Nice : Un Nigérian transportait un demi-kilo de cocaïne dissimulé dans des bouteilles de shampoing

Un ressortissant nigérian était jeudi en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Nice.

Des douaniers l’ont interpellé à la gare de Nice, alors qu’il descendait d’un train en provenance de Bruxelles.

L’individu transportait un demi-kilo de cocaïne dissimulé dans des bouteilles de… shampoing.

Considéré comme un passeur de drogue rémunéré par des trafiquants, le jeune Nigérian devrait être jugé vendredi devant le tribunal correctionnel de Nice.

Nice Matin

Paris gare de Lyon : 2,1 kg d’héroïne dans la valise du trafiquant

Un homme a été interpellé, ce mardi 14 mai, alors qu’il s’apprêtait à prendre un train, à la gare de Lyon (XIIe), à destination de Milan en Italie. Les douaniers, à l’origine de cette arrestation, ont découvert 2,1 kg d’héroïne dans la valise du suspect.

Ce dernier, âgé de 44 ans, domicilié à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a été placé en garde à vue dans les locaux de la brigade des stupéfiants, chargée de la poursuite des investigations.

Le Parisien

Paris : interpellé avec une arme 7,62mm, il se met à prier dans la voiture des policiers

Des policiers en poste à la gare de Lyon, dans le XIIe arrondissement à Paris, ont interpellé, ce lundi 8 avril, vers 1 heure du matin, un homme au comportement suspect.

A la vue des fonctionnaires, l’inconnu a tenté de prendre la fuite avant d’être rattrapé. Sur lui, les policiers ont découvert un pistolet automatique Tokarev, de calibre 7,62 mm ainsi que plusieurs balles.

Ils ont également saisi une feuille de papier, sur laquelle avaient été inscrites des informations relatives à la mouvance islamiste en Syrie et en Irak

Au cours de sa conduite au commissariat, le suspect âgé de 47 ans s’est mis à prier dans la voiture des policiers.

Déjà connu des services de police pour des affaires de vols avec violences, il a été placé en garde à vue.

Le Parisien
(Merci à BaptisteM/Barbabidule)

La gare de Grigny fermée vendredi soir après des violences

D’importantes perturbations ont eu lieu vendredi soir sur le tronçon Juvisy-Corbeil du RER D. Selon plusieurs témoignages recoupés par Essonne Info, des groupes d’individus se sont mis sur les voies du RER à proximité des quais de Grigny-centre vers 20 heures.

Les trains se sont trouvés bloqués, et les forces de police sur place ont fait face à plusieurs personnes souhaitant en découdre. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés, et la gare a ensuite été totalement fermée aux voyageurs. (…)

Essonne Info

Reims (51). Il criait « Vive Ben Laden ! Vive Al-Qaida ! »

Depuis l’activation du plan Vigipirate en « rouge renforcé », toutes les gares de France sont placées sous haute surveillance.

Dimanche vers 13 h 30, ce déploiement ostensible des forces de l’ordre a manifestement suscité quelque envie de provocation chez un passant croisé cours de la gare par une patrouille de la brigade canine. « Vive Ben Laden ! Vive Al-Qaida ! On va tout faire péter ! », a-t-il crié suffisamment fort pour être entendu.

Né à Bourges mais domicilié à Reims, Kévin Decourtiat, 25 ans, n’a pourtant rien d’un barbu. Toujours est-il que les policiers, n’appréciant pas la plaisanterie, l’ont interpellé.

[...] Jugé en comparution immédiate pour les outrages, Kévin Decourtiat a pris trois mois de prison ferme.

L’Union

331 000 € volés dans les coffres de la gare SNCF de Metz

Attention, dossier sensible. La communication est verrouillée à tous les étages. Les consignes ont été passées et personne n’a le droit de parler de « l’affaire » qui secoue en ce moment la SNCF.

Malgré ce luxe de précautions, elle commence à faire causer dans le Landerneau cheminot. Normal, elle est rarissime – il y aurait eu un cas similaire à à la gare de l’Est à Paris pendant les fêtes –, et possède tous les ingrédients de l’énigme. Les coffres-forts de la gare de Metz ont été vidés, le week-end dernier, au nez et à la barbe des systèmes de sécurité. Préjudice net : 331 000 € !

il y aurait eu un cas similaire à à la gare de l’Est à Paris pendant les fêtes

Le ou les auteurs auraient été bien renseignés. Ils connaissaient l’existence de cette salle particulière. Ils savaient comment franchir plusieurs portes à code. Et ils ont su, enfin, ouvrir les coffres. Ce n’est pas donné à tout le monde. « Il faut une clé et un code personnel », confie un personnel de la SNCF. Seule une dizaine de personnes possède ces données confidentielles. Leurs auditions sont en cours.

