Les militants d’extrême droite, cultivateurs de rumeurs depuis deux siècles

Les intox et canulars à connotation raciste se multiplient. Circulant de réseaux sociaux en envois de courriels, ils sont même parfois relayés sans vérification par des médias. D’où viennent ces hoax ? Qui les fabrique ? Qui les relaie ? Pourquoi telle rumeur s’amplifie, puis s’estompe, pour mieux resurgir quelques mois plus tard ? Candidats et militants du FN en font leurs choux gras. Les sites qui, comme Hoaxbuster ou Debunkers, tentent de les démonter, s’inquiètent. « On ne peut rien faire, il y en a trop », s’alarme de son côté la Ligue des droits de l’Homme. Enquête.

Un outil parfait pour l’extrême droite, qui a su s’emparer de cet outil optimal de diffusion de rumeurs pour lancer ses campagnes de désinformation. « Les identitaires ont une tactique fabuleuse », ironise à ce sujet le fondateur des Debunkers, sous son pseudonyme Sutter Cane. Ce site a été spécifiquement créé il y a un an pour démolir intox et rumeurs venues de l’extrême droite [...].

« Quand on essaie de remonter à la source, nous constatons que cela émane toujours d’une galaxie très impressionnante de sites qui font feu de tout bois pour alimenter leur discours de haine des étrangers, explique le fondateur des Debunkers. Cela passe par un travail de récupération des faits-divers en vue de transformer un cas isolé en généralité, dans la tradition classique du discours essentialiste de l’extrême droite ». Mais déformer la réalité ne leur suffit plus. « Comme ils manquent de matière, ils en inventent en partant dans leur délire raciste », explique-t-il.

« Cette utilisation des nouvelles technologies pour diffuser des idées de manières virales relève d’une stratégie délibérée de certains groupuscules, confirme le politologue Stéphane François. Là, nous avons affaire à des personnes qui sont formées, qui font de la veille sur Internet et qui « trollent » à longueur de journées. » Pour ce spécialiste de l’extrême droite, la fachosphère, comme on l’appelle sur Internet, regroupe environ deux à trois mille personnes, qu’il situe politiquement à la droite du Front National. Des groupes fluctuants, mais dont les troupes s’avèrent, d’après ses recherches, relativement stables. « Ils comblent un manque d’effectif par un militantisme accru, qui leur permet sur Internet de démultiplier leurs positions. Derrière plusieurs sites ou blogs, on retrouve souvent un même webmaster. »

[...] Les candidats locaux du FN n’hésitent pas non plus à exploiter à des fins électorales la rumeur des familles noires envoyées par la Seine-Saint-Denis avec la complicité des édiles. A Saint-Quentin (Aisne), dans un tract local que s’est procuré un journaliste de France Télévisions (lire ici), le FN assure qu’« une nouvelle population arrive à Saint-Quentin, malgré les démentis ». Dans l’Allier, Claudine Lopez, secrétaire départementale du FN, s’est illustrée en mai dernier en relayant la rumeur dans un communiqué de presse s’inquiétant d’un possible « accueil de 300 familles venues de Seine St. Denis dans le cadre d’une sorte de plan de délocalisation de population » [9]. « Toutes les rumeurs partent d’une vérité ! », s’est-elle par la suite justifiée.

Bastamag

France terre d’asile ne supporte plus d’être « la cible de la fachosphère et du FN »

Cible régulière de nombreuses attaques de la « fachosphère » et du Front national, l’association « France terre d’asile » a choisi de répondre par l’humour, avec une série de dessins incisifs de Camille Besse, qui dénoncent, se moquent et amusent.

Pierre Henry, directeur général de l’organisation, explique sa démarche : Depuis trois ans, l’organisation que je dirige, « France terre d’asile », à l’instar d’autres associations est la cible régulière de la « fachosphère » et du FN.

Cette fois, j’en ai eu assez. Assez de recevoir des lettres anonymes insultantes – et aux termes choisis pour leur fine odeur – me traitant de collabo ou remettant en cause la bonne utilisation de l’argent public à destination des réfugiés et des migrants.

