Lille : les sans-papiers grévistes de la faim hospitalisés

La petite quarantaine de sans-papiers lillois qui étaient encore grévistes de la faim la veille ont été pris en charge par les services de santé lundi, au lendemain de l’arrêt du mouvement, selon des sources concordantes. [...]

Dans un communiqué, le CSP 59 (Comité des sans-papiers) notait qu’après 70 jours «le préfet prend en compte la grève de la faim à travers les expressions +calendrier échelonné,  bienveillant, minimum de dossiers+ et +examiner avec humanité+ par le biais des associations» en charge d’une sortie de crise.

Dans leur dernier communiqué, ces associations (Emmaüs, CCFD-Terre Solidaire, Cimade, Secours Catholique) précisaient qu’elles trouvaient «intéressantes les dernières propositions du préfet consistant à délivrer un récépissé de séjour aux personnes grévistes». «Ce délai de séjour provisoire permettrait ainsi à ces personnes de reprendre une alimentation, de se rétablir, de recevoir les soins et le suivi médical dont elles ont besoin», expliquaient-elles.

Selon Amar, les sans-papiers vont désormais déposer 20 dossiers par jour, 10 le matin et 10 l’après-midi, «pour ne pas chambouler la préfecture». «On nous a dit que l’étude des dossiers serait faite dans les 15 jours, après on verra la suite»,  souligne-t-il. Quelque 147 dossiers sont sur la liste.

Nord éclair

Merci à Intro… Unleashed (Upon Mankind)

Marseille : Un bâtiment réquisitionné pour loger des roms

Une centaine de personnes, emmenées par le mouvement Emmaüs, ont réquisitionné tôt mardi matin l’ancienne caserne de gendarmerie de Plombières (14e) pour loger des familles Roms.

Certaines étaient jusqu’alors hébergées par le père Paul de la paroisse de la Belle-de-Mai (3e). Des camions d’Emmaüs ont apporté matelas, sommiers, groupe électrogène… afin de meubler les locaux vides. Selon la mairie, la caserne est en cours d’acquisition par la ville qui en sera prochainement propriétaire. «Ce lieu est fermé depuis un an alors que des gens dorment sur des cartons dans la rue. Cette réquisition est politique, souligne Kamel Fassatoui, de la communauté Emmaüs Pointe Rouge. Nous soutenons toutes les personnes sans domicile fixe quelles que soient leurs origines.». Les associations pourraient étendre les réquisitions à d’autres immeubles vides de Marseille pour loger les SDF.

20minutes

Emmaüs réclame la fin de la politique répressive envers les Roms

L’ONG Emmaüs estime que la politique gouvernementale est «inefficace» et «contraire à la dignité humaine».

Le gouvernement français doit «par sa politique et en lien avec les associations, s’attacher à l’amélioration de la situation des populations Roms, travailler à leur intégration et à leur perception dans la société, ainsi qu’au respect de leurs droits et de leur dignité»

Dans un communiqué, Emmaüs International rappelle qu’il condamne, comme le mouvement Emmaüs dans son ensemble, «la politique de la France envers les populations Roms présentes sur son territoire».

«Si des mesures d’urgence sont effectivement nécessaires, celles qui sont prises actuellement s’avèrent contraires à la dignité des personnes et aux droits de l’homme, en plus d’être provisoires et tout simplement inefficaces», affirment Emmaüs International. Si l’élargissement de l’accès au marché du travail pour les ressortissants roumains et bulgares est un petit progrès, «la réponse apportée par le gouvernement n’est pas suffisante», a expliqué Jean Rousseau, président d’Emmaüs International.

Emmaüs International rappelle que «la liberté de circulation est l’un des fondements de la construction européenne», et que «les Roms disposent de ce droit au même titre que les autres citoyens européens». […]

Il précise enfin que «le fameux ‘appel d’air’ fréquemment évoqué par les défendeurs des politiques migratoires répressives et archaïques (…) n’est que fiction, le nombre de Roms en France étant stable depuis plusieurs années».

Libération

Mal-logement : les associations poussent « un cri d’alerte » (vidéo) (màj)

Addendum :

Logement : la précarité touche les enfants
Selon un rapport sur le logement des enfants publié par l’INSEE, 4% d’entre eux seraient aujourd’hui privés de tout confort. Une situation qui a un impact sur leur santé. L’étude souligne également que les familles monoparentales sont les plus touchées par ces mauvaises conditions d’habitat.

http://www.dailymotion.com/video/xmd17i

Source : Itélé

________________________

http://www.dailymotion.com/video/xmczqi
La Fondation Abbé Pierre, Emmaüs, France Terre D’Asile, le Dal, la Ligue des droits de l’Homme, le Secours Catholique… Plusieurs associations ont défilé à Paris ce jeudi pour demander « un toit pour tous » dans le cadre d’une journée d’actions baptisée « 24 heures pour le logement ». Ils étaient un millier selon les organisateurs, 550 selon la police.