Autre curiosité du dossier : la caisse de gare renferme rarement autant d’argent. « En général, il y a 30 000, peut-être 40 000 € au moment où les convoyeurs viennent ramasser les sacs. Mais il y aurait eu des problèmes la semaine précédente et les convoyeurs ne seraient pas passés. »

(ndlr : la réaction de la CGT complètement en décalage avec les faits) :
Il faut aussi que l’on réfléchisse à la sécurité des agents. Nous demandons depuis des mois plus de sécurité », regrette la CGT.

Républicain Lorrain

Plusieurs dizaines de jeunes s’affrontent devant la gare de Rouen

Des voyageurs effarés, des actes de violence en plein jour : dimanche en milieu d’après-midi le parvis de la gare de Rouen a été le théâtre d’une rixe bizarre.

D’après des témoignages, plusieurs dizaines de jeunes gens répartis en deux bandes (l’une des Hauts de Rouen, l’autre de Val-de-Reuil) se sont affrontés. Les coups ont plu, les participants s’échangeant même des jets de gaz lacrymogène. [...]

Paris Normandie
(Merci à Chantecler)

La gare de Berne prise pour cible par une centaine de casseurs

 Plus d’une centaine d’individus, masqués pour la plupart, ont déboulé samedi soir dans la gare de Berne où ils ont commis des dégâts. Des affrontements ont ensuite eu lieu avec la police qui a finalement arrêté 124 personnes, plusieurs d’entre elles étant dénoncées.

Elles devront répondre d’émeute ainsi que d’infractions aux lois sur les armes et sur les stupéfiants. A la gare vers 21h00, du mobilier a été sprayé et des automates à billets endommagés.

Une heure plus tard non loin de là, le groupe s’est trouvé face à la police après avoir sprayé et endommagé des bâtiments et des véhicules se trouvant sur leur chemin.

Les manifestants ont refusé de se disperser et ont accueilli la police en lançant des bouteilles. Les fonctionnaires ont répondu avec des balles en caoutchouc, avant de procéder aux arrestations, précise la police cantonale dimanche.

Dans un communiqué, la Jeunesse alternative bernoise (JA!) a qualifié l’engagement policier d’exagéré. Il s’est agi d’une « fête de rue » pacifique et non d’une manifestation. (…)

Romandie.com

Horde de casseurs à Berne

Plus d’une centaine d’individus, masqués pour la plupart, ont déboulé samedi soir dans la gare de Berne où ils ont commis des dégâts.

Des affrontements ont ensuite eu lieu avec la  police qui a finalement arrêté 124 personnes. (…)

RJB

Carcassonne : Il sort un « fusil à pompe » en pleine gare SNCF

Vive émotion, lundi soir, en gare de Carcassonne où une rixe entre plusieurs jeunes hommes a éclaté et au cours de laquelle l’un d’entre eux s’est saisi d’un fusil à canon scié… Cet individu a finalement été arrêté et devra s’expliquer devant le tribunal fin juin.Il était environ 18 h 30 quand le chef de gare a alerté les services de police du fait qu’une violente bagarre entre plusieurs hommes venait d’avoir lieu et que l’un des protagonistes, armé d’un fusil à pompe, avait contraint deux hommes à monter à bord de son véhicule, sous la menace de l’arme, et s’était ensuite évanoui dans la nature.

Une patrouille de la brigade anticriminalité s’est immédiatement transportée sur les lieux. Sur la base de témoignages, le véhicule du fuyard a été identifié et les policiers se sont rendus à l’adresse correspondante à Carcassonne. Ils ont trouvé là un garçon âgé de 26 ans à l’apparence conforme à la description qui leur avait été fournie. Dans le logement, les fonctionnaires ont trouvé l’arme décrite ainsi que plusieurs munitions. [...]

La Dépêche

Noisy-le-Sec (93) : Un jeune lynché à la gare RER (MàJ)

Haroun, 19 ans, victime d’un guet-apens le 2 avril à la gare RER de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) a quitté l’hôpital lundi soir. Face aux différentes versions de son agression, le jeune homme plaide au quiproquo.
[...]

