Heurts en Egypte : 7 morts, 261 blessés

Les affrontements de la nuit entre forces de l’ordre et partisans et adversaires du président égyptien déchuMohammed Morsi ont fait sept morts et 261 blessés, a annoncé aujourd’hui le responsable des services d’urgence. Les

Selon les indications données par Mohamed Sultan, deux personnes ont été tuées près d’un pont dans le centre de la capitale égyptienne et cinq autres dans le quartier de Gizeh.

Ces heurts violents, les premiers depuis une semaine au Caire, se sont produits alors que le secrétaire d’Etat adjoint américain William Burns était accueilli sans enthousiasme dans la capitale égyptienne.

Le Figaro

Affrontements en Egypte : Les Frères musulmans égyptiens ont appelé lundi à un «soulèvement». 2 soldats capturés (MàJ N°2)

Addendum 08.07.2013 : Un responsable de l’armée assure que les manifestants en faveur du président déposé par l’armée, Mohamed Morsi, ont «capturé» deux militaires.

Les militaires capturés contraints de lire une déclaration. Les deux soldats capturés par les manifestants, Samir Abdallah Ali et Azzam Hazem Ali, ont été embarqués dans une voiture et contraints de prononcer une déclaration en faveur de Mohamed Morsi, le président déposé, et hostile à l’armée dans des haut-parleurs. L’un d’eux a été frappé violemment et filmé pendant qu’il parlait.

Le QG des Frères musulmans fermé. Le QG des Frères musulmans a été fermé après que des armes y ont été découvertes.

Le Parisien

Les Frères musulmans égyptiens ont appelé lundi à un «soulèvement», après des tirs de l’armée contre une manifestation de partisans du président déchu Mohamed Morsi qui ont fait au moins 35 morts selon la confrérie.

Peu avant, le parti salafiste al-Nour avait annoncé son retrait des discussions sur le choix d’un Premier ministre et d’un gouvernement de transition en dénonçant le «massacre» de manifestants islamistes devant un bâtiment militaire.

Libération

Au moins seize personnes ont été tuées aujourd’hui à l’aube lors de tirs des forces de l’ordre contre un rassemblement de partisans du président déchu Mohammed Morsi devant le siège de la Garde républicaine au Caire, ont déclaré les Frères musulmans.

«Seize personnes ont été tuées et cent blessées, dont de nombreuses dans un état grave», a affirmé à l’AFP Ahmed Aref, porte-parole de la confrérie dont est issu M. Morsi. Des barrages de la police militaire empêchaient les journalistes d’accéder au secteur. L’agence de presse Reuters annonce de son côté 34 morts parmi les partisans des Frères musulmans.

Plus tôt, des manifestants avaient affirmé par téléphone à l’AFP que l’armée et la police avaient tiré à balles réelles et lancé des grenades lacrymogènes pour disperser les participants à un sit-in devant le bâtiment militaire. «J’ai vu de mes propres yeux des gens sur lesquels on a tiré», a déclaré l’un d’eux. Il a ajouté que les forces de l’ordre avaient ensuite poursuivi de nombreux manifestants. «Ils veulent faire partir les manifestants» qui ont affirmé dimanche qu’ils poursuivraient leur sit-in «pour une durée illimitée», avait estimé un autre manifestant. Vendredi, au même endroit, quatre islamistes avaient été tués dans des échanges de tirs avec l’armée.

Le Figaro

Addendum 06.07.2013 : Partisans et adversaires du président déchu Mohammed Morsi se sont affrontés tout au long de la journée d’hier. Les Frères Musulmans entendent rester «dans les rues par millions».

Les islamistes ont appelé tôt samedi à de nouvelles manifestations «pacifiques» en soutien au président Mohamed Morsi renversé par l’armée, au lendemain d’une journée de violences en Egypte au cours de laquelle 25 personnes ont péri, dont 19 en marge de manifestations. Alors que la tension est extrême entre pro et anti-Morsi, cinq policiers et un soldat ont été tués dans la péninsule du Sinaï (nord), dans des attaques de militants islamistes qui n’ont pas été revendiquées. Dans la nuit, des islamistes ont attaqué le gouvernorat du Nord-Sinaï et y ont hissé leur drapeau.

