Hollande souhaite mobiliser l’épargne des Français pour financer la dette

François Hollande a affirmé aujourd’hui qu’il souhaitait que l’épargne des Français puisse davantage être «mobilisée» pour financer une partie de la dette, à condition que les modalités d’emprunt soient plus favorables pour le pays.

«Moi, j’ai l’idée que l’épargne des Français, qui est à un niveau très élevé (17% de nos revenus sont épargnés) puisse être mobilisée pour l’industrie, pour le logement et aussi pour la dette», a-t-il déclaré, interrogé à ce sujet lors du Grand Journal de Canal +. Son intervention avait été enregistrée un peu plus tôt dans la journée, pour cause de meeting dans la soirée à Bordeaux. «De manière que, plus on empruntera auprès des Français, moins on empruntera auprès des marchés», a-t-il dit. […]

A la fin 2011, 65,4% de la dette négociable de l’Etat (sous la forme de titres) était détenue par des non-résidents, et 34,6% par des résidents français, selon les données de l’Agence France Trésor, chargée de gérer la dette française.

Le Figaro

Le premier produit d’épargne «charia compatible» débarque en France

France Sukuk Courtage veut permettre aux musulmans de bénéficier d’un placement dans l’immobilier parisien en respectant la loi islamique. Une fatwa, un édit religieux, est en cours d’étude. Quant à l’agrément définitif du fonds lui-même par l’Autorité des marchés financiers, il est attendu «prochainement».

La cible est claire : les quelque deux millions de musulmans pratiquants en France qui n’ont aucun moyen d’investir dans l’immobilier.

La finance islamique peine toujours à décoller en France. Contrairement à d’autres pays d’Europe, comme la Grande-Bretagne, aucune grande banque française ne commercialise de produits grand public «charia compatibles», c’est-à-dire qui respectent les règles de l’islam. Et pour cause : elles craignent d’être accusées de «communautarisme» alors que la majorité durcit sa position sur la laïcité. France Sukuk Courtage, une petite société installée à Paris, n’a pas eu tant de scrupules. Après avoir longtemps négocié avec des filiales de grands établissements bancaires, elle a décidé de se lancer sans leur soutien.

À l’occasion de la 28e Rencontre des musulmans de France au Bourget, du 22 avril au 25 avril, elle va faire la promotion du premier produit d’épargne immobilière conforme à la charia en France métropolitaine : l’OPCI (Organisme de placement financier en Immobilier) France Sukuk Immobilier 2020.

Le principe : mettre de l’argent dans l’immobilier pour en retirer des bénéfices liés à la location ou à la revente de biens. Un système qui respecte scrupuleusement la nécessité d’investir sur des actifs réels ainsi que le bannissement du taux d’intérêt et de l’endettement, principes de base de la finance islamique. La souscription se fait par tranche de 10 000 euros, sans aucun plafond de versement. Les risques sont limités puisque l’argent récolté sera placé sur de l’haussmannien parisien et de la petite couronne. [...]

Le Point (Merci à basta!)

La crise a changé la consommation des Européens

Près de deux Européens sur trois (64%) estiment que la crise a changé « durablement » leur façon de consommer. Une enquête, réalisée auprès de 8.000 personnes dans douze pays d’Europe, montre également que 34% d’entre elles souhaitent augmenter leur épargne au cours des douze prochains mois, contre 22% un an plus tôt.

« L’heure est au mieux-vivre. Le mieux consommer est préférable au tout consommer. La crise affirme le besoin de retrouver le juste prix et la qualité. » Ainsi trois Français sur quatre (73%), entendent changer « durablement » leur façon de consommer.

Dans le détail, les Français sont plutôt hésitants. Ils prévoient un niveau d’épargne (30%) similaire à celui de leurs dépenses (31%). A l’exception de l’Europe de l’Est, il y a une forte volonté en Europe de reconstituer une épargne de précaution. Les ménages souhaitent mettre de l’argent de côté pour des éventuels coups durs.

Ce nouveau comportement fait ressortir deux tendances principales. Plus d’un tiers des Européens (38%) achètent ou consomment fréquemment des aliments bio et près de la moitié (47%) des ménages jugent nécessaire d’acheter des produits d’occasion.

Suite et commentaires sur Fortune

La France a peur, la France épargne

Première inquiétude Français, pour 2010, selon un sondage Harris Interactive pour RTL : la dégradation du marché de l’emploi (69 %), contre 33 % pour les conséquences du réchauffement climatique et 18 % pour la menace terroriste. Leurs raisons d’espérer ? La reprise économique (64 %). Les Français se disent en majorité optimistes (60 %).

Optimistes, mais précautionneux. En 2009, le taux d’épargne des ménages a progressé de 2 points, pour atteindre 17 % des revenus, un niveau qu’on n’avait plus vu depuis 1983. Preuve supplémentaire de cette prudence, ce sont des placements extrêmement sûrs que les Français plébiscitent (Livret A et assurance-vie).

Première explication, la peur du chômage, qui incite à mettre de l’argent de côté en prévision d’un éventuel coup dur. Deuxième piste – plus polémique -, l’envolée de la dette publique, qui pourrait être à l’origine de cette épargne de précaution, phénomène connu, en science économique, sous le nom d’effet Ricardo-Barro.

Suite et commentaires sur Fortune

« Comment la Presse-Pravda prend des vessies pour des lanternes »

Une tribune libre de Patrick Reymond

Il y a une définition de base en économie, c’est celle du patrimoine : l’ensemble des biens et créances possédés, diminués des dettes. Jusque-là, tout va bien, mais il faut affiner le réglage. En effet, un bien possédé n’a de valeur qu’au moment de sa réalisation, une créance a toujours un caractère incertain. Par contre, la dette a une autre caractéristique : elle est certaine.

Un article est paru dans Le Figaro : « Le patrimoine des français augmente de 0,6 % à 10.200 milliards d’euros.«  Ce patrimoine est composé aux 2/3 d’immobilier, soit 6.800 milliards.

En réalité, cette valeur est largement fictive et d’un renouvellement très lent. Elle est fictive, car même en période de bulle immobilière, on n’a pas atteint les 900.000 ventes en France, pour 30 millions de logements. On atteindra sans doute à peine les 600.000 cette année et moins encore l’année prochaine. Le taux de rotation des biens, avec le recul des transactions, est passé de 35 à 50 ans. Le reste, 3.400 milliards d’euros, ce sont des placements financiers, en grande partie en assurance-vie.

Suite et commentaires sur Fortune

Baisse du taux du livret A à 1,25% en août

Tirant les leçons de la baisse de l’inflation, la ministre de l’Économie Christine Lagarde a annoncé la baisse du taux du livret A, qui passera de 1,75% à 1,25%, à partir du 1er août prochain.

« J’ai pris la décision de fixer le taux du livret A à 1,25% »à compter du 1er août, a déclaré la ministre, expliquant qu’elle avait choisi de ne pas appliquer la formule de calcul des taux de l’épargne, qui aurait fait chuter le taux à 0,25%.

Le taux du livret A était déjà passé de 2,5% à 1,75% le 1er mai dernier.

(Boursorama)