Jamel Debbouze : «Tous les jours, je suis marocain»

Dans une interview accordée au journal marocain Libération, Jamel Debbouze affirme qu’il ne saurait choisir entre le Maroc et la France tout comme on ne pourrait choisir entre son père et sa mère.

Jamel Debbouze est entre deux cultures. Le franco-marocain est certes né en France, le 18 juin 1975, mais il est le fils aîné d’une famille originaire de Taza , au Maroc.

Questionné au sujet de cette dualité, l’humoriste réponds : «Je ne pourrais me définir concrètement, mais ce qui est certain, c’est que tous les jours je suis marocain. Quand je suis sur scène ou au cinéma, je glisse des mots d’arabe et cela peut paraître anodin, mais ce sont des choses qui ponctuent mon phrasé. Le Maroc est ma culture, elle fait partie intégrante de moi, je ne peux quantifier ce que j’ai de marocain ou de français. On ne choisit pas entre son père et sa mère, je ne pourrais choisir entre le Maroc et la France».

Par ailleurs, l’on pourrait croire que c’est la France qui lui a donné sa chance pour devenir ce qu’il est aujourd’hui, mais il n’en est rien. Jamel Debbouze est catégorique à ce sujet : « ce sont les Marocains qui m’ont donné l’opportunité de jouer mon spectacle, qui ont construit ma carrière, et ce sont les Marocains qui continuent à nous soutenir avec le Marrakech du rire. Je suis fier d’être marocain ; à chaque fois que j’ai l’occasion de venir ici, je viens avec beaucoup de joie». […]

bladi

Création du Parti Sioniste Pan-Européen « des soluSions pour l’Europe ! »

Au regard de l’atmosphère partiale et délétère régnant en France et en Europe, incarnée par :

• un antisémitisme et un anti-sionisme démesurés,
• une crise économique indomptable,
• une crise financière plus que tenace,
• et un taux de chômage historique qui sabote la croissance des Etats Européens,

Plusieurs acteurs de la société civile ont décidé de s’unir pour créer le Parti Sioniste Pan-Européen, dans le but d’offrir aux citoyens Européens une recette politique, économique et sociale qui fonctionne de l’autre côté de la Méditerranée, dans l’Etat Juif et Sioniste d’Israël crée il y 65 ans….

Jonathan-Simon SELLEM, 31 ans, fondateur du principal site Internet israélien en français JSSNews.com, journaliste, entrepreneur, il était candidat aux élections législatives partielles en 2013, dans la 8ème circonscription des français de l’étranger, et avait jusqu’en milieu de campagne, la comédienne Véronique Genest comme suppléante. Il est l’actuel candidat UMP – UDI – Parti Libéral Démocrate et Union des Français de l’Etranger pour les élections Consulaires du 25 mai prochain (2ème circonscription d’Israël).

Sur le plan journalistique, il est considéré comme celui qui a fait éclater toute l’affaire Dieudonné et ses informations sur ce leader politique raciste ont été reprises par toute la presse française.

Le Secrétaire général et Vice-président du parti est

• Marah Pinhas SADAY, 32 ans, Congolais de naissance converti au Judaïsme orthodoxe, Doctorant en Sciences Humaines à l’université de Tel Aviv, Fondateur du Mouvement Sioniste Africain, Ecrivain, auteur de « Tu seras juif mon fils » Ed. Biblieurope, et entrepreneur. Il est candidat aux Elections Européennes (Région Paris IDF pour laquelle votent aussi les français vivant en Israël)

Notre parti prend pour modèle l’Etat Sioniste d’Israël et ses réussites innombrables et souhaite offrir à l’Europe des solutions viables ! Ainsi, nos axes prioritaires sont à l’image de ce que l’on trouve au sein de l’Etat Juif:

- L’éducation

L’Etat Sioniste a le plus grand nombre de diplômés universitaires par habitant,

- L’économie

Avec moins de 6% de chômeurs, l’Etat Sioniste connait le plein emploi

- L’intégration

Par rapport à sa population, l’Etat Sioniste est celui qui présente la plus grande diversité ethnique et culturelle

