Kalachnikov, fusils à pompe : Le trafic d’armes en France (Vidéo)

Braquages au fusil à pompe à Paris, règlements de compte à l’arme de guerre à Marseille, manifestement l’armurerie des malfaiteurs connaît une évolution radicale. Et la célèbre Kalachnikov semble de plus en plus prisée chez les truands, ce qui inquiète les policiers.

Rencontre avec des dealers, adeptes de ce type d’armes, mais aussi avec des trafiquants afin de comprendre comment ces armes passent les frontières et à quel prix il est possible de s’en procurer. Internet permettrait également de se procurer des armes à feu en quelques clics.

Partie 1:

Partie 2:

Le braqueur de Nice venait de bénéficier d’un aménagement de peine, la légitime défense écartée (MàJ)

Addendum 13/09/13

Le braqueur de Nice venait de bénéficier d’un aménagement de peine

Après l’émotion, les questions. Quarante-huit heures après la mort d’un jeune homme de vingt ans, mortellement blessé mercredi par le propriétaire de la bijouterie niçoise qu’il braquait avec un complice, le passé de la victime – et son suivi judiciaire – pourrait provoquer un début de polémique.

Selon nos informations, Anthony A. possédait un casier judiciaire déjà bien fourni, au regard de son jeune âge. Ainsi, la victime avait déjà été condamnée à quatorze reprises (dont treize fois par le tribunal des mineurs) entre janvier 2006 et octobre 2011. Toujours selon nos informations, le jeune homme aurait effectué son dernier séjour en prison à Grasse entre les mois d’octobre 2011 et d’août 2013, avant de bénéficier d’un placement sous bracelet électronique. Une surveillance qui a pris fin moins de quinze jours avant le braquage dans lequel le jeune homme a perdu la vie.

Le Point

 

 

: Le procureur de la République de Nice, Eric Bedos, n’a pas retenu la thèse de la légitime défense. Lors d’une conférence de presse, il a estimé que « la vie d(evait) être préservée en toutes circonstances ». Le procureur a par ailleurs requis l’assignation à résidence avec un bracelet électronique de ce père de famille de 67 ans sans antécédent judiciaire.

(…) Le Parisien

——————————————————

Page de soutien Facebook au bijoutier : ici (déjà 483 000 likes à 17h00)

Lire la suite

Carpentras : le Lidl braqué au fusil à pompe

Le traumatisme est encore là. Les salariés de Lidl, route de Pernes-les-Fontaines à Carpentras, sont encore sous le choc. La veille, ils ont été victimes et témoins d’un braquage. Une attaque qui n’a duré que quelques minutes…

Il est 18 h 02 ce jeudi soir, lorsque deux hommes, “un grand et un petit”, encagoulés et armés, font irruption dans ce supermarché.

Ils se dirigent vers la seule caisse ouverte. L’un des truands braque son fusil à pompe sur l’hôtesse. Réclame la recette. Terrorisée, la caissière se fige. Pas assez rapide à leur goût… Les deux malfaiteurs se montrent alors plus menaçants.

N’hésitant pas à lui mettre le canon près du visage. À cette heure de sortie de bureau, il y a du monde en caisse, beaucoup de mamans et leurs enfants.

Le braqueur : « Vas-y, tire, tire ! »

« Dans la panique, raconte un témoin, un client a dit à l’un des braqueurs : “Votre arme, c’est un jouet !”…Mais bon, ils n’étaient pas là pour rigoler et

celui qui tenait le sac a dit à l’autre “Vas-y tire ! Tire !” »

Heureusement, aucun coup de feu ne sera tiré.

Après la caisse, qui contenait un peu moins de 900€, les braqueurs se dirigent vers la boucherie indépendante installée dans le Lidl. Les clients, paniqués, en profitent pour reculer vers les rayons. Ils sont guidés vers la réserve par une responsable. « Certains voulaient partir, je leur disais d’attendre ».

