« La Vraie vie des profs »-Casting : recherche ados pour long-métrage

Une agence de casting recherche des adolescents pour un long-métrage qui s’appellera « La Vraie vie des profs » qui sera tourné en juin-juillet dans un collège de Marseille et réalisé par les réalisateurs du film d’animation « Lascars ».

Image de prévisualisation YouTube

On peut postuler pour les rôles suivants :

- Rôles principaux

Albert, 12-14 ans (niveau 5e et 4e) : bonne bouille, métis, ou brun à la peau mate, ou de type africain (il peut être un peu grassouillet). C’est une grosse personnalité, très extraverti.

JM, 12-14 ans (niveau 5e et 4e) : maghrébin, il suit Albert dans ses frasques, mais il est plus sensible et plus introverti.

Mousse, 10-12 ans (niveau 6e et 5e) : petit frère d’Albert, de type africain, ou métis, ou brun à la peau mate. Il est intelligent, mûr, bon élève, qui a un côté “geek”.

Sissi, 12-13 ans (niveau 5e) : c’est une jolie fille, un peu BCBG, de type européen. Elle est bonne élève mais aime aussi s’amuser.

Juju, 12-13 ans (niveau 5e) : fille de la prof de math. Elle est marrante, sympa, possiblement un peu boulotte, ou avec un look un poil décalé.

- Rôles secondaires

Karim, 15-16 ans (niveau 3e) : maghrébin, c’est une forte personnalité, très leader. Il se fait respecter au collège, même s’il n’a pas forcément un physique de caïd.

Natascha, 14-16 ans (niveau 3e) : type européen, c’est une très jolie fille (la bombe du collège), et elle a déjà un côté jeune femme.

La Provence

L’Euro : implosion ou sursaut ?

Le pari de l’Euro était de construire une zone modèle. En exacerbant les différences, on affirme, voire on crée, et on enkyste des différences : modèle rhénan pour l’Allemagne ; modèle anglo-saxon pour l’Irlande ou l’Espagne, etc.

Lorsque la crise financière devient crise économique, et que les Etats s’épuisent à maintenir les demandes globales en creusant de façon historique les déficits publics, c’est le navire tout entier qui est menacé.

Si naguère, en résultante des abandons monétaires, les marchés politiques se sont assez spontanément dirigés vers la création d’une zone monétaire largement artificielle, vont-ils, à la faveur de la crise, poursuivre la construction européenne et arrimer la monnaie à un grand Etat européen ?

Sur le papier des croyants du constructivisme, les choses sont simples : il existe désormais un seul Etat, sans doute hétérogène, mais disposant d’une monnaie souveraine. Il n’y a plus de dettes souveraines au pluriel, mais une dette souveraine au singulier.

Le couple monnaie unique / grand Etat suppose d’énormes changements, qui se ramènent tous à la question de l’évaporation progressive des marchés politiques nationaux, au profit de la naissance de marchés politiques européens. Les énormes coûts d’une implosion de l’Euro pourraient faciliter cette perspective.

Suite et commentaires sur Fortune

La crise a changé la consommation des Européens

Près de deux Européens sur trois (64%) estiment que la crise a changé « durablement » leur façon de consommer. Une enquête, réalisée auprès de 8.000 personnes dans douze pays d’Europe, montre également que 34% d’entre elles souhaitent augmenter leur épargne au cours des douze prochains mois, contre 22% un an plus tôt.

« L’heure est au mieux-vivre. Le mieux consommer est préférable au tout consommer. La crise affirme le besoin de retrouver le juste prix et la qualité. » Ainsi trois Français sur quatre (73%), entendent changer « durablement » leur façon de consommer.

Dans le détail, les Français sont plutôt hésitants. Ils prévoient un niveau d’épargne (30%) similaire à celui de leurs dépenses (31%). A l’exception de l’Europe de l’Est, il y a une forte volonté en Europe de reconstituer une épargne de précaution. Les ménages souhaitent mettre de l’argent de côté pour des éventuels coups durs.

Ce nouveau comportement fait ressortir deux tendances principales. Plus d’un tiers des Européens (38%) achètent ou consomment fréquemment des aliments bio et près de la moitié (47%) des ménages jugent nécessaire d’acheter des produits d’occasion.

Suite et commentaires sur Fortune

Conférence sur l’Europe : intervention identitaire applaudie

Dans le cadre de la tournée des Identitaires sur « l’Europe que nous voulons », les jeunes Identitaires du Dauphiné ont décidé de s’inviter à une conférence-débat sur le thème « être citoyen européen ». La conférence se tenait à la médiathèque de Valence le mercredi 13 mai 2009.

Le conférencier se borna surtout à présenter ce qu’est un citoyen, plutôt qu’à expliquer ce qu’est un Européen. On aura retenu que le citoyen européen d’aujourd’hui est quelqu’un qui « décide de son avenir », que c’est une personne « qui prend des décisions ». L’Europe quant à elle est « un objet politique hybride », « un espace indéfini » qui serait « né en 1957 ».

Il n’a alors pas été difficile pour un Jeune Identitaire de lancer le débat en prenant à revers le discours du conférencier et en emportant l’approbation de la salle. Au vu des applaudissements et des discussions engagées à la suite de cette intervention, que la vision de l’Europe des Identitaires trouve un écho très favorable parmi la population.