- L’écologie

L’Etat Sioniste est le seul Etat au monde qui, au 31 décembre, a plus d’arbres qu’au 1er Janvier précédant,

L’Etat Sioniste est celui qui recycle le plus ses eaux usées (70%), l’Espagne suit seulement avec 12%

- L’aide humanitaire

Nous voulons que l’Union Européenne adopte la politique Israélienne en matière d’aide internationale. “Apprendre à pêcher” plutôt que de “donner du poisson.” Par exemple, quand Israël finance la construction d’un hôpital en Afrique, Jérusalem n’envoie pas d’argent, mais du matériel, des architectes, mais aussi des médecins et des infirmiers.

Nous comprenons donc aisément pourquoi le plus grand pays au monde « démographiquement parlant » s’inspire de l’économie sioniste pour une application locale.

JSSNews

Ce soir sur France 2. «Journal des sans-papiers» : «un amour déraisonnable pour la France»

France 2 Programme ce soir à 22 h50 dans l’émission Infrarouge , « Journal des sans-papiers ». Documentaire. Réalisation et scénario : José Chidlovsky et Rabeha el Bouhati.

Présentation de l’émission :

Il y a Sara, Roger et Mady… une jeune lycéenne toulousaine, un peintre surdiplômé qui, pour vivre, donne des cours particuliers de français et fait des ménages dans le XVIe arrondissement de Paris, un chef de cuisine au Léon de Bruxelles de Montlhéry…

En apparence, tout les distingue si ce n’est qu’ils partagent un amour déraisonnable pour la France. Une France dont ils se sont approprié l’identité qui se résume en trois mots : liberté, égalité, fraternité…

Ils ont en commun également de n’être ni libres de leurs mouvements ni égaux en droit. Quant à la fraternité, elle s’avère difficile à vivre, surtout lorsque leur condition de sans-papiers se révèle au grand jour et les ravale au rang d’indésirables.

Sara, du haut de ses 17 ans, a décidé de vaincre la peur et la honte qui l’habitent, en s’affichant publiquement pour ce qu’elle est, quitte à se faire traiter de «blédarde» ou de «clando» par ses camarades de classe, quitte également à faciliter le travail de notre police aux frontières qui, chaque année, a pour mission d’expulser 30 000 étrangers en situation irrégulière.

Roger rase les murs et use de mille stratagèmes pour éviter les contrôles d’identité qui touchent en premier lieu les gens de couleur dont il fait partie.

Mady, quant à lui, ne croit qu’en la lutte collective pour obtenir la régularisation de tous les travailleurs irréguliers qui, selon lui, contribuent à la richesse nationale. Journal de sans-papiers est l’entrelacement de leur histoire, racontée à la première personne.

France 2
.

Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Délivrance » (Vidéo 5/5)

En octobre 1917, à Caporetto, les Italiens s’engagent dans une bataille sanglante qui les oppose aux Austro-Hongrois et aux Allemands. C’est une défaite cuisante pour les Italiens. Au même moment, en Russie, Lénine, à la tête des bolcheviks, déclenche la Révolution d’octobre.

Les nouveaux maîtres communistes de la Russie signent une paix séparée avec les Forces centrales à Brest-Litovsk en mars 1918. Les Allemands vont alors pouvoir concentrer leurs troupes sur le front occidental. Ils réunissent leurs hommes et se mettent en marche vers la France.

Les Parisiens apeurés fuient la capitale. Mais les renforts américains sont sur le pied de guerre, les « Sammies », en juillet 1918, sont désormais 1.300.000 sur le sol européen. Les grandes offensives allemandes, qui prévoyaient la victoire finale, essuient alors un échec cuisant. Les forces Alliées, épaulées par l’Oncle Sam, vont de succès en succès : Saint-Mihiel, Bois Belleau, Vittorio Veneto ou la Marne. L’Alsace, la Lorraine, et tous les territoires pris à la France au début de la guerre sont libérés.