Source : Public Sénat

Clandestins : La France doit accepter «les effets collatéraux» de sa politique étrangère

Nicolas Clément, Directeur général, et Claude Chaudières, Vice-Président de l’association Emmaüs, estiment que la France doit assumer ses choix de politique étrangère et accueillir les clandestins tunisiens.

La France a raison d’aider à abattre les dictatures voisines, mais elle doit en accepter les effets collatéraux. D’autant plus que ces nouveaux arrivants sont jeunes, courageux (et pas si nombreux qu’on le dit !) et ne peuvent que nous apporter force et dynamisme.

Pourquoi avoir quitté un pays enfin démocratique ? Partir loin du soleil qui nous fait rêver, pour être si maltraités ici ? Pourquoi refuser de rentrer ? Le tourisme (seulement 8 % du PIB) a chuté très fort (- 41 %). Et le Sud est très frappé. On comprend le départ de ces jeunes vers la France. Rêve d’eldorado, mais aussi fuite devant un quotidien sans espoir. Peu qualifiés, peu francophones, ils sont presque tous déterminés à rester en France. Comme les Afghans fuyant un pays en guerre et arrivés il y a plus d’un an, ils ont payé de lourds «péages» et ne rentreront que s’ils peuvent au moins les rembourser.

Ils attendaient un autre accueil : célébrés pour leur révolution, ils sont rejetés dès leur arrivée ! Seuls, ils ont renversé leur dictateur. […] Emmaüs demande un arrêt des rafles policières, des conditions d’accueil dignes et une politique d’intégration européenne plus juste et solidaire pour améliorer l’accompagnement, le soutien individualisé tout au long du parcours d’intégration et le développement de dispositifs adaptés aux besoins des nouveaux arrivants, et aussi pour aider à la relance économique de la Tunisie.

Libération

Villiers-Charlemagne (53) : Les gendarmes « tentent d’interpeller » deux sans-papiers à Emmaüs

Ce lundi, entre 7 h et 12 h, une dizaine de gendarmes de Château-Gontier (Sud-Mayenne) sont intervenus au sein de la communauté Emmaüs de Villiers-Charlemagne. Ils recherchaient deux hommes venus du Kosovo, sans-papiers, et âgés de 23 et 25 ans.

Ces derniers sont accueillis par la communauté Emmaüs de Villiers-Charlemagne depuis juin avec leurs deux parents. Seule la mère dispose d’un titre de séjour provisoire. Les deux Kosovars sans-papiers s’étaient retranchés dans une pièce de l’arrière-cuisine. Vers 12 h, les gendarmes ont quitté les lieux, sans les deux hommes.

Ouest France

Longjumeau (91) : Le ras-le-bol d’Emmaüs après les vols en série

Pour la 5e fois en moins de deux mois, la communauté Emmaüs de Longjumeau a été cambriolée. L’association a décidé de suspendre ses aides.

Trop, c’est trop. Les compagnons de la communauté d’Emmaüs à Longjumeau en ont assez d’être la cible des voleurs. C’est la cinquième fois que des cambrioleurs s’en prennent à l’association en moins de deux mois. « On ne sait plus comment se protéger », souffle Claude Hua, président de la communauté.
Cette fois, trois individus ont été interpellés. Hier soir, les trois hommes âgés de 18 à 28 ans ont été remis en liberté et devront se présenter au tribunal le 23 février. Le plus jeune a été conduit au centre de rétention de Palaiseau en vue de son expulsion vers la Roumanie.

Le Parisien

« Emmaüs n’est plus un sanctuaire pour les sans-papiers »

Les migrants sont de plus en plus nombreux dans les centres, mais depuis la mort de l’abbé Pierre, les expulsions se multiplient.

L’association Emmaüs a poussé un coup de gueule en fin de semaine. Vendredi, elle annonçait que quatre compagnons avaient été arrêtés coup sur coup dans la semaine dans des centres partout en France. Ils étaient sans-papiers. Trois sont encore en rétention ce dimanche soir, le quatrième a déjà été expulsé vers le Kosovo.

Alors que Martin Hirsch, ex-président d’Emmaüs France aujourd’hui au gouvernement, a gardé le silence tout le week-end, l’association qui chapeaute 115 communautés en France dénonce « les cas d’arrestations de compagnons Emmaüs [qui] se multiplient en ce début d’année ».

suite