Le gouvernement prépare la France à la perte de sa note AAA

Le gouvernement français semble désormais préparer les esprits à la perte de la note « triple A » de la dette souveraine du pays en multipliant les annonces visant à minimiser l’importance d’une hypothèse naguère présentée comme catastrophique.

Après Nicolas Sarkozy en début de semaine, c’est au tour du ministre des Affaires étrangères Alain Juppé d’envisager la dégradation de la signature française qui permet à Paris d’emprunter à des taux avantageux sur les marchés financiers.

Lire la suite…

Deux solutions pour sortir de la dette : La faillite ou l’inflation

Rubrique éco, BFM TV du 2 décembre 2010 à propos de la « crise de la dette« . En 1928, le Franc a été dévalué de 80% pour rembourser les créanciers en « monnaie fondante« , mais l’épargne des Français a été divisée par 5. En 1936, dévaluation de 30%…

La dette française aujourd’hui c’est 1650 milliards d’Euros soit 85% de la richesse produite chaque année. Cela correspond à 25.000 Euros par personne. En période de paix on n’a jamais connu autant de dette. »

Suite et commentaires sur Fortune

Grèce : les 3 mensonges des médias et des experts (1)

«Les Grecs vivent au dessus de leurs moyens.» «L’économie allemande est plus vertueuse.» «L’Euro nous protège de la crise.» Ces trois affirmations font partie du mantra néolibéral répété en boucle par les économistes invités sur les plateaux. L’économiste Jacques Sapir démolit consciencieusement ces pétitions de principe.

La Grèce serait l’homme malade de la zone Euro

Les récents événements en Grèce et dans la zone Euro ont donné lieu à beaucoup de commentaires, au sein desquels on peut constater que certains mythes ont la vie (très) dure. Sans prétendre leur faire la peau définitivement, il convient de rappeler ici certains faits, par sympathie pour les travailleurs grecs mais aussi par amour de la vérité.

La presse allemande, et même française, a usé de termes, en réalité, bien plus injurieux. On se souvient des « cueilleurs d’olives » et même de l’exécrable calembour (la « mauvaise Grèce ») par lequel un quotidien français s’est déshonoré. Il convient de rétablir ici les faits.

Suite et commentaires sur Fortune

La dette publique menace de relancer la crise financière mondiale, selon le FMI

Le Fonds monétaire international a prévenu que la crise financière mondiale pourrait entrer « dans une nouvelle phase, » nourrie par un gonflement de la dette des États qui risque de raréfier le crédit nécessaire à la croissance.

« L’attention s’est tournée vers les risques liés aux dettes des États qui pourraient saper les progrès dans la stabilité et faire entrer la crise du crédit dans une nouvelle phase« , a affirmé le FMI dans son rapport semestriel sur la stabilité financière dans le monde.

Dans cette nouvelle phase, si les États continuent d’emprunter des montants aussi élevés pour combler leurs déficits, les fonds disponibles pour le reste de l’économie seront limités.

« La demande croissante du secteur public risque d’évincer le secteur privé du crédit« , et « une hausse des primes de risque pour les États pourrait faire monter les coûts des emprunts pour le secteur privé« , a expliqué le Fonds.

Suite et commentaires sur Fortune