Les églises, un héritage précieux à protéger

La France a partie liée avec l’Eglise depuis le baptême de Clovis – autant dire depuis ses origines. Le général de Gaulle l’avait dit au journaliste américain David Schoenbrun: «La France commence avec Clovis. (…) L’élément décisif pour moi, c’est que Clovis fut le premier roi à être baptisé chrétien.» La monarchie franque puis française devint tôt, et demeura longtemps, le bras armé de l’Eglise contre des prétentions germaniques à l’empire universel ; ce qui n’empêcha pas certains de ses chefs – de Philippe le Bel à Louis XIV et à Napoléon Ier – de s’opposer au Saint-Siège, dans une suite de bras de fer épiques.

Au XVIIIème siècle, la libre pensée des Lumières devait s’attaquer en profondeur à ces vieilles racines ; et le combat des philosophes allait fournir, au siècle suivant, un ciment inespéré à la République maçonnique, avant de culminer dans la fameuse loi séparant l’Etat de l’Eglise – texte auquel, de nos jours, tout le monde ou presque se raccroche…

Cela posé, il me paraît aussi vain de nier les fameuses «racines chrétiennes» de notre pays – réaffirmées naguère par le président Sarkozy à Saint-Jean-de-Latran – que d’en démentir l’héroïque émancipation. Ces dernières décennies, il est vrai, les coups de boutoir d’une autre religion, l’islam, contre la laïcité, ont pu passer, aux yeux de certains chrétiens, pour la revanche du spirituel sur l’esprit radical de 1905 – ces adversaires rentrés de la laïcité n’hésitant pas, à l’occasion, à souffler de loin sur les braises…

Le legs le plus visible de cette France chrétienne, c’est son «blanc manteau d’églises», autrefois célébré par le chroniqueur bourguignon Raoul Glaber. Incomparable tissu d’églises paroissiales, abbatiales, collégiales, cathédrales, mais aussi de baptistères et de chapelles, de pardons, d’enclos et de lanternes-aux-morts, de temples aussi, plus discrets – le tout constellant villes et campagnes de trésors romans, gothiques ou autres.

Alors que l’on compte par douzaines ceux de ces monuments qui, actuellement, menacent ruine, se pose la question d’un éventuel financement public de nouveaux lieux de culte, musulmans ceux-là. Je n’ai nulle intention de prendre part, dans ces colonnes, à une telle polémique ; mais qu’il soit permis à l’amoureux d’histoire de rappeler cette vérité toute simple, que les édifices chrétiens de France ne sont pas seulement – et d’ailleurs pas tous – des lieux de culte ; pour un œil neutre comme celui de l’Etat, ils sont aussi et surtout le témoignage d’un passé, d’une histoire, bref – pour peu qu’on ose encore prononcer ce mot: d’une identité.

Le Figaro

Syrie : Les djihadiste imposent le retour de la dhimmitude aux chrétiens

Le groupe djihadiste État islamique en Irak et au Levant (EIIL) impose un retour de la «dhimmitude» à la population chrétienne. La dhimmitude impose aux minorités non musulmanes un statut inférieur «en échange de leur sécurité». Les femmes en général n’ont plus le droit de se promener seules, elles doivent être couvertes de la tête aux pieds et être accompagnées d’un homme de la famille. L’EIIL est un des groupes djihadistes les plus durs composé essentiellement de combattants étrangers venus combattre en Syrie. Il mène un combat non seulement contre le régime, mais aussi contre d’autres groupes de l’opposition syrienne.

Relent d’ottomanisme en Syrie. Le groupe djihadiste État islamique en Irak et au Levant (EIIL), dont le projet est d’établir un grand califat au Moyen-Orient régi par la charia, a publié un communiqué, daté du 22 février sur des forums djihadistes, dans lequel l’EIIL dévoile le contenu d’un « pacte » imposé par son émir Abou Bakr al-Bagdadi aux habitants chrétiens de la ville syrienne de Raqqa (Nord), un bastion du groupe.
Ainsi, ce groupe originaire d’Irak, qui tente depuis plusieurs mois de supplanter les autres rebelles syriens en lutte contre le régime du président Bachar Al Assad, affirme que la vie, les biens, les propriétés, et les lieux de culte des chrétiens seront protégés tant que ces derniers respecteront les 12 règles du pacte.

Parmi celles-ci, figure notamment le versement d’un impôt annuel pour chaque personne de sexe masculin, équivalent, pour les personnes aisées, à 17 grammes d’or pur, pour les classes moyennes, à la moitié de cette somme, et pour les plus pauvres, le quart. Sachant, précise le pacte, que l’impôt peut être versé en deux fois.

