10,7 milliards d’euros d’aides : la Cour des comptes européenne dénonce l’inefficacité des projets de transport public financés par l’UE

Deux tiers des projets de transport urbain cofinancés par les Fonds structurels de l’Union européenne (UE) sont sous-utilisés, estime la Cour des comptes de l’Union européenne dans un rapport publié mardi 8 avril. Intitulé « Efficacité des projets soutenus par l’UE dans le domaine du transport public urbain« , le document de 38 pages pointe « des insuffisances dans la conception des projets et une politique de mobilité inadaptée ».

Si les projets financés ont effectivement été mis en œuvre, la Cour constate cependant que « deux tiers d’entre eux transportent moins de passagers que prévu, ce qui entraîne par ailleurs une performance insuffisante en termes d’avantages économiques et sociaux, tels que la réduction de la pollution et de l’encombrement des routes ».

En cause, « la surestimation du nombre d’usagers ainsi que le manque de coordination entre les modes de transport, la politique en matière de stationnement et l’absence de plan de mobilité urbaine ».

Au total, entre 2000 et 2013, l’UE a alloué 10,7 milliards d’euros au cofinancement de projets visant à aider les municipalités à mettre en place des moyens de transport urbain tels que des métros, des tramways et des autobus, rappellent les auditeurs européens. Ils ont passé en revue 26 projets de transport public urbain dans onze villes de cinq Etats membres, dont la France. La contribution de l’UE, pour les projets de transport urbain, représente habituellement jusqu’à 85 % des dépenses éligibles.

Actu Environnement

Zemmour : « Canal +, c’est la chaîne ontologiquement de bobo. Elle a été faite pour eux, par eux et pour mépriser le peuple français »

14/03/2014 – ça se dispute – Zemmour :

_________________________________________

10/03/2014 :

[...] Invitée d ‘i>TELE – chaîne du groupe Canal + – l’eurodéputée était interrogée sur un tweet dans lequel elle proclamait samedi : » j’aurais dû le faire depuis longtemps. Voilà je me DESABONNE DE CANAL+ !!! » « Ils sont insupportables », a–t-elle dit, « des bobos horribles, pleins de mépris, de morgue ». « C’est d’un conformisme ! », a-t-elle poursuivi.

« C’est le prêt-à-penser, ils sont méprisants à l’égard de millions d’électeurs ». Pointant encore des gens qui traitent les électeurs du Front national comme des sous-citoyens, avec violence, avec mépris, avec haine, je considère que mon rôle de citoyenne, c’est de ne pas donner d’argent à ces gens-là ».

Morandini

L’affaire du financement de Sarkozy par Kadhafi rebondit

Sarkozy Kadhafi 2007

Un livre de Catherine Graciet développe la thèse d’un financement de la campagne de Sarkozy par la Libye.

« Sud Ouest Dimanche ». Au terme de votre enquête, quelle est votre conviction sur un éventuel financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi ?

Catherine Graciet. Beaucoup d’informations vont dans le sens d’un financement occulte. J’ai par exemple recueilli le témoignage de Tahar, un ancien haut responsable des comités révolutionnaires. Il a été présent à deux moments clés de ce financement. Notamment lors de négociations entre Français et Libyens à l’hôtel Corinthia à Tripoli. Il était également à Syrte en décembre 2006 lorsque, dit-il, Kadhafi a donné l’ordre d’acheminer l’argent.

J’ai pu recouper ces éléments auprès d’une autre filière libyenne qui n’a aucun lien avec le premier témoin. La clé des preuves réside dans une vidéo de la réunion de l’hôtel Corinthia où l’on voit trois Français (dont un homme politique qui a changé de discours fin 2006) en train de discuter de l’acheminement de l’argent. J’ai également pu recouper des informations concernant un vol en décembre 2006 de Syrte au Bourget dans lequel Bachir Saleh, l’argentier du régime, convoyait 30 millions d’euros. [...]

Lire la suite sur Sud Ouest

Roissy-en-Brie (77) : Le sultanat d’Oman donne 1,8 million d’euros pour finir la construction de la mosquée

Le sultanat d’Oman a effectué un don de 1,8 million d’euros pour finir la construction de la mosquée de Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne), a déclaré Mohamad Nasereddine, président de l’Association culturelle musulmane de Roissy-en-Brie (ACMRB) confirmant une information du Parisien.

En 2010 le conseil général aussi a donné un coup de pouce : 185 000 euros, ce qui devrait à peu près être le montant de l’aide du conseil régional. (Voir Fdesouche)
«On avait sollicité plusieurs pays, sans avoir de retour. En début d’année, on a contacté le sultanat d’Oman, qui nous a répondu positivement. On les en remercie bien chaleureusement», a-t-il poursuivi, précisant que le transfert de fonds, qui représente deux tiers d’un budget de 2,8 millions d’euros, a eu lieu en juin et que le pays du Golfe n’avait demandé aucune contrepartie.

