Mélenchon au tribunal pour avoir traité Marine Le Pen de « fasciste » (Màj : Mélenchon relaxé)

Addendum du 10/04/14 : Mélenchon relaxé

Jean-Luc Mélenchon a finalement été relaxé jeudi par le tribunal correctionnel de Paris.

A l’audience, le 6 mars dernier, Mélenchon s’était expliqué : « Je n’ai pas injurié Mme Le Pen, je l’ai caractérisée ». C’était « une opinion politique ». Pour l’avocat de la présidente du FN, Me Wallerand de Saint Just, il y avait bien volonté d’ »injurier, invectiver, rabaisser, mépriser et faire mépriser Marine Le Pen ».

« Le fait de vouloir interdire le terme de fasciste est typiquement fasciste », avait plaidé l’avocat de Mélenchon, Me Raquel Garrido. Le même Mélenchon qui, à la fin de l’audience, persistait et signait ainsi : « Vous ne cesserez jamais à nos yeux d’être des fascistes, même si on nous interdit de le dire. »

France Info


Le coprésident du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon a assuré aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Paris qu’en qualifiant Marine Le Pen de « fasciste », il avait livré une « opinion politique », une « caractérisation politique », mais pas une injure.

Hebergeur d'imageInvité à réagir sur un sondage qui donnait la présidente du Front national en tête au premier tour de la présidentielle de 2012, Jean-Luc Mélenchon avait déclaré, en marge d’une manifestation de défense des droits des femmes : « Tout ça est une guignolisation de la vie politique, absolument invraisemblable », « pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d’avoir un fasciste à sa tête ? » [...]

S’il y avait eu une volonté d’injurier, « j’aurais pu dire nazi », a-t-il poursuivi, s’en prenant à la stratégie de « dédiabolisation » du FN, car pour lui Mme Le Pen, « avec une peau de mouton », essaie « de faire oublier sa nature profonde, fasciste et cruelle ». [...]

Le Figaro

Temps de parole FN/BFMTV : algarade entre Jean-Luc Mélenchon et Jean-Jacques Bourdin (RMC)

Jean-Luc Mélenchon s’en prend vivement à Jean-Jacques Bourdin et BFMTV, épinglés par le CSA. Le journaliste se défend.

Hebergeur d'image

« La parole qu’on a donné au Front National, c’était une parole critique ! Les reportages qu’on a faits, c’était pour justement critiquer (le FN) ! C’était des enquêtes sur le Front National et son incapacité à trouver des candidats ! » – Jean-Jacques Bourdin



Pas de Mélenchon sur les plateaux télé dimanche pour le second tour

Comme vous l’avait rapporté jeanmarcmorandini.com , dimanche soir, lors de la soirée électorale du premier tour des municipales, Jean-Luc Mélenchon , très en colère, avait quitté soudainement le plateau de TF1 .

Ce matin, sur France 2 , le coprésident du Parti de gauche a fait part de son mécontement, mais surtout, a annoncé qu’il va boycotter les plateaux télé ce dimanche, pour le second tour. [...]

Hebergeur d'image

Il a lâché : « Vous m’avez trop maltraité. Je ne viendrai pas, je veux marquer ma désapprobation sur le temps d’antenne qui a été le nôtre, c’est-à-dire égal à 0, pour parler des municipales sur le service public.  » [...]

Morandini

Élections européennes : Mélenchon ne sait pas s’il sera candidat

Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche, a déclaré vendredi 21 mars sur RTL qu’il ne savait pas s’il serait candidat aux élections européennes, se disant épuisé par « la façon dont se déroule la politique dans ce pays. »

Hebergeur d'imageComme RTL lui demandait dans quelle région il serait candidat aux européennes, Jean-Luc Mélenchon a répondu: « on ne le sait pas encore, je ne sais moi-même pas si je serais candidat aux élections européennes. » [...]

Le candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2012 venait de citer un rapport du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) selon lequel « avant le temps légal (période électorale d’égalité de temps de parole, NDLR), le Front de gauche a eu 0% d’antenne sur France 3, contre 29% pour le Front national. » « Le service public tout de même, c’est un comble, on peut dire qu’il y a une incitation permanente à appeler à voter Mme Le Pen« , a-t-il assuré. [...]

Huffington Post

Le PCF veut plus de présence dans les médias

Le Parti communiste français (PCF) qui estime être « quasiment absent des antennes » face à un Front national qui « a table ouverte » a annoncé aujourd’hui avoir alerté le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) sur « la discrimination de médiatisation dans l’audiovisuel » dont il se juge victime. [...]

Hebergeur d'imageLe PCF, formation fondatrice du Front de gauche, qui est représenté par un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, au Sénat et au Parlement européen, et qui est la troisième force politique en termes d’élus locaux estime être « quasiment absent des antennes ».

« Il est ainsi inacceptable que le FN, qui n’a aucun groupe parlementaire et qui n’a que cinq maires de petites communes, ait table ouverte permanente sur tous les plateaux de télévision et les radios », ajoute-t-il.

« De la même manière, les débats de fond comme les confrontations d’opinion concernant les enjeux liés aux élections municipales et européennes sont dénaturés ou absolument pas traités. Comment ne pas s’étonner de l’abstention qui risque de favoriser la droite et l’extrême droite ? », interroge le PCF. [...]

