Reportage de l’Observatoire de l’islamisation au Rassemblement des Musulmans 2014 de l’UOIF

Djihâd à tous les étals au Rassemblement des Musulmans 2014 de l’UOIF.

Le Rassemblement Annuel des Musulmans de France (RAMF) ouvre ses portes au parc des expositions du Bourget du 18 au 21 avril pour sa 31ème édition. L’évènement est organisé par l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), très proche des Frères Musulmans, dont les responsables internationaux sont tous venus lors des éditions précédentes. L’édition 2012 avait été médiatisée suite à l’interdiction de séjour de six conférenciers étrangers, connus pour enseigner les peines physiques légales (hûdud) de la Sharia, comme le meurtre des apostats ou des homosexuels, la conquête de l’Europe et la suprématie islamique.

Joachim Véliocas à l’origine de la polémique en 2012, est revenu voir si le « ménage » avait été fait sur les marqueurs de radicalisme présents dans l’exposition, comme les livres appelant à « exterminer les polythéistes » et à  » se doter de tous les armements militaires pour être en mesure d’assurer la suprématie d’Allah sur terre »

La suite et les photos sur Islamisation.fr

Les musulmans de France se réunissent au Bourget

« Quelles valeurs pour une société en mutation ? L’homme, la famille et le vivre-ensemble ». Tel est le thème retenu cette année par les organisateurs de la 31e rencontre annuelle des musulmans de France, qui se tiendra du 18 au 21 avril au parc des expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis).

« La Révélation dans son essence la plus pure, est venue apporter à l’homme les réponses aux questions qu’il se pose sur sa place dans l’univers, son rôle dans la société dont il est partie intégrante, et les moyens dont il dispose pour parvenir au bonheur », précise toutefois le dossier de presse ; on y annonce, en plus des traditionnelles conférences et de la foire commerciale, un espace dédié à la jeunesse – le « Forum génér-action » –, un « pavillon du Saint Coran », ou encore un espace « Dar el fatwa (…) pour répondre à toutes les interrogations des visiteurs en matière de jurisprudence et de pratique religieuse ».

Quant aux intervenants, les têtes d’affiche déjà annoncées donnent encore peu d’indication sur la manière dont le thème sera traité. La plupart sont des habitués, qu’il s’agisse des frères Tariq et Hani Ramadan – auteur en 2002 d’une tribune très contestée, publiée par le journal Le Monde, et intitulée « La charia incomprise » –, des chercheurs Pascal Boniface et Raphaël Liogier ou des prédicateurs étrangers comme l’Égyptien Omar Abdelkafi ou l’Algérien Abdelrazek Gassoum. « Le programme est vraiment mis au point dans les tout derniers jours », relativise une habituée de la rencontre.

Branche française des Frères musulmans, l’UOIF revendique 250 à 300 mosquées en France et indique « travailler avec un millier » d’entre elles. Impliquée dans la formation des cadres religieux, via l’Institut européen des sciences humaines basé à Château-Chinon (Nièvre) et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la fédération est également très engagée dans l’ouverture d’établissements scolaires : Averroès à Lille, Al Kindi à Lyon, etc..

La création récente, sous son égide, d’une Fédération nationale de l’enseignement privé musulman (FNEPM) destinée à faciliter la signature de contrats d’association avec l’État, explique en partie la prudence affichée par les dirigeants quant aux journées de retrait de l’école.

En 2012, quelques semaines après les attentats commis à Toulouse par Mohammed Merah, le gouvernement s’était opposé à la venue au Bourget de plusieurs de ses invités vedettes, parmi lesquels les cheikhs Yusuf al-Qaradawi et Mahmoud al-Masri, deux prédicateurs influents et controversés du monde musulman, actifs sur les écrans d’Al-Jazira pour l’un, et de la chaîne Iqra pour l’autre.

La Croix

529 Frères musulmans condamnés à mort en Égypte. MàJ : La France réaffirme son plein soutien au processus de transition en cours en Égypte

Addendum :

La France a pris connaissance avec préoccupation des informations faisant état de 529 condamnations à la peine capitale, prononcées en première instance.

