Nord : Un jeune Roubaisien, enlevé, scarifié et violé

Mardi, un peu avant minuit, un Roubaisien de 23 ans a été découvert par des passants, gisant au bord du canal à Wasquehal. Le jeune homme a vécu un véritable calvaire. Le torse en sang, il présente une importante plaie à la tête et des marques de violence sexuelle.

Tout a commencé mardi vers 19 heures, lorsque le Roubaisien quitte le restaurant où il travaille, relate le journal «Nord Eclair». Inquiète de ne pas le voir rentrer , sa petite amie envoie des messages sur son portable. La réponse est terrifiante : elle l’invite à « fermer sa gueule » si elle veut revoir son copain vivant. Elle appelle aussitôt sur le portable qui raccroche. Puis son compagnon la rappelle : il lui explique qu’il a été enlevé et que des hommes le retiennent avec un couteau sous la gorge. (…)

Le Parisien

Paris : Une femme d’origine africaine kidnappe un nourrisson dans l’appartement de ses parents (Màj vidéo)

Addendum du 24/08/2011

http://www.dailymotion.com/video/xkp7ut

Selon de premiers témoignages recueillis mardi, la ravisseuse est « de type africain, âgée d’une trentaine d’années, de taille moyenne et de corpulence normale, vêtue d’un costume traditionnel africain de couleurs vives, coiffée d’un foulard assorti et chaussée de tongs« , précise la préfecture.

La petite fille enlevée portait un pyjama vert et blanc et des boucles d’oreilles dorées. La préfecture invite toute personne susceptible de fournir des renseignements à contacter la direction de la Police Judiciaire de Paris au 01.45.44.31.82, ou par mail : [email protected]

LCI

Une petite fille âgée de 3 semaines a été enlevée par une inconnue ce mardi matin vers 10h30, dans un immeuble social du XXe arrondissement de Paris. La mère de famille qui se trouvait avec ses trois enfants (le bébé et ses deux frères et soeur âgés de 5 et 7 ans) dans leur appartement au 2e étage de l’immeuble aurait été appelée à l’interphone pour récupérer un colis chez la gardienne.

Pendant qu’elle descendait, une femme d’origine africaine a frappé à sa porte. Quand les enfants lui ont ouvert, elle s’est emparée du nourrisson qui dormait dans un couffin avant de prendre la fuite. L’enquête a été confiée à la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire.

Les enquêteurs ont lancé une vaste enquête de voisinage autour du bâtiment où l’enlèvement a eu lieu. En fin de journée la ravisseuse et la fillette enlevée restaient introuvables.

Le Parisien

(Merci à Lola)

Paris : Ils kidnappent des automobilistes et les dévalisent

Un gang de jeunes malfrats, attirés par les cartes bancaires de riches victimes, sévit depuis plusieurs semaines à Paris. Les membres de cette équipe repèrent leurs cibles à leur puissante voiture, avant de les enlever dans des parkings souterrains. Ils n’hésitent pas à les séquestrer pendant plusieurs heures pour leur soutirer leur code confidentiel avant de vider leurs comptes.

Les victimes sont ensuite relâchées, traumatisées, en proche banlieue. Plusieurs services d’enquête parisiens tentent de remonter la piste de ces ravisseurs particulièrement déterminés. Car ce mode opératoire, jusqu’alors peu répandu, inquiète policiers et magistrats. « C’est une technique quasi imparable, à moins de se trouver à proximité des lieux des faits pour pouvoir intervenir aussitôt ou d’être alerté très vite par des témoins de la scène, confie un haut fonctionnaire. Par ailleurs, recourir à un enlèvement suivi d’une séquestration pour une carte bancaire dénote d’une réelle montée en puissance dans les atteintes contre les particuliers. Ce sont des faits très graves. »

