«L’éclatement de l’Europe est un risque réel»

Pour Mark Leonard, directeur exécutif du European Council on Foreign Relations (Conseil européen des relations étrangères), deux dangers menacent, «la technocratie et le populisme», qui pourraient conduire à «l’éclatement de l’Europe».

Aux yeux [des populistes], l’UE veille au bien-être du grand négoce et des banques, mais pas à celui des gens ordinaires ; elle lève le contrôle des frontières ; et promeut la mondialisation plutôt qu’elle ne protège ses citoyens des conséquences de celle-ci.

[…]Deux tendances contradictoires mais qui se renforcent l’une l’autre ont défini l’intégration européenne : la technocratie et le populisme. [….] Mais au moment où l’Union européenne (UE) gagnait en maturité comme projet politique, c’est son succès même en tant que phénomène bureaucratique qui a alimenté une réaction populiste. Cette dernière a commencé au Royaume-Uni avec Margaret Thatcher, mais est devenue aujourd’hui une force paneuropéenne qui comprend des figures et des groupes de gauche et de droite, tels Geert Wilders aux Pays-Bas, les Vrais Finlandais, et Marine Le Pen. […]

Le Monde

La dette publique : faux coupable

Les dirigeants européens ont convaincu leurs concitoyens que la dette publique était à l’origine de tous leurs maux. Ce faisant, ils renouvellent l’erreur qui fut fatale aux Allemands en 1930 comme aux Français en 1935…

Le Procès de George Jacobs – Tompkins H. Matteson, 1855

À Bruxelles, dans la nuit du 26 octobre 2011, les chefs d’État et de gouvernement de la zone euro n’ont pas seulement tendu la sébile à la Chine et à d’autres pays émergents. Ils ont réaffirmé leur volonté de voir les États du sud de l’Europe se désendetter à quelque prix que ce soit. Deux jours plus tard, jour de fête nationale en Grèce, les citoyens de ce pays ont mis en péril le plan européen par leur révolte.

Les Grecs ont-ils tort de rejeter l’accord de Bruxelles? Rien de moins sûr. »

Suite et commentaires sur Fortune

L’extrême droite grimperait en Europe

L’extrême droite a le vent en poupe dans l’Union européenne et ses thèses rencontrent un écho grandissant chez les jeunes hommes de moins de 30 ans, selon une étude publiée lundi à Bruxelles par le centre de réflexion britannique Demos.

Dans toute l’Europe, des jeunes gens se sentent abandonnés par les partis traditionnels et leurs représentants et affichent de la sympathie pour les groupes populistes »

L’étude qui s’appuie sur les réponses fournies sur le site de socialisation Facebook par près de 11.000 sympathisants de 14 groupes d’extrême droite dans onze pays européens, montre que la montée de l’islamisme, perçue comme une menace, fédère de plus en plus de personnes en Europe. [...]

Le Figaro. L’étude de Demos.

Merkel : « Il faudra une décennie pour assainir les finances en Europe »

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé samedi qu’il faudrait à l’Europe « une décennie » pour assainir ses finances et sortir de la crise de la dette, dans un message vidéo hebdomadaire aux Allemands sur son site internet.

Résoudre la crise de la dette « est un chemin qui demande beaucoup d’efforts, sur lequel nous devons avancer pas à pas », a-t-elle déclaré, au lendemain du sommet du G20 à Cannes, largement consacré à cette question.

La crise de la dette ne passera pas d’un coup et il est certain qu’il va falloir une décennie pour que nous soyons à nouveau dans une meilleure position. »

Suite et commentaires sur Fortune

Europe fédérale et despotisme éclairé

France Culture – Le Secret des Sources – 5 novembre 2011 :

« [...] Dans les élites européennes et depuis longtemps, vous pouvez entendre dire qu’il faudra y aller pour créer une Europe unie, peut-être une Europe fédérale si c’est le but ultime, mais une Europe qui pèse dans le concert géopolitique du XXIème siècle, il faudra y aller peut-être (j’ai entendu ça de la bouche de plusieurs responsables européens en privé), peut-être faudra-t-il y aller par une sorte de despotisme éclairé.«  — Ana Navarro-Pédro, correspondante à Paris pour l’hebdomadaire portugais Visão

Image de prévisualisation YouTube

France-Culture

(Merci à Romégas)

Un Français sur trois tenté par le retour au Franc

Sondage exclusif ATLANTICO/IFOP : 32% des Français sont en faveur d’un retour au Franc. Moins qu’il y a un mois, mais beaucoup plus qu’en début d’année. Une tendance particulièrement marquée dans les catégories populaires, où un adulte sur deux veut que la France quitte l’euro. Et ce, malgré le quasi-consensus des politiques et des médias en faveur de la monnaie unique. [...]