Libération

Dix-sept personnes ont été tuées aujourd’hui dans des violences qui ont éclaté dans plusieurs villes d’Egypte, sur fond de manifestations de partisans du président déchu Mohamed Morsi, a annoncé la télévision d’Etat, qui cite le ministère de la Santé. Il n’a pas fourni plus de détails sur la localisation des victimes.

« Ce n’est pas un coup d’Etat »
Cette inscription a été projetée ce soir au laser sur la place Tahrir.

Le Figaro

La Coalition islamiste, à laquelle appartiennent les Frères musulmans, avait appelé ses partisans à manifester massivement pour un « vendredi de rejet », deux jours après la destitution du chef de l’Etat par les militaires. Selon des sources proches des forces de sécurité, trois manifestants islamistes ont été tués dans l’après-midi devant la caserne de la Garde républicaine où est détenu le président destitué. Cinq policiers égyptiens ont par ailleurs été tués à El Arish, dans la péninsule du Sinaï, et un soldat à Rafah.

Le Figaro

Marine Le Pen/Egypte : «Il ne faudrait pas qu’en France, un jour, s’affrontent également deux projets de société» (MàJ vidéo)

Addendum 08.07.2013 : Marine Le Pen évoque la situation en Egypte et les objectifs de son parti pour l’horizon 2017.


Le Pen sur le retour de Sarkozy : un…

(Merci à Ledabe pour la vidéo)

Je pense que nous arriverons au pouvoir, au maximum dans les 10 prochaines années. Donc, peut-être en 2017. Il le faudrait. La destruction qui est imposée à la France commence à s’attaquer aux fondations.

Quelle leçon tirez-vous des événements en Égypte ?

Comme dans plusieurs pays arabes, on voit qu’il existe une fracture entre deux projets de société. L’un qui va vers la modernisation et la laïcité. Et un autre projet qui est islamique. Ils sont incompatibles, ce qui va rendre ces pays structurellement instables.

Cela devrait amener l’Europe à revoir sa copie. La démocratie ne suffit pas à résoudre la question lorsque deux projets incompatibles se heurtent. Ceci conduit à la guerre civile. Et il ne faudrait pas qu’en France, un jour, s’affrontent également deux projets de société.

En l’occurrence, c’est plutôt vous qui incarneriez un projet traditionaliste…

Oui, la culture européenne est de tradition chrétienne. C’est incontestable. Comme tout peuple, nous avons le droit de défendre cette identité, même si l’Europe essaye de nous expliquer le contraire. […]

La Provence (merci à Denfer)

07.07.2013

Marine Le Pen affirme qu’elle n’a «pas à redouter» un «éventuel retour» en politique de Nicolas Sarkozy car «la montée la plus spectaculaire du Front national s’est enclenchée pendant (son) quinquennat», dans un entretien dimanche au quotidien La Provence.

«L’UMP est en train de mourir de sa proximité idéologique avec le PS».

L’élection présidentielle de 2007 avait pourtant vu la victoire de Nicolas Sarkozy et l’une des pires performances de Jean-Marie Le Pen dans ce scrutin. Mais, cinq ans plus tard, la fille de ce dernier réalisait, elle, le meilleur score du FN dans une présidentielle (17,9%).

A la question de savoir si le Conseil constitutionnel avait pris une bonne décision, Marine Le Pen a rappelé son métier d’avocate, soulignant qu’elle n’avait pas à la juger. Elle a réaffirmé qu’un «mouvement politique ne (mourait) pas du manque d’argent». […]

Libération

Paris : tentative d’enlèvement d’un ex-général égyptien

Deux hommes étaient toujours en garde à vue, samedi soir, dans les locaux de la brigade criminelle après une mystérieuse tentative d’enlèvement commise, samedi matin à Paris, sur le général El Beltagy, 61 ans, retraité de l’armée égyptienne. Les suspects, dont l’un est égyptien, se faisant passer pour des livreurs, se sont présentés à la porte de l’appartement de l’officier dans le XVe arrondissement.