A la mairie de Roissy-en-Brie (Sylvie Fuchs, PCF), on se dit «ravi que le don vienne d’un pays comme le sultanat d’Oman et non du Qatar ou de l’Arabie saoudite», soulignant que les «libertés religieuses et sexuelles» étaient plus grandes dans le sultanat que dans le reste du Moyen-Orient.

Le Figaro (Merci à Zatch )

« Dans le quartier de la Goutte-d’Or, il y a encore des prières de rue » (Julliard/RMC)

Invité des GG de RMC, Bruno Julliard (PS) annonce la construction d’une salle de prière pour les musulmans qui bloquent encore les rues à la Goutte-d’Or (Paris).

« Elle sera totalement financée par des fonds privés, en l’occurrence par la grande mosquée de Paris. » – Bruno Julliard

NDLR : le fameux bâtiment « culturel » est pourtant bien financé par la mairie de Paris à hauteur de 22 millions d’euros.

En raison de ses origines tunisiennes, Bertrand Delanoë souhaitait doter la capitale d’un lieu de découverte et de réflexion sur « les » cultures musulmanes, qu’elles soient arabe, subsaharienne ou asiatique.

Tout comme la préfecture de Paris, il désire par ailleurs « apporter une réponse adaptée à l’indignité des conditions d’accueil des croyants dans le XVIIIe arrondissement et aux troubles à l’ordre public qu’occasionne la prière dans la rue », comme le résume l’exposé des motifs de la délibération que vient de voter le conseil de Paris. [...]

Chacun de ces deux bâtiments – plus de 1 200 m² au total – comprendra un grand espace culturel dédié aux expositions, conférences et ateliers et une salle de prière. Confiée à l’architecte Yves Lion, la construction des bâtiments coûtera 22 millions d’euros à la mairie de Paris, dont 6 millions, correspondant à la partie cultuelle, devront lui être remboursés par l’association musulmane locale. [...] C’est ce changement de statut ainsi qu’une subvention de fonctionnement de 650 000 € (à laquelle s’ajoutent 46 000€ de subvention d’équipement) qu’a adoptés le conseil de Paris. [...]

A relire : La laïcité selon Delanoë : 22 millions d’euros pour une mosquée à Barbès

Michel Hazanavicius rallume la polémique sur l’argent du cinéma

À l’occasion du Festival de Cannes, le réalisateur de The Artist s’attaque à son tour au système de financement du 7e art en France.

En décembre, Vincent Maraval, de la société de production et de distribution Wild Bunch, avait poussé un coup de gueule contre le système de financement du cinéma français. Quatre mois plus tard, à quelques jours de l’ouverture du Festival de Cannes, mercredi 15 mai, le réalisateur de The Artist , Michel Hazanavicius, souffle sur les braises dans une tribune publiée dans Le Monde pour défendre le système de financement du 7e art. La «singularité du cinéma français s’explique moins par la supériorité de ses talents que par la subtilité de son mode de financement». Mais ce système est en train de «se gangrener».

Premier constat du réalisateur: oui, les films français sont trop chers pour de mauvaises raisons. Les bons résultats du cinéma français (200 longs-métrages et 200 millions d’entrées en 2012) ne doivent pas cacher qu’un trop grand nombre de films ne trouvent pas leur public et que les budgets augmentent dangereusement. (…)

Le Figaro

La Turquie propose de financer la mosquée d’Athènes, la Grèce rejette l’offre

Suite à sa conversation avec le ministre grec Samaras Antonis à Doha, le Premier Ministre turc Recep Tayyip Erdogan a proposé de construire  une mosquée à Athènes.

Hebergeur d'image

La communauté musulmane grecque est en grand manque d’un lieu de culte. Les musulmans en Grèce sont de plus en plus nombreux, mais à ce jour, la capitale grecque ne s’est pas encore dotée d’une mosquée. C’est ainsi la seule capitale européenne qui ne détient de lieu de culte musulman. [...]

Hebergeur d'image

En proposant de financer la construction de la mosquée d’Athènes, le premier ministre turc enlèvera ainsi un point crucial qui freine le dossier. Malheureusement, le Ministre grec a préféré rejeter l’offre de son homologue. [...] Alors que la Grèce est sur-endettée, le rejet d’une telle proposition est un comble, et une preuve de la difficile acceptation de l’islam dans le pays, et de l’influence de l’Eglise orthodoxe. Pour cette question, Athènes risque encore de rester l’exception de l’Union Européenne.

Ajib

Merci à Zatch

Les «hindous belges» veulent être reconnus

Le Forum hindou de Belgique s’est lancé sur le long chemin qui prélude à une reconnaissance officielle de l’Etat belge. En jeu: un financement et une place à l’école.