Nous réaffirmons notre opposition déterminée et constante à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances. La peine de mort ne saurait être une forme de justice.

La France réaffirme son plein soutien au processus de transition en cours en Égypte afin que soient établies dans ce pays, selon le calendrier annoncé, des institutions démocratiques élues garantissant le respect des droits de l’Homme et des libertés publiques, conformément à la constitution et aux engagements internationaux.

Ministère des affaires étrangères

Relire la réaction du gouvernement envers la condamnation des Pussy riots

                                                                     

Un tribunal égyptien a condamné à mort 529 membres des Frères musulmans du président déchu Mohamed Morsi pour divers chefs d’accusation, dont celui de meurtre, a déclaré aujourd’hui un de leurs défenseurs.

Egypte – Entretien de Laurent Fabius avec Nabil Fahmy, ministre égyptien des Affaires étrangères (Paris, 13 janvier 2014)

« Le tribunal a condamné 529 accusés à mort et 16 autres ont été acquittés », a dit à Reuters l’avocat Ahmed al Charif. Les condamnés peuvent faire appel.

Ce procès de masse s’est déroulé à Minya, une ville de Moyenne-Egypte qui avait été le théâtre de nombreuses violences visant les forces de sécurité et la minorité chrétienne copte après la dispersion sanglante des sit-ins de manifestants pro-Morsi au Caire en août dernier. L’intervention des forces de l’ordre avait fait plus d’un millier de morts dans les rangs des manifestants. Une répression implacable s’est depuis abattue sur la confrérie, classée comme organisation terroriste en décembre.

Le Figaro, merci à DANY

Le meilleur documentaire sur le Qatar ?

Nous rediffusons ce documentaire passé inaperçu et pourtant incontournable…. Y participe d’ailleurs Pierre Péan;

Qatar, la puissance et la gloire – 18/02/14

Le Qatar est un cas unique. Grand comme la Corse, il est dirigé par un émir qui se prend pour Napoléon. Mais un Napoléon moderne, qui gagne sa puissance sans invasions ni batailles rangées…

L’entrée du Qatar dans la cour des grands s’est faite soudainement, en 1995. Cette année-là, un jeune homme inconnu renversait son père, un émir discret assis sur les plus grandes réserves de gaz du monde, dont il avait décidé de ne rien faire pour ne pas gêner ses encombrants voisins saoudiens et iraniens.

Partie 1/2 : La puissance et la gloire (1995-2008)

Partie 2/2 : Trahisons et double jeu (2008-2013)

Réalisé par Christophe Bouquet et Clarisse Feletin (2013)

Le Qatar : les autres pays arabes, les Frères Musulmans, la France, les morts des chantiers (vidéo)

Reprochant au Qatar ses « ingérences » dans les affaires de ses voisins, trois pays du Golfe, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn, ont décidé de rappeler leurs ambassadeurs à Doha, mercredi 5 mars.

Cette décision sans précédent dans les relations entre pays arabes du Golfe a été annoncée au lendemain d’une réunion « houleuse », selon la presse, des ministres des affaires étrangères des monarchies arabes du Golfe à Riyad.

Ce mini-sommet, à l’initiative de l’émir du Koweït, était destiné à surmonter le profond désaccord entre Doha, d’une part, et Riyad, Abou Dhabi et Manama de l’autre, sur la conduite à suivre face au nouveau pouvoir installé par l’armée en Egypte en juillet 2013 après l’éviction du président islamiste Mohamed Morsi.

Doha trop proche des Frères Musulmans

Le Qatar s’est rangé ouvertement du côté des Frères musulmans qui ont perdu le pouvoir en Egypte, tandis que les trois autres pays ont apporté un soutien massif, tant politique que financier, au nouveau pouvoir égyptien.

source : Le Monde


source : extrait de Politique Matin – LCP – 06 03 2014


source : Extrait de Politique Matin – LCP – 06 03 2014


source : extrait de Politique Matin - LCP – 05 03 2014

Reportage à l’occasion de la visite officielle au Qatar en juin 2013

source : elysee.fr

bonus :
l’interview complet de Marine Le Pen par Patrick Chêne sur LCP le 6 mars 2014
http://youtu.be/Zoho5kFJk0A

Egypte: près de 50 morts en 24 heures lors des manifestations

Partisans du régime et sympathisants des Frères musulmans se sont affrontés à l’occasion du troisième anniversaire de la révolution. Au moins 49 personnes sont mortes et près de 250 ont été blessées ces dernières 24 heures en Egypte.