La dernière agression en date remonte au 20 août. Ce jour-là, au volant de sa berline BMW, un automobiliste se dirige vers un parking souterrain rue d’Auteuil, dans le XVIe arrondissement de la capitale. A sa descente de voiture, le conducteur, âgé d’une quarantaine d’années, est surpris par deux inconnus, le visage cagoulé et munis d’une arme de poing. Ces derniers lui intiment l’ordre de remettre ses clefs, sa carte bancaire et son code confidentiel et l’enferment dans le coffre de sa BMW. Les ravisseurs se sont emparés de près de 5 000 €

Le Parisien

(Merci à gge)

Privas (France) : L’enlèvement d’une jeune fille était en fait une coutume tchétchène (vidéo)

Des témoins avaient assisté à son enlèvement en Ardèche, il s’agissait finalement d’une tradition tchétchène… (France 3 Toulouse, 22/07/11)

La jeune fille embarquée de force dans un véhicule dimanche à Privas a été retrouvée hier soir en Haute-Garonne et sa famille a expliqué qu’il s’agissait d’un enlèvement traditionnel tchétchène avant un mariage, a-t-on appris aujourd’hui de sources proches de l’enquête.

Les faits s’étaient produits dimanche, dans un quartier populaire. Selon les témoignages de riverains, la jeune fille, âgée de 16 ou 17 ans et portant une jupe de couleur claire, sortait d’un jardin public en compagnie d’un individu qui aurait participé à son enlèvement, avec trois autres personnes circulant à bord d’une BMW.

Un appel à témoins avait été lancé au niveau national par la police de Privas, qui avait retrouvé un parapluie à l’endroit où la jeune fille avait été embarquée.

Les enquêteurs, qui ont reçu de nombreux appels, ont pu retrouver la trace de la famille de l’adolescente, qui a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un enlèvement forcé mais d’une «tradition tchétchène» avant un mariage.

le Figaro/AFP (Merci à Tour de F et Jean-en-vac)

Bourg-en-Bresse : Un enfant de 5 ans échappe à un enlèvement (vidéo)

Mercredi dernier, une adolescente de 13 ans a sauvé son frère de 5 ans d’une tentative d’enlèvement à Bourg-en-Bresse en s’interposant face à l’agresseur. Trois jours plus tôt une fillette avant été violée dans le même département.

BFMTV – 18/06/2011

Ain : Une fillette de 5 ans enlevée et violée

Disparue dimanche à la mi-journée devant le domicile familial, à Niévroz dans l’Ain, la jeune victime a été retrouvée près de cinq heures après son rapt. L’enfant de 5 ans, a été agressée sexuellement et violée, a indiqué lundi la procureure de Bourg-en-Bresse, Marie-Chritine Tarrare.

Un suspect de 39 ans a été interpellé et placé en garde à vue où il «est totalement mutique» selon la magistrate. Il sera présenté demain mardi à un juge d’instruction. Une information judiciaire sera ouverte pour «enlèvement et séquestration» ainsi que pour «agression et viol sur un mineur de moins de quinze ans».

L’homme dont l’identité n’a pas été révélée avait été condamné en novembre 2009 pour «diffusion d’images à caractère pédo-pornographique» en 2007 et 2008. Il avait été condamné à 6 années de suivi socio-judicaire, avec injonction de soins. Un an de prison ferme était prévu si les obligations judicaires n’étaient pas respectées. Un juge d’application des peines avait lancé le 9 juin «un mandat d’amener pour le 14 juin» car il n’avait pas répondu à «au moins une convocation». […]

Le Figaro/AFP

Toulon : séquestrée par sa famille pour « relation avec un Français »

Elle avait enlevé et menacé sa fille âgée de 18 ans : une mère est condamnée à 8 mois avec sursis.« C’est ma fille, mon sang. Je ne voulais pas qu’elle soit avec un délinquant. » Inlassablement, Fatima Boutbici a répété ces paroles, hier, devant le tribunal correctionnel de Toulon. Entre deux sanglots et un comportement empreint d’une certaine théâtralité, cette mère de famille a dû répondre d’enlèvement, séquestration et menaces de mort. À ses côtés, Mohamed Zenasni, un ami, était lui aussi cité pour enlèvement et séquestration.