Ce score est également très faible par rapport à l’Allemagne, où 60% des citoyens veulent revenir au mark. On conserve donc une véritable dichotomie entre les deux pays.

Atlantico

« L’europe nous a sauvés de conflits » (RMC)

Dans les GG de RMC, petit florilège du professeur d’économie Pascal Perri et du conseiller fiscal Franck Tanguy sur la Grèce, le G20 et l’Europe.

Si demain la Grèce sort de l’euro, c’est tout de suite 50% de la richesse du pays qui s’effondre. C’est la misère pour les Grecs. Ça répond aussi à tous ces imbéciles qui nous chantent qu’il faudrait sortir la France de l’euro. » – Pascal Perri

 Image de prévisualisation YouTube

Les millions perdus de l’Europe (Vidéo)

Les aides financières attribuées par Bruxelles ont parfois des utilisations détournées qui mettent en jeu des millions d’euros.

L’enquête commence sur une petite île danoise où un agriculteur a construit des pistes de ski sur ses terres grâce aux subventions européennes. Elle se poursuit en Normandie où le responsable d’une laiterie a été mis en examen pour une fraude de plusieurs millions d’euros.

De cette escroquerie portant sur un commerce de beurre frelaté on remonte jusqu’à la mafia italienne qui fabriquait la matière grasse chimique. En Calabre, on découvre un chantier d’autoroute financé par l’argent européen, dont l’achèvement est repoussé d’année en année depuis quinze ans… Mais que peut faire l’Europe pour lutter contre ces fraudes et ces abus ? À Bruxelles, les réalisateurs constatent que d’anciens commissaires européens se reconvertissent dans le conseil d’entreprises privées, ce qui soulève la question des conflits d’intérêt.

Un documentaire sans concession sur les vices de forme de certains règlements et sur l’absence de contrôle efficace. »

Vidéo et commentaires sur Fortune

Livre : «Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. Une intégration invisible»

Le tome 1 de l’ouvrage Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. Une intégration invisible, vient de paraître aux éditions Albin Michel. Cet ensemble d’études publié sous la direction de Jocelyne Dakhlia, spécialiste du Maghreb, directrice d’études à l’EHESS, et Bernard Vincent, ancien directeur du Centre de recherches historiques, prétend démontrer que la présence de l’islam est ancienne en Europe et que, finalement, l’immigration d’aujourd’hui n’est en rien un phénomène nouveau.

Il s’agit d’aller contre les idées reçues, parmi lesquelles «la certitude que la confrontation de l’Europe occidentale à une présence de l’Islam et de musulmans sur ses territoires est une réalité récente, voire contemporaine».

Présentation de l’éditeur :

Un musulman peut-il être européen ? Cette interrogation, qui n’a été formulée explicitement qu’avec l’irruption sur la scène politique du débat sur l’entrée de la Turquie dans l’Europe, se posait déjà au Moyen Âge et à l’époque moderne. Pourtant, un préjugé tenace voudrait que les musulmans aient été quasiment absents d’Europe jusqu’au XIXe siècle, les flux de circulation ou d’immigration étant tous tributaires de la colonisation.

Opposant des arguments scientifiques à ces idées reçues, les études réunies ici démontrent, qu’au contraire, des musulmans ont été intégrés par milliers aux sociétés d’Europe occidentale, mais que ce fait est passé inaperçu. Cette invisibilité nous apprend que, loin d’être contemporaines, la question de la présence de l’islam dans l’espace public et celle de la pratique du culte musulman sont anciennes – et enfouies.

