Campagne de recrutement : Comment peut-on être prof ? (Vidéo)

Le ministère de l’Éducation lance une campagne pour donner envie d’être enseignant, alors que sévit une crise larvée du recrutement. Jean-Paul Brighelli, agrégé de Lettres modernes et chroniqueur au Point, ne s’y reconnaît guère. Il faut refaire de la transmission des savoirs le coeur du métier d’enseignants, estim-t-il.

Le ministère de l’Éducation finance quelques clips ineptes pour inciter les jeunes à se faire enseignants. Et je n’en ai vu aucun qui corresponde à la réalité de la profession : les mutations par exemple ne sont pas ce que l’on vous dit, elles sont le règne de l’arbitraire et du désespoir, et la gestion de la violence ordinaire ne se fait pas en claquant des doigts. Ils n’évoquent pas plus ce qui est à la source de l’intérêt passionné que je porte à ce métier depuis quarante ans.

Voir les autres clips

Pendant ce temps, un institut féru de statistiques nous apprend qu’enseignant est le métier qui fait le plus horreur aux demandeurs d’emploi.

Comment ? Malgré les vacances, malgré tout ce que le café du commerce dit de l’attractivité de ce métier de feignasses, malgré les salaires faramineux ! Pensez, 1 500 euros net par mois au terme de cinq ou six ans d’études complexes pour avoir le droit d’enseigner au fin fond d’un département hostile dans deux ou trois établissements distants de quelques dizaines de kilomètres à des élèves peu motivés dotés de parents agressifs… [ …]

Il faut cesser de se voiler la face et admettre que les enseignants français sont parmi les plus mal payés de l’UE – moitié moins, en moyenne, que leurs confrères allemands par exemple.

Les syndicats disent tout haut qu’ils n’admettront pas un gel du point d’indice pour la cinquième année consécutive… Ils se cachent derrière leur petit doigt : il faut augmenter les traitements de départ de 50 %. Je dis bien les traitements, et pas un absurde système de primes qui ne se retrouveront point dans le calcul, in fine, de la retraite. Mais nous n’avons pas d’argent ! Ah, oui ? C’est pour ça que vous changez le parc informatique tous les deux ans – pour rien ? C’est pour ça que vous payez les conseillers du ministre plus de 10 000 euros par mois – sans compter une foultitude d’administratifs de tout poil, qui font des rapports sur les gens qui font des rapports… Des profs et des élèves – cela suffit. [ …]

Le problème n’est pas les rythmes scolaires, mais le contenu de la scolarité. Et je n’échangerai jamais un cours de français ou de maths contre deux heures de macramé. L’aménagement des rythmes scolaires version Peillon est un rêve de bobo parisien ignorant des réalités du terrain. [ …]

Le Point

Ces musulmans qui plébiscitent l’école catholique

L’école catholique accueille de plus en plus d’élèves de confession musulmane depuis les années 1970.

Hebergeur d'image«Depuis quelque temps, beaucoup de familles musulmanes me questionnent sur l’école catholique. Elles s’inquiétaient déjà des questions de sexualité et d’homosexualité abordées à l’école. Avec ces rumeurs de théorie du genre, elles s’affolent. Ce qui les fait revenir sur terre, c’est le prix», explique Chawki Belaliat, père musulman de deux enfants. S’il a fait le choix de l’enseignement catholique, c’est pour «le niveau scolaire» et pour échapper à l’école publique classée ZEP, à Nice nord. [...]

L’école catholique accueille toutefois des élèves de culture musulmane, de façon grandissante depuis les années 1970. «Nous suivons l’évolution démographique», observe Claude Berruer, secrétaire général adjoint de l’enseignement catholique.