J’en ai eu assez de constater qu’à peine tapé « trop d’ » sur la barre de recherche du moteur Google, arrivait rapidement « trop d’arabe en France » après « trop d’impôts tue l’impôt ».

J’en ai eu assez que la toile se laisse tramer d’idées populistes, de rumeurs et de faux chiffres largement propagés par la « fachosphère » : non, la France ne s’apprête pas à accueillir un million d’immigrés en cinq ans [...].

Le Nouvel Obs

Rapprochement UMP/FN : «Une faute morale, une impasse électorale.»

Pour Thomas Guénolé, politologue (Sciences Po) la présence de Gilbert Collard côtés de l’UMP n’est pas anodine. Un rapprochement entre les deux partis serait pourtant une impasse électorale et une faute morale .

Par ailleurs, Marine Le Pen se garde bien de désavouer la «fachosphère» : Riposte laïque, FDesouche, etc. Cette dernière se réclame d’elle et se déchaîne sur internet. Elle produit des pages web et poste des commentaires sur les sites internet des médias historiques, dont le contenu est tour à tour raciste, islamophobe, homophobe, et insultant jusqu’au nauséabond envers quiconque ne partage pas les idées de l’extrême-droite.

La morale de cette triste affaire de compromission avec les héritiers de Vichy et de l’O.A.S., pourtant ennemis héréditaires à balles réelles du gaullisme, est simple. On ne jugule pas la résistible ascension de Marine Le Pen en devenant Marine Le Pen. […]

Pour autant, le FN d’aujourd’hui n’est pas plus républicain que le FN d’hier. C’est un constat.

En effet, pour être républicain, un parti n’est pas tenu uniquement au respect de la légalité républicaine, en particulier au respect du fonctionnement des institutions. C’est juste être légaliste, ce qu’est indubitablement le FN puisqu’il n’a jamais appelé ni à l’insurrection armée, ni à la guerre civile.

Un parti républicain adhère en plus de cela à l’universalisme républicain, qui veut entre autres qu’un individu soit considéré pour lui-même. Et non pas englobé dans des considérations ineptes sur une communauté imaginaire, à laquelle il est rattaché de gré ou de force pour ensuite être stigmatisé. Le FN n’est pas républicain, car il est doublement communautariste.

D’un côté, il fonde l’identité française sur un socle ethnique blanc et sur les « racines chrétiennes » de la France. Il nie ainsi ses racines juives, musulmanes, agnostiques et athées. De l’autre, il désigne à la vindicte une communauté fantasmée définie comme ennemi intérieur, que la Nation doit contenir pour sortir du déclin.

Ce faisant, le FN a simplement remplacé le juif par l’Arabe dans le canevas idéologique de l’extrême-droite. De la même manière que l’extrême-droite d’hier imputait aux juifs tous les maux de la société française, l’extrême-droite d’aujourd’hui les impute aux immigrés, essentiellement arabes. Le chômage ? L’immigration. L’insécurité ? L’immigration. Un attentat terroriste ? L’immigration. Les déficits de la Sécurité sociale ? L’immigration. Les problèmes de logement ? L’immigration. Et ainsi de suite. […]

Le Nouvel Obs

Projet « Parlement & Citoyens » : le PS craint une « OPA de la fachosphère »

Le FN cannibalise le lancement du projet Parlement & Citoyens

Une image inédite… et un certain malaise. Marion Maréchal-Le Pen et Louis Aliot (FN) assis côte-à-côte, presque épaule contre épaule, avec le député Bruno Le Maire (UMP) et le sénateur Joël Labbé (EE-LV), dans un salon de réception de l’Assemblée nationale. Tous ces parlementaires étaient présents mercredi soir, avec des représentants de plusieurs think tanks, au lancement du projet web Parlement et Citoyens, un site qui permet aux internautes de participer directement à l’élaboration de propositions de loi soumises par des parlementaires. Une occasion dont le Front national n’a pas manqué de profiter. «Un événement et une victoire pour nous», disait même Louis Aliot, le vice-président du Front national et animateur du think tank Idées Nation, y voyant un symbole de la «légitimisation» du FN au parlement. [...]

Pour le député Dominique Raimbourg (PS), il s’agit d’une «tentative intéressante d’amener les citoyens à participer à la complexité des choses».

