Yvelines : Une femme handicapée agressée sexuellement dans un photomaton. Un jeune de 19 ans interpellé

Une femme handicapée a été agressée sexuellement dans une cabine de photo instantanée le 15 avril en gare de Houilles (Yvelines). Identifié grâce aux caméras de vidéosurveillance, le suspect a été déféré lundi dernier devant le parquet de Versailles.

Sans les caméras, l’agresseur présumé n’aurait sans doute jamais été retrouvé. Lundi dernier, un jeune de 19 ans originaire des Mureaux a été déféré devant le parquet de Versailles (Yvelines). Ce dernier est soupçonné d’avoir agressé sexuellement une femme handicapée âgée de 21 ans le mardi 15 avril dans un photomaton de la gare de Houilles.

C’est la victime qui est allée voir la police pour porter plainte après les faits. La jeune femme, dont le handicap n’a pas été indiqué, est parvenue, selon Le Parisien qui révèle l’information, à faire une description précise de son agresseur. Grâce à l’exploitation des images extraites des bandes des caméras de vidéosurveillance, les fonctionnaires de police sont parvenus à identifier le suspect avant de procéder à son interpellation le jeudi 17 avril.

On ignorait ce mercredi si l’auteur présumé des faits avait reconnu ou non les faits au cours de sa garde à vue. Selon les déclarations de la victime, le jeune de 19 ans aurait abusé d’elle à plusieurs reprises dans la cabine de photo instantanée installée dans le hall de la gare.

Metronews

Pakistan : chaque année, plus de mille jeunes filles mariées de force et converties à l’islam

Plus de mille jeunes filles chrétiennes et hindoues sont enlevées, converties de force à l’islam et contraintes d’épouser un musulman chaque année, révèle un nouveau rapport, paru le 7 avril dernier, du Mouvement pour la Solidarité et la Paix (MSP), un regroupement d’ONG, d’associations et … d’organismes dont fait partie la Commission ‘Justice et Paix’ de la Conférence des évêques catholiques du Pakistan.

Selon ces dernières estimations, sur le millier de victimes concernées – dont le nombre augmente sensiblement chaque année –, 700 sont chrétiennes et 300 hindoues. Des chiffres qui sont très largement sous-évalués, poursuit le document du MSP, « un grand nombre de cas ne faisant pas l’objet de plaintes ».

Le rapport, intitulé « Mariages forcés et conversions forcées dans la communauté chrétienne du Pakistan », dénonce un scénario immuable : âgées de 12 à 25 ans, appartenant à des familles pauvres, les jeunes victimes sont séquestrées, converties à l’islam puis mariées de force à leur ravisseur ou à celui qui leur a été « réservé ».

Selon la Commission ‘Justice et Paix’, qui a participé à l’élaboration de ces statistiques, la plupart des jeunes filles chrétiennes enlevées viennent de familles pauvres de la province du Pendjab où se trouve la majorité des deux millions de chrétiens que compte le Pakistan.

La plupart du temps, les jeunes filles sont dans l’incapacité de se défendre face aux menaces des ravisseurs ou de la police qui tentent de les dissuader de porter plainte ou, lorsqu’elles comparaissent devant un tribunal, les forcent à se rétracter. Quant aux familles des victimes, si elles décident de porter l’affaire devant la justice, invariablement les ravisseurs portent plainte à leur tour, les accusant de s’opposer à la conversion ou au mariage spontanés de la jeune fille. De plus, seuls les rapts de mineures sont pris en compte, les femmes de plus de 18 ans étant censées être « consentantes ».

« La jeune fille peut subir des violences sexuelles, une prostitution forcée, des coups et des abus domestiques, voire même être victime de trafic des êtres humains », rapporte le document, étayé par de nombreux témoignages.

[...]

MEP

Chalon-sur-Saône (71) : un tunisien condamné pour violences et menaces de mort

Un jeune Chalonnais de 25 ans a été condamné par le tribunal, en comparution immédiate pour violences et menaces de mort sur son ex-concubine avec qui il a eu une petite fille. L’homme soupçonnait la jeune femme d‘avoir une liaison avec son oncle et s’est acharné sur la victime : coups de pied, coup-de-poing, y compris quand la femme était au sol, et de nombreux tirages de cheveux.

À la barre, le mis en cause a eu du mal à reconnaître les faits, essayant de se poser en victime. Une attitude qui n’a pas plaidé en sa faveur : 12 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans, avec interdiction de rencontrer la victime et de paraître dans son quartier d’habitation. De nationalité tunisienne et bénéficiant d’un permis de séjour d’un an, il a été prévenu par le président du tribunal qu’à la prochaine incartade, ce pourrait être une peine de prison suivie d’une expulsion du territoire.