Cinq jeunes suspects incarcérés
[...]Le jour de l’agression, Haroun se trouve à la gare RER de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) en compagnie d’Awa*, une adolescente de 16 ans présentée comme sa petite amie.

Dans un premier temps, une romance sur fond de guerre des territoires se dessine : les agresseurs n’auraient pas supporté de voir Awa, une jeune fille de leur cité, au bras d’un habitant d’un autre quartier. Mais le meneur présumé de l’agression livre une version différente : il voulait punir Haroun, soupçonné d’être le petit copain de sa sœur, Lilia*, 15 ans, avec laquelle il aurait eu des relations sexuelles. Face à ces deux versions, Haroun plaide le quiproquo. [...]

Connaissiez-vous le meneur ?
Je l’avais vu une seule fois, trois semaines avant l’agression. J’étais dans un centre commercial de Rosny, avec Awa et Lilia. Quand il m’a vu avec sa sœur, il m’a demandé qui j’étais, et d’où je venais. J’ai d’abord refusé de répondre, et comme il insistait, j’ai fini par dire que je venais de Sartrouville. Il m’a répondu : « T’es pas de Rosny? Alors tu dégages. Ça se passe comme ça, ici. » J’ai préféré partir. Le soir, Awa m’a appelé pour me dire qu’il les avait frappées toutes les deux après mon départ.[...]

*Les prénoms ont été changés.

Le Parisien

Noisy-le-Sec (93) : Un jeune lynché à la gare RER (MàJ)

Addendum 11/04/2011

A la cité du Bois-Perrier de Rosny-sous-Bois, des collégiens donnent raison à leurs « amis » qui ont agressé Haroun, un jeune homme de 19 ans, le 2 avril, sur fond de différend géographique et sentimental. Des filles sont d’un tout autre avis. Reportage.

« Non mais attends, on lui avait dit de ne plus revenir ici, il le savait. Sinon ça allait mal se passer. Personnellement, ils (les agresseurs) sont bêtes d’avoir fait ça devant les caméras »

Bondy Blog

Addendum 04/04/2011
8 interpellations
Huit personnes, parmi lesquelles sept mineurs, ont été interpellées ce matin dans une cité de Rosny-sous-Bois dans le cadre de l’enquête sur la violente agression d’un jeune homme samedi soir à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de source policière.

lefigaro.fr

____________

Un jeune homme de 18 ans a été victime d’une très violente agression, ce samedi soir, vers 20 h 30 alors qu’il se trouvait dans le souterrain de la gare du RER E à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Secouru alors qu’il se trouvait dans un état critique, l’adolescent a été évacué dans le coma vers l’hôpital Beaujon à Clichy-La-Garenne (Hauts-de-Seine).

JT – France 2 – 3/04/11

Image de prévisualisation YouTube

Addendum 03 avril : La victime souffre d’un traumatisme crânien, d’une hémorragie intra-crânienne et d’un éclatement du foie ou de la rate. France-Soir

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime, originaire de Sartrouville (Yvelines), aurait été pris à partie par une dizaine d’inconnus.

«Il semble que ce jeune homme de 18 ans a été agressé pour son portefeuille, précise Stéphane Pelliccia, secrétaire régional adjoint pour le syndicat de police Unsa. Il a tenté de résister à une dizaine d’agresseurs. Ces derniers l’ont frappé à coups de pied et de poing avant de le laisser pour mort».

Dès l’alerte donnée, un important dispositif de police de la direction territoriale de la sécurité de proximité (DTSP) de Seine-Saint-Denis a été déployé. «Les bandes d’enregistrement de la vidéoprotection de la gare vont être exploitées, relate un policier.[…]»

En visite dans le RER B, à Aulnay-sous-Bois, le 11 mars, le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant avait rappelé que «la sécurité dans les transports franciliens figurait parmi ses priorités».

Le Parisien

(Merci à Learn75)

Bellegarde-sur-Valserine (01) : Une tonne de cuivre dérobée à la gare

Le week-end dernier, la gare de Bellegarde a fait l’objet d’un vol important. Quatre tourets de fils de cuivre ont été dérobés. Soit plus d’une tonne de métal qui sert pour le câblage des lignes. La SNCF a déposé plainte pour vol.

Des malfaiteurs bien équipés. Les matériaux étaient stockés dans des grands hangars à proximité. Au vu de la quantité volée, les malfaiteurs étaient forcément organisés, et équipés. Le même week-end, une entreprise de Montréal-la-Cluse a été également victime du même délit.[...]

Le Dauphiné