En outre, les djihadistes interdisent strictement la construction d’églises et de monastères, ainsi que la restauration des édifices déjà existants dans la ville et ses environs. Ils exigent également que les chrétiens ne se montrent pas avec «une croix ou toute chose de leur Livre dans les marchés ou les endroits où il y a des musulmans», s’abstiennent de «célébrer leurs rituels (…) hors de l’église», ainsi que d’ «utiliser des haut-parleurs pour faire entendre leurs prières».

La Croix

Incendie d’une église à Tourcoing : aucun geste «anticatholique»

Vers 1h30, dans la nuit de mardi à mercredi, un véhicule en flamme était découvert encastré à proximité des portes de l’église de la Marlière. L’enquête de police confiée à la sûreté urbaine de Tourcoing confirme la thèse d’un accident suivi d’un incendie pour camoufler les empreintes.

 

(…) La Voix du Nord

La crise des vocations au sein de l’Eglise catholique

L’Eglise catholique a bien du mal à enrayer la crise des vocations. Dans le monde rural, il y a souvent un seul prêtre pour des dizaines de villages. Nous avons suivi le nouveau curé de Sainte-Menehould, originaire de Madagascar.

Dans le monde rural, il y a souvent un seul prêtre pour des dizaines de villages. La plupart sont très âgés, avec une moyenne de 75 ans pour le diocèse de Châlons-en-Champagne, la zone la plus touchée par le vieillissement des prêtres en Champagne-Ardenne. Désormais, l’Eglise fait appel à des curés étrangers. Sur les 32 prêtres du diocèse de Châlons, 8 viennent d’ailleurs, d’Afrique essentiellement (7 africains, 1 polonais).

(…) France 3 Champagne Ardennes

Boissettes (77). La justice fait taire le clocher de l’église. Recours devant le Conseil d’Etat (MàJ)

Addendum 15.01.2014 :

A Boissettes, village de 450 âmes situé près de Melun, le maire Jean-Pierre Legrand (DVD) a saisi lundi 13 janvier le Conseil d’Etat. Objectif : annuler la décision de la cour administrative d’appel de Paris qui lui a imposé de faire cesser le clocheton de l’église indiquant l’heure.

«Suite à notre défaite en appel, j’ai reçu beaucoup de courriers et d’appels téléphoniques venus de différentes régions de France. Beaucoup redoutent que le cas de Boissettes ne fasse jurisprudence. Par ce recours, je veux montrer que je ne baisse pas les bras. On aura la tête haute vis-à-vis des habitants du village et des autres communes», commente l’élu, âgé de 75 ans et qui ne se représente pas en mars prochain.

Le Parisien

Jusqu’à présent, les cloches tintaient toutes les demi-heures à Boissettes, en Seine-et-Marne. Un riverain agacé avait porté l’affaire devant le tribunal administratif. D’ici mercredi, les cloches doivent faire silence.

C’est une véritable guerre de clocher qui divise la commune de Boissettes, en Seine-et-Marne. La vie de ce petit village de 400 habitants était jusqu’à présent rythmée, notamment, par le tintement toutes les demi-heures de la cloche de l’église. Seulement, la municipalité vient d’être condamnée par la cour administrative d’appel de Paris. Les cloches devront d’ici mercredi cesser de marquer l’heure de jour comme de nuit. La justice estime que la loi de 1905 de séparation de l’Église et de l’État fait du bâtiment un bien communal. Toutefois, son utilisation, comme celle des cloches, reste affectée à un usage religieux. Certains « usages locaux » ne peuvent être maintenus que s’ils datent d’avant 1905, ce qui n’est pas le cas de Boissettes.

L’affaire remonte à 2006. Un couple de riverains agacés saisit, à l’époque, le tribunal administratif de Melun. Leur maison se trouve juste en face de l’église. Ils ont acheté le bien peu de temps auparavant.

(…) le Figaro

«Le pape François souhaite un monde meilleur pour les migrants»

La centième journée du migrant et du réfugié se déroule dimanche 19 janvier. Elle a été instaurée par le pape Benoît XV, en 1914. Elle est célébrée partout dans le monde à la même date.

Le thème proposé cette année par le pape François est « Migrants et réfugiés vers un monde meilleur ».

Un message fort, tellement il est difficile pour ces migrants de se faire une place dans notre société. Précarité, rejet. Ils trouvent un soutien, dans leur démarche d’intégration, auprès d’associations et de la pastorale des migrants, un service de l’église catholique.