L’enjeu, en outre, n’est pas que financier : faute d’être reconnu, le culte hindou ne dispose pas de créneaux dans les écoles durant les heures de religion, où des professeurs dispensent l’une des sept confessions ou philosophie laïque officielle.

Une douzaine d’associations hindouistes de Belgique ont entamé des démarches afin de faire reconnaître leur religion officiellement. En effet, en Belgique, si la liberté religieuse est de mise, seules six confessions sont officiellement reconnues par l’Etat: l’Eglise catholique, l’Eglise anglicane, l’Eglise orthodoxe, le protestantisme, le judaïsme et l’islam. L’intérêt de cette reconnaissance officielle est purement financier: l’article 181 de la Constitution belge prévoit en effet que «les traitements et pensions des ministres des cultes sont à la charge de l’État; les sommes nécessaires pour y faire face sont annuellement portées au budget».

Une largesse dont bénéficient également les laïques […] et les bouddhistes en tant que «philosophie non confessionnelle». […]

La Vie

Campagne 2007 : la charge de Takieddine contre Sarkozy

L’intermédiaire franco-libanais dit avoir des preuves du financement par le régime libyen de la campagne et le début de mandat de Nicolas Sarkozy en 2007. Des entreprises françaises auraient aussi bénéficié des largesses de Mouammar Kadhafi.

Ziad Takieddine persiste et signe. Mise en examen à de nombreuses reprises dans l’affaire dite de Karachi, l’ancien intermédiaire franco-libanais assure que l’ex-régime libyen a financé la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy, puis le début de son mandat, révèle Le Parisien.

Entendu le 19 décembre par le juge Renaud Van Ruymbeke, Ziad Takieddine a assuré que le montant de la somme versée par le régime libyen dépasse les 50 millions d’euros, dont une majeure partie aurait été donnée entre «décembre 2006 et janvier 2007». [...]

Le Figaro

Les micropartis qui ont sauvé le FN de la banqueroute

Deux petites structures, emmenées par Jean-Marie et Marine Le Pen, ont permis au parti frontiste d’assainir ses comptes. Longtemps asphyxié financièrement, le FN retrouve aujourd’hui des couleurs.

A chacun son microparti. Jean-Marie et Marine Le Pen ont chacun la main sur d’une petite structure politique gravitant autour du Front national. Si le père a choisi un sigle passe-partout, «Cotelec», la fille a préféré un nom plus politique, «Jeanne», référence à la Pucelle de Domrémy, érigée par les frontistes en symbole du nationalisme. Mais les deux micropartis ont un but commun : contracter des prêts et récolter des dons pour renflouer les caisses du Front national.

Pour la première fois, la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) publie cette semaine dans son rapport annuel les comptes de Jeanne, parti crée en décembre 2010, au moment où Marine Le Pen s’apprêtait à accéder à la présidence du Front national. Son mandataire financier n’est autre que Steeve Briois, secrétaire général du FN et très proche de la présidente. Dans les statuts de la structure, déposés au Journal officiel, Jeanne est décrit comme le rassemblement de «toutes celles et tous ceux qui entendent participer au redressement de la France».

La réalité est beaucoup plus prosaïque : le parti, domicilié dans le XVIe arrondissement de Paris, a servi de banque au Front national. Entre 2007 et 2012, le parti frontiste a traversé une importante crise financière. Engagé dans un coûteux conflit avec son imprimeur Fernand Le Rachinel, le parti bénéficiait de très maigres subventions publiques suite à des législatives ratées. En 2010, il accusait ainsi une dette colossale de près de 10 millions d’euros. Difficile dans ces conditions d’emprunter auprès des banques à des conditions avantageuses. C’est là que Jeanne, structure vierge financièrement, intervient : comme l’expliquait Steeve Briois en 2011 au site Owni, le microparti «a réuni des fonds, notamment des prêts bancaires, à l’époque où le Front national ne pouvait pas le faire». [...]

Le Figaro

France : la double stratégie du Qatar (vidéo)

Diffusion d’un autre reportage de la chaîne de TV Russe RT (Russia Today) sur les investissements plus que douteux du Qatar dans les banlieues françaises où il est expliqué sans détour la double stratégie de ce pays arabo-musulman [...]

« Sans travail, les « jeunes » se tournent vers la religion et la violence et c’est catastrophique pour la République et pour la France. » – Leila Leghmara

« Nos services de sécurité savent parfaitement que la Qatar a une double stratégie. D’un côté une stratégie économique pour faire de l’argent, de l’autre une stratégie de nature religieuse et politique. » – Eric Denécé

 

Révoltes en Europe

L’argent caché d’Ennahdha

En Tunisie, le parti islamiste majoritaire au sein de l’Assemblée constituante continue de se défendre d’être financé par de puissants intérêts étrangers, venus en particulier du Qatar. Mais un volumineux rapport financier met en évidence l’opacité de leur comptabilité lors des élections qui ont porté Ennahdha au pouvoir. (…)

Owni.fr