Florange : Edouard Martin, candidat PS, ex CFDT, refoulé par le service d’ordre de Valls (Vidéo)

Edouard Martin n’était manifestement pas le bienvenu pour accueillir Manuel Valls. L’ancien leader syndicaliste de la CFDT, désormais tête de liste du PS dans le Grand Est aux élections européennes, a été refoulé du comité d’accueil du ministre de l’Intérieur, ce lundi 10 février au matin à Florange, en Moselle.

Edouard Martin n’a donc pas pu, comme prévu, approcher le locataire de la place Beauvau qui effectue une visiste dans la région. «Vous ne communiquez pas entre vous», lance-t-il à un policier qui lui bloque l’accès.

Nouvel Obs

Edouard Martin, leader CFDT à Florange, sera tête de liste PS aux européennes. Màj : les ouvriers en veulent à Martin

Addendum 21 décembre :

L’ancien syndicaliste, grande figure médiatique de la lutte contre la fermeture des hauts-fourneaux de Florange, a-t-il trahi ses camarades de combat ? 52 % des personnes interrogées dans un sondage le pensent en effet contre 43% qui approuvent sa reconversion.

Plus embêtant pour son image, la proportion des critiques grimpe à 58% chez les ouvriers. Si le recrutement politique de cette figure charismatique de Mittal-Florange était destiné à s’attirer leurs faveurs électorales, c’est donc plutôt raté !

(…) Le PArisien

————————–

mise à jour du 19 décembre 2013 à 00H10

Edouard Martin est célèbre jusqu’aux Guignols de l’Info de Canal+ :


lien direct de la vidéo sur VK : http://vk.com/video231636035_167060807
source : Les Guignols de l’Info, Canal+

 

———————————————————-

mise à jour du 18 décembre 2013 à 19H25

Edouard Martin à propos de Jean-Marc Ayrault le 26 septembre 2013 :


lien direct de la vidéo sur VK : http://vk.com/video231636035_167058697
source : LCI

 

———————————————————-

mise à jour du 18 décembre 2013 à 11H40

Edouard Martin, mars 2013 :

« les élus ce sont des tapettes, ce sont des lopettes »


lien direct de la vidéo sur VK : http://vk.com/video231636035_167053196
source : Dimanche +, Canal +
(merci à mark88)

 

———————————————————-

mise à jour du 18 décembre 2013 à 1H30

Souvenir du 6 décembre 2012, Edouard Martin de la CFDT s’adresse directement à François Hollande :

lien direct de la vidéo sur VK : http://vk.com/video231636035_167051227
source : ITélé
(merci à alinnedeloin)

 

———————————————————-
mise à jour du 17 décembre 2013 à 23H15

réaction de Florian Philippot sur BFMTV :


lien direct de la vidéo sur VK : http://vk.com/video231636035_167050824
source : BFMTV

———————————————————-
Un peu plus d’un an après que le syndicaliste a dénoncé la « trahison » de François Hollande à propos de l’extinction définitives de deux hauts fourneaux du site ArcelorMittal de Florange, ce ralliement est une très belle prise pour le chef de l’Etat. Pour la CFDT locale, cela risque d’être plus compliqué. Longtemps d’ailleurs, Edouard Martin a redouté d’être pris pour un vendu.

Lorsque le patron du PS de Moselle Jean-Marc Todeschini l’a entrepris pour la première fois au printemps dernier, il l’a rabroué. Et il n’a, semble-t-il, donné son accord qu’après la visite de François Hollande à Florange le 26 septembre dernier. Le chef de l’Etat y avait alors annoncé la création d’un centre de recherche public sur la sidérurgie.
Edouard Martin a donné son accord au premier secrétaire du PS Harlem Désir lors d’un dîner le 13 novembre dernier. Voilà pourquoi trois jours plus tard la tête de liste dans le Grand-est lui a été réservée . Avant de se déclarer publiquement, le syndicaliste voulait prendre le temps de sonder ses compagnons de lutte : « Fonce ! pour une fois qu’un salarié peut être élu », lui a dit l’un d’eux. « Il va sans doute se prendre des coups mais il a du répondant », explique un autre de ses interlocuteurs.