Cette suite de victoires va précipiter la chute de l’Allemagne. Pendant ce temps, les armées britanniques enchaînent les victoires en Orient : la Palestine, la Syrie, l’Anatolie, l’Iran, l’Irak sont autant de territoires pris aux Ottomans, qui finissent par capituler. Le 11 novembre 1918, sur les champs de bataille de France, le clairon sonne l’armistice: le combat cesse, les soldats vont enfin rentrer dans leurs foyers…

Mais certaines de ses cicatrices, très vite, vont s’ouvrir à nouveau : le règlement de la paix sera humiliant pour l’Allemagne. La « Conférence de la Paix », qui s’achève le 28 juin 1919, à Versailles, porte en elle les germes de la Seconde Guerre mondiale… Et l’Europe en deuil, décimée, va devoir panser ses plaies et se reconstruire un avenir.

La France versera 50.000 euros à la famille du gitan tué alors qu’il s’évadait

[extraits] La France a été condamnée jeudi par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) à dédommager les proches d’un jeune gitan tué par un gendarme en mai 2008 dans le Var.

La Cour de Strasbourg a alloué pour préjudice moral 50.000 euros conjointement à la femme et aux trois enfants de Joseph Guerdner, 10.000 euros à sa mère, 5.000 euros à chacun de ses frères et soeurs et 2.500 euros à sa tante.

Joseph Guerdner, né en 1982, avait été tué par un gendarme alors qu’il tentait de s’évader.

Il avait été interpellé et placé en garde à vue dans des locaux de la gendarmerie de Draguignan, à la suite d’une enquête pour des faits de vol à main armée en bande organisée avec enlèvement et séquestration.

Invoquant l’article 2 (droit à la vie) de la Convention européenne des droits d’homme, les requérants alléguaient que leur proche avait été tué « de manière injustifiable« .

Les juges européens leur ont donné partiellement raison, en concluant que « d’autres possibilités d’action s’offraient au gendarme pour tenter l’arrestation de Joseph Guerdner, au lieu d’ouvrir le feu ».

(…) Joseph Guerdner, bien que menotté, avait réussi à sauter par une fenêtre à l’extérieur du bâtiment où il était retenu. Un gendarme, Christophe Monchal, avait alors tiré à plusieurs reprises dans sa direction, et il était décédé peu après des suites de ses blessures.

Le Point

—————–
Complément :
[ Rappel : "placé en garde à vue à la suite d'une enquête pour des faits de vol à main armée en bande organisée avec enlèvement et séquestration" ]

Cliquer l’image pour écouter : (extrait : « Il était beau. Il avait une petite vie tranquille. Mon fils, c’était un ange »)

TV Libertés : entretien exclusif avec le président du parlement russe, la Douma (Vidéo)

TV Libertés a pu mener cet entretien exceptionnel avec Serguei Narychkine, président de la Douma et numéro 3 du régime russe.

Principaux sujets : La mémoire russe de la première guerre mondiale, le devenir des relations franco-russes et la crise ukrainienne.

Un rapport s’alarme de l’augmentation du coût du droit d’asile

La situation en matière de droit d’asile en France est alarmante selon les conclusions du comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC) publiées mardi 15 avril par Le Figaro. Le rapport, rédigé par les députés Jeanine Dubié (groupe Radical) et Arnaud Richard (UMP) et daté du 10 avril, fait suite aux travaux de la mission sénatoriale Létard-Touraine, remis au ministère de l’intérieur en novembre 2013.

D’après le document, révélé par Le Figaro, tous les coûts prévisionnels ont été dépassés, notamment en ce qui concerne l’« hébergement d’urgence » dont la facture atteint 90 millions d’euros. L’ensemble des dépenses liées à l’asile s’élèverait à 666 millions d’euros, « sans anticiper » sur d’autres dépenses. L’aide temporaire d’attente accordée aux demandeurs a connu en 2013 « une consommation sans précédent de près de 180 millions d’euros », ajoute le document.

Par ailleurs, d’après les rapporteurs, « la population de déboutés (mineurs inclus) était de l’ordre de 45 000 personnes en 2013 et 43 500 personnes en 2012 ». Or, selon les deux députés, ils « tentent souvent de régulariser leur séjour soit en faisant valoir qu’ils remplissent les critères de régularisation fixés par les circulaires en vigueur, soit en entamant d’autres procédures ».

