyrénées ? [...]

Atlantico