«Les chrétiens du Moyen-Orient vivent leur période de déclin la plus spectaculaire, et c’est irréversible»

Selon le président de la Fondation syriaque-orthodoxe d’Istanbul, Sait Susin, plus de 5 000 d’entre eux sont arrivés en Turquie puis, de là, sont partis en Europe. Un exemples parmi d’autre de la fuite des communautés chrétiennes du Moyen-Orient.

Louis Bandak a pris la décision de partir au printemps 2013, lorsque des combattants étrangers ont contrôlé ses papiers et l’ont accusé de collaboration avec l’État sur la seule foi de son nom à consonance non musulmane.

L’église et le couvent des capucins de Deir Ezzor en Syrie, détruits le 15 avril 2013 (Photo: leveilleurdeninive.com)

Quand Louis Bandak a fui les violences en Syrie, il a trouvé refuge dans le pays que son grand-père avait dû abandonner il y a 90 ans presque jour pour jour. Louis Bandak et sa famille ont rejoint la cohorte, de plus en plus grande, de ces chrétiens qui ont traversé la frontière au Nord pour rejoindre la Turquie et laisser derrière eux une guerre qui a déjà fait plus de 140 000 victimes. «Même si je n’y étais jamais allé, je ne m’y sens pas étranger. Ici aussi, c’est chez moi», affirme-t-il à l’entrée du monastère Mor Abrohom, un vestige du Ve siècle, à une cinquantaine de kilomètres au nord du dernier village syrien. […]

S’ils ont quitté leur maison, c’est en partie parce que la communauté chrétienne, considérée comme un soutien du pouvoir de Bachar el-Assad, s’est sentie menacée par la rébellion. Les chrétiens, qui représentaient environ 10 % de la population du pays avant le conflit, se sont pourtant tenus à l’écart des affrontements entre des rebelles souvent sunnites, d’un côté et, de l’autre, Bachar el-Assad, qui appartient au clan alaouite, et ses alliés chiites. «Les chrétiens sont pris pour cible parce qu’ils sont vus comme des alliés d’Assad, mais aussi parce qu’ils représentent une cible naturelle pour les fondamentalistes», explique l’historien William Dalrymple, spécialiste des communautés chrétiennes du Moyen-Orient.

Jusqu’au déclenchement du conflit, la Syrie était un havre de paix relatif pour les chrétiens à l’image de ce que pouvait être l’ensemble du Moyen-Orient, plus tolérant il y a 50 ans, selon William Dalrymple. «Les chrétiens du Moyen-Orient vivent leur période de déclin la plus spectaculaire, et c’est irréversible », ajoute-t-il, en soulignant que l’Irak a perdu près de 70 % de sa population chrétienne depuis l’intervention américaine en 2003. […]

L’Orient Le Jour (Merci à antibarbare)

L’affaire Depardieu vue de Russie : Pas si fous ces Gaulois !

Par Alexandre Latsa

Beaucoup de Français l’ignorent, car leurs journalistes n’en parlent pas, mais rien qu’en 2010, ce sont plus de 4.500 Français qui ont pris la nationalité russe, selon le journaliste Youri Kovalenko qui a pris ce chiffre auprès de l’institut Eurostat.  [...]

La triste vérité est que la France est devenue un pays fiscalement étouffant, et aussi un pays à l’économie ralentie avec plus de 9 millions de personnes ne travaillant pas à temps plein, soit 30% de la population active, et que Depardieu ne fait que rejoindre les quelques millions de français déjà présents à l’étranger. Celui-ci n’est sans doute pas du reste parti pour des raisons uniquement fiscales, mais aussi pour fuir un climat politique et moral simplement détestable, et ne parlons pas du climat médiatique.

Mais quoi d’étonnant finalement à cela puisque nos élites poussent depuis des décennies à la création d’une Europe sans frontières, dans laquelle chacun est libre de s’installer et vivre ou il veut? La question que tout le monde se pose est désormais de savoir si l’on va assister à un exil de riches (et de moins riches) Gaulois vers la Russie de Poutine. [...]

Depardieu et Bardot contre les Femen et Pussy Riot? On peut se demander si la République y gagne au change ou si, par Toutatis, le ciel n’est pas simplement tombé sur la tête de certains journalistes, politiques et syndicalistes. Comme le relève très bien Jacques Sapir (ici et la): « la réalité russe s’avère, une fois de plus, bien différente des apparences. L’affaire Depardieu, en réactivant les fantasmes de toute nature ainsi que le fond antirusse d’une partie de la presse française, ne contribue pas à un examen objectif de cette réalité ».

Ria Novosti

Laetitia Casta quittera la France si Marine Le Pen arrive au pouvoir

Interrogée par Thierry Demaizière dans Sept à Huit, Laetitia Casta a accepté de se confier sur l’exil fiscal de Gérard Depardieu.
Hebergeur d'image

En guise de conclusion elle explique que la seule chose qui pourrait la faire partir serait une hypothétique accession de Marine Le Pen au pouvoir. Mais bon, sachant qu’elle vit à Londres ça ne changerait pas grand chose pour elle.

Actualité oblige, elle a également été questionnée sur le cas Gérard Depardieu. Selon elle, «il n’a pas besoin de conseil» et c’est «un faux problème.» Pour celle qui a été désignée «Marianne» en 2000, «l’idée ce n’est pas de faire fuir tout le monde mais de relever la situation économique.» Elle poursuit en arguant que parler de lui n’est pas important : «Je ne juge pas Gérard Depardieu, mais parlons plutôt de l’Afghanistan» lâche-t-elle.

Closer (Merci à snooke)

Des riches Français vendent leurs logements pour partir à l’étranger :

Le marché français de l’immobilier de luxe voit affluer nombre de nouveaux biens dont les riches propriétaires veulent se défaire avant de partir à l’étranger pour échapper au durcissement de la fiscalité en France.

« C’est un peu l’affolement général. De 400 à 500 habitations de plus d’un million d’euros sont venus s’ajouter (récemment) au marché parisien », expliquent à l’AFP les dirigeants de Daniel Féau, un cabinet immobilier spécialisé dans l’immobilier de luxe.

(…) Boursorama