La géline de Touraine : une vieille race de poule

La géline de Touraine, réputée pour la finesse de sa chair, est aussi une bonne pondeuse. Plumage noir aux reflets bleutés, face et oreillons rouges, pattes ardoisées et du bouffant sur les cuisses, la dame noire est une vieille race de poule, déjà citée dans des écrits du XVIe siècle, qui a bien failli disparaître dans les années cinquante.

Son « standard » établi en 1913, permet alors à quelques éleveurs particuliers et collectionneurs de faire perdurer la race.

Aujourd’hui, les gélines confiées aux éleveurs sont accompagnées d’un certificat d’origine pour chaque lot de poussins. Le suivi généalogique est confié au Syndicat des sélectionneurs avicoles et aquacoles français (SYSAAF).

Source

L’Aïd-el-Kébir, la fête des éleveurs varois

Dimanche, les musulmans du département commémoreront le sacrifice d’Abraham. Une aubaine pour les éleveurs de moutons du Var qui fournissent grande quantité de bêtes.

Si le département ne dispose pas d’abattoirs permanents, la préfecture autorise en revanche l’ouverture d’abattoirs temporaires à l’occasion de l’Aïd-el-Kébir. Neuf l’an dernier, ces abattoirs, dûment agréés par les services de l’État, sont au nombre de dix cette année. Et la moitié d’entre eux sont la propriété d’éleveurs locaux. [...]

« C’est beaucoup de travail, une grosse organisation. Il faut trouver du personnel qualifié pour ce jour-là, c’est compliqué. En plus, il faut trier les bêtes, ne garder que les mâles – c’est ce que demandent les musulmans – et les rentrer à la bergerie.» — Philippe Fabre, président de la Fédération départementale ovine du Var

Var Matin

(Merci à Latine)

Seine-et-Marne : On va manger du cochon 100% francilien

Des éleveurs de Seine-et-Marne lancent la première filière de porc francilien.Un cochon de qualité destiné aux habitants d’Ile-de-France.Le porc francilien est né! Afin de sauver les rares derniers élevages de cochon en Ile-de-France, des éleveurs de Seine-et-Marne viennent de lancer la première filière de porc francilien. L’animal est élevé dans leur ferme d’Aubetin à Dagny, abattu à Houdan (Yvelines), découpé à Rungis (Val-de-Marne), transformé (en rôti, charcuterie…) à Gretz-Armainvilliers pour être vendu ensuite aux consommateurs franciliens.

Ne reste plus qu’à trouver les distributeurs (bouchers, charcutiers, petites et moyennes surfaces…) pour le déguster dans nos assiettes.

Le but est de créer une filière de proximité et maintenir les derniers acteurs du secteur en fournissant un porc de qualité »,[...]

Leurs cochons sont particulièrement chouchoutés. « Nous le nourrissons avec les céréales et protéagineux cultivés sur notre exploitation (blé, orge, maïs, colza, pois, féveroles), le petit-lait de la Fromagère de la Brie à Saint-Siméon, et des graines de lin pour donner une viande plus tendre, plus savoureuse, riche en oméga 3, avec un gras mieux réparti. D’où son nom : le porc francilin », [...]

Le parisien

Un millier d’éleveurs de porcs face à la police à Paris

Un millier d’éleveurs de porcs se sont rassemblés, ce mercredi, en début d’après-midi, place des Invalides, à Paris. Ils viennent de Bretagne, des Pays de la Loire, de Normandie, du Nord et du Lot.

Un millier d’élevages en cessation de paiement en France

Confrontés à une crise sans précédent, ils veulent alerter les parlementaires et les citadins sur la gravité de leur situation. Les coûts alimentaires dans les élevages ont fortement augmenté à cause de la flambée du prix des céréales. Malheureusement, les prix ne suivent pas.

« Il manque 20 centimes d’euro par kilo de porc pour atteindre l’équilibre, s’alarme Jean-Michel Serres, président de la Fédération nationale porcine. Un millier d’élevages en France se retrouvent en situation de cessation de paiement. » Il demande que les pouvoirs publics fassent pression sur les industriels et la grande distribution pour qu’ils répercutent les hausses de charges des éleveurs. Des manifestants ont tenté de contourner les forces de l’ordre pour se rapprocher de l’Asssemblée nationale mais en vain. Les gendarmes mobiles et les policiers veillent au grain.

Ouest France

(merci à Tirelire)

Histoire du cochon

Emission 2000 ans d’histoire. France Inter. 26 juin 2009. (via czar)

« Par ses vertus, pour sa bonté, le lard a forgé ma santé. Et je dois, en vérité, plus au porc qu’à la faculté ». Fontenelle

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.