Pour 45 000 déboutés en 2013, les obligations de quitter le territoire français (OQTF) prononcées n’ont été que de 19 000, ajoutent-ils. Sur l’ensemble des 89 000 OQTF prononcées, 15 200 éloignements ont été effectivement réalisés, soit un taux d’exécution très faible, « de l’ordre de 17 % ».

Le Monde

La France appelle ses ressortissants en Algérie à la vigilance

En raison de la persistance d’un risque terroriste élevé dans la région (cf. fiche « Infos pratiques » Sécurité au Sahel), la plus grande prudence s’impose à tous nos ressortissants résidant en Algérie ou prévoyant de s’y rendre.

 

Les déplacements sont en particulier formellement déconseillés à nos ressortissants dans la zone rouge définie par ce site (cf. carte de la rubrique Sécurité), notamment au Sud et à l’Est de l’Algérie.

 

Dans le contexte des troubles qui se poursuivent depuis plusieurs mois dans la ville et les environs de Ghardaïa, la plus grande prudence est de mise dans cette zone, où les déplacements sont déconseillés sauf raison impérative.

Par ailleurs, et de façon générale, il est recommandé de se tenir à l’écart d’éventuels rassemblements ou manifestations, notamment dans le contexte actuel de l’élection présidentielle.

Tous les ressortissants français voyageant en Algérie sont appelés à se signaler au Centre de crise du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international en s’inscrivant sur le site Ariane.

 

Ministère des Affaires étrangères

La France vend ses biens à l’étranger pour se désendetter : 22 millions d’euros sur 40 en 2013

PARIS – La mise en vente par la France d’un bâtiment du centre de Vienne abritant l’Institut culturel français, que le Quai d’Orsay juge vétuste, surdimensionné et trop coûteux en termes de fonctionnement, est contestée dans une pétition circulant à Vienne et qui avait recueilli lundi plus de 4.300 signatures.

La présence éducative et culturelle française et francophone à Vienne est gravement mise en danger, proclament les signataires de la pétition, qui s’efforcent de mobiliser au-delà de la communauté française.

Paris veut faire aboutir avant la fin de l’année la vente du Palais Clam-Gallas, un ensemble imposant acquis par la France en 1951 qui abrite l’Institut…

Selon des chiffres communiqués à l’AFP par le Quai d’Orsay, la vente de biens appartenant à la France à l’étranger a rapporté 40 millions d’euros par an en moyenne au budget de l’Etat depuis 2006. Et en 2013, 22 millions tirés de ces cessions ont été affectés au désendettement de l’Etat.

En janvier, la France avait renoncé à se séparer du bâtiment qui abrite son institut culturel à Berlin.

Romandie

Relire :

L’aide française au développement en baisse de 9,8 % en 2013, à 10,8 milliards de dollars

Certaines écoles privées catholiques françaises peuvent accueillir jusqu’à 90% de musulmans

Selon les secteurs géographiques, les écoles privées catholiques peuvent accueillir jusqu’à 90% de musulmans, estime l’Enseignement catholique. Pourquoi un tel succès? Eclairage…

La pause déjeuner touche à sa fin. Walid et Ismaël, 19 et 16 ans, discutent avant de retourner en cours dans l’établissement privé catholique Jean Baptiste de la Salle, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Inscrits en Bac Pro, tous deux musulmans, ils sont arrivés ici il y a deux ans après des années dans le public. «Mes parents m’ont mis ici parce que mon secteur était blindé et que les lycées n’avaient pas bonne réputation», explique Ismaël. «C’est une bonne école. Ils sont aussi plus compréhensifs sur les absences pour les fêtes religieuses», ajoute Walid.

L’établissement, qui comprend une école, un collège et un lycée, fait partie des 8.300 existant en France, et accueille 2.400 élèves, dont une majorité d’origine étrangère. «On a une forte mixité sociale et religieuse, à l’image de la réalité sociologique de Saint-Denis. On fait vivre tout le monde dans la sérénité», assure Benoît Lecoutère, son directeur, précisant n’avoir «jamais eu de conflit lié à la religion».