Les musulmans représentent la moitié des effectifs de deux collèges privés de Roubaix. En Seine-Saint-Denis, les établissements catholiques comptent un tiers d’élèves de culture musulmane, voire davantage. Une situation similaire dans la périphérie de Lyon, Saint-Étienne, et dans les quartiers nord de Marseille où un collège en reçoit 98% ! Ces cas restent toutefois particuliers car liés à une implantation scolaire dans des zones «ghettos» peuplées par des populations d’origine immigrée. Le collège Saint-Joseph compte 80% d’élèves d’origine maghrébine, une proportion stable. [...]

Le Figaro

Quand les professeurs peinent à enseigner la Shoah

Des élèves contestent l’évocation du génocide juif. L’affaire Dieudonné a ravivé un antisémitisme latent.

Hebergeur d'imageAvec l’affaire Dieudonné, une digue morale vient de sauter dans les établissements scolaires, selon certains enseignants interrogés par Le Figaro. «La Shoah, j’en suis gavé depuis la classe de troisième. Entre les émissions de télé, les séries, l’école, on ne parle que de ça. Moi, ça me fait du bien d’en rire avec Dieudonné.» Voici ce qu’a entendu la semaine dernière un professeur d’histoire parisien lors d’un cours consacré à la Seconde Guerre mondiale. «Pourquoi parle-t-on tout le temps du génocide juif et pas du génocide rwandais ou cambodgien ?», écrit une élève à la fin d’un devoir d’histoire sans vouloir réaliser, apparemment, qu’elle vit en France. [...]

«Dans certains endroits, il est difficile d’enseigner tout court, ce sont ces endroits où les élèves sont trop éloignés de l’école. Ailleurs, il n’y a pas de difficulté spécifique à enseigner la Shoah», estime toutefois Sophie Ernst, professeur de philosophie, enseignante dans le Val-de-Marne. Avant la forte médiatisation du bras de fer mené par Manuel Valls pour annuler la nouvelle tournée de Dieudonné, avance-t-elle, «une bonne moitié d’élèves» n’avaient jamais entendu le nom du personnage. «Depuis, certaines voix se sont élevées pour dire qu’on en parlait beaucoup parce que les juifs étaient visés.»

«Aujourd’hui, la mémoire est devenue l’affaire de chaque communauté souffrante. Chacun réclame son droit à l’histoire», regrette la philosophe qui propose de réinscrire l’enseignement de la mémoire dans celui de la morale laïque. «On a communautarisé la mémoire, alors que la visée aurait dû rester universaliste.»

Rapportant les propos de professeurs démunis face à l’affaire Dieudonné, Vincent Peillon estime que «cette situation n’est pas tolérable». L’enseignement de la Shoah doit-il être remis en question ?

Pour nombre d’historiens, on a trop souvent considéré l’évocation de cette période de l’histoire comme un moyen de lutter contre l’antisémitisme. [...]

Le Figaro

Tuberculose, cours suspendus dans un collège d’Evry

Les professeurs du collège Paul-Eluard à Evry, dans l’Essonne, ont exercé leur droit de retrait jeudi après l’apparition de plusieurs cas de tuberculose dans l’établissement. Les cours devaient toutefois reprendre ce vendredi. [...]

Hebergeur d'image

Des élèves de Paul-Eluard…

Un premier cas avait été enregistré en février dans cet établissement, et un dépistage des personnes ayant été en contact avec l’enfant touché avait été mis en place par le comité de lutte anti-tuberculose (Clat), a précisé le Conseil général de l’Essonne dans un communiqué.

Selon le Conseil général, 54 personnes -élèves et adultes- ont été dépistées. « Au regard du nombre de tests positifs dans le premier cercle dépisté (deux fois supérieur à celui généralement attendu), il a été décidé d’élargir le dépistage à un second cercle, composé des élèves fréquentant la demi-pension au même moment que l’élève concerné », ajoute le communiqué, sans préciser le chiffre exact de personnes touchées. [...]

Hebergeur d'image

Des élèves de Paul-Eluard en EPS…

TF1 News

Ecole : Les parents de la Peep plébiscitent les devoirs à la maison

Pour 71% des parents de la Peep (Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public), les devoirs sont une donnée «importante» de la scolarité de leurs enfants. Les parents de la Peep doutent que des devoirs, s’ils étaient effectués à l’école, pourraient être réellement suivis par un enseignant.