Les Echos

Relire :

François Chérèque nommé inspecteur général de l’IGAS

Florange : La stèle de la «trahison» de Hollande retirée de la vente sur eBay

La plaque avait été posée le 25 avril par les syndicalistes de FO à l’usine d’Arcelor-Mittal Florange, fustigeait les engagements trahis de François Hollande. Les syndicalistes Force ouvrière d’Arcelor-Mittal Florange, à l’origine de l’annonce, dénoncent des «pressions politiques».

L’annonce, mise en ligne depuis huit jours, avait reçu plus de 20 000 visites, et l’enchère pour la plaque en granit gris anthracite atteignait déjà 5 000 euros, soit dix fois son prix de fabrication.

La stèle de la «trahison» de François Hollande à Florange est maudite. Après avoir été remisée dans le local du syndicat Force ouvrière (FO), faute de lieu où la poser, elle a cette fois été retirée de la vente sur le site d’enchères eBay ce mercredi matin. «On a reçu un mail d’eBay nous disant que l’annonce ne correspondait pas au règlement», explique Frédéric Weber, syndicaliste FO. Dans ce mail, que nous avons pu consulter, eBay explique que «les annonces qui ne proposent la vente d’aucun objet ne sont pas autorisées». «C’est n’importe quoi, c’était tout à fait conforme», rétorque Weber.

Libération

Florange : la stèle évoquant la « trahison » de Hollande retirée par la mairie PS (MàJ)

La stèle posée mercredi par des syndicalistes Force Ouvrière d’ArcelorMittal en mémoire de la « trahison » du président François Hollande a été retirée par la ville de Hayange (Moselle), commune qui héberge les hauts fourneaux et où elle avait été placée, a indiqué le maire à l’AFP.

« On se trompe d’adversaire », a dit le maire socialiste Philippe David. Pour lui c’est « Mittal le responsable » de l’arrêt des hauts fourneaux implantés à Hayange, ville voisine de Florange, où se trouve le centre administratif du géant de l’acier.

« Je ressens du dégoût et de la colère », a réagi Jean Mangin, de FO.

(…) Huffington Post


Comme ils l’avaient fait pour Nicolas Sarkozy, des représentants syndicaux ont déposé mercredi une stèle en mémoire des « promesses non tenues » du président.

Une vingtaine de représentants syndicaux Force ouvrière d’ArcelorMittal ont déposé mercredi sur le site sidérurgique de Florange, où les hauts-fourneaux ont commencé à être éteints, une stèle en mémoire des « promesses non tenues » et de la « trahison » du président François Hollande. « Cette stèle est le symbole des promesses non tenues d’Hollande et du manque de courage du gouvernement qui a capitulé face à Mittal », a déclaré à cette occasion Frédéric Weber, de FO.

« Notre usine, ici derrière nous, était maintenue dans un coma artificiel depuis des mois. Ce matin, ils ont coupé les machines, et à partir de maintenant les hauts-fourneaux ne respirent plus », a ajouté un autre délégué FO, Walter Broccoli. En haut de la stèle déposée à l’une des entrées de l’usine, le mot trahison a été gravé en lettres capitales dans le marbre, suivi de la phrase « Ici reposent les promesses de changement de François Hollande faites aux ouvriers et à leur famille ». [...]

Le Point


Florange: « Si le gouvernement et François… par BFMTV

Fabien Engelmann : « Edouard Martin fait son business sur le dos des ouvriers ! »

A l’occasion de la sortie de son livre, Ne lâchons rien, et pour se faire une idée sur les véritables ambitions d’Edouard Martin, le nouveau syndicaliste chouchou des médias, « Minute » a interrogé Fabien Engelmann. Mosellan pur jus, ancien syndicaliste à la CGT et membre du Front national depuis 2010, il connaît bien ce lascar…

Minute: Edouard Martin déclare que le gouvernement socialiste, avec Jean-Marc Ayrault à sa tête, a trahi les ouvriers de Florange. Est-il vraiment crédible?