Souad Boussif, vendeuse de 45 ans, musulmane, y a inscrit ses quatre enfants, à raison de quelque 1.000 euros par an pour chacun. Comme de nombreux parents, son choix a d’abord été guidé par le souci de «leur donner le meilleur enseignement possible». «L’un de mes fils a été dans le public pendant trois mois, c’était catastrophique. Il pleurait, se faisait chahuter… Alors qu’ici, il y a un bon niveau d’études et un encadrement plus strict. Ça me plaît».

Ces critères reviennent systématiquement pour expliquer le succès des établissements privés auprès des familles, surtout dans les quartiers défavorisés. «Il y a une problématique de la réussite dans le choix de ces parents musulmans, estime Dahmane Abderrahmane, conseiller de Dalil Boubakeur, Recteur de la Grande Mosquée de Paris. Il ne s’agit plus de la première génération d’immigrés venus nettoyer les rues de Paris mais de la troisième génération, inscrite dans la durée. Des parents se disent ‘’moi mon père était ouvrier, je veux que mon fils soit cadre’’».

La dimension religieuse est elle aussi valorisée. «Les parents sont contents que dans les écoles privées, on puisse parler de Dieu et de son appartenance religieuse sans se cacher, explique Claude Berruer, adjoint au Secrétariat général de l’Enseignement catholique. Dans le public, cela peut devenir explosif et les règles sont plus strictes, par exemple sur le port de signes religieux, interdits». Le partage des «valeurs» portées par la religion, quelle qu’elle soit, est lui aussi plébiscité.

Les fausses rumeurs sur l’enseignement de la soi-disant «théorie du genre» à l’école ont conforté certains dans leur choix. «Dans le privé on est à l’abri de ces trucs», tranche Dahmane Abderrahmane, qui paye la scolarité de ses petites-filles, musulmanes, dans une école catholique.

Aucun chiffre n’existe sur la proportion exacte de musulmans dans ces écoles – jusqu’à 90% selon les secteurs géographiques, estime l’Enseignement catholique. Mais le phénomène semble avoir pris de l’ampleur avec le temps, puisqu’un document «très demandé» et intitulé «Musulmans en école catholique» a été publié en 2010 par la direction de l’Enseignement catholique. L’objectif était de «répondre à des interrogations croissantes» des professeurs et directeurs d’école afin d’«organiser la cohabitation» entre catholiques et musulmans dans les établissements, rappelle Claude Berruer.

Le dossier rappelait quelques règles. «Par exemple, le voile n’est pas interdit, mais on ne peut pas admettre qu’un élève n’aille pas en gym ou en Sciences de la vie et de la terre, souligne-t-il. De même, on ne peut pas transformer l’école en salle de prière musulmane. Les choses sont claires.» Et semblent bien acceptées.

20 minutes, merci à Joe Arpajo

Axel Kahn : quand un « homme de gauche » ouvre les yeux (màj)

[mise à jour 13 avril]

[extraits] Le généticien de renom Axel Kahn a parcouru la France à pied et est revenu profondément troublé par l’état d’une population qu’il a trouvée inquiète et désenchantée.

« J’ai trouvé une France profondément éprouvée. Une France en de nombreux endroits sinistrée, dévastée, ravagée. J’ai découvert un pays en voie de sécession par rapport au discours des hommes et des femmes politiques (…) et qui sont totalement convaincus que l’avenir est encore pire!

Personne n’étant capable de leur vanter un futur désirable, on comprend l’attrait exercé par des forces politiques qui leur vendent un retour à marche forcée vers un passé qu’ils fantasment et qu’ils idéalisent.

Je n’ai nullement été surpris par les résultats des municipales. J’étais certain qu’il en serait ainsi. À ceux qui se rassuraient, je disais : « Vous ne vous rendez pas compte du rejet de la politique du gouvernement et du degré d’animosité à l’égard du président de la République » Sur mes près de 2 000 kilomètres, je n’ai pas rencontré une personne pour me louer son action.  (…)

J’ai fait campagne dans un endroit de la France qui n’est pas vraiment la France. Il s’agit des 5e, 6e et 7e arrondissements de Paris. Très loin des gens que j’ai pu rencontrer à Charleville-Mézières ou Decazeville.

