Les médias exhument le passé criminel d’un élu FN

Un conseiller municipal du Front national élu le 30 mars à Clermont-Ferrand avait été l’auteur d’une fusillade mortelle à Belle-Ile-en-Mer en 1979, ce qu’il a toujours caché à son parti, révèle le quotidien La Montagne vendredi.

Hebergeur d'imageEric Assad, 59 ans aujourd’hui, avait été déclaré irresponsable de ses actes et interné durant sept ans en hôpital psychiatrique, précise un article mis en ligne sur le site internet lamontagne.fr.

Le 1er décembre 1979, alors infirmier psychiatrique de 24 ans, en proie à une déception amoureuse, il avait ouvert le feu dans les rues du Palais, tuant un étudiant en droit de 23 ans, en permission militaire sur l’île, et blessant grièvement un quinquagénaire fonctionnaire à Nantes. Un boucher de 19 ans sorti de sa boutique avait lui été blessé à coups de crosse, raconte le journal.

Trois semaines plus tard, un rapport d’expertise médico-légale concluait que l’agresseur était « en état de démence au moment des faits ». La justice le déclarait irresponsable de ses actes et le préfet du Morbihan le faisait interner en 1980.  [...]

Eric Assad a nié être l’auteur de ces faits à La Montagne, renvoyant à un « homonyme ». « Ce n’est pas du tout moi », « j’étais en Grèce depuis 1978 et jusqu’en 1991″, a-t-il affirmé, démentant aussi avoir engagé une procédure devant la cour européenne des droits de l’Homme qui porte son nom et une domiciliation à Clermont-Ferrand. Elle avait abouti favorablement en 2006.

La Montagne souligne que le casier judiciaire de l’élu ne porte aucune trace de ces faits, conformément à ce que prévoit la loi, mais écarte l’idée d’un homonyme « qui serait né le même jour que lui, la même année, dans la même ville de Saïgon ». [...]

Le Figaro

Unique en Europe : La France et ses centaines de milliers d’élus (vidéo)

Avec près de 37’000 mairies, la France compte presque la moitié des communes d’Europe! Cela peut paraître étonnant mais ce n’est qu’une seule des strates administratives que compte le pays. On appelle cela le « mille-feuille administratif ».


lien direct de la vidéo sur : VK
source : rts.ch

Nombres de conseillers municipaux par tranche démographique (wikipédia) :

Jérôme Cahuzac exclu du Parti socialiste «au regard de ses actes inacceptables»

Jérôme Cahuzac exclu du Parti socialiste. Une décision prise à l’unanimité lors d’une réunion du bureau .

Le Parti socialiste a annoncé mardi l’exclusion de l’ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac pour avoir détenu un compte en banque dissimulé en Suisse et menti à l’exécutif, à la représentation nationale et aux Français.

«Au regard de ses actes inacceptables pour un élu de la République et un membre du gouvernement, la détention de compte dissimulé à l’étranger pour frauder le fisc, et de ses mensonges au président de la République, à la représentation nationale et aux Français, Jérôme Cahuzac a porté gravement préjudice au Parti socialiste, et à ses principes», écrit le PS. […]

Le Point

Vandalisme : les députés du Finistère solidaires… de leur consœur

[Titre d'origine : Finistère. Actes de vandalisme : les députés du Finistère réagissent]

Des agriculteurs ont perpétré des actes de vandalisme au domicile de Chantal Guittet, députée du Finistère. Dans un communiqué tous les députés et sénateurs PS du Finistère réagissent :

« Cette nuit, le domicile privé de Chantal Guittet, députée du Finistère a été dégradé (…) De tels comportements par leur lâcheté et par leur brutalité sont nuisibles et inqualifiables.

Par essence, les élus sont à l’écoute des préoccupations de leurs électeurs et attentifs aux crises que traversent les divers secteurs de notre département.

Avec leurs moyens et toute leur énergie, ils agissent au quotidien pour que des réponses durables soient apportées. S’en prendre ainsi à leur intimité ne peut appeler qu’une condamnation totale ».

Ce communiqué est signé : Patricia Adam, Jean-Luc Bleunven, Maryvonne Blondin, Gwenegan Bui, Richard Ferrand, Jean-Luc Fichet, Gilbert Le Bris, Annick Le Loch, François Marc, Jean-Jacques Urvoas

Source

Merci dragondukomodo

L’organisateur d’un réseau de blanchiment d’argent arrêté à Roissy

Alors que le réseau de blanchiment d’argent entre la Suisse, la France et le Maroc avait été démantelé en octobre 2012, son organisateur était encore en liberté. Simon Pérez, qui était visé par un mandat d’arrêt international, a été arrêté à son arrivée en provenance d’Israël, mis en examen et incarcéré, a-t-on précisé, confirmant une information du journal Le Monde. Il est soupçonné d’avoir joué le rôle d’interface entre les trafiquants de stupéfiants et le réseau de blanchisseurs.

Voir : « Une élue parisienne écolo mise en cause pour blanchiment d’argent de la drogue« (Fdesouche)

La somme blanchie est estimée à 100 millions d’euros.

A l’origine de cette affaire, une enquête lancée à Nanterre en février et transférée à Paris, a mis au jour un réseau d’importation de cannabis entre le Maroc, l’Espagne et la région parisienne.

Ami d’enfance de Meyer El-Maleh, 48 ans, un gestionnaire de fortune installé à Genève et incarcéré depuis octobre 2012, Simon Pérez, 47 an,s est suspecté d’être l’une des pièces maîtresses de cette organisation démantelée il y a deux mois et demi par les polices française et suisse. Selon les enquêteurs, il aurait, en quelques années, amassé un butin de plusieurs millions d’euros.

Ce groupe serait notamment composé d’équipes de trafiquants de cannabis installées en région parisienne, dont l’un des chefs serait Sofiane Nedjam, et d’une fratrie franco-marocaine dispersée entre Paris, Genève et Casablanca, composée de Meyer, Mardoché, Freha et Nessim El-Maleh, tous désormais sous les verrous. […]
Mise au jour à la mi-octobre 2012, l’affaire a fait grand bruit. Le démantèlement de ce réseau a permis aux enquêteurs d’interpeller des notables parisiens qui tentaient d’échapper au fisc en dissimulant des fortunes sur des comptes en Suisse.

Une élue verte du 13e arrondissement, un avocat d’affaires, un marchand d’art ou encore un entrepreneur, tous demeurant à Paris, figuraient parmi cet aréopage de fraudeurs suspectés. Ils ont tous été mis en examen pour « blanchiment en bande organisée » et placés sous contrôle judiciaire . […]

TDG ; Le Monde