Blog passion.histoire

L’ouvrage présenté par le journal El Watan sous le titre «Les musulmans sont-ils solubles dans l’Europe ?» :

Les racines chrétiennes de l’Europe et la non-admission dans l’Union européenne de la Turquie parce qu’elle est trop musulmane, sont deux des traits caractéristiques du renfermement de l’Europe sur des valeurs estimées historiques. Pourtant, les musulmans ne sont pas une nouveauté en Europe. Un travail universitaire dénoue les fils de cet imbroglio.

Il s’agit d’aller contre les idées reçues, parmi lesquelles «la certitude que la confrontation de l’Europe occidentale à une présence de l’Islam et de musulmans sur ses territoires est une réalité récente, voire contemporaine».

La remontée dans le cours de l’histoire prouve aisément le contraire. Parmi les titres de chapitre on peut citer : «Un Turc à Turin entre XVII et XVIIIe siècles» ; «Les musulmans dans la France du début du XIXe siècle» ; «Esclaves et commerçants musulmans à Livourne» … sans oublier bien entendu, l’Espagne et la présence pendant plusieurs siècles d’une civilisation musulmane féconde, qui ne pouvait pas avoir de liens avec son voisinage.

El Watan

New York : Les « indignés » de Wall Street s’installent dans la durée (Vidéo)

Depuis cinq semaines, Wall Street est l’épicentre d’un mouvement de protestation contre les banques à l’origine de la crise financière, contre l’inégalité croissante, contre les défaillances des politiques, accusés d’être soumis au diktat et à l’argent des grandes entreprises.

Occupy Wall Street affirme représenter les aspirations des 99 % des Américains qui n’ont ni pouvoir ni argent. Spectaculaire et bien organisé, relayé en flux continu sur plusieurs sites internet, ce rassemblement, popularisé sur le réseau Twitter, se veut résolument non violent. »

Image de prévisualisation YouTube

Suite et commentaires sur Fortune

Europe : La natalité en question

Depuis quelques années, la croissance démographique européenne est en berne. Faire des enfants, ce n’est plus dans l’air du temps, sans même parler du risque financier. En un mot, procréer, c’est renoncer. Ainsi, nombreux sont ceux qui se concentrent sur leur carrière avant de penser à fonder une famille. Mais le numéro d’équilibriste qui vise à concilier vie de famille et vie professionnelle en décourage plus d’un. Alors que faire ? Rester sans enfants ? Les jeunes Européens ont-ils encore envie de bébés ?

Bien entendu il y a une solution toute simple à la pénurie d’enfants en Europe. Ouvrons grand nos portes aux immigrants et le problème sera réglé en un clin d’oeil. Mais la peur de l’invasion étrangère, de l’islamisation, rendent nombre de nos concitoyens hermétiques à cette idée. » (Journaliste)

Babyboom organisé : La politique nataliste de la Russie
Lire la suite

Passage à l’heure d’hiver : Une mesure inutile et dangereuse ?

Comme chaque année depuis 1976, la fin du mois d’octobre sera marquée par le passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver. Le soleil se lèvera alors plus tard, mais se couchera plus tôt. Un changement censé permettre de réaliser des économies d’énergie.

Dans la nuit de samedi à dimanche, les Français comme tous les autres habitants de l’Union européenne, reculeront d’une heure leurs horloges et montres. Ainsi dimanche dans l’Hexagone, il sera à 3h00 heure d’été, 2h00 selon l’heure d’hiver. Un changement qui réduira d’une heure le décalage par rapport à l’heure GMT au cours des cinq prochains mois.

Cette mesure a été mise en place en 1976. Elle est née suite à la crise pétrolière survenue trois ans plus tôt, afin de réaliser des économies d’énergie. Le changement d’heure a en effet pour but d’harmoniser les horaires d’activités et celles de l’ensoleillement, afin de réduire l’utilisation de l’éclairage artificiel. »

En France, ce sont ainsi 340 GigaWattHeure (GWH) qui devraient être chaque année évités d’ici à 2030. Une économie à laquelle s’ajoute un gain de 130 GWH sur le chauffage et la climatisation.(…)

Une mesure inutile voire à l’origine de perturbations ?

Suite et commentaires sur Fortune