Le Journal de Saône-et-Loire

Une musulmane présidente de la République ?

En cette période d’élections, voici un roman qui fera réfléchir sur la démocratie et la laïcité  en France : Nous aurons de l’or  (Seuil) de Jean-Eric Boulin jette un pavé dans la mare et annonce une femme, musulmane, présidente de la République.

Jean-Eric Boulin, natif de Marseille, vit aux Etats-Unis depuis 2008. Témoin de la joie collective qui s’est emparée du peuple américain après l’élection de Barak Obama, il s’est laissé aller à rêver la même euphorie  pour son pays natal, la France.

Il imagine donc dans Nous aurons de l’or, qu’en 2030, une femme issue de la communauté musulmane serait élue Présidente de la République. Le personnage principal est un sportif de renom, boxeur, exilé aux Etats-Unis, après avoir exprimé son dépit pour son pays publiquement. Il revient non pour le grand soir, mais pour le grand jour .

Ces derniers temps la littérature a été tentée par l’esprit révolutionnaire  (L’esprit de l’ivresse) ou a imaginé que la France  issue de l’immigration prenne sa revanche démocratique (Les sauvages). Dans cette veine, et avec la voix de l’apaisement et de la réconciliation, Jean-Eric Boulin s’offre le scénario de ce qui devrait être normal, logique, statistiquement évident : l’élection d’une femme, déjà engagée dans la vie sociale et issue de la diversité. Pour l’instant nous avons vu, dans la réalité, quelques élues ou ministres issues de la diversité en France. L’étape suivante, et comment pourrait-elle ne pas être franchie, sera celle de l’Elysée.

France Inter

 

Bompard réclame la parité en prison, où il n’y aurait pas assez de femmes

Dans une question écrite à l’Assemblée nationale, le député d’extrême-droite Jacques Bompard « attire l’attention de Mme la ministre des Droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, sur le non-respect du principe de parité et d’égalité femmes-hommes dans la politique d’incarcération ».

Le maire d’Orange constate qu’au 1er février 2014, « les établissements pénitentiaires accueilleraient 65 606 hommes, tandis qu’il n’y aurait que 2214 femmes ». « Une telle inégalité femmes-hommes est inacceptable. Il lui demande ce qu’elle compte faire pour que la parité soit rétablie dans les établissements pénitentiaires », poursuit le texte.
Jacques Bompard explique utiliser le « raisonnement par l’absurde » pour interpeller Najat Vallaud-Belkacem.

L’Express

Ali.M, multirécidiviste, ordonne à sa femme de sauter du 10eme étage et lui plante une fourchette dans le cou

Un tyran domestique multirécidiviste a été condamné par le tribunal de Lille, pour avoir abusé de sa compagne. Deux mois avant, il lui avait planté une fourchette dans le cou.

Un viol au sein du huis clos conjugal. Un homme de 51 ans a été condamné à huit mois de prison ferme, en fin de semaine dernière, par le tribunal de Lille. En mai dernier, Ali M. a abusé de son épouse, après une série de maltraitances, rapporte la Voix du Nord.

Considéré comme tyran domestique par l’avocat de la prévenue, l’homme n’en est pas à ses premiers sévices.

Connu sous douze identités différentes et déjà condamné dix fois pénalement, il avait pourtant bénéficié de la clémence des magistrats deux mois plus tôt.

Nous sommes le 6 mars, tôt le matin, à Mons-en-Barœul. Ali M. n’est pas dans un bon jour. « Je vais tuer ta mère, elle me nique ma vie ! », jure-t-il abruptement à la fille de sa conjointe.

Dans l’après-midi, il empoigne cette dernière vers le balcon de l’appartement situé au dixième étage. Il l’insulte tout en lui ordonnant de sauter. En réponse à son refus, Ali M. lui plante une fourchette dans le cou.

Déjà condamné en 2011 pour violences conjugales, il était alors ressorti libre. Au final, il aura été emprisonné deux mois plus tard.

Metro News

Croix (59). Madjid Sarhani, l’agresseur d’une dame de 93 ans sous les verrous

Le 1er septembre, à Croix, Madjid Sarhani, un Roubaisien de 21 ans, pénètre par la porte non fermée à clé dans une maison occupée par une dame de 93 ans.

On imagine la terreur de la nonagénaire lorsque, en pleine nuit, elle voit entrer cet homme. Il la menace, il la bouscule, il s’empare de ses bijoux et même de ses lunettes.