Quid du risque de voir la «fachosphère», très active sur Internet, faire une OPA sur le projet en «trollant» les débats?

«Individuellement, ils sont probablement plus fort que toutes les autres forces politiques à ce niveau-là, c’est vrai. Mais collectivement, tous les autres partis représentés sont plus forts qu’eux donc il y aura un équilibre. Les échanges seront de toutes façons modérés.» [...]

Libération

Appli iPhone Marine Le Pen : « un vrai risque de 21 avril numérique »

« Cette fin de semaine ou lundi au plus tard », l’équipe web de Marine Le Pen sortira une appli iPhone « MLPofficiel », proposant « un condensé de la campagne de la candidate» FN, nous a assuré son responsable numérique, David Rachline, confirmant une information de Stratégies.

 

« Nous attendons juste une seconde validation d’Apple », raconte David Rachline, expliquant que la firme américaine, qui valide toutes les applications, a une première fois rejeté l’appli.  Ce refus était cependant motivé par « des raisons techniques »

Cette application iPhone consacrée à Marine Le Pen sera particulièrement axée sur les contenus vidéos et proposera un streaming des meetings de la candidate frontiste.

Une série de mesures numériques

Cette appli sortira, alors que depuis un mois, la candidate du FN multiplie les initiatives numériques.

Quinze jours avant, le parti mettait également en ligne un site de mobilisation « pour les jeunes » au design « très Mad men », intitulé « les jeunes avec Marine ».

Plusieurs sites de mobilisation vont également voir le jour dans les semaines qui viennent. La candidate frontiste a déjà annoncé sur son site qu’elle lancerait prochainement, la « Toile Bleu Marine », « un réseau informel de blogs et de sites qui soutiennent sa candidature à l’élection présidentielle ».

En mars, elle prévoit d’ailleurs de réunir, « physiquement » à Paris, l’ensemble des bloggeurs participants à cette initiative.

 

«Une montée de la fachosphère»

Petit à petit et régulièrement, Marine Le Pen structure donc son réseau sur Internet, un mouvement que peu avait prévu.

Au final, « il y a un vrai risque de 21 avril numérique« , résumait, en un mot, Benoît Thieulin (responsable de la web-campagne de Ségolène Royal en 2007) au début du mois dans les colonnes du Parisien, s‘inquiétant de la montée de cette «fachosphère».

Europe 1

La « marinosphère » et la « fachosphère » vues par Marianne

La présidente du FN dispose d’une bonne présence sur le Web, le FN est même le premier parti français sur Facebook. Mais une « Marinosphère » peut-elle émerger sur la Toile… en dehors de son parti ?

Elle dit ne pas encore avoir ses 500 signatures mais elle a déjà ses 33 000 fans. Marine Le Pen est ainsi la troisième candidate à la présidentielle sur Facebook. Mieux : le FN est le premier parti sur le réseau avec plus de 50 378 fans alors que le PS atteint les 34 400 et des poussières et l’UMP doit se contenter d’à peine 22 000 fans. Par rapport à son poids électoral, le FN bénéficie d’une véritable force de frappe sur Internet.

Autre point fort du FN : la force des blogs issus des mouvances à la droite de la droite voire d’extrême-droite. Des catholiques radicaux aux identitaires en passant par les souverainistes conservateurs. Sur cette cartographie de l’agence Linkfluence et du Monde.fr, on voit bien la sur-représentation de ces mouvances dans la blogosphère française.

Cette force de frappe avec le très connu Fdesouche en navire amiral est souvent appelé « fachosphère ». Un terme rejette au sein de l’équipe de campagne de Marine Le Pen. « Si on dit ça, c’est dire que tous les gens qui nous soutiennent sur Internet sont des fachos », affirme David Rachline, responsable de la campagne web de la présidente du FN. Pour autant, Fdesouche peut-il être un potentiel soutien ? « On a des points communs (…) Mais je ne suis pas sûr qu’ils aient envie d’être assimilés à nous », répond le communicant. [...]

Marianne2

La fachosphère se défoule après l’incendie de « Charlie Hebdo »

La blogosphère d’extrême droite profite de l’incendie des locaux du journal satirique pour vomir sa haine de l’islam.