En octobre dernier, François Hollande annonçait lui-même la fin des devoirs à la maison à l’école primaire, considérés comme une source d’inégalités entre les familles.

«Parce que nous souhaitons une société juste, nous voulons une école qui offre à tous les mêmes chances de réussite, insistait ensuite Vincent Peillon. Cela passe par le fait d’accompagner tous les élèves dans leur travail personnel, plutôt que de les abandonner à leurs ressources privées, y compris financières, comme c’est trop le cas aujourd’hui. » Le ministre a donc martelé que, dans le cadre de la refonte des rythmes scolaires, les devoirs seraient désormais faits à l’école. [...]

Également parent d’élève, Maxime fait travailler ses fils: «Si je ne surveillais pas ce que fait mon aîné, âgé de 10 ans, il ne ferait rien ou pas grand-chose…» Les inégalités entre les enfants perdureront au-delà des devoirs, fait-il observer: «Au nom de quoi empêcherait-on les parents de pousser leurs enfants pour donner le meilleur d’eux-mêmes ? » [...]

Ce plébiscite des parents pour les devoirs à la maison n’étonne pas Myriam Menez, de la Peep. […] L’intérêt des devoirs à la maison, c’est «l’apprentissage de l’autonomie, la tenue d’un agenda, l’organisation de son temps», énumère-t-elle. […]

Le Figaro

Grande-Bretagne : Le statut des élèves étrangers pourrait être vérifié par les écoles

Le gouvernement britannique étudie la possibilité de permettre aux écoles de vérifier le statut d’immigration de leurs élèves, révèle le quotidien The Guardian.

A en croire une série de mails qui ont fuité, cette proposition est étudiée par le groupe inter-ministériel (IMG) sur l’accès des migrants aux prestations et aux services sociaux.
The Guardian rapporte que ces mails «laissent à penser que l’IMG étudie la possibilité d’interdire l’accès à l’école aux enfants d’immigrés illégaux. Toutefois, les fonctionnaires [du ministère de l’Education nationale] ont prévenu que dans ce cas, le Royaume-Uni serait en infraction avec l’article 28 de la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant.»

presseurop

Un élève blessé au couteau dans son collège dans l’Ain

L’agression s’est produite vendredi en fin de matinée à Saint-Denis-les-Bourg, dans l’Ain. La victime a été transportée à l’hôpital et ses jours ne sont pas en danger. [...]

De source judiciaire, l’agresseur aurait 14 ans et sa victime 13 ans. Les motifs de l’agression n’étaient pas encore connus vendredi midi.

TF1 News

France : «Renovo ou comment fabriquer une élite musulmane» (Vidéo)

Taoufik Barboucha, Président de l’association Renovo a mis en place un programme de soutien aux élèves «méritants musulmans», dont l’objectif est de les encourager à se diriger vers les filières et établissements d’excellence en les accompagnant dans la construction de leur réussite.

Parmi les cursus visés : Grandes Ecoles d’ingénieur, Ecole Supérieure de commerce, Sciences Po, Médecine…Parmi les écoles visées : Polytechnique, HEC, Sciences Po, Paris Descartes.

Remplacer Henri par Aziz avec aussi peu de valeurs morales et de principes c’est un échec.

Image de prévisualisation YouTube

Renovo

Il faut qu’on ait un poids économique dans cette société.

oumma

Belgique : Polémique autour d’une BD dénonçant les risques du Sida

Une brochure comportant une bande dessinée traitant de la séropositivité chez les homosexuels a causé une polémique après avoir été distribuée par un planning familial dans des classes du premier degré (12-13-14 ans) d’une école de Charleroi. L’école a retiré la brochure jugée par la plupart des acteurs comme inappropriée à un si jeune public.

http://img856.imageshack.us/img856/773/mediaxll4713813.jpg

La BD en question, »Alex et la vie d’après », publiée en 2008 par l’association gay Ex Aequo, dénonce les risques du virus du Sida.