« Avant de les rejeter, il faut se poser des questions sur les causes de leur déplacement ».

« Ce ne sont pas des pions sur un échiquier, fustige Anne Jacquemot, directrice diocésaine de la communication. Il faut changer le regard que l’on a sur eux ». (…)

(…) Le nombre d’immigrés augmente dans la Manche depuis plusieurs années. « Avant, ils étaient regroupés en Ile-de-France. Maintenant, ils sont dispatchés sur tout le territoire »

Ouest-France

Inna Shevchenko en rigole encore: «Rien ne s’est passé, Éloïse n’a pas été appelée par la police. Cela montre combien l’Église est devenue faible en France…»

Une semaine après qu’une Femen a mimé un avortement en l’église de la Madeleine à Paris, une élue marseillaise s’inquiète publiquement de la nature des revenus des membres de l’association.

Une semaine après avoir «avorté de l’embryon de Jésus» devant l’autel de l’église de la Madeleine, le dos barré de l’inscription «Noël est annulé», Éloïse n’a aucunement été inquiétée. En Allemagne, la Femen qui a perturbé la messe de minuit à la cathédrale de Cologne a été interpellée et risque trois ans de prison.

Mais à Paris, la profanation d’Éloïse, qui, le 20 décembre, voilée de bleu ciel, un morceau de foie de veau en main, «s’est dépoitraillée en se tournant vers la nef», selon le curé de la Madeleine, Bruno Horaist, n’a suscité aucune réaction. Et la plainte aussitôt déposée par le père Horaist n’a «pas eu de suites».

Cofondatrice de la branche française des Femen, Inna Shevchenko en rigole encore: «Rien ne s’est passé, Éloïse n’a pas été appelée par la police. Cela montre combien l’Église est devenue faible en France…» En ce «pays progressiste», se félicite la nouvelle Marianne des timbres-poste, «on n’a jamais été condamnées, car il n’y a pas lieu de condamner notre action, voilà tout».

Éloïse n’a pas été appelée par la police. Cela montre combien l’Église est devenue faible en France…

Dans l’entourage du maire de Paris – qui a condamné la «provocation» des Femen à la Madeleine -, on assure que, contrairement à certaines rumeurs, «la Ville ne subventionne ni ne soutient d’aucune manière le mouvement Femen». Avant de quitter le collectif, la Tunisienne Amina avait déjà posé la question de son financement: «Je l’ai demandé à plusieurs reprises à Inna, mais je n’ai pas eu de réponses claires, a-t-elle confié à l’édition maghrébine du Huffington Post. Je ne veux pas être dans un mouvement où il y a de l’argent douteux.» Pour Inna, cependant, qui vient d’obtenir le statut de réfugiée politique, «à cause de la répression en Ukraine», tout est clair: «On ne reçoit pas d’allocations, assure-t-elle. On est toutes bénévoles, uniquement mues par l’idéologie.» La jeune femme, qui dit vivre, pour l’instant, «de l’avoir reçu pour (son) prochain livre», est «en train de réunir tous les papiers pour toucher le RSA». La Place Beauvau n’a pas souhaité faire de commentaires.

Le Figaro

Explosion meurtrière d’une voiture piégée près d’une église à Bagdad

Au moins 15 personnes sont mortes dans l’explosion d’une voiture piégée près d’une église à Bagdad mercredi 25 décembre, ont annoncé des responsables de sécurité à l’agence Associated Press.

L’explosion, qui a frappé le quartier de Doura au moment où les fidèles sortaient de l’église après la messe de Noël, a également fait au moins 28 blessés. La majeure partie des victimes sont des chrétiens, a précisé la police.

L’Irak est confronté à un important regain de violence. Octobre a été le mois le plus meurtrier en Irak depuis avril 2008, selon des chiffres officiels publiés vendredi 1er novembre à Bagdad. Ils font état de 964 personnes tuées dans une spirale de violences sanglantes.

Le Monde

Paris: après le Vatican, une Femen a déposé devant l’autel de la Madeleine un morceau de foie de veau avant d’uriner sur les marches de l’autel MàJ

Addendum du 24.12.2013 :

Eloïse Bouton, femen et diplômée en journalisme, a publié sur le site « Le plus nouvel obs » -sa version de son intervention à l’église de la Madeleine.

Pour rappel, cette dernière était référencée sur des sites « d’accompagnement » en France et aux Etats unis :

                                                               

Addendum du 21.12.13 :

Une Femen mime un avortement en l’église de la Madeleine à Paris

Une enquête a été ouverte après qu’une militante se revendiquant du groupe féministe Femen eut mimé un avortement avant d’uriner vendredi matin devant l’autel de l’église de la Madeleine à Paris, un acte condamné par le maire de Paris Bertrand Delanoë.