Une victime : « Je me disais : “on est mort” »

Pendant ce temps, le fusil sous le nez, le jeune boucher est tétanisé. On lui demande la caisse, il répond non. Mais finit par en donner le contenu. Environ 1 000 €, dont 640 en liquide. Fabienne Gonfon, sa responsable a tout vu. « J’en ai pas dormi de la nuit » avoue-t-elle, encore choquée. « Je fixais le fusil, et je me disais “On est mort” ».

Le Dauphiné

Rouen (76): Armé d’un fusil à pompe, il sème la terreur dans un supermarché halal

Après-midi mouvementé au supermarché de produits halal Triangle de Saint-Etienne-du-Rouvray. Un homme y a semé la terreur, dimanche 18 novembre, armé d’un fusil à pompe.

Il est 12h10, dimanche 18 novembre, lorsqu’une brigade de police secours est appelée avenue Felling, à Saint-Etienne-du-Rouvray. Des tirs y ont été entendus. Selon les témoins, un homme se serait introduit dans le bâtiment, armé d’un fusil à pompe et se serait dirigé vers le rayon boucherie.

Là, le forcené a tiré au plafond puis, après avoir menacé l’employé, il a tiré sur la vitrine de la boucherie. Puis, faisant demi-tour, il est ressorti comme il est venu, et est reparti en voiture. L’enquête a été confiée à la Sûreté départementale, mais le jour même, vers 23h, un homme de 25 ans originaire de Saint-Etienne-du-Rouvray, s’est présenté au commissariat de police en disant qu’il était l’auteur des violences. Il a été placé en garde-à-vue. Il a expliqué son geste en disant qu’il avait eu un différend avec un des employés.

Tendance Ouest

Un homme sort un fusil à pompe à la sortie de l’Aïd à Annecy

Ce vendredi, alors que 500 personnes quittaient le lieu de culte après la fête de l’Aïd, dans un local de la banlieue d’Annecy (Haute-Savoie), un homme est sorti armé d’un fusil à pompe pour menacer la foule.

Hafid Samate, porte-parole de l’association qui gère la mosquée, nous a confirmé l’événement initialement rapporté sur Twitter :

« L’homme n’était pas là quand la cérémonie a débuté à 8h30. Il est venu en voiture vers 9h30-9h45, sans doute pour rejoindre son local professionnel juste à côté : il répare des motos. Il est arrivé à vive allure sur le parking, au moment où la fête se terminait. Notre service de sécurité lui a demandé poliment de faire attention, signalant qu’il y avait des enfants, des femmes… Une petite altercation a commencé. »

Le service de sécurité a fait barrage pendant que la foule montait dans les voitures. Hafid Samate n’a pas assisté de près à l’échange, mais d’après les témoignages, l’homme aurait dit « qu’il était chez lui », qu’il « en avait marre ». Une personne du foyer Sonacotra d’à côté est intervenu pour lui dire que c’était quelqu’un d’agressif et de raciste. L’homme aurait alors traité ses interlocuteurs de « sales melons ».

Enervé, il se serait ensuite rendu dans son local professionnel pour en ressortir avec un fusil à pompe [...]

Rue89

Lyon : un fusil à pompe saisi dans le TGV

La brigade des chemins de fer a interpellé, dimanche 23 septembre, un homme de 26 ans à la gare de la Part-Dieu (Lyon 3e), pour port d’arme prohibé de 1ère catégorie (armes de guerre).

Le jeune homme, qui demeure à Frontignan (34), était monté dans le TGV et transportait un fusil à pompe dans son sac de voyage. L’arme avait le canon scié et la crosse modifiée.

Remis en liberté, l’individu fait maintenant l’objet d’une convocation devant la justice. il sera jugé en comparution immédiate dans les prochains jours et risque une peine de 5 ans de prison et une amende maximale de 3 750 euros.

Lyon Capitale

Nîmes : tirs au fusil à pompe sur la police (màj)

Màj 06/07/2012

Un homme, blessé au thorax fin juin par un policier à Nîmes alors qu’il avait ouvert le feu sur les forces de l’ordre, est décédé mercredi soir [...]