Le Figaro

Pierre Bénite (69): le tract d’un candidat aux municipales rédigé (aussi) en arabe

08/03/14

 

05/03/14

[l'info est vérifiée, confirmée par le candidat] [voir ici]

Tract de la liste Pierre Bé Demain: Ensemble avec la gauche.

Merci à Wilf Bretagne

Jean-Luc Mélenchon accuse Manuel Valls d’être « bidouilleur en chef des chiffres et élections »

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du parti de gauche (PG) qui a affirmé avoir consulté la nomenclature permettant d’établir les recensements des résultats du premier tour du scrutin des municipales, a accusé Manuel Valls d’être « bidouilleur en chef des chiffres et élections ».

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé aujourd’hui les choix de Manuel Valls, l’homme qui voit avec « des jumelles à l’envers les manifs du Front de gauche et une loupe les défilés de l’extrême droite », lors d’une conférence de presse avant la réunion de soutien conduite par Muriel Ressiguier (Parti de gauche) à Montpellier.

Selon le coprésident du parti de gauche, cette nomenclature prévoit une « curieuse ratatouille » concernant la gauche. « Il y a une case pour le Front national et une autre pour l’extrême droite, dans laquelle n’est pas le FN. Il y a également une case pour l’UMP ainsi qu’une pour l’Union des centres », a expliqué Mélenchon. En revanche, selon lui, à gauche, les dénominations sont moins strictes. [...]

Dans de nombreuses villes, PCF et PG qui sont alliés au sein de Front de gauche ont choisi des stratégies différentes et ne seront pas sur les mêmes listes. [...]

Hebergeur d'imageMorandini

Mélenchon et Besancenot proposent une manifestation nationale en réponse aux « manifestations de droite et d’extrême droite des derniers mois »

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du parti de gauche et Olivier Besancenot, figure du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), ont annoncé lundi vouloir organiser une « marche nationale » le week-end du 12-13 avril en réponse aux « manifestations de droite et d’extrême droite des derniers mois » et afin d’ « exprimer ce ras-le-bol de gauche. »

« Nous faisons une proposition en commun : qu’on se donne un moment pour exprimer ce ras-le-bol de gauche et qu’on marche. Que ce soit une manifestation nationale » a dit Jean-Luc Mélenchon, lors d’un point de presse.

« On est sur la même longueur d’ondes pour construire avec d’autres une initiative de rue la plus importante qui soit et répondre à l’air du temps, (…) au climat nauséabond qu’on connait, de ceux qui ont pris le pavé depuis des mois et des mois, c’est-à-dire la droite et l’extrême droite et que la politique du gouvernement actuel favorise » a déclaré Olivier Besancenot.

« Il y a une situation qui va de mal en pis avec des élites dirigeantes qui ne se rendent pas compte de la violence de ce qu’ils déclenchent dans le pays » a ajouté Jean-Luc Mélenchon. « Nous sentons qu’il faut exprimer un rapport de force que la réalité n’est pas ce que donnent à voir les apparences. Les apparences c’est une très forte mobilisation de la droite et de l’extrême droite mais nous sommes là et ce n’est pas la résignation qui l’a emporté pour l’instant » a-t-il poursuivi.

(…) Le point

Les attaques racistes contre le Front de Gauche à Paris, ça suffit !

Depuis quelques jours, dans de nombreux arrondissements parisiens, les affiches des listes du Front de Gauche conduites par Danielle Simonnet sont régulièrement dégradées, arrachées et recouvertes.

Dans le 12e et le 14e arrondissement par exemple, ce sont des inscriptions et graffitis ouvertement racistes et hostiles à nos concitoyens de confession musulmane qui sont collées par des mains anonymes, mais sans doute liées à l’extrême droite, pour recouvrir les affiches d’Alexis Corbière et Leïla Chaïbi.

« Lèche babouche », femme voilée, ou autres allusions injurieuses… ces propos honteux déshonorent leurs auteurs et font peser sur la campagne un climat détestable qui choque, à juste raison, beaucoup de parisiens attachés aux valeurs de fraternité.

Ces charges ciblées, qui se renouvellent nuit après nuit, spécifiquement contre nos listes doivent cesser pour la dignité du débat démocratique. Que leurs auteurs sachent qu’elles n’entament en rien notre détermination à défendre nos idées.

(…) Alexis Corbiere

Mélenchon : « Christophe Barbier est un militant politique très proche de l’extrême-droite »

Invité sur France 5, Jean-Luc Mélenchon a assimilé le directeur de la rédaction de L’Express, Christophe Barbier à un « militant politique très proche de l’extrême-droite ». [...]

Pour étayer son argumentation, le co-président du Parti de gauche rappelle une Une de l’hebdomadaire qui avait fait polémique en novembre dernier. [...]

Ce n’est pas la première fois que l’eurodéputé, adepte du parler « cru et dru » – selon son expression -,  s’en prend à Christophe Barbier ou même à un journaliste de l’Express. L’an dernier lors d’un déplacement dans le Pas-de-Calais, le leader du Front de gauche a verbalement agressé un rédacteur de l’hebdomadaire, le traitant de « sale espion » et l’accusant (lui aussi) d’être « lié personnellement à l’extrême droite ».

TF1 News