Elle comporte certaines scènes montrant des hommes en plein acte sexuel.

Le planning familial Infor Famille Charleroi l’a distribuée à des élèves du premier degré d’une école de l’entité de Gosselies au cours d’une séance de prévention, ce qui a choqué certains parents d’élèves, révélait RTL jeudi. La coordinatrice du planning familial s’est défendue de toute faute.

Première plainte
Mme Nicolas affirme que cette brochure est destinée à un public âgé entre 12 et 18 ans. « Cela fait des mois qu’on utilise cette brochure et c’est la première fois que nous avons une plainte », explique-t-elle. « Nous l’avons déjà distribuée dans plus de 80 classes. Les maisons de jeunes ainsi que les autres plannings familiaux s’en servent également de la même manière que nous le faisons ».

Ex Aequo annonce cependant de son côté que la bande dessinée est destinée à un public adulte homosexuel dans le but de les sensibiliser aux dangers du HIV.

La directrice de l’école concernée s’est déclarée choquée du contenu de la BD et la juge inappropriée pour de si jeunes élèves.

« Nous avons fait appel au planning familial dans un but d’information. Après avoir dénombré de plus en plus de grossesses chez de jeunes élèves, nous avons jugé qu’il était opportun de les informer sur la vie affective et sexuelle et notamment sur la contraception », déclare la directrice. (…)

7sur7.be

Les élèves noirs plus punis que les autres aux Etats-Unis

Les Afro-Américains, surtout les garçons, sont largement plus punis à l’école que le reste de leurs camarades. Rien de nouveau dans les conclusions de cette étude du ministère de l’éducation américain rendue publique mardi 6 mars : les chercheurs et les médias ont régulièrement publié des travaux similaires.

http://img820.imageshack.us/img820/8869/agressionraciste.jpg

Mais en pleine campagne électorale – une campagne qui voit le premier président noir des Etats-Unis concourir à sa ré-élection, alors que ce même président dresse le bilan social de son mandat –, l’étude a pris une ampleur dont la presse américaine s’est largement fait l’écho.

Dans le détail, de la maternelle au lycée, les élèves latinos et afro-américains représentent près des trois quarts des arrestations ou des situations traitées par la police et liées à l’école, relève l’agence Associated Press, relayée par le Washington Post. Le rapport montre également que les élèves noirs ont trois fois et demi plus de chances que les élèves blancs d’être exclus définitivement ou temporairement.

Au total, « un garçon noir sur cinq et plus d’une fille sur dix a été renvoyé de l’école », note le New York Times. (…)

(…) Mais pour les nombreux chercheurs et professionnels de l’éducation cités dans la presse, les raisons de cette inégalité de traitement sont limpides : les Afro-Américains sont discriminés dès la salle de classe.

Judith Browne Dianis, directrice d’un centre de recherche sur les minorités, citée par CBS news, affirme que les élèves noirs et latinos sont punis plus sévèrement pour les mêmes impairs que leurs camarades blancs.

Le Christian Science Monitor cite une autre étude révélatrice : tandis que les élèves blancs sont punis pour des « problèmes objectifs », comme fumer aux toilettes, les élèves noirs tendent à être punis pour des « raisons subjectives », notamment pour des problèmes d’attitude.

Le Monde

États-Unis : Les élèves afro-américains deux à cinq fois plus sanctionnés

Les élèves afro-américains sont deux à cinq fois plus exposés aux exclusions temporaires ou définitives dans les établissements scolaires par rapport à leurs camarades blancs, selon une enquête réalisée dans les écoles de la région de Washington par le Washington Post.

Ainsi, dans le comté de Montgomery, alors que les élèves afro-américain ne comptent que pour 21% des élèves, ils représentent 71 % des exclusions temporaires. L’enquête signale que les enfants d’origine hispanique sont aussi victimes de ces discriminations dans leurs écoles.

Médiapart