Selon le film, cet homme âgé de 32 ans, avec huit condamnations à son casier judiciaire pour vols et violences, avait tiré à cinq reprises, notamment sur des policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC) alors qu’il tentait de braquer un café.[...]

Libération

———————————

27/06/2012

Un homme armé d’un fusil à pompe et d’une arme de poing a semé la panique, dans la nuit de mardi à mercredi, rue Vincent-Faita à Nîmes.

L’homme avait tenté de braquer des automobilistes a-t-on appris ce matin. Les témoins de ces agressions sont entendus aujourd’hui par les policiers. Vers minuit, des passants ont aperçu cet individu cagoulé, brandissant un fusil à pompe place Jean-Robert. Il se dirigeait apparemment vers la terrasse d’un café. Rapidement alertés, les policiers de la brigade anticriminalité rejoints par des renforts ont tenté de l’encercler et de le désarmer.

L’homme toujours armé et menaçant s’est alors dirigé vers la rue Vincent-Faîta.

« Il aurait tiré des coups de feu en direction de la police… Les policiers n’ont pas été atteints » déclare Robert Gelli, le procureur de la République.

Les policiers de la Bac (brigade anticriminalité) ont utilisé leur flash ball. Sans succès.

Un policier « braqué par cet homme » aurait alors utilisé son arme. Blessé par balle au thorax, le forcené a été pris en charge par les secours et hospitalisé.

« Pour le moment, son état est inquiétant » a déclaré ce matin le procureur de la République qui a saisi, comme souvent dans ce genre d’affaires, l’IGPN.

Midi Libre

Marseille : Un commando armé dans le supermarché Casino

Ils sont arrivés à l’heure du laitier, celle où les employés du Casino de la rue des Argiliers, à Saint-Joseph, à Marseille (14e), viennent à peine d’entamer leur service. Les quatre hommes, masqués et armés de fusils de chasse ont fait irruption hier matin vers 7h. Le commando armé a rassemblé la dizaine de personnes dans le magasin et a rapidement fait connaître ses intentions.

Les malfaiteurs avaient manifestement mal mesuré l’ampleur du butin dont ils pouvaient se saisir. À défaut de billets, ils ont dû se contenter de plusieurs kilos de pièces, pour un montant qui ne dépasserait pas le millier d’euros. La brigade de répression du banditisme de la police judiciaire est saisie de l’enquête.

La Provence

Hauts-de-Seine : deux supermarchés attaqués

Deux supermarchés Carrefour Market ont été attaqués en fin d’après-midi dans les Hauts-de-Seine, l’un à Nanterre et le second à Boulogne-Billancourt.

Le Carrefour Market situé 74 avenue Pablo Picasso, à Nanterre, a été la cible de deux personnes armées d’un fusil à pompe ainsi que d’une bombe lacrymogène, qui a été utilisée pour asperger de gaz le vigile, selon une source policière. Ils se sont fait remettre la recette de trois caisses, dont le montant n’était pas encore évalué samedi après-midi, avant de prendre la fuite. L’enquête a été confiée à la police judiciaire des Hauts-de-Seine.

Un peu plus tard, un homme seul a attaqué un Carrefour Market de Boulogne-Billancourt, tirant plusieurs fois à l’aide d’une arme de poing chargée de cartouches de gaz, sans faire de blessés, a-t-on appris d’une autre source policière, confirmant une information de TF1News. Le vigile a réussi à le neutraliser et le malfaiteur a pris la fuite à pied, abandonnant son arme et son butin. L’enquête a été confiée au commissariat local.[...]

Le Figaro

(merci à Pares cum paribus)

Sevran (93) : des armes et de la drogue saisies par la police dans l’allée Jan Palach

Opération coup de poing, ce matin à Sevran (Seine-Saint-Denis). Vers 10 heures, les policiers sont intervenus dans un appartement situé allée Jan-Palach. Aidés par des chiens entraînés pour la recherche de produits stupéfiants, les enquêteurs ont saisi près de 12 kilos de résine et d’herbe de cannabis ainsi que 3 000 € en argent liquide.