Le ministère de l’Intérieur a de son côté indiqué que 1 079 personnes avaient été arrêtées en marge des défilés, alors que les nouvelles autorités mènent depuis sept mois une implacable répression de toute manifestation de l’opposition depuis que l’armée a destitué et arrêté le président islamiste Mohamed Morsi.

Samedi au Caire, des manifestations de centaines d’opposants — qui de façon inédite rassemblaient pour certaines pro-Morsi et militants progressistes — ont été violemment dispersées par la police, à coups de grenades lacrymogènes et de tirs de chevrotine, tandis que plusieurs milliers de partisans du régime se sont massés à l’appel du gouvernement sur la place Tahrir, épicentre de la révolution de 2011.

Dans la nuit, les affrontements entre partisans et opposants des nouvelles autorités et forces de sécurité se sont poursuivis dans plusieurs provinces du pays.

Libération

La gauche frivole se trompe d’adversaire

La gauche frivole, qui soutint le communisme et se fait aujourd’hui le valet de l’islamisme conquérant, entend-elle ce que hurlent les Egyptiens, en guerre ouverte depuis cet été contre la confrérie des Frères musulmans ?

Peu probable : les convertis au « changement » – et singulièrement les socialistes qui se sont auto-congratulés ce week-end à La Rochelle – ont renoncé à toute résistance, hormis contre le Front national. Il leur suffirait pourtant d’écouter le peuple, qu’ils méprisent là-bas comme ici.  « l’Islam est la solution », assuraient les Frères musulmans élus en 2012. Un an de pouvoir a suffi pour démontrer le contraire : non, l’islam politique n’est pas la solution ; il est même le problème, tant le sectarisme, l’incompétence, la violence lui sont liés. [...]

L’échec de l’islam politique creuse sa tombe. Dans l’immédiat, Il fait apparaître l’inconséquence des élites françaises. A gauche, elles ont fantasmé le musulman en nouveau prolétaire défendu par l’islam révolutionnaire; à droite, elles ont fait les yeux doux à « l’islamisme modéré », sottement comparé à la démocratie-chrétienne.

Tous ces irréfléchis ont ouvert les portes au Qatar, soutien des Frères et de leur islamo-fascisme dénoncé par la rue arabe. En France, ces interlocuteur reconnus, obsédés par la haine des Juifs et d’Israël, oeuvrent à islamiser les cités en brandissant la non-discrimination et l’antiracisme sous les encouragements des Verts. Ils développent une stratégie qui passe par la « visibilité » de la « communauté », à travers le voile ou le hallal en tout. Ces idéologues agitent l’islamophobie pour un rien, mais s’en prennent, en Egypte, aux Chrétiens coptes, à leurs églises, leurs couvents, leurs écoles. [...]

Cependant, il est une autre leçon à tirer du rejet de l’islamisme par des musulmans, en Egypte, mais aussi en Turquie ou en Iran : rien n’est plus pertinent que de continuer à différencier l’islam et l’islamisme, c’est-à-dire la pratique religieuse personnelle du musulman et le système politique momifié qui théoriquement l’accompagne depuis le VII e siècle. Cette donnée n’est plus une évidence pour de nombreux croyants qui, confrontés à l’exemple de la laïcité occidentale et à la modernité, exercent un esprit critique ou distancié sur un dogme décrété inviolable par les fondamentalistes. [...]