La victime a été aspergée de gaz lacrymogène, puis forcée à descendre au pied de son immeuble. Un proche de l’ex-général, qui se trouvait dans l’appartement au moment des faits, a aussitôt prévenu des agents de sécurité, présents à proximité du domicile de la victime. Les ravisseurs ont été interpellés. « Pour l’heure, rien ne permet de faire un lien entre cette tentative d’enlèvement et la situation en Egypte, confie un haut fonctionnaire. Les deux auteurs de cette tentative d’enlèvement sont toujours en cours d’audition.»

(…) Le Parisien

Jean Daniel : «Sur les boulevards, vous avez une chance sur quatre de croiser un partisan du Front national»

Pour Jean Daniel, éditorialiste dans l’hebdomadaire Nouvel Obs, la peur qu’inspirent «les Arabes en révolution» alimente en France les succès de Le Pen et de l’extrême droite.

L’ascension irrésistible de Marine Le Pen est annoncée au point que, si l’on fait des extrapolations, lorsque vous vous promenez sur les boulevards, vous avez une chance sur quatre de croiser un partisan du Front national. Une chance sur quatre ! Et il se peut qu’il ne vous paraisse pas antipathique.

Il fut un temps où l’appartenance aux groupements de Jean-Marie Le Pen était inscrite sur le front de leurs adhérents. Ce n’est plus le cas. Et si l’on va plus avant dans l’analyse des défaites infligées au Parti socialiste, comme d’ailleurs à tous les autres, il est difficile de ne pas laisser renaître la mélancolie. Mais c’est décidé, nous ne participerons plus, de près ou de loin, à une entreprise de démoralisation et de démotivation.

Toujours en cheminant aux côtés de nos politologues, nous découvrons cependant un nouveau sujet de désaccord. Il semblerait que tout ait changé et que l’émigration ne soit plus un problème majeur. En particulier, la présence et l’arrivée d’un grand nombre d’immigrés en France ne joueraient aucun rôle dans les résultats électoraux, ni par conséquent, dans la montée du Front National. Et c’est là qu’en dépit de mon incompétence et du manque d’heures penchées à analyser les scrutins, je suis en désaccord.

L’islam reste pour les musulmans de France une composante majeure de leur identité, et cela au moment même où tant d’entre eux chantent leur intégration à la nation française.

Et ils le font avec d’autant plus de conviction maintenant qu’on les a entraînés, ces derniers temps, dans des débats sur le sexe, la nourriture et le mariage. C’est en tant que Français qu’ils exigent le respect de leurs rites musulmans. C’est cet islam français que redoutent les électeurs de Marine Le Pen. […]

Le Nouvel Obs

François Hollande confond l’Egypte et la Tunisie (MàJ vidéo)

(Merci à Electron Libre pour la vidéo)

Interrogé, ce jeudi 4 juillet, sur le regard de la France sur les événements en Egypte, François Hollande commet une gaffe diplomatique :

La France a pris acte de la situation en Tunisie …

Perdu, c’est évidemment d’Egypte que voulait parler le chef de l’Etat. Mais le président de la République s’en rend compte dans les secondes qui suivent et corrige lui même ses propos. [...]

Le Lab / Europe 1

Egypte : les photos que vous n’avez (peut-être) pas vues dans les médias

Slogans traduits au dessus des photos.

Réveillez-vous, l’Amérique. Obama soutient un régime fasciste en Egype.

tahrir1.jpg

Obama soutient le terrorrisme

tahrir2.jpg

Obama soutient le dictateur Morsi

tahrir3.jpg

On sait ce que tu as fait l’été dernier (image de Ann Patterson, ambassadeur des Etats-Unis en Egypte, serrant la main des Frères Musulmans)

tahrir4.jpg

Obama et Patterson soutiennent le terrorisme en Egypte.

