Clichy-sous-Bois (93) : Eva Joly explique les fonds européens aux associations

Eva Joly s’en rendue samedi matin à 10 h 30 à Clichy-sous-Bois, au marché Anatole-France, sur le plateau, dans le cadre de la campagne des élections européennes.

Près de 80 personnes ont participé samedi au débat organisé à Clichy-sous-Bois autour d’Eva Joly, de Mohamed Mechmache, et d’autres candidats Europe Ecologie aux élections européennes de mai prochain. L’un des sujets abordés : l’utilisation des fonds européens pour les aides aux associations.

Le Parisien

Eva Joly attaque la droite populiste norvégienne

« Ce serait honteux » qu’un tel parti entre au gouvernement. Eva Joly s’en est vivement prise à la droite populiste anti-immigration, mercredi 4 septembre, à quelques jours des législatives norvégiennes du 9 septembre.

« Dans un pays comme la Norvège, où l’on a des excédents budgétaires, pas de chômage et où l’on a accès aux meilleures prestations de santé au monde, comment les gens peuvent-ils voter pour un parti basé sur l’hostilité, la haine et l’exclusion ? », s’est demandé la Franco-Norvégienne, citée par la radiotélévision NRK, pointant du doigt le parti du Progrès (FRP).

Crédité d’environ 15 % des intentions de vote aux législatives, le FRP est en bonne position pour former un nouveau gouvernement aux côtés du parti conservateur de Mme Erna Solberg, aux dépens de la coalition de gauche sortante.

Mme Joly, qui avait recueilli 2,31 % des voix à l’élection présidentielle française de 2012, tente d’aider un nouveau parti écologiste à percer aux législatives norvégiennes, le premier scrutin national depuis le massacre d’Utoya.

« Elle a le droit d’en faire son hobby quotidien. Nous, ce qui nous occupe, c’est de trouver de meilleures solutions pour la Norvège », a réagi le vice-président du FRP Ketil Solvik-Olsen, cité par les médias norvégiens. [...]

Le Monde

Sondage : 70% des Français pensent que les politiques sont corrompus

Alors que ce vendredi, c’est au tour de Bernard Tapie d’être mis en examen dans une affaire qui éclabousse le précédent gouvernement, un sondage BVA pour iTélé révèle que 70% des Français pensent que les personnalités politiques sont le plus souvent corrompues.

Par ailleurs, les Français semblent avoir développé un «certain cynisme vis-à-vis des affaires politiques», selon BVA. Nombreux sont ceux qui, désormais, pensent qu’il est très difficile pour un élu de rester honnête.

«Cette succession d’affaires est une bombe à fragmentation», alertait en mars dans nos colonnes Eva Joly, ancienne juge et candidate EELV à la présidentielle.
29% seulement estiment au contraire que ces affaires sont «des cas isolés, la majorité des personnalités politiques étant intègres».

Début avril déjà, un sondage CSA pour BFMTV affirmait qu’une majorité de Français (55%) estimait que la plupart des hommes et des femmes politiques étaient corrompus. Outre cette tendance bien connue, l’étude BVA établit que la compétence est considérée comme la qualité la plus importante des politiques, plus encore que leur honnêteté (38% contre 28%). […]

Le Parisien

« Manuel Valls fait mal à la gauche » (Joly/RMC)

Dans Bourdin & Co, Eva Joly ne cache pas son aversion pour Manuel Valls et lui reproche d’avoir envoyer des gaz lacrymogènes contre les salariés de Goodyear.

« C’est un homme conservateur à l’intérieur de la gauche. » – Eva Joly

Eva Joly : «La France de 2012 est cosmopolite. Celle de 2050 le sera davantage encore»

L’ancienne candidate à la présidentielle Eva Joly revient dans le JDD sur le vote du pacte budgétaire européen, sur les tensions ressenties au sein même d’Europe Ecologie – Les Verts et sur sa «contribution au débat sur l’identité nationale».

Vous avez lancé fin août votre club politique #engagement. Où en êtes-vous?

L’association sera montée courant novembre. Plusieurs thèmes nous sont chers : la défense des droits de l’homme, la protection de l’environnement par exemple.

Mais un chantier me semble particulièrement urgent. Pendant ma campagne, j’ai compris combien la xénophobie est forte et combien l’envie d’exclusion de l’autre comme thème populiste est avancée. L’idée des pains au chocolat volés aux petits enfants blancs par des méchants basanés fait des ravages…

Je souhaite donc engager un débat sur ce que veut dire être Français, avec d’autres présupposés que ceux de Nicolas Sarkozy. Ce sera ma contribution au débat sur l’identité nationale : la France que j’aime a souvent une double culture. J’ai envie de promouvoir cela. […]

Le JDD

Afghanistan: Joly en mission pour l’ONU

L’ancienne magistrate Eva Joly s’est vu confier une mission anti-corruption en Afghanistan dans le cadre de l’ONU et effectuera dans cet objectif un premier séjour à Kaboul du 7 au 20 juillet.

La mission, au côté de deux autres experts internationaux et trois spécialistes afghans, aura lieu à Kaboul, à raison de 15 jours tous les trois mois, a priori pour une période de deux ans renouvelable, a affirmé l’ex-juge anti-corruption, à l’issue d’une conférence de presse au siège d’EELV consacrée au sommet Rio+20 sur le développement durable.

« Notre rôle sera de donner des conseils et vérifier l’avancement dans la création d’institutions capables de lutter contre la corruption » a expliqué l’eurodéputée EELV, qui rencontrera des dirigeants afghans sur place. Un rapport sur « l’état d’avancement des recommandations » sera établi tous les trois mois par l’équipe d’experts.