« Il m’a serré par le cou, j’avais les lèvres en sang », explique la victime, absente à l’audience mais représentée par Me Corinne Alsac.

Interpellé, le jeune homme, non sans désinvolture, nie ces violences alors que des traces rouges sont relevées sur le cou de la victime et que du sang a sali le t-shirt du prévenu. « Oh, ça doit être du sang à moi », relativise Madjid Sarhani.

Lorsqu’il voit la détestable impression produite, il corrige : « C’est honteux, sincèrement, si la victime était là, je m’excuserais. » Avant d’ajouter: « C’est l’alcool, on dirait des pulsions, je ne sais plus ce que je fais, je voudrais être soigné. »

[...] Le jeune homme, déjà condamné à des peines alternatives à la prison, fait encore mauvaise impression quand il dit n’avoir jamais été condamné. [...]

La Voix du Nord
(Merci à Danton59)

Carvin : une femme de 47 ans égorgée à son domicile

[...] Une femme de 47 ans a été découverte sans vie mardi en fin d’après-midi à son domicile à Carvin, dans le Pas-de-Calais, par des membres de sa famille, rapporte le quotidien La Voix du Nord. Les forces de police et les secours se sont ensuite rendus sur place pour constater le décès. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime aurait été égorgée.

« Les premières constatations révèlent des éléments suspects qui entraînent l’ouverture d’une enquête pour rechercher les causes de cette mort suspecte, confie la police. De toute évidence, il ne s’agit pas d’une mort naturelle ni accidentelle et on s’oriente vers une piste criminelle », a indiqué la police, interrogée par le quotidien. [...]

TF1 News

Montfavet (84). Il s’introduit chez elle par le balcon et la viole

Dans la nuit de vendredi à samedi, à Montfavet, un homme a escaladé un balcon voisin pour pénétrer dans un appartement dont la fenêtre était ouverte.

Là, il a contraint sa victime de 24 ans, qui dormait, à avoir une relation sexuelle. Il l’a ensuite forcé à se laver plusieurs fois et a nettoyé à l’eau de javel tout l’environnement.

Ce n’est que vers 7h30 que la victime a pu prévenir les secours. Les policiers d’Avignon sont chargés de cette enquête.

La Provence

Brest : Une femme meurt poignardée dans un quartier « populaire », un homme interpellé

[...] Au dixième étage de cette tour où elle habitait, une femme de 53 ans est morte, « tuée à l’arme blanche », d’après le parquet de Brest. Frappée à coups de couteau, elle est décédée à l’arrivée des secours.

Lorsqu’ils pénètrent dans l’appartement, les policiers trouvent un homme de 43 ans. Il s’agirait du compagnon de la victime. « Il est sorti vers 15 h 30, menotté, raconte Elodie, 22 ans, une riveraine.

Il paraissait calme. Il répétait ‘Je connais la loi, je connais mes droits’ sans arrêt. » [...]

Fin mai, à quelques centaines de mètres de la rue de Saint-Brieuc, une femme de 34 ans avait été tuée par son concubin. Des drames qui créent un malaise chez les habitants de ce quartier populaire…

Ouest France

Toulouse (Mirail). Il poignarde un gérant pour une boîte de conserve

Un Toulousain de 34 ans vient d’être rattrapé par son passé violent. Mardi soir, cet homme a été mis en examen pour tentative d’assassinat et écroué à la suite des investigations menées par les policiers de la sûreté départementale.

Interpellé lundi pour une agression au couteau sur une jeune femme, il a été confondu dans une autre agression commise sur le gérant du Géant Discount du Mirail, place Edouard-Bouillère, fin décembre 2012.

À l’origine de cette affaire : une vulgaire boîte de conserve. Le mis en cause, déjà condamné pour des violences, s’embrouille avec le gérant du magasin pour une boîte de thon. «Je vais revenir te planter !», aurait alors lâché au gérant le client énervé.

Mais avant de revenir, cet homme achète un couteau et repart en direction du Géant pour régler l’affaire à sa manière. Résultat : deux coups de couteau dans la cuisse et la jambe du gérant qui ne doit sa survie qu’à sa robustesse et à son sens de l’évitement.

Lundi, une femme est victime d’une agression au couteau. L’agresseur est interpellé par les policiers. Les enquêteurs de la sûreté décident de l’entendre dans le cadre de la première affaire au regard des similitudes et de son profil.

Accablé par les charges, il est présenté au palais de justice mardi. Le parquet a retenu la préméditation et avait requis son placement en détention pour «tentative d’assassinat». Il sera également poursuivi dans une autre procédure pour les violences commises sur la jeune femme

La Dépêche
(Merci Antibarbare)