tahrir5.jpg

Vieille femme, rentre chez toi (image de Ann Patterson)

tahrir6.jpgtahrir7.jpg

Obama, espèce de crétin. Les Frères Musulmans sont en train de tuer l’Egypte (…) Ton marché avec les Freres Musulmans a foiré. Idiot, garde à l’esprit que l’Egypte, ce n’est pas les Frères Musulmans. Si tu nous crois pas, va voir ce qui se passe sur la place Tahir. MAINTENANT !

tahrir8.jpg

Ann Patterson, toi et ton pays, allez vous faire foutre. Bandes de menteurs. Merde !

tahrir11.jpg

Dégagez cette salope d’Egypte. En dessous : Obama et elle défendent les Frères Terroristes.

tahrir13.jpg

De la part des Egyptiens : aux décideurs américains. Retirez vos sales pattes d’ Egypte. Au peuple américain : nous n’avons rien contre vous. Nous vous aimons.

tahrir14.jpg

pi-news.net

Egypte : Morsi écarté par l’armée (MàJ N°2)

Addendum 03.07.2013

L’armée a renversé mercredi l’islamiste Mohamed Morsi, premier président civil démocratiquement élu d’Egypte, après une année tumultueuse au pouvoir marquée par des crises à répétition parfois meurtrières.

Dans une première réaction, M. Morsi, confronté durant sa présidence à une contestation populaire qui a atteint son apogée ces derniers jours, a affirmé que ce « coup d’Etat est rejeté par tous les hommes libres du pays », faisant planer le risque de la poursuite du bras de fer.

L’annonce de l’armée a été accueillie par une explosion de joie par les dizaines de milliers de ses opposants qui manifestaient en masse à travers le pays. Libération

Lire en complément :

Egypte : près d’une centaine d’agressions sexuelles sur la place Tahrir ces derniers jours

—————–

19h19. Des militaires défilent avec des blindés sur la principale avenue près du palais présidentiel, au Caire

19h16. L’armée installe des barbelés autour de la caserne où se trouve le président Mohamed Morsi selon des témoins cités par l’agence Reuters.

19h08. L’armée contrôle la plupart des ponts. La nuit commence à tomber sur une capitale qui ressemble de plus en plus à une ville en état de siège.

L’ultimatum de l’armée égyptienne menaçant d’imposer sa propre «feuille de route» au président islamiste Mohamed Morsi s’il ignore les «revendications du peuple» est arrivé à expiration ce mercredi à 16 h 30. L’armée aurait pris le contrôle de la télévision d’Etat.

Mohamed Morsi a, au même instant, appelé sur sa page Facebook officielle à «former un gouvernement de coalition et de consensus afin d’organiser des législatives à venir».
L’armée avait donné lundi 48 heures au chef d’Etat islamiste pour «satisfaire les revendications du peuple», dont une grande partie manifeste en masse depuis plusieurs jours pour appeler à son départ.

Mohamed Morsi a catégoriquement refusé mardi soir de quitter le pouvoir, mettant en avant la «légitimité» que lui confère son élection démocratique, il y a un an. Il a rejeté l’ultimatum de l’armée, affirmant qu’il ne se plierait à aucun «diktat». […]

Le Parisien

Mohamed Morsi ne quittera pas le pouvoir sans un bras de fer. Dans une allocution télévisée diffusée tard mardi soir, il s’est dit prêt à «donner sa vie» pour préserver sa «légitimité». Il a également appelé l’armée à retirer l’ultimatum, qui expire mercredi, qu’elle a posé pour qu’il se plie «aux revendications du peuple» qui défile en masse contre lui depuis dimanche.

16 personnes ont été tuées dans la nuit lorsque des hommes non identifiés ont attaqué un rassemblement de partisans du président égyptien Mohamed Morsi au Caire, a annoncé le ministère de la Santé.

Le président islamiste a martelé qu’il avait été «choisi par le peuple lors d’élections libres et équitables» il y a un an. La «légitimité» est «la seule garantie contre l’effusion de sang», a-t-il ajouté, répondant implicitement à ceux qui estiment que son départ permettrait de résoudre les tensions qui secouent le pays. Il a aussi mis en garde contre le «piège» d’une violence «sans fin».