«Je découvre avec surprise et tristesse la nouvelle provocation des Femen à l’intérieur de l’église de la Madeleine. Je réprouve un acte qui caricature le beau combat pour l’égalité femmes-hommes, sème la discorde dans la société parisienne et choque inutilement de nombreux croyants», a déclaré Bertrand  Delanoë dans un communiqué.

Vendredi peu avant 10H, la militante, seins nus, s’est dirigée vers l’autel de l’église face à une dizaine de personnes présentes alors qu’une chorale répétait dans l’édifice.

Interrogé par l’AFP, le père Bruno Horaist, curé de la paroisse, a raconté que la jeune femme avait déposé devant l’autel un morceau de foie de veau censé représenter un foetus avant d’uriner sur les marches de l’autel. Elle a ensuite quitté l’église sans prononcer une seule parole.

Selon un photographe de l’AFP, les mots «344 salopes» étaient inscrits sur son ventre, une référence au manifeste des 343 femmes qui avaient signé un appel à la dépénalisation de l’avortement et la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse en avril 1971. Dans son dos était écrit «Christmas is aborted»…

20 minutes

                                              

Le mouvement féministe Femen s’est lancé dans une série de profanations d’église pour dénoncer la «pression de la secte Catholique», notamment sur le sujet de l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Vendredi, elles étaient à l’église de la Madeleine à Paris. (Twitter – Femen)

 

Les couvents vides doivent servir ”pour les réfugiés”, affirme le pape

Une visite strictement « privée », voilà comment a été présentée la visite, mardi 10 septembre, du pape François au Centre Astalli de Rome.

En réponse à une invitation du père Giovanni La Manna, directeur de ce centre administré par le Service des jésuites pour les réfugiés, le pape est allé à la rencontre des migrants qui viennent chercher une aide dans ce lieu.

Durant son discours, il a insisté sur le fait que « la charité qui laisse le pauvre tel qu’il est ne suffit pas ». Estimant que « la vraie miséricorde demande justice, veut que le pauvre puisse trouver la voie pour ne plus l’être », François a notamment lancé un appel aux ordres religieux et à l’Eglise toute entière : « Les couvents vides ne servent pas à l’Eglise pour qu’elle les transforme en hôtels pour gagner de l’argent. Les couvents vides ne sont pas à nous, ils sont pour la chair du Christ : les réfugiés ».[...]

La Vie

Limoux (11). une séance d’exorcisme sème l’émoi dans le voisinage

Des cris entendus dans tout le quartier, des riverains inquiets et la gendarmerie qui découvre finalement… une séance d’exorcisme à l’église. « On n’a pas interpellé le démon et le démon n’a tué personne », expliquent les gendarmes.

Les cris de désenvoûtement ont fait croire au voisinage qu’un crime affreux se perpétuait tout près de chez eux. Une séance d’exorcisme tapageuse a semé l’émoi à Limoux (Aude) vendredi soir. Il était 21h20 vendredi quand les voisins de l’église évangélique la Délivrance ont été alertés par des hurlements déchirants et ont appelé les gendarmes.

Sur place, les gendarmes ont découvert que ces vociférations n’étaient pas le fait d’une victime qu’on égorge, mais d’une fidèle réunionnaise.

A l’arrivée des forces de gendarmerie, celle-ci remerciait le Seigneur de l’avoir délivrée du mal, rapporte l’Indépendant.

La personne « désenvoûtée » étant en bonne santé, les gendarmes sont repartis sans autre forme de procès en sorcellerie: « On n’a pas interpellé le démon et le démon n’a tué personne », explique-t-on au groupement de gendarmerie.

MyTF1News
(Merci à Alexandre LEGRIX)

Reportage : Plongez au coeur d’une séance de délivrance à l’île de la Réunion:

Besançon : une église évangélique cible d’un incendie criminel

Une tentative d’incendie criminel a ciblé les locaux de l’église évangélique de Pentecôte, 4, rue Larmet, cette nuit vers 3 heures du matin.

Le sinistre qui n’a fait que de très faibles dégâts au premier niveau de la cage d’escalier et à la porte a été rapidement maîtrisé par les sapeurs-pompiers.

Toutefois, il semble qu’un bidon d’essence ait été utilisé pour mettre le feu. On ne compte  aucun blessé. L’enquête a été confiée à la sûreté départementale du commissariat de Besançon.

L’Est Républicain
(Merci à Antibarbare)