Sur Internet, les communautés d’extrême droite se passionnent pour le sujet, comme à chaque fois que l’islam peut être lié de près ou de loin à un acte criminel, et saisissent l’occasion pour réaffirmer leurs thèses islamophobes.

Preuve de l’intérêt des internautes, le site « François Desouche », qui revendique près de 80.000 visiteurs uniques par jour, a accumulé en quelques heures plus de 1.000 commentaires. (…)

Nouvel Obs

Marc Knobel (Crif) : «Le monde virtuel ne doit pas être le refuge de toutes les provocations»

Marc Knobel, chercheur au Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et rapporteur à la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) pour les questions de racisme sur le Net s’inquiète du «développement de la xénophobie, du racisme et de l’antisémitisme sur Internet». Il vise en particulier la «fachosphère» et «l’extrémisme islamiste».

Il est donc indispensable que les pouvoirs publics donnent de la voix pour contrer la poussée de fièvre raciste et antisémite sur le Net.

[…]En quelques clics ou en effectuant une recherche à base de mots clés, nous «tomberons» assez facilement sur des blogs ou des sites qui affichent des contenus xénophobes. Les textes qui sont publiés répondent à une logique implacable. Ils s’adressent à des militants, des sympathisants, ou à des gens désillusionnés ou écœurés par la politique et le système. Il s’agit alors d’animer leur militantisme, de l’affirmer ou de l’encourager. Il s’agit aussi de dé- tabouiser, les conforter dans leur choix. Ces sites ne sont pas simplement des défouloirs, ce serait d’ailleurs une erreur de le penser. Ils ont et vise un objectif politique. […]

- Dans le domaine éducatif, Il faut soutenir des actions de sensibilisation et de prévention destinées en priorité aux éducateurs et aux élèves des écoles. Rappelons à cet égard le programme innovant de type «classroom of Difference» de l’anti-defamation league américaine, soumis au ministère de l’éducation nationale pour lutter contre les stéréotypes, les discriminations et le racisme. Ce domaine pourrait être élargit à l’Internet

- Les associations antiracistes et différentes institutions ont engagé des procédures afin de s’opposer à ces marchands de haine. L’action des associations est donc primordiale. Mais les moyens financiers limités de celles-ci les conduisent à se concentrer sur les cas les plus graves au détriment du racisme ordinaire, ce qui est regrettable. […]

Crif

Moreira (Canal+) / Oslo : « ce n’est pas pour rien si Zemmour et son Jazz Band sont des idoles de la fachosphère » (+réaction Joffrin)

28/07/11 : Réponse de Joffrin à Moreira. Le rédacteur en chef du Nouvel Obs persiste à raconter des calembredaines concernant Fdesouche.com.

[...] Dans le cas d’Anders Behring Breivik, l’idéologie sommaire et haineuse diffusée par de petits groupes qui dénoncent « l’invasion musulmane », qui emploient des termes animaliers pour désigner les musulmans, qui se réfèrent aux croisés ou aux templiers pour caractériser la situation d’aujourd’hui et préconisent ainsi, même implicitement, l’action violente, qui se félicitent de voir que des jeunes socialistes ont été tués, qui se situent dans le champ sémantique de la guerre civile, portent une responsabilité directe. Ils doivent être dénoncés comme tels. C’est le cas des sites extrémistes français comme fdesouche, que nous avons ici mis en cause et dont on ne comprend pas qu’ils puissent bénéficier d’une telle impunité.

(…) Si tous ceux qui en appellent à la nation, à l’identité, aux racines sont des assassins ou des complices d’assassins, il faut les poursuivre en justice ou les enfermer préventivement. Cela risque d’ailleurs de faire beaucoup de monde : les raisonnements par voisinage sont sans fin. Breivik s’en prend à l’immigration. Le FN aussi. A beaucoup d’égards, Sarkozy et Guéant également. Mais encore la gauche de gouvernement quand elle parle d’une régulation de l’immigration ou Michel Rocard quand il explique que la France « ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Tous complices de la tuerie ? Les causalités floues sont commodes dans la polémique. Elles sont de peu de secours pour qui veut comprendre et agir sérieusement.

Le Nouvel Obs

Lire la suite