Des heurts meurtriers ont éclaté en parallèle ce mardi au Caire entre partisans et opposants de Mohamed Morsi, qui manifestaient à nouveau en masse à la veille de l’expiration d’un ultimatum de l’armée.

Ces affrontements dans le quartier de Guizeh, dans le sud de la capitale, ont fait sept morts et des dizaines de blessés, dont plusieurs grièvement touchés par des tirs, ont annoncé des sources médicales à l’AFP. Des heurts ont également éclaté dans d’autres quartiers de la périphérie du Caire et dans la province de Beheira, dans le nord du pays. […]

20 minutes

_______________________

Rappel : Quand Sarkozy promettait un milliard à l’Egypte et la Tunisie pour favoriser la « transition démocratique » (2011).

DEAUVILLE (France) – Le président Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi que la France allait accorder un milliard d’euros d’aide à l’Egypte et à la Tunisie afin d’y soutenir la transition démocratique, lors de la conférence de presse concluant le sommet du G8 à Deauville.

« Au titre de la France, ce sera un milliard d’euros pour l’Egypte et pour la Tunisie », a déclaré M. Sarkozy en détaillant le paquet de 40 milliards de dollars promis par les pays du G8 pour soutenir les « printemps arabes ». [...]

20 minutes

Egypte : 17 millions de manifestants lancent une deuxième révolution

Le Caire vit des heures de très grande tension depuis dimanche après-midi, avec un rassemblement massif pour réclamer la démission du président Mohamed Morsi, mais aussi des manifestations de ses partisans en ce jour anniversaire de sa prise de fonctions. Toute la journée, des manifestants ont convergé vers la place Tahrir, où des centaines de personnes avaient déjà passé la nuit.

Les opposants ont planté des tentes et tendu des banderoles hostiles à Mohamed Morsi, en ce lieu symbolique de la révolte qui a chassé du pouvoir Hosni Moubarak en 2011. D’autres manifestants anti-Morsi se sont dirigés vers le palais présidentiel situé à Héliopolis, au Caire. Des rassemblements hostiles au président ont également eu lieu dans les provinces.

Dans l’autre camp, ses partisans défendent la « légitimité » du premier président civil. Les Frères musulmans, confrérie dont il est issu, appellent à une « mobilisation générale » pour appuyer le chef de l’Etat.

Ces mobilisations rivales ont donné lieu à de nouvelles violences après des heurts en Alexandrie et dans les provinces du Delta du Nil entre manifestants pro et anti-Morsi qui ont fait huit morts depuis mercredi, dont un journaliste Américain. La police et l’armée ont été déployées pour protéger les établissements vitaux du pays en cas de graves dérapages. A l’origine des appels à manifester contre le président, depuis repris par l’opposition, se trouve Tamarrod (rébellion en arabe), un mouvement qui a revendiqué quelques 22 millions de signatures pour une pétition appelant à une présidentielle anticipée.

(…) Le Parisien

Suède : trois Femen manifestent seins nus dans une mosquée… vide

Trois militantes Femen ont protesté samedi seins nus dans une mosquée de Stockholm en Suède contre la charia en Egypte et dans le monde, avant d’être interpellées par la police.

Hebergeur d'image

Les trois militantes Femen se sont précipitées à l’intérieur d’une mosquée à Stockholm en Suède, ont arraché leur capes noires et dévoilé leurs seins nus sur lesquels figuraient les slogans : « Pas de charia en Egypte et dans le monde » et « Mon corps m’appartient, il n’est l’honneur de personne ». Les militantes ont également crié « Libérez les femmes », « Pas de charia » et « Pas d’oppression ». Il s’agirait apparemment d’une Egyptienne, d’une Tunisienne et d’une Suédoise, mais la police n’était pas en mesure de confirmer leur identité ou leur nationalité.

La mosquée était pratiquement vide à ce moment-là, à part deux employés et quelques journalistes qui avaient été prévenus de la manifestation. Les employés ont appelé la police qui les a emmenées. Les trois femmes n’ont pas expliqué pourquoi elles avaient choisi de protester dans une mosquée vide. [...]

TF1 News