Vlaams Belang : l’ex-conseiller de Dewinter était une « taupe » de la Sûreté de l’Etat

Bart Debie, ancien commissaire de police et conseiller de Filip Dewinter au sein du Vlaams Belang, affirme avoir été « une taupe » au sein du parti flamand d’extrême droite.

Bart Debie aurait en effet fourni durant trois ans des informations sur le fonctionnement interne du Vlaams Belang à la Sûreté de l’Etat, a-t-il déclaré aux quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

« J’ai été recruté comme informateur en 2007. Jusqu’à ma démission du parti en 2010, j’ai rencontré presque tous les mois une personne des services de renseignements », a déclaré M. Debie qui était à cette époque une figure-clé du Vlaams Belang.

Bart Debie aurait notamment fourni des informations concernant les soutiens financiers du Vlaams Belang. (…)

Le Vif

Peine de travail pour avoir menacé Filip Dewinter

Le tribunal correctionnel d’Anvers a condamné Lihssin E.G. (33 ans) de Gand à une peine de travail de 46 heures et une amende de 275 euros avec sursis pour avoir menacé de mort le chef de file du Vlaams Belang Filip Dewinter. Le prévenu devra également payer un euro de dédommagement à ce dernier.

Filip Dewinter a reçu un e-mail le 12 septembre 2010 dans lequel l’expéditeur le menaçait, lui et son épouse, de mort. Le courriel faisait suite à une manifestation du parti d’extrême droite à Bruxelles qui protestait contre la construction d’une mosquée au Ground Zero à New York à l’occasion du neuvième anniversaire des attentats du 11 septembre. (…)

Lihssin E.G. a reconnu les faits mais a expliqué n’avoir jamais eu l’intention d’exécuter sa menace. Il a déclaré avoir envoyé le mail sur un coup de tête, se sentant profondément indigné par les propos tenus par l’homme politique sur l’islam.

7sur7

Belgique : Des enfants « forcés » à manger du porc lors d’un BBQ scolaire halal « multiculturel »

Trois membres du Vlaams Belang, le parti de l’extrême-droite flamande, font l’objet d’une procédure judiciaire pour violation de domicile après s’être introduits mardi à l’Athénée de Schoten pour partager des saucisses avec des enfants participant à un barbecue halal, ont rapporté ce jeudi les quotidiens Het Laatste Nieuws et Gazet van Antwerpen.

Les élèves de première année de l’enseignement secondaire professionnel organisaient un barbecue dans le cadre de leur projet de fin d’année.

De la viande halal y était exclusivement servie. L’école voulait mettre en contact les enfants âgés de 12 et 13 ans avec la société multiculturelle.

Trois militants du Vlaams Belang ne partageaient pas ce désir et ont passé les murs de l’école pour gâcher la fête. « Ils ont intimidé des élèves et les ont forcés à manger des saucisses », a expliqué le directeur-adjoint de l’établissement scolaire, Jacques Gits. « Les élèves étaient choqués par leur raid inopiné et brutal », a-t-il ajouté. Un des quinze élèves l’a confirmé. « Ils nous ont dit que la viande halal n’était pas vraiment de la nourriture et qu’ils étaient venus pour remplir nos estomacs. »

Le leader du parti trouve ça tout à fait normal

La direction de l’école s’est rendue à la police pour déposer plainte contre les militants. Selon Filip Dewinter, chef de file du Vlaams Belang, les trois hommes n’ont pas dépassé les bornes. « C’était de l’humour. Les écoles devraient plutôt arrêter d’exposer les enfants à de telles activités culturelles. »

RTL.be

Le Vlaams Belang lance un site de « dénonciation » des clandestins (+vidéo LCI)

En Belgique, plusieurs associations demandent au gouvernement d’interdire un site qui incite les internautes à dénoncer les immigrés illégaux. (LCI, 13/04/12)

Addendum 10/04/12 :

Site du Vlaams Belang: la Commission européenne renvoie aux tribunaux nationaux

Les citoyens qui jugent l’initiative « meldpunt voor illegaliteit » du Vlaams Belang discriminatoire peuvent se tourner vers les tribunaux nationaux, a fait remarquer mardi un porte-parole de la Commission européenne.