Au cours de leur perquisition, les policiers ont également mis la main sur un pistolet-mitrailleur Sten ainsi qu’un fusil de calibre 12. L’occupant des lieux n’était pas présent au moment de l’intervention de la police. Christian Lambert, le préfet de Seine-Saint-Denis s’est rendu sur place. C’est la troisième opération menée depuis mercredi soir autour de l’allée Jan-Palach, théâtre de plusieurs échanges de coups de feu ces dernières semaines.

La police va multiplier les opérations de ce type dans ce quartier, assure Stéphane Pelliccia, secrétaire régional adjoint pour le syndicat de police Unsa. Les habitants doivent pouvoir vivre sans la crainte d’être blessés par une balle perdue. La lutte contre les trafiquants de drogue se poursuit.

Le Parisien.fr

(merci à parciparla)

Aubagne : la boutique Piery braquée en cinq minutes : « merci à tous et bonne journée »

Armés et casqués, six hommes ont fait irruption dans la galerie commerciale d’Auchan.Ils sont arrivés sur deux scooters et une moto de grosses cylindrées et se sont arrêtés devant l’une des entrées principales d’Auchan. Il était 10h15. La galerie marchande de l’hypermarché était déjà bien fréquentée en ce lundi matin. Six hommes « casqués, en tenue de sport sombre et armés » descendent des trois véhicules. L’un d’eux reste à l’extérieur et fait le guet. Les autres prennent la direction de la bijouterie Piery.

« C’est le crissement de leurs pneus lorsqu’ils sont arrivés devant Auchan qui m’a fait tourner la tête, raconte un commercial d’une entreprise aixoise, témoin de la scène. J’ai cru qu’ils s’étaient rentrés dedans. Quatre hommes sont alors passés en courant à côté de moi. L’un d’eux m’a plus particulièrement attiré l’oeil, il était plus petit que les autres, il courait moins vite, il avait un sac de sport en bandoulière et surtout il tenait un fusil à pompe à la main ».[...]

Armés de fusils à pompe ou type Kalachnikov, les braqueurs auraient d’abord tenté de se faire ouvrir le coffre de la bijouterie avant de se rabattre sur les bijoux en vitrines et dans les présentoirs, cassant certains à la masse.En cinq minutes, ils ont « pris ce qu’ils pouvaient » et ont pris la fuite au guidon de leurs trois véhicules. Le préjudice du braquage n’était pas établi hier.

En partant, deux d’entre eux, nous ont dit quelque chose comme : merci à tous et bonne journée [...]

Bijoux factices, canons à fumée …Aubagne et sa région sont devenus une des cibles privilégiés des braqueurs. L’an dernier, les policiers ont recensé une vingtaine de braquages sur toute la ville. [...]

La Provence

Aix : ils braquent le « Cash Converters » sous les yeux d’enfants

Hier matin, rue Mignet en centre-ville, deux hommes ont surgi, cassé des vitrines, et volé des bijoux devant des clients et leurs enfants.Cette fois, ça n’était ni un jeu vidéo, ni un thriller américain regardé par-dessus l’épaule de papa-maman. C’était bien la réalité. Une réalité dans laquelle, désormais, un début de week-end paisible, un petit tour en ville, un passage au marché, peut se muer en scène d’angoisse.Car -sans jouer à l’oiseau de mauvais augure- il faut bien dire, qu’un jour, ce genre de braquage express, fera sans doute une victime [...]

Une mort qui aurait pu, à tout moment et en un quart de seconde, sortir du fusil à pompe qui était braqué vers eux.[...]

L’un nous tenait en respect et le second brisait les vitrines avec la crosse de son revolver, expliquait Anissa, quelques instants après les faits. Jamais on aurait pensé être victime de ce genre de vol à main armée. Le maire vit au dessus, nous avons la sous-préfecture en face du magasin et en plus la rue est en travaux actuellement.[...]

La Provence