Mme Mars, la présidente, a prononcé une peine de 8 mois de prison avec sursis contre Mme Boutbici, 55 ans, et 4 mois pour M. Zenasni, 46 ans. Des sanctions conformes aux réquisitions du procureur. Les magistrats ont déploré l’absence « attendue » de la victime, Ines Boutbici, qui a par ailleurs adressé une lettre expliquant qu’elle voulait revenir sur ses accusations.

« Cela ne nous étonne pas trop », a relevé la présidente.Le 5 novembre 2008, cette lycéenne était pourtant venue déposer plainte. Elle expliquait que sa mère ne supportait pas sa relation avec un Français. Elle évoquait la volonté de la famille de la marier avec un Algérien qu’elle ne connaissait pas. [...]

Une jeune lycéenne de 18 ans accuse ses proches – sa mère et ses soeurs en particulier – de l’avoir enlevée, séquestrée et violentée. On parle alors d’un mariage arrangé par la famille en Algérie que la jeune fille aurait refusé. On évoque aussi le refus de la voir fréquenter un Français non musulman. Au lendemain de ces révélations, les faits prennent une autre dimension. La victime se présente à nouveau au commissariat. Elle explique ne pas avoir tout dit. Selon elle, lors de sa séquestration au domicile familial, elle aurait été l’objet d’actes barbares. Elle indique avoir subi des violations graves de son intimité, des gestes assimilables à un viol. Son visage aurait été lacéré. Elle aurait été giflée et des inscriptions auraient été gravées sur son ventre avec la lame d’un couteau.[...]

Var Matin

Aix-en-Provence : l’employé d’une bijouterie enlevé et séquestré par un commando

Enlevé devant chez lui à Marseille, il est retrouvé sain et sauf. Les malfaiteurs n’ont pu accéder au coffre.Douze heures d’angoisse. Un cauchemar. Dont un homme de 47 ans a réussi à s’extirper hier matin. Il a été retrouvé abandonné, sur un parking de la cité Corsy, à Aix, menotté, la tête entièrement ceinte d’une cagoule de moto. Près de lui, deux véhicules incendiés : un fourgon utilitaire blanc et une moto. Aussitôt pris en charge par la police, ce Marseillais a pu raconter la nuit qu’il venait de subir.

19h30 : kidnappé
C’est devant son domicile du boulevard Baille, dans le 5e arrondissement, que cet employé du Comptoir régional d’achat de métaux précieux (Cramp), à Aix, était intercepté par un commando, mercredi vers 19h30. Sa journée de travail terminée, il rentrait d’Aix en moto. Les malfaiteurs le contraignaient avant tout à contacter ses proches, pour prévenir qu’il ne rentrerait pas.[....]

La séquestration
L’otage aurait d’abord été enfermé dans le box où il stationne son deux-roues, près de chez lui. Avant d’être transféré dans l’habitacle d’un fourgon Peugeot, dérobé récemment dans la cité phocéenne. A-t-il passé la nuit dans le véhicule ? L’utilitaire a-t-il pris la direction d’Aix tout de suite ? Sous la menace, les malfaiteurs ont extorqué à leur otage les informations nécessaires pour entrer dans la bijouterie. [...]

8h : l’issue
« On a vu des fumées s’élever dans le ciel : une moto et une fourgonnette brûlaient au pied du mur », racontait un jeune père de famille, à Corsy. Le commando venait de libérer son otage, abandonné au pied des bâtiments. Pour tenter de brouiller les pistes, les malfaiteurs ont incendié le fourgon dans lequel l’employé venait de passer la nuit enfermé. Ils ont également mis le feu à son deux-roues.[.....]