Avez-vous l’impression que les médias rendent bien compte de la France que vous avez traversée ?
Non. Nous savons en réalité que le monde des décideurs, qu’ils soient politiques, médiatiques ou économiques, est un tout petit monde. Un monde de l’entre soi.

FranceAntilles.fr

———– ci-dessous article du 31 mars ————-

ARDENNES. D’une randonnée de 2 160 kilomètres des Ardennes au Pays Basque, le généticien Axel Kahn a ramené un livre et un constat : notre belle et douce France a le moral dans les chaussettes.

(…) J’ignorais que les Ardennes avaient été à ce point éprouvées par la crise. Dans toute la Champagne-Ardenne, j’ai vu ce que j’appelle des populations en sécession.

Les gens y ont des raisons objectives de penser que le passé est mieux que le présent et de craindre l’avenir.

Cette idée qu’ils ne peuvent rien pour dévier cette course folle les rend imperméables à tout discours rationnel sur l’Europe, sur la mondialisation qu’ils rendent responsables de leurs maux. D’où le vote FN de dimanche dernier, que je pressentais.

Ce que j’observais dans mon village de Mussy-sur-Seine qui a perdu la presque totalité de ses 1 200 emplois industriels, je le prenais pour une exception exacerbée. Or, je l’ai vu partout. La métallurgie ardennaise, la bonneterie troyenne, l’électronique tonnerroise, l’industrie minière aveyronnaise, tout cela a été laminé.

(…) Une chose m’a sidéré. Sur la presque totalité du parcours, en tout cas jusqu’à Figeac, je n’ai pas rencontré une personne qui me parle de l’avenir de manière positive. Pas une seule !

J’ai eu l’impression d’une sorte de déprise vis-à-vis des racines. Les régions qui vont le moins mal, me semble-t-il, sont celles où les gens connaissent et sont profondément attachés à leur histoire.

Avez-vous été surpris par les résultats des élections municipales ?
Atterré mais pas surpris. Atterré par la méconnaissance de la situation réelle du pays de la part des dirigeants politiques de tous bords, incapables de proposer un avenir désirable, alors que le Front national alimente au contraire l’illusion rassurante d’un retour en arrière. Comment les résultats pourraient-ils être différents ?

L’union

———— Complément : Axel Kahn :

« L’humanité s’est toujours métissée. Il n’y a pas de civilisation sans métissage. Rien n’est revigorant comme le métissage. Seul le dialogue avec l’autre enrichit chacun. »

Lionel Jospin : « Qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse que la France s’islamise ? » (rediff)(+complément)

« Et qu’est-ce que vous voulez que
ça me fasse que la France s’islamise ? »
Lionel Jospin

Ce propos a été tenu en 1989 par Lionel Jospin, ministre de l’Education nationale, au lendemain de la première affaire de foulard islamique dans un collège, affaire menée de bout en bout par une association islamiste…

Lire l’article sur L’Observatoire de l’islamisation

Ou cliquer sur l’image pour aller sur la source :

——————-
Complément 1
François Hollande en Tunisie, février 2014 : «L’islam est compatible avec la démocratie»

Devant l’Assemblée nationale tunisienne, le président français a salué «un texte majeur» qui «fait honneur à votre révolution et peut servir d’exemple à d’autres pays». Une preuve, selon lui, que «l’islam est compatible avec la démocratie». Le Parisien

Complément 2

Rappel : Pour la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH), la charia est l’antithèse de la démocratie.
En 2001, dans un jugement concernant un parti islamique turc, la CEDH tranchait et déclarait au sujet de l’islam et de la charia :
• Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia.
• Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques.
• Les références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie.
• [La charia tend à supprimer] le rôle de l’État en tant que garant des droits et libertés individuels et obligerait les individus à obéir à des règles statiques de droit imposées par la religion concernée.
• [Elle est] l’antithèse de la démocratie, dans la mesure où elle se fonde sur des valeurs dogmatiques et est le contraire de la suprématie de la raison (…)

-> lire l’arrêt intégral de la CEDH (en anglais) – PDF en français