Fabien Engelmann: Au second tour de la présidentielle, Edouard Martin et ses amis avaient organisé une soirée, et quand François Hollande a été élu, ils ont hurlé de joie. Et aujourd’hui, il se dit déçu du socialisme et crie à la trahison! Il faut qu’il arrête son cinéma. Comment peut-il s’estimer trahi alors qu’il partage les idées du gouvernement? En décembre dernier, à l’occasion d’une enquête de M6 sur Florange, qui doit être diffusée le mois prochain, j’ai été amené à débattre avec lui. Il s’est alors montré sous son vrai jour: un défenseur de la mondialisation et un partisan de l’immigration. Il est même favorable à l’ouverture de salles de prière musulmanes dans les entreprises. Alors après, il ne faut pas venir se plaindre. On récolte ce que l’on sème.

Dans la presse, Edouard Martin apparaît pourtant comme un syndicaliste déterminé, un chevalier blanc qui n’a qu’un but, sauver son usine?

C’est l’image que véhiculent les médias. Sur le terrain, c’est autre chose. Edouard Martin a autour de lui un petit noyau d’agitateurs, mais la majorité des ouvriers a pris ses distances. Ils le soupçonnent de vouloir avant tout rouler pour lui. Quand il organise des rassemblements, ce sont des syndicalistes d’autres entreprises qui viennent faire la claque. Ça illustre la crise du syndicalisme, sa perte de crédibilité. Martin est un syndicaliste permanent, c’est-à-dire qu’il ne travaille plus, qu’il fait de la politique. Il est déconnecté de la base, il a perdu le contact avec les ouvriers. Et pour s’imposer, il fait régner une certaine terreur. Car l’homme est violent. Lors du débat que j’ai eu avec lui, quand je l’ai placé face à ses contradictions, il a voulu me sauter à la gorge! (…)

Alors, pour vous, à quel jeu joue-t-il?

Aujourd’hui, il est invité à la radio, à la télé, il sort un bouquin, il annonce qu’il veut se lancer en politique. Bref, il soigne son image, s’imagine une carrière. Il exploite la misère à son profit. Pour moi, Edouard Martin fait son petit business sur le dos des ouvriers.

Front National Moselle

Edouard Martin (CFDT) – On n’est pas couché – France 2 – 06 avril 2013

Quand Hollande confond Mittal et son fils pour sauver Florange

François Hollande aurait confondu Lakshmi Mittal, 62 ans, avec son fils Aditya, 38 ans, lors d’une rencontre datée du jeudi 27 septembre 2012. La scène est racontée par les deux journalistes, Valérize Astruc et Elsa Freyssenet, dans un livre à paraître, Florange, la tragédie de la gauche, et dont L’Express publie quelques bonnes feuilles.

À la fin de cet entretien d’une heure, François Hollande aurait adressé à M. Mittal père un « Best regard to your father » (Mes amitiés à votre père). Ce n’est que devant le regard interloqué du chef d’entreprise indien que le président français s’est aperçu du quiproquo.

Le Figaro

Confidentiels JDD. Chômage : Les ministres n’osent plus aller en Lorraine

À part Filippetti, ministre de la Culture et élue de la région, la Lorraine est abandonnée par le gouvernement. Depuis le fiasco de Florange, les ministres n’osent plus y aller. Moscovici, Vallaud-Belkacem, Valls et même Ayrault ont ces derniers mois finalement reporté des visites envisagées sur cette terre sidérurgiste.

Le JDD

Lorraine : Chiffres du chômage par catégorie de demandeurs d’emploi de janvier 2013

Catégorie A : 120 420 demandeurs d’emploi, soit +1,6% par rapport à décembre 2012, et +11,3% sur un an
Catégorie B et C : 48 420 demandeurs d’emploi, soit +1,4% par rapport à décembre 2012, et +9,5% sur un an
Catégorie D et E : 24 140 demandeurs d’emploi, avec +10,6% sur l’année pour la catégorie D, et -1% pour la catégorie E

tout-metz

Zemmour sur Florange : « la lutte de classe existe, c’est les riches qui l’ont gagnée… » (Ca se dispute)

« La lutte des classes existe, et c’est la mienne, celle des riches, qui la mène et qui est en train de la gagner. » Warren Buffett.