La Provence

Aix-en-Provence : Un entrepreneur Turc enlève sa femme sous la menace d’un « 357 magnum ».

Un homme de 28 ans de nationalité turque, entrepreneur à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), a été placé en garde à vue hier au commissariat de cette ville pour menaces, enlèvement et séquestration de son épouse, a-t-on appris de source proche de l’enquête.Apprenant que sa épouse avait déposé plainte contre lui dans un commissariat des quartiers Nord de Marseille le 15 mai, l’homme l’avait agressée avant de l’enlever sous la menace d’un revolver « 357 magnum ».

La jeune femme, de deux ans sa cadette et avec laquelle il a eu deux enfants de 5 et 8 ans, avait été embarquée dans une voiture et conduite de force jusqu’à Rennes (Ille-et-Vilaine). L’époux irascible l’avait alors abandonnée dans les rues de la ville. Auparavant, selon la source proche de l’enquête, le mari avait obligé sa victime à téléphoner à son avocat marseillais pour lui indiquer qu’elle renonçait à la garde des enfants du couple.[....]

Le Figaro

(merci à Mnemic)

Paris : Un jeune homme séquestré et battu pour une rançon de 2 500 euros : 2 interpellations

Deux individus de 25 ans, soupçonnés d’avoir séquestré et battu un jeune homme d’une vingtaine d’années, ont été interpellés et placés en garde à vue lundi à Paris, a-t-on appris mardi de source proche du dossier. La victime, qui «leur devait de l’argent», retenue dans une cave de la cité Curial dans le XIXe arrondissement, est «blessée assez gravement».

Les deux agresseurs présumés,qui n’ont pas reconnu les faits, devraient être déférées mardi soir devant le parquet de Paris. [...] La famille, à qui les deux mis en cause réclamaient une rançon de 2 500 euros, aurait réussi à joindre par téléphone la victime. C’est ainsi qu’elle aurait appris que le jeune homme était retenu dans une cave de la cité Curial, et avait été frappé.[...]

Le Parisien

(merci à Eisbär)

Nanterre : Appel à témoins après un enlèvement

Le service de police judiciaire des Hauts-de-Seine est à la recherche de témoins dans le cadre d’une enquête sur un enlèvement., qui se serait déroulé vendredi 5 avril à Nanterre. Vers 16 h 15, un homme a obligé une femme à monter dans un véhicule utilitaire blanc, à l’angle de la rue des Hautes-Pâtures et de l’avenue de l’Ile-Saint-Martin.

La victime est une femme asiatique, âgée d’une trentaine d’années, d’environ 1,65 m, et d’une corpulence normale. Elle était vêtue d’une veste noire et portait un sac de la même couleur. Son ravisseur est un « homme de type africain », d’environ 30 ans. De corpulence forte, il mesure 1,70 m à 1,80 m et était habillé d’un pantalon et d’une veste en jean. Toute personne susceptible d’avoir des informations est invitée à contacter l’état-major de la PJ, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, au 01.45.44.31.82., ou par courriel ([email protected]).

Le Parisien

Angoulême : enlevée en centre-ville, une jeune femme victime d’une agression sexuelle

Les policiers l’ont trouvée en état de choc. Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 1 heure du matin, une jeune femme de 18 ans a été enlevée en centre-ville d’Angoulême, à proximité des Galeries Lafayette.

Alors qu’elle rentrait seule à son domicile, un 4×4 s’est arrêté à sa hauteur. Des hommes l’ont forcée à monter à bord. Ils sont quatre, visages découverts, dont deux sur la banquette arrière où se débat la jeune fille. Elle aurait subi une pénétration digitale, alors que le véhicule poursuivait sa route en ville. Son calvaire n’aurait duré que quelques minutes. La victime sera relâchée sur l’avenue du Maréchal de Lattre-de-Tassigny, près de la gare. [...]

Sud Ouest