Ma solidarité est toujours allée aux musulmans qui refusent de se plier aux injonctions de l’islam politique et à ses rejets de l’intégration dans la société française. C’est auprès de ceux-là que doit être la république. Elle doit cesser ses criminels « apaisements » avec les radicaux, qui réclameront toujours plus d’un Etat peureux qu’ils méprisent. Ce n’est pas ainsi que la France des Lumières aidera à la nécessaire évolution de l’islam. Or, il emprunte pour l’instant le chemin inverse de l’obscurantisme, sous la protection d’une gauche imbécile qui renie ses plus beaux combats pour la laïcité et le droit des femmes et qui se trompe de danger en désignant, d’une manière pavlovienne, une extrême-droite dont la réactivité n’est que le révélateur d’une gravissime capitulation collective. [...]

Le blog d’Ivan Rioufol

Egypte. Mahmoud Ezzat, le nouveau chef des Frères musulmans : un «homme de fer»

Les Frères musulmans ont un nouveau visage. Quelques heures après l’arrestation, dans la nuit de lundi à mardi, de leur guide suprême, Mohamed Badie, un nouveau chef a été nommé : Mahmoud Ezzat. Une annonce faite sur le site Internet de la confrérie : «Il assumera les fonctions de guide suprême sur une base temporaire.»

Mahmoud Ezzat est considéré à l’intérieur de la confrérie comme le faucon de l’aile Qotbiste, gardienne de la pensée radicale de Sayyid Qotb. Un courant qui prône la lutte armée, le terrorisme et refuse toute participation à la vie politique.

L’homme n’est pas un inconnu. Il était le numéro deux de la confrérie jusqu’à l’arrestation de Mohamed Badie, désormais inculpé pour «incitation au meurtre» de manifestants anti-Morsi. Depuis la destitution de l’ancien président, le 3 juillet, un bras de fer sanglant s’est engagé entre l’armée et les Frères musulmans, causant la mort de 928 civils.
A 69 ans, Mahmoud Ezzat a derrière lui un long parcours au sein de l’organisation. […]

Mathieu Guidère, spécialiste du monde arabe et du terrorisme, souligne le rôle de l’armée dans cette radicalisation : «En arrêtant tous les Frères du centre-droit, le pouvoir oblige la confrérie à se radicaliser. […] Il s’agit d’une stratétgie militaire : en les poussant vers la lutte armée, l’armée pourra ensuite justifier son action anti-terroriste.»

Le Monde

Egypte : 750 morts (màj) les chrétiens pris pour cibles par les islamistes : 25 églises incendiées, des commerces pillés, des familles agressées

Addendum 17.08.2013:
Des églises en feu, des commerces pillés, des familles agressées… Les coptes d’Égypte, régulièrement pris pour cible par les islamistes, vivent aujourd’hui dans la peur des représailles, notamment dans le Sinaï, au Caire ou à Louxor, où les attaques se sont multipliées.

Mercredi 14 août, après l’évacuation sanglante des sit-in des partisans du président déchu Mohamed Morsi par les forces de l’ordre, plusieurs églises coptes ont en effet été incendiées à travers l’Égypte. Les autorités égyptiennes recensent trois églises détruites. Mais selon des organisations chrétiennes, le bilan est beaucoup plus lourd.

Selon l’ONG Initiative égyptienne pour les droits de la personne (EIPR), au moins 25 églises ont été incendiées depuis mercredi et des attaques ont visé de nombreuses écoles, maisons et échoppes coptes dans 10 des 27 provinces d’Égypte.

« Une cinquantaine d’établissements chrétiens, dont 18 églises, mais pas seulement coptes ou orthodoxes, ont été totalement brûlées et saccagées, témoigne quant à lui Adel Guindy, le président de l’association Solidarité copte, joint au téléphone par FRANCE 24. Et ça continue. [...]

France 24 / Sud Ouest / Le Figaro
————————

Addendum 15.08.2013
[...] Le calme est revenu en fin de soirée moins d’une heure après l’entrée en vigueur d’un couvre-feu dans la moitié des provinces. Mais avec l’embrasement de la veille, le bilan officiel fait état d’au moins 525 morts, 2 200 morts selon les Frères musulmans. Des milliers de personnes sont également blessées.