Ca se dispute, 8 décembre 2012.

Bons baisers de Florange

Au bar de la Mairie, sur la Grand Rue, les propos sont plutôt désenchantés. A entendre les clients, la meilleure période de Florange, c’était « avant les années 80″. Il y avait alors « dix fois plus de cafés qu’aujourd’hui, plein de magasins, une mercerie, un salon de thé, et même un hôtel ! Tout ça, c’est fini…. Tout est mort. Longwy, c’est encore pire. Il n’y a que Thionville qui tient le coup ».

[...] L’époque a changé. Ce n’est plus la même affluence, plus les mêmes recettes. Autour du bar, face à une chope de bière ou un kir, les propos sont amers. « On ne va rien toucher, quand on sera à la retraite », dit l’un, un habitué. « Tu feras comme les autres, tu iras voir l’assistante sociale ! », rétorque l’autre, avant de planter sa banderille : « Mais tu as intérêt à être arabe ou rom. Eux, la mairie les aide. Les Français, non… »

Quelques centaines de mètres plus loin, Salam Burger ouvre ses portes. C’est l’un des sept troquets arabo-musulmans implantés dans la ville. Les Florangeais surnomment ces petits fast-food « les kebabs », en tordant un peu le nez… Il est midi. La télévision, fichée dans le mur, retransmet en direct le pèlerinage de La Mecque. Sur l’écran, des milliers de pèlerins tournent en boucle autour de la Kaaba. Autour des tables de formica, l’atmosphère est amicale, tranquille. Les clients ne paraissent pas gênés par les psalmodies. Ils sont d’origine maghrébine pour les trois quart d’entre eux.

Entrent deux blondinets, cartables dans le dos. Des ados, qui sortent de l’école voisine. Rapide coup d’œil sur la carte affichée au dessus du comptoir. Il y a le « bled burger », le « salam burger » bien sûr, et quantité d’assiettes de kebab-poulet-salade. Les deux adolescents passent leurs commandes, avant de s’attabler, détendus, sous le poste de télévision. Quelques minutes plus tard, on entend le serveur, Ahmed, crier affectueusement, du fond de sa cuisine : « Eh, les Anglais, vos assiettes sont prêtes ! » [...]

Le Monde (Merci à Joyeux luron)

Fabien Engelmann : « Marine Le Pen prête à venir à Florange »

Invité hier de l’émission La Voix est libre, Fabien Engelmann (FN) a proposé aux sidérurgistes de Florange une « rencontre » avec Marine Le Pen.

http://img715.imageshack.us/img715/6629/14845673b465fabienengel.jpg

Marine Le Pen souhaite venir à Florange pour soutenir et discuter avec les sidérurgistes. Elle est également prête à recevoir les représentants des salariés d’ArcelorMittal à son QG parisien », a annoncé, hier, Fabien Engelmann, qui défendra les couleurs du Front national dans la circonscription de Thionville-ouest, aux législatives de juin prochain.

Ce jeune militant, passé par le NPA, Lutte Ouvrière et la CGT – qui l’a exclu de ses rangs – était hier l’invité de la Voix est Libre, le rendez-vous politique de France 3 Lorraine diffusé chaque samedi, en partenariat avec Le Républicain Lorrain.

« Les salariés d’Arcelor auraient beaucoup à gagner à un échange avec Marine Le Pen, qui a des propositions à leur faire et des idées à leur apporter pour défendre l’industrie française. Je suis sûr qu’on pourrait s’entendre sur beaucoup de points,

il faudrait juste que les représentants du personnel, qui militent à l’extrême gauche pour la plupart, soient un peu moins sectaires », a exhorté Fabien Engelmann. (…)

Le Républicain Lorrain