Il y a un mois, la Commission européenne avait fermement condamné l’ouverture d’un point de signalement comparable aux Pays Bas par le leader du PVV (Partij Voor de Vrijheid), Geert Wilders. Ce point visait toutefois des citoyens européens, en l’occurrence les ressortissants d’Europe centrale et de l’Est.

L’initiative du Vlaams Belang cible ici les personnes en séjour illégal.

Mardi, l’institution européenne, qui venait d’apprendre l’information, s’est montrée relativement discrète.

Un porte-parole a souligné que, d’un point de vue général, « ces sites ne correspondent pas aux valeurs que nous défendons ». La Commission a rappelé par ailleurs qu’elle ne détenait pas la compétence pour lutter contre ce genre d’initiatives. L’Union dispose certes d’une législation contre le racisme, la xénophobie et l’incitation à la haine mais il revient aux Etats membres de lutter dans la pratique contre ce genre de phénomènes.

« Ce n’est pas à l’Europe de dire aux Etats membres quels sont les sites internet, films ou livres qui doivent être interdits », a ajouté le porte-parole (…)

RTL.be

Le Vlaams Belang a lancé mardi un site internet sur lequel les citoyens peuvent dénoncer des faits qui seraient liés à la présence d’illégaux: abus de sécurité sociale, travail au noir ou criminalité. Le Centre pour l’égalité des chances a fermement condamné cette initiative qu’il juge illégale et qu’il compare aux pratiques des nazis.

http://img585.imageshack.us/img585/3116/vlaamsbelang931.jpg

Le parti extrémiste flamand s’inspire du politicien d’extrême-droite néerlandais Geert Wilders et de son parti, le PVV (Partij Voor de Vrijheid), qui ont ouvert un point de signalement destiné à rassembler des plaintes visant des personnes originaires d’Europe de l’est et d’Europe centrale.

L’initiative avait suscité un véritable tollé non seulement aux Pays-Bas, mais aussi au sein de l’Union européenne, et avait été condamnée par le parlement européen.

La figure de proue anversoise du Vlaams Belang, Filip Dewinter,

a justifié le lancement de ce site par la présence de « dizaines de milliers d’illégaux » dans les grandes villes de Belgique et les problèmes qu’elle provoque.

Les faits mentionnés seront communiqués à la police, a-t-il précisé.

« Ce point de signalement est parfaitement illégal, M. Dewinter le sait bien. Il veut choquer et provoquer », a souligné le directeur du Centre pour l’égalité des chances et de lutte contre le racisme, Jozef De Witte, sur les ondes de Radio 1. (…)

Le Vif.be

Ma plongée au milieu des identitaires, obsédés de l’islam

Samedi 10 mars se sont tenues à Paris « les assises de la France en danger », organisées par l’association Nationalité citoyenneté identité (NCI), nouvelle courroie du Bloc identitaire.

A la tribune, un invité de marque, Filip Dewinter, leader du Vlaams Belang, le parti d’extrême droite flamand. Mais aussi les ex-gauchistes de Riposte Laïque, associés à des jeunes identitaires venus de France et de Russie.

Le terreau commun : une aversion pathologique pour la communauté musulmane. En plein débat sur le halal, récit d’un samedi islamophobe, entre sandwichs aux rillettes et verres de vin rouge.

Chevelus et souriants

9h45. Sous un ciel bleu, les jeunes identitaires grillent une cigarette devant l’espace Charenton. Soignés, chevelus et souriants, ils pourraient aussi bien voter Eva Joly. La vedette du jour, Filip Dewinter, est reçue chaleureusement, tout comme la presse.

A l’intérieur, les premiers invités s’installent. L’animation se tient du côté de la boutique, où des dames aimables proposent la parfaite petite bibliothèque anti-immigration. Les jeunes identitaires assurent l’organisation, les rares crânes rasés sont à la sécurité. Une salle pleine, une buvette et des jeunes filles agréables. Bref, un samedi prometteur. (…)

Rue 89