La Franco-Norvégienne, qui a par le passé conseillé le gouvernement de son pays natal dans sa lutte contre la corruption internationale après s’être fait un nom dans l’affaire Elf en France, a souligné que « tout l’enjeu était de créer des îlots d’intégrité » en Afghanistan, que ce soit dans la justice ou la police, car sans cela, « il n’y a pas d’avenir démocratique. » Interrogée sur sa sécurité lors de ses séjours là-bas, l’ex-candidate à la présidentielle a répondu: « nous serons très protégés » avec une « vingtaine de garde du corps. »

Pendant sa campagne électorale, Eva Joly, 68 ans, avait notamment estimé qu’il n’y avait « pas de sens de vouloir construire une démocratie sur un régime qui est complètement corrompu » s’en prenant notamment au président afghan Hamid Karzai « et sa famille. »

Le Figaro

Nicolas Hulot a voté Mélenchon au premier tour, Hollande au second

«Je vote pour la planète.» En avril, Nicolas Hulot s’était refusé à appeler à voter Eva Joly pour le premier tour de la présidentielle. L’ancien candidat écologiste a indiqué ce mercredi avoir donné son bulletin à Jean-Luc Mélenchon, le patron du Front de gauche. «Je ne peux pas mentir, je n’ai pas voté Eva», révèle au micro de RMC- BFM-TV l’ex-animateur de télévision, battu par sa rivale lors de la primaire d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

«Non par réaction, mais parce que dans le discours de Mélenchon, pendant la campagne, j’ai trouvé plus de pédagogie sur ces sujets, sur la régulation de la finance, sur la planification écologique, je l’ai trouvé plus performant sur ces sujets», affirme-t-il. Et au second tour ? François Hollande.

Le Parisien

Eva Joly prête à servir le gouvernement

Eva Joly, candidate d’EELV à la dernière présidentielle, aimerait pouvoir s’occuper de « la réforme financière » auprès du gouvernement Ayrault, tout en estimant que « ce n’est pas un sujet d’actualité », a-t-elle dit aujourd’hui. [...]

Hebergeur d'image

Selon le quotidien, cette offre de service est parvenue au président François Hollande, qui lui a réservé « un accueil favorable », par l’intermédiaire du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du logement, et numéro un d’Europe Ecologie-Les Verts, en a informé Eva Joly, ajoute le journal.

Interrogée pour savoir si cela était exact, l’ex-candidate a répondu : « oui… C’est encore un sujet très lointain, ce n’est pas un sujet d’actualité. On va bien voir ». A l’Hôtel Matignon, interrogé, on indique qu’Eva Joly « a fait des propositions » mais qu’ »il n’y a rien de décidé du tout ». [...]

Le Figaro

L’écologie française bonne à jeter aux orties

Comment l’écologie politique, dont le rayonnement ne cesse d’être annoncé pour le XXIème siècle, va-t-elle pouvoir se faire une place au soleil ? Si elle continue à être représentée, en France, par une bande de zozos, elle ne risque pas de faire long feu.

Les dernières sorties d’Eva Joly, qui se verrait bien au gouvernement ou au conseil constitutionnel, de Cécile Duflot et Jean-Vincent Placé, qui affichent sans vergogne leurs ambitions ministérielles, ne manquent pas de sel. Quel culot après la déculottée présidentielle de la candidate d’Europe Ecologie – Les Verts ! Seul Daniel Cohn-Bendit, à qui ils doivent leurs succès aux dernières européennes et régionales,  semble voir clair. Il ne manque d’ailleurs pas d’humour pour remettre ses petits camarades à leur place. [...]

Le blog de Yves Thréard

Quand Joly se rappelle au bon souvenir de Hollande

Décidément, Eva Joly est dotée d’une assurance à toute épreuve. Comment dire? Malgré ses 2,31 % de suffrages exprimés le 22 avril, l’ancienne candidate écolo croit déceler auprès des Français comme une envie d’elle. «Dans la rue, ils me disent: “Allez-y”», a-t-elle confié tout haut, mercredi, devant une dizaine de journalistes conviés à un déjeuner dans un restaurant parisien.

L’occasion d’exposer ses «aspirations».

En toute simplicité! Persuadée de détenir «un capital positif», voire «incontournable»,

Eva Joly explique donc tout naturellement qu’elle aspire à devenir «ministre déléguée ou, éventuellement, commissaire chargée de la réforme financière». «Tout est lié à la lutte contre la corruption», rappelle l’ancienne juge.

Devant la presse, qui lui demande si elle a obtenu des garanties de la part du PS, l’eurodéputée élude, minaude même. «C’est vrai que dans la Ve République, on ne postule pas un poste de ministre. C’est le président qui choisit. Mais, dans mon CV, j’ai beaucoup d’éléments utiles. J’ai un certain âge, mais aussi une certaine expérience. En tout cas, ça me plairait d’avoir une mission…», poursuit-elle, non sans un certain aplomb. (…)

http://img843.imageshack.us/img843/165/evajolydanielcohnbendit.jpg

(…) Quant au propos de Daniel Cohn-Bendit, pour qui elle ne serait pas à sa place au gouvernement, elle y voit de «la jalousie et un peu de misogynie»!

«Dans cette campagne, j’ai appris que la camaraderie et l’amitié n’étaient pas des valeurs sûres. Oui, j’ai perdu des amis…», a-t-elle encore confié.

Le Figaro