[...] Le pape prie pour les victimes, la paix et le dialogue. «Des nouvelles trop douloureuses arrivent malheureusement en provenance d’Egypte: je désire adresser mes prières aux victimes, à leurs familles, aux blessés et à ceux qui souffrent», lance le pape François lors de son Angélus à Castel Gandolfo, près de Rome (Italie).

«Prions ensemble pour la paix, le dialogue et la réconciliation dans cette chère terre», ajoute-t-il.

Le Parisien  / Le Monde

—————-

Addendum 16h50: des pro-Morsi incendient des églises

Des partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi ont par ailleurs incendié ce mercredi trois églises coptes dans le centre de l’Egypte, après l’opération meurtrière contre les places qu’ils occupaient au Caire, ont rapporté des responsables de la sécurité et l’agence officielle Mena.[...]

[...]  A Sohag, une ville plus au sud où vivent également de nombreux chrétiens, des pro-Morsi ont jeté des cocktails molotov sur l’église Mar Gergiss, située dans l’enceinte du diocèse de la ville, a rapporté l’agence Mena, évoquant des actions de représailles à la dispersion au Caire. [...]

RTL.be
(Merci à Michel)

—————

La police égyptienne a commencé, très tôt mercredi 14 août, à évacuer de force plusieurs places du Caire, occupées depuis six semaines par les partisans du président déchu Mohamed Morsi. L’opération, que le pouvoir ne voulait pas voir se transformer en « bain de sang », a pourtant fait de nombreuses victimes.

La présidence égyptienne a finalement annoncé l’instauration de l’état d’urgence dans tout le pays à compter de 16 heures, et pour une durée minimale d’un mois. Dans un communiqué diffusé par la télévision, elle ordonne par ailleurs à l’armée d’apporter son soutien aux forces du ministère de l’intérieur pour établir la sécurité.

Les bilans restent contradictoires, notamment en raison de l’interdiction faite aux journalistes de pénétrer dans la zone. Le ministère égyptien de la santé fait état d’au moins 95 morts dans tout le pays, alors que l’AFP avance le nombre de 124 manifestants pro-Morsi tués sur la seule place Rabiya Al-Adawiya. Ce bilan ne tient pas compte des morts éventuels des autres rassemblements au Caire, ni de ceux d’autres affrontements en cours dans le pays.

Les Frères musulmans, qui parlent de « massacre », évoquent de leur côté le chiffre de 500 morts et au moins 10 000 blessés.

Le ministère de la santé ne fait état que de 15 morts, dont 5 parmi les forces de sécurité, et 179 blessés. Un caméraman de Sky News, Mike Deane, a en outre été tué par balle, rapporte la chaîne britannique, ajoutant que ce sexagénaire, père de deux enfants, « travaillait depuis quinze ans » pour la chaîne.

Le Monde

Le Caire : Assaut contre les pro-Morsi, au moins 70 morts.

Les Frères musulmans ont déclaré qu’au moins 70 personnes avaient été tuées dans un assaut donné samedi au Caire par les forces de sécurité contre un rassemblement de partisans du président déchu Mohamed Morsi. >De son côté, l’antenne égyptienne de la chaîne de télévision al-Jazeera avance le nombre de 120 tués et de 4.500 blessés.

«Ils ne tirent pas pour blesser, ils tirent pour tuer», a déclaré Gehad El Haddad, porte-parole de la confrérie islamiste. «Les blessures par balle sont à la tête et à la poitrine», a-t-il ajouté. Il a également avancé le bilan de 175 personnes blessées par des tirs.

Les violences se sont produites aux abords du sit-in que les partisans du président déchu observent de manière continue pour demander un rétablissement dans ses fonctions après la reprise en mains menée par les militaires le 3 juillet. La télévision a montré des unités de secours tentant désespérément de ranimer des blessés dans un hôpital de fortune près de la mosquée Raba al Adaouiya dans le nord du Caire.

El Haddad a précisé que les forces de sécurité ont tiré des grenades lacrymogènes sur les protestataires vers 3 heures du matin, puis peu de temps après elles ont ouvert le feu